Skip to main content

Full text of "Méthode de Toulouse pour l'instruction des sourds-muets. [II], enseignement pratique de la langue, livre du professeur, 2ème année."

See other formats


ma 




' ! 









't&t* 



'*r 






AV 



Se 









«i 









^ 




■■f.f 4* 











^ 




sr 



^ 



RSHk 




ÏM 



El 



*^5te 



A 



m 



m 



m 



- ">f 



KH 



v >*■*- 






I 






« 



?i , 



y 



i 

? S 



4/j^ 



'■ 



1 



HH 



IË 



^^H 



S 




Jt 



\ 



9, 




"Vienne N, i } 

v ,£ït. — y 



METHODE 



DE TOULOUSE 



POUR L'INSTRUCTION DES SOURDS-MUETS. 



• 



ENSEIGNEMENT PRATIQUE 



DE LA LANGUE. 



AV 



ftAM 



^\ 









^■■■■i 



m 



w 



mtm 



m 

Ma 



tti 






■> 



PROPRIETE. 



' 



POITIERS. — TYPOGRAPHIE DE HENRI OUDIN, BUE DE L'ÉPERON, i. 



I W 



METHODE 

DE TOULOUSE 

POUR L'INSTRUCTION DES SOURDS-MUETS 

PAR L'ABBÉ GHAZOTTES 

éditée et adoptée par les congrégations des frères de saint-gabriel 

et des filles-de-la-sagesse, spécialement vouées 

a l'éducation des sourds -muets. 



ENSEIGNEMENT PRATIQUE 



DE LA LANGUE. 



41 



Que Dieu ouvre à ces chers enfants l'oreille 
de la Foi , et qu'il envoie son Verbe sur leurs 
lèvres. (Mgr Pie, évéque de Poitiers.) 



TOME PREMIER. 



DEUXIÈME ANNÉE. 




LIVKE DU PROFESSEUR. 



3> 



$ 



POITIERS 

HENRI OUDIN, IMPRIMEUR -LIBRAIRE -ÉDITEUR 
rue de l'éperon, 4, 

1864 



PRÉFACE. 



Pour accoutumer de plus en plus les élèves à l'emploi des 
mots , des phrases et des diverses locutions qui ont fait l'objet 
de leurs études précédentes , l'auteur de l'Enseignement pra- 
tique de la langue a réuni , dans une série de leçons , des 
phrases servant de modèles , et souvent ces leçons sont corro- 
borées par des exercices qui les suivent. 

L'étude de ces leçons variées, dans lesquelles se trouvent 
tous les temps du verbe, est extrêmement avantageuse aux 
enfants. 

Afin qu'ils en retirent tout le fruit possible, le professeur 
exigera que ses élèves apprennent bien le texte de la leçon : 
ils se tromperont moins ensuite dans les exercices, après les- 
quels le maître- dictera encore, s'il en est besoin , des phrases 
analogues ; et quand ils auront répondu sur le tableau ou sur 
leur ardoise, il leur en fera composer quelques-unes, de leur 
propre fonds. 

Dès qu'une leçon est parfaitement saisie , on passe aussitôt à 
une autre; car en insistant trop, le charme des leçons dis- 
paraît, et l'on n'arrive pas au but proposé, qui est la connais- 
sance de la langue. 



ENSEIGNEMENT PRATIQUE 

DE LA LANGUE. 



CHAPITRE I er . 

VERBES NEUTRES. — VERBES ACTIFS. - VERBES 
PRONOMINAUX. - PRÉPOSITIONS. 



LEÇON 1. 

IMPÉRATIF. 

VERBES RÉGULIERS. 



Verbes en er. 


Verbes en ir. 


Infinitif. 


Infinitif. 


Marcher. 
Sauter. 
Porter. 
Frapper. 

Etc. 


Finir. 
Choisir. 
Bénir. 
Applaudir. 
Etc. 


Impératif. 


Impératif. 
Finis. 



Marchons. 
Marchez. 
Etc. 



Finissons. 

Finissez. 

Etc. 



Verbes en oir. 



Infinitif 

Recevoir. 
Percevoir. 
Apercevoir. 
Concevoir. 
Etc. 

Impératif. 

Reçois. 
Recevons. 
Recevez. 
Etc. 



ENSEIGNEMENT. — P. 



Verbes en re. 



Infinitif. 

Rendre. 
Attendre. 
Suspendre. 
Vendre. 
Etc. 

Impératif. 

Rends. 
Rendons. 
Rendez. 
Etc. 

1 



IMPERATIF. 



Impératif. 



Fais. 

Faisons. 

Faites. 

Mets. 
Mettons. 
Mettez. 
Etc. 



LEÇON 2. 

IMPÉRATIF (suite). 

VERBES IRRÉGULIERS. 



Impératif. 



Impératif. 



Sois. 

Soyons. 

Soyez. 


Aie. 

Ayons. 

Ayez. 


Dis. 

Disons. 

Dites. 


Sache. 
Sachons. 
Sachez. 
Etc. 


Va. 

Allons. 
Allez. 
Etc. 


Veuille. 
Veuillons 
Veuillez. 
Etc. 



Impératif. 



LEÇON 3. 



% IMPÉRATIF (suite). 

VERBES PRONOMINAUX. 

Les verbes pronominaux en er, en ir, en oir et en re se conjuguent pour les désinences 
personnelles comme les autres verbes. 

Se lever. 
Se. laver. 
Se peigner. 
Se brosser. 
Se mirer. Etc. 

Lève-toi. 
Levons-nous. 
Levez-vous. Etc. 



FUTUR. 



IMPERATIF. 



PRÉSENT. — PASSÉ. 



LEÇON 4. 



FUTUR. — IMPERATIF. 



PRÉSENT. — PASSÉ. 



Pour que cette leçon et les deux suivantes soient bien comprises, on devra les mettre en 
scène. 
1° Le professeur , avant d'écrire sur le tableau, fera la pantomime. 
2« Un élève le remplacera , et mimera devant ses condisciples. 



Avant l'action. 



Paul marchera. 
Paul sautera. 
Paul écrira. 
Paul lira. 
Paul étudiera. 
Paul récitera. 
Paul rira. 
Paul fera semblant 
de pleurer. 
Etc. 



Commandement. 



Paul! marche. 
Paul! saute. 
Paul! écris. 
Paul! lis. 
Paul! étudie. 
Paul! récite. 
Paul ! ris. 

Paul! fais semblant 
de pleurer. 
Etc. 



Pendant l'action. 



Paul marche. 
Paul saute. 
Paul écrit. 
Paul lit. 
Paul étudie. 
Paul récite. 
Paul rit. 

Paul fait semblant 
de pleurer. 
Etc. 



Après l'action. 



Paul a marché. 
Paul a sauté. 
Paul a écrit. 
Paul a lu. 
Paul a étudié. 
Paul a récité. 
Paul a ri. 
Paulafaitsemblant 
de pleurer. 
Etc. 



Paul marchera. 
Paul! marche. 
Paul marche maintenant. 
Paul a marché. 
Etc. 



*V h»s< 



LEÇON 5. 



Avant l'action. 



FUT [TH. —IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (mite). 



Commandement . 



Paul et Jean marcheront . 
Paul et Jean sauteront. 
Paul et Jean écriront. 
Paul et Jean liront. 
Paul et Jean étudieront. 
Paul et Jean réciteront. 
Paul et Jean riront. 
Paul et Jean feront semblant de 
pleurer. 
Etc. 



Paul et Jean I marchez. 
Paul et Jean 1 sautez. 
Paul et Jean! écrivez. 
Paul et Jean 1 lisez. 
Paul et Jean ! étudiez. 
Paul et Jean 1 récitez. 
Paul et Jean ! riez. 
Paul et Jean 1 faites semblant de 
pleurer. 
Etc. 



Pendant l'action. 


Après l'action. 


Paul et Jean marchent. 


Paul et Jean ont marché. 


Paul et Jean sautent. 


Paul et Jean ont sauté. 


Paul et Jean écrivent. 


Paul et Jean ont écrit. 


Paul et Jean lisent. 


Paul et Jean ont lu. 


Paul et Jean étudient. 


Paul et Jean ont étudié. 


Paul et Jean récitent. 


Paul et Jean ont récité. 


Paul et Jean rient. 


Paul et Jean ont ri. 


Paul et Jean font semblantde 


Paul et Jean ont fait semblant 


pleurer. 


de pleurer. 


Etc. 


Etc. 



a 



s 

» 

> 
-3 



"8 
93 
» 

H 

2 

H 



> 

en 

» 



Paul et Jean marcheront. 

Paul et Jean ! marchez. 

Paul et Jean marchent maintenant. 

Paul et Jean ont marché. 



FUTUR. 



IMPERATIF. 



PRÉSENT. — PASSE. 



LEÇON 6. 



FUTUR. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (mite). 



Avant l'action. 



Nous marcherons. 
Nous sauterons. 
Nous écrirons. 
Nous lirons. 
Nous étudierons. 
Nous tremblerons. 
Nous rirons. 
Nous ferons sem- 
blant de pleurer. 
Etc. 



Commandement . 



Marchons. 
Sautons. 
Écrivons. 
Lisons. 
Étudions. ■ 
Tremblons. 
Rions. 

Faisons semblant 
de pleurer. 
Etc. 



Pendant l' action. 



Nous marchons. 
Nous sautons. 
Nous écrivons. 
Nous lisons. 
Nous étudions. 
Nous tremblons. 
Nous rions. 
Nous faisons sem- 
blantde pleurer. 
Etc. 



Après l'action. 



Nous avons marché 
Nous avons sauté. 
Nous avons écrit. 
Nous avons lu. 
Nous avons étudié. 
Nous avonstremblé 
Nous avons ri. 
Nous avons fait sem- 
blant de pleurer. 
Etc. 



Nous marcherons. 
Marchons. 
Nous marchons. 
Nous avons marche. 
Etc. 






FUTUR. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ. 



LEÇON 7. 



FUTUR. —IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (suite). 



i" Ordonnez à un élève de se placer devant vous; 

2° Dites-lui par signes : Tu marcheras, 

3° Pendant que votre index reste dirigé vers lui, l'élève placé devant vous dira, par signes, 
et écrira : je marcherai. 

Répéter cet exercice , pour le présent et pour le passé , et la leçon sera eomprise : elle de- 
viendra presqu'un jeu, surtout si vous vous faites remplacer au tableau par un de vos élèves. 



Avant l'action. 


Commandement. 


Pendant l'action. 


Après l'action. 


Tu marcheras. 


Marche. 


Tu marches. 


Tu as marché. 


Je marcherai. 




Je marche. 


J'ai marché. 


Tu sauteras. 


Saute. 


Tu sautes. 


Tu as sauté. 


Je sauterai. 




Je saute. 


J'ai sauté. 


Tu écriras. 


Écris. 


Tu écris. 


Tu as écrit. 


J'écrirai. 




J'écris. 


J'ai écrit. 


Tu liras. 


Lis. 


Tu lis. 


Tu as lu. 


Je lirai. 




Je lis. 


J'ai lu. 


Tu étudieras. 


Étudie. 


Tu étudies. 


Tu as étudié. 


J'étudierai. 




J'étudie. 


J'ai étudié. 


Etc. 


Eté. 


Etc. 


Etc. 


Tu ru 


archeras. 


Je marcherai. 





Marche. 

Tu marches maintenant. Je marche maintenant. 
Tu as marché. ^ _, J'ai marché. 

Etc. Etc. 



FUTUR. — IMPERATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ. 



LEÇON 8. 



FUTUR.— IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (suite). 

1° Faites venir deux élèves devant vous, et vous adressant à l'un d'eux, dites : lui et toi, vous 
marcherez. 

2» Pendant que votre index est dirigé vers ce même élève, faites-lui dire : lui et moi, nous 
marcherons. 

Même exercice pour le présent et pour le passé, et cette leçon sera bien comprise. 



Avant l'action. 



Lui et. toi , vous 

marcherez. 
Lui et moi , nous 

marcherons. 

Lui et toi , vous 

sauterez. 
Lui et moi , nous 

sauterons. 

Lui et toi , vous 

écrirez. 
Lui et moi, nous 

écrirons. 

Lui et toi , vous 

lirez. 
Lui et moi, nous 

lirons. 

Etc. 



Commandement. 



Marchez. 



Sautez. 



Écrivez. 



Lisez. 



Etc. 



Pendant l'action. 

Vous marchez. 
Nous marchons. 

Vous sautez. 
Nous sautons. 

Vous écrivez. 
Nous écrivons. 

Vous lisez. 
Nous lisons. 
Etc. 



Après l'action. 

Vous avez marché. 
Nous avons marché 

Vous avez sauté. 
Nous avons sauté. 

Vous avez écrit. 
Nous avons écrit. 

Vous avez lu. 
Nous avons lu. 

Etc. 



Lui et moi , nous marcherons. 



Lui et toi , vous marcherez. 
Marchez. 

Lui et toi, vous marchez maintenant. Lui et moi , nous marchons. 
Lui et toi, vous avez marché. Lui et moi , nous avons marche. 

Etc. Etc. 



FUTUR. — IMPERATIF. 



PRESENT. 



PASSE. 



I 



LEÇON 9. 



FUTUR. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (suite). 



Faites, pour cette leçon et les quatre suivantes, les exercices que vous avez faits pour les deux 
précédentes. 



Avant l'action. 



Paul s'assiéra. 
Paul se lèvera. 
Paul s'agenouillera 
Paul s'inclinera. 
Paul se prosternera 
Paul se relèvera. 
Paul se courbera. 
Paul se redressera. 
Etc. 



Commandement. 



Paul! assieds-toi. 
Paul! lève-toi. 
Paul!agenouille-toi 
Paul! incline-toi. 
Paul! prosterne-toi 
Paul! relève-toi. 
Paul! courbe-toi. 
Paul! redresse-toi. 
Etc. 



Pendant l'action. 


Ap?'ès l'action. 


Paul s'assied. 


Paul s'est assis. 


Paul se lève. 


Paul s'est levé. 


Paul s'agenouille. 


Paul s'est agenouillé. 


Paul s'incline. 


Paul s'est incliné. 


Paul se prosterne. 


Paul s'est prosterné 


Paul se relève. 


Paul s'est relevé. 


Paul se courbe. 


Paul s'est courbé. 


Paul se redresse. 


Paul s'est redressé. 


Etc. 


Etc. 



Paul s'assiéra. 
Paul! assieds-toi. 
Paul s'assied. 
Paul s'est assis, 
Etc. 



LEÇON 10. 



FUTUR. — IMPERATIF. — PRESENT. — PASSE (suite). 



Avant l'action. 


Commandement. 


Pendant l'action. 


Paul et Jean s'assiéront. 
Paul et Jean se lèveront. 
Paul et Jean s'agenouilleront. 
Paul et Jean s'inclineront. 
Paul et Jean se prosterneront. 
Paul et Jean se relèveront. 
Paul et Jean se courberont. 
Paul et Jean se redresseront. 


Paul et Jean! asseyez-vous. 
Paul et Jean! levez-vous. 
Paul et Jean! agenouillez-vous 
Paul et Jean! inclinez-vous. 
Paul et Jean ! prosternez-vous 
Paul et Jean ! relevez-vous. 
Paul et Jean! courbez-vous. 
Paul et Jean! redressez-vous. 


Paul et Jean s'asseyent. 
Paul et Jean se lèvent. 
Paul et Jean s'agenouillent. 
Paul et Jean s'inclinent. 
Paul et Jean se prosternent. 
Paul et Jean se relèvent. 
Paul et Jean se courbent. 
Paul et Jean se redressent. 



Après l'action. 



Paul et Jean se sont assis. 
Paul et Jean se sont levés. 
Paul et Jean se sont agenouillés. 
Paul et Jean se sont inclinés. 
Paul et Jean se sont prosternés. 
Paul et Jean se sont relevés. 
Paul et Jean se sont courbés. 
Paul et Jean se sont redressés. 



e 

H 

e 

53 



3 

13 
H- 
53 
> 



13 
V 
M. 

M 
Z 
H 



■0 

> 



Paul et Jean s'assiéront. 

Paul et Jean ! asseyez- vous. 

Paul et Jean s'asseyent. 

Paul et Jean se sont assis. 



«0 






LEÇON 1 





FUTUR. —IMPÉRATIF.— PRÉSENT.— PASSÉ (suite). 




«a 
B 

=5 


Avant faction. 


Commandement. 


Pendant l'action. 


Après l'action. 


1 


Nous nous assiérons. 


Asseyons-nous. 


Nous nous asseyons. 


Nous nous sommes assis. 


i 


Nous nous lèverons. 


Levons-nous. 


Nous nous levons. 


Nous nous sommes levés. 


"3 


Nous nous agenouillerons. 


Agenouillons-nous. 


Nous nous agenouillons. 


Nous nous sommes agenouillés 


■ 


Nous nous inclinerons. 


Inclinons-nous. 


Nous nous inclinons. 


Nous nous sommes inclinés. 


! 


Nous nous prosternerons. 


Prosternons-nous . 


Nous nous prosternons. 


Nous nous sommes prosternés. 


•8 
SB 


Nous nous relèverons. 


Relevons-nous. 


Nous nous relevons. 


Nous nous sommes relevés. 


B 


Nous nous courberons. 


Courbons-nous. 


Nous nous courbons. 


Nous nous sommes courbés. 




Nous nous redresserons. 


Redressons- nous. 


Nous nous redressons. 


Nous nous sommes redressés. 


-3 



Nous nous assiérons. 
Asseyons-nous. 
Nous nous asseyons. 
Nous nous sommes assis. 



•3 

> 

en 
M- 



FUTUR. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ. 



11 



LEÇON 12. 

FUTUR. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSE {suite). 



Avant l'action. 



Tu t'assiéras. 
Je m'assiérai. 

Tu te lèveras. 
Je me lèverai. 

Tu t'agenouilleras. 
Je m'agenouillerai. 

Tu t'inclineras. 
Je m'inclinerai. 



Commandement. 

Assieds- toi. 
Lève-toi. 
Agenouille-toi. 
Incline-toi. 

Tu t'assiéras. 
Assieds-toi. 
Tu t'assieds. 
Tu t'es assis. 



Pendant l'action. 



Tu t'assieds. 
Je m'assieds. 

Tu te lèves. 
Je me lève. 

Tu t'agenouilles. 
Je m'agenouille. 

Tu t'inclines. 
Je m'incline. 



Je m'assiérai. 

Je m'assieds. 
Je me suis assis. 



Après l'action. 



Tu t'es assis. 
Je me suis assis. 

Tu t'es levé. 
Je me suis levé. 

Tu t'es agenouillé. 
Je me suis agenouilla 

Tu t'es incliné. 
Je me suis incliné. 



LEÇON 13. 



FUTUR. —IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (suite). 



Avant l'action. 



Lui et toi , vous 
vous assiérez. 

Lui et moi , nous 
nous assiérons. 

Lui et toi , vous 
vous lèverez. 

Lui et moi, nous 
nous lèverons. 

Lui et toi, vous vous 
agenouillerez. 

Lui et moi, nous nous 
agenouillerons. 



Commandement. 



Asseyez-vous. 



Levez-vous. 



Agenouillez- vous. 



Pendant l'action. 

Vous vous asseyez. 
Nous nous asseyons. 



Vous vous levez. 
Nous nous levons. 



Vous vous age- 
nouillez. 

Nous nous age- 
nouillons 



Après l'action. 



Vous vous êtes 

assis. 
Nous nous sommes 

assis. 

Vous vous êtes 

levés. 
Nous nous sommes 

levés. 

Vous vous êtes 
agenouillés. 

Nous nous sommes 
agenouillés. 



av. 



12 



Lui et toi , vous vous assiérez. 
Asseyez- vous. 

Lui et toi , vous vous asseyez. 
Lui et toi , vous vous êtes assis. 



VERBE A L'IMPÉRATIF. 

Lui et moi , nous nous assiérons. 



Lui et moi , nous nous asseyons. 
Lui et moi , nous nous sommes assis. 



LEÇON 14. 






VERBE A L'IMPERATIF SUIVI D'UN COMPLEMENT DIRECT. 

Avant l'enseignement de cette leçon , placez dans la classe , et assez loin de vous, les objets 
ci-dessous nommés , afin de pouvoir commander à un élève de vous apporter celui que vous 
|ui désignerez. 



Paul! apporte un livre. 

. apporte un cahier. 

. apporte un encrier. 

. apporte une ardoise. 

. apporte un carrelet. 

. apporte une plume. 

. apporte un crayon. 



Pendant l'action , parlant à celui qui 

la fait : Tu apportes un livre. 

Celui qui fait l'action répond : J'apporte un livre. 

Après l'action, parlant à celui qui l'a 

faite : Tu as apporté un livre. 

Celui qui a fait l'action répond: J'ai apporté un livre. 

Un camarade, parlant de celui qui fait 

l'action : Il apporte un livre. 

Ou qui l'a faite : 11 a apporté un livre. 



LEÇON 15. 



VERBE A L'IMPERATIF SUIVI D'UN COMPLÉMENT DIRECT (suite). 

Jean et Paul! apportez la table. 
. . . . apportez le banc. 
. . . . apportez la chaise. 



EXERCICE SUR LES DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

Jean et Paul! ouvrez la fenêtre. 
. . . . ouvrez la porte. 
Jean et Paul! fermez la fenêtre. 
fermez la porte. 
Etc. 



18 



I 



*j3 



Pendant l'action, parlant à ceux qui 

la font : Vous apportez la table. 

Ceux qui font l'action répondent : Nous apportons la table. 

Après l'action , parlant A ceux qui 

l'ont faite : Vous avez apporté la table. 

Ceux qui ont fait l'action répondent : Nous avons apporté cette table. 

Un camarade parlant de ceux qui font 

l'action : Ils apportent la table. 

Ou qui l'ont faite : Ils ont apporté la table. 



LEÇON 16. 



EXERCICE SUR LES DEUX LEÇONS PRECEDENTES. 



Paul ouvrira la porte, et il sortira de la classe. 
Paul et Jean ouvriront la porte , et ils sortiront de la classe. 
Paul saluera le professeur, et il sortira de la classe. 
Paul et Jean salueront le professeur, et ils sortiront de la classe. 
Paul prendra une ardoise , et il écrira. 
Paul et Jean prendront une ardoise, et ils écriront. 
Paul prendra une brosse, et il brossera son pantalon. 

Paul et Jean prendront chacun une brosse, et ils brosseront leurs pantalons. 
Paul s'assiéra à sa place, et il étudiera sa leçon. 
Paul et Jean s'assiéront à leurs places, et ils étudieront leurs leçons. 
Paul s'agenouillera , et il fera une prière. 
Paul et Jean s'agenouilleront, et ils feront une prière. 
Paul ira dans la cour, et il s'amusera. 
Paul et Jean iront dans la cour, et ils s'amuseront. 
Etc. 



I 






u 


PRÉPOSITIONS. 


Le professeur : Paul ! ouvre la porte , et sors de la classe. 




Paul et Jean! ouvrez la porte, et sortez de la classe. 


Un élève . 


Le professeur a dit à Paul : Paul 1 ouvre la porte , et sors 




de la classe ; et Paul a ouvert la porte , et il est sorti de 




la classe. 


Un autre 


: Le professeur a dit à Paul et à Jean : Paul et Jean! ouvrez 




la porte et sortez de la classe ; et Paul et Jean ont 




ouvert la porte, et ils sont sortis de la classe. 




Etc. 




LEÇON 17. 




PRÉPOSITIONS. 




Paul 1 tu te mettras devant la table. 




Paul et Jean ! vous vous mettrez devant la table. 




Paul! lu te mettras derrière la table. 




Paul et Jean ! vous vous mettrez derrière la table. 




Paul ! tu t'assiéras sur le banc. 




Paul et Jean! vous vous assiérez sur le banc. 




Paul ! tu t'accouderas sur la table. 




Paul et Jean ! vous vous accouderez sur la table. . 




Paul ! tu te mettras à côté de la table. 


• 


Paul et Jean ! vous vous mettrez à coté de la table. 




Paul! tu te mettras à côté de\a chaise. 




Paul et Jean ! vous vous mettrez à côté de la chaise. 




Paul! tu marcheras le long de la table. 




Paul et Jean! vous marcherez le long de la table. 




Etc. 


Le professeur : Paul 1 mets-toi devant la table. 




Paul et Jean ! mettez- vous devant la table. 


Un élève : 


Le professeur a dit à Paul : Paul! mets-toi devant la table; 




et Paul s'est mis devant la table. 


Un autre 


Le professeur a dit à Paul et à Jean : Paul et Jean! mettez- 




vous devant la table ; et Paul et Jean se sont mis devant 




la table. 




Etc. 



IMPERATIF. — SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 



15 



LEÇON 18. 



PREPOSITIONS (suite). 

Paul ! mets-toi devant la table, 
mets-toi derrière la table, 
assieds-toi sur le banc, 
accoude-toi sur la table, 
mets-toi « côté de la table, 
mets-toi à côté de la chaise, 
marche le long de la table. 
Etc. 



Pendant l'action, parlant à celui qui la 
fait : 
- Celui qui fait l'action répond : 

Après l'action , parlant à celui qui l'a 
faite : 

Celui qui a fait l'action répond : 

Un camarade parlant de celui qui 
fait l'action: 

Ou qui l'a faite : 
Etc. 



Tu te mets devant la table. 
Je me mets devant la table. 

Tu t'es mis devant la table. 
Je me suis mis devant, la table. 

Il se met devant la table. 
11 s'est mis devant la table. 



LEÇON 19. 



IMPERATIF. — SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 

Paul! montre-moi la longueur de la table. 

la largeur 

l'épaisseur 

la hauteur 

le dessus 

le dessous 

le devant. . . . . 

le derrière 



■ 



16 






IMPÉRATIF. — PRÉPOSITIONS. 

Paul ! montre-moi le milieu de la table 

le côté droit. . . 

le côté gauche. . . 

les quatre angles. . 

les pieds. . . . 

Etc. 






Un élève : Le professeur a dit à Paul : Paul ! montre-moi la longueur de 
la table ; et Paul a répondu au professeur : voilà la longueur de la 
table. 
Etc. 



LEÇON 20. 



IMPÉRATIF. — PREPOSITIONS. 



Paul ! ouvre la fenêtre. 
. mets-toi à la fenêtre. 

. jette un petit morceau de papier par la fenêtre. 
. ferme la fenêtre. 
. appuie-toi contre le mur. 
. appuie la chaise contre la table. 
. mets la chaise « côté de la porte. 
. mets la chaise en travers de la porte. 
. passe une épingle au travers de ce cahier. 



Un élève : Le professeur a dit à Paul : Paul ! ouvre la fenêtre : et aussitôt, Paul 
a ouvert la fenêtre. 



DIALOGUE. 



Jean ! Qu'a dit le professeur à Paul ? 

Il lui a dit : Paul ! ouvre la fenêtre. 
Qu'a fait Paul? 
Il a ouvert aussitôt la fenêtre. 
Etc. 



PRÉPOSITIONS. 



17 



LEÇON 21. 

PRÉPOSITION « A TRA VERS. » 

Jean traverse le jardin en courant. 
. . . court à travers le jardin. 
Jean traverse la cour en sautant. 
. . . saute à travers la cour. 
Jean traverse un champ en marchant. 
. . . marche à travers un champ. 
Jean traverse une prairie en se promenant. 
... se promène à travers une prairie. 
Jean traverse une rivière en nageant. 
... nage à travers une rivière. 

DIALOGUE. 

Paul 1 Jean traverse-t-il le jardin ? 
Oui , il le traverse. 
Comment le traverse-t-il ? 
Il le traverse en courant. 
Court-il à travers le jardin ? 
Oui , il court à travers le jardin. 
. Etc. 



LEÇON 22. 



PRÉPOSITION « PAR » , LOCUTIONS PRÉPOSITIVES « PAR-DESSUS, 

PAR-DESSOUS. » 

Les lièvres courent par les champs. 
Les loups courent par les bois. 
Les rats courent par-dessous les toits. 
Les oiseaux volent par-dessus les toits. 
Les oiseaux volent dans les arbres. 

par-dessous les arbres. 

. . . . . par-dessus les arbres. 

ENSEIGNEMENT. — P. O 



I 



48 



IMPÉRATIF. — LOCUTIONS PRÉPOSITIVES. 



DIALOGUE. 

Louis ! Les lièvres courent-ils par les champs ? 
Oui, ils courent par les champs. 
Où courent les lièvres ? 
Ils courent par les champs. 

Etc. 






LEÇON 23. 



IMPÉRATIF , LOCUTIONS PRÉPOSITIVES « LE LONG DE , DE LONG 

EN LARGE. » 

Paul ! marche le long de la table. 

. . . marche le long du mur. 

. . . marche de long en large dans la classe. 

. . . marche de large en long dans la classe. 

. . . marche de long en large et de large en long dans la classe. 



Un élève. Le professeur a dit à Paul : Paull marche le long de la table; et, 
aussitôt , Paul a marché le long de la table. 



DIALOGUE. 

Jean ! Qu'a dit le professeur à Paul? 

Il lui a dit : Paul ! marche le long de la table. 
Qu'a fait Paul? 

Il a marché aussitôt le long de la table. 
Etc. 



PRONOMS PERSONNELS. 



19 



LEÇON 24. 

LES PRONOMS PERSONNELS SE METTENT APRÈS LE VERBE QUAND 
ILS SONT COMPLÉMENTS DIRECTS OU INDIRECTS , ET QUE LE VERBE 
EST A L'IMPÉRATIF; POURVU QUE LA PHRASE SOIT AFFIRMATIVE. 

1» Dictez un grand nombre de phrases semblables à celles ci-dessous; 

2° Faites-les reproduire par vos élèves sur leurs ardoises ou sur le tableau ; 

3» Engagez-les à en composer eux-mêmes de nouvelles. 

Paull tu cueilleras un raisin, et tu le mangeras. 
. cueille un raisin , et mange-/e 
. tu cueilleras une pêche et tu la mangeras, 
cueille une pêche, et mange-fo. 
tu cueilleras des raisins, et tu les mangeras. 
. cueille des raisins, et mange-/es. 
. tu cueilleras des pêches , et tu les mangeras, 
cueille des pêches, et mange-fes. 
Etc. 



LEÇON 25. 

LES PRONOMS PERSONNELS SE METTENT APRÈS LE VERBE QUAND 

ILS SONT COMPLÉMENTS DIRECTS OU INDIRECTS, ET QUE LE VERBE 

EST A L'IMPÉRATIF; POURVU QUE LA PHRASE SOIT AFFIRMATIVE 
(suite). 

Renouvelez, pour cette leçon et pour les trois suivantes , les exercices de la leçon précédente. 

Louis! tu féliciteras Jean , et tu lui donneras une image. 
.... félicite Jean , et donne-lui une image. 
Paul ! tu féliciteras Jean , et tu lui donneras une image. 
.... félicite Jean, et donne-lui une image. 
Luc I tu féliciteras tes camarades , et tu leur donneras des images. 
. . . . félicite tes camarades, et donne-leur des images. 
Désiré ! tu féliciteras tes camarades et tu leur donneras des images. 
. . . . félicite tes camarades, et donne-/ewr des images. 
Etc. 



20 



EXERCICE 






LEÇON 26. 



EXERCICE SUR LES DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



Paul ! tu cueilleras une pomme, et tu la mangeras. 

. tu cueilleras des pommes , et tu les mangeras. 

. tu cueilleras des cerises , et tu les mettras dans un panier. 

. tu pèleras une pomme, et tu la mangeras. 

. tu pèleras une orange, et tu la donneras à Jean, 
tu féliciteras Jean, et tu lui donneras une image. 

. tu salueras le professeur, et tu lui donneras un livre. 
Louis! tu loueras Jean , et tu lui donneras une image. 

. tu salueras ton maître, et tu lui donneras un livre. 

. tu cueilleras des pommes, et tu les porteras à la maison. 

. tu achèteras un livre, et tu le liras. 

. tu étudieras ta leçon , et tu la réciteras à ton maître. 

. tu feras une lettre, et tu la porteras à la poste. - 

. tu écriras une lettre , et tu l'adresseras à ton père. 



Paul ! tu cueilleras une pomme, et tu la mangeras. 
Paul ! cueille une pomme, et mange- la. 
Etc. 



LEÇON 27. 



LES PRONOMS PERSONNELS SE METTENT APRÈS LE VERBE QUAND 
ILS SONT COMPLÉMENTS DIRECTS OU INDIRECTS, ET QUE LE VERBE 
EST A L'IMPÉRATIF; POURVU QUE LA PHRASE SOIT AFFIRMATIVE. 

Paul 1 tu achèteras une image , et tu me la donneras. 
. . . achète une image , et donne-Za-woj . 
Paul 1 tu achèteras des images et tu m'en donneras une. 
. . . achète des images, et àonne-m'en une. 



SUR LES DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

Paul ! lu cueilleras des pommes , et tu me les donneras. 

. cueille des pommes, et donne- les-moi. 
Paul! tu cueilleras des pommes, et tu m'en donneras une. 

. cueille des pommes, et donne-m'en une. 
Paul ! tu cueilleras des pommes , et tu nous les apporteras. 

. cueille des pommes, et apporte-/es-«ows. 
Paul ! tu cueilleras des pommes, et tu nous en apporteras plusieurs. 
. . cueille des pommes, et apporte-noî<s-en plusieurs. 
Etc. 



21 




LEÇON *28. 



EXERCICE SUR LA LEÇON PRÉCÉDENTE. 



Paul ! tu achèteras des images, et tu m'en donneras une. 
tu achèteras des images, et tu nous en donneras, 
tu cueilleras des raisins , et tu m'en offriras. 
tu cueilleras une fleur, et tu me l'offriras, 
tu feras un bouquet , et tu me le présenteras, 
tu pèleras une orange, et tu me l'offriras, 
tu cueilleras des cerises, et tu nous en apporteras, 
tu cueilleras des prunes, et tu nous les apporteras, 
tu achèteras des bonbons, et tu m'en donneras, 
tu achèteras un livre , et tu me le prêteras. 
tu achèteras des livres , et tu jne les prêteras, 
tu achèteras une ardoise , et tu me la prêteras, 
tu achèteras des plumes , et tu nous en donneras. 
tu cueilleras un raisin, et tu me l'apporteras. 
tu cueilleras des raisins , et tu nous les apporteras. 
Etc. 



Paul! tu achèteras des images, et tu m'en donneras une. 
Paul! achète des images, et donne-m'en une. 
Etc. 



P^^H 



22 



MODÈLE D'EXERCICES. 



LEÇON 29. 



1 






IMPÉRATIF. - FUTUR. - PRÉSENT. - PASSÉ. 
Variez autant que possible ce genre d'exercice. 

Paul! porte un livre et une ardoise sur la table. 

. . . mets le livre sur l'ardoise. 

. . . ôte le livre de dessus l'ardoise, et mets l'ardoise sur le livre. 

. . . ôte le livre de dessous l'ardoise, et mets-le sur le banc. • 

. . . prends un cahier, et mets-le entre le livre et l'ardoise. 

. . . mets le livre au milieu de la table, et l'ardoise d'un côté et le cahier de 

l'autre. 
. . . prends le livre où il est, et mets-le sur la chaise. 
. . . prends l'ardoise et le cahier où ils sont, et mets-les de chaque côté du 

livre. 
Etc. 



Avant l'action. Tu porteras un livre et une ardoise sur la table. 

Je porterai 

Pendant l'action. Tu portes un livre et une ardoise sur la table. 

Je porte. 

Après l'action. Tu as porté un livre et une ardoise sur la table. 

J'ai porté 

Etc. 



MODÈLE D'EXERCICES. 



23 



LEÇON 30. 



CONNAISSANCE DES MOTS a ENDROIT, LIEU, PLACE», QUI, DANS 
CETTE LEÇON, SONT SYNONYMES. 

lo Mettez une chaise devant la porte de la classe ; 

2o Un livre sous la chaise ; 

3o Plusieurs cahiers sur la première table ; 

io Et une ardoise au bas de la fenêtre ; 

5» Écrivez : 

La chaise est devant la porte de la classe. 
Le livre est sous la chaise. 
Les cahiers sont sur la première table. 
L'ardoise est au bas de la fenêtre. 
Etc. 



Où 

En quel endroit 
En quel lieu 
A quelle place 
Dans quel endroit 
Dans quel lieu 
Elle est devant la porte. 
Etc. 



est la chaise ? 



LEÇON 31. 



PRONOM RELATIF «QUI» DEVANT m EST» ET a ÉTAIT», ET CON- 
NAISSANCE DES MOTS «AILLEURS» ET «AUTRE PART.» 

Paull prends la chaise qui est devant la porte de la classe, et mets-la ailleurs. 
Paull prends le livre qui est sous la chaise, et mets-le autre part. 
Paull prends les cahiers qui sont sur la première table, et mets-les ailleurs. 
Paul! prends l'ardoise qui est au bas de la fenêtre, et mets-la autre part. 
Etc. 



24 IMPÉRATIF. 

Avant l'action. Tu prendras la chaise qui est devant la porte de la classe , et 
tu la mettras ailleurs. 

Je prendrai la 

Après l'action. Tu as pris la chaise qui était devant la porte de la classe , et 
tu l'as mise ailleurs. 

J'ai pris 

Etc. 



SYNONYMIES. 

Ailleurs. 
Autre part. 
En un autre endroit. 
En un autre lieu. 
A une autre place. 
Dans un autre endroit. 
Dans un autre lieu. 
Dans une autre place. 



LEÇON 32. 



IMPÉRATIF. - SUBSTANTIF ABSTRAIT « ENDROIT. » 

1° Mettez une chaise devant la porte de la classe; 

2» Mettez-la successivement devant la fenêtre, sous une table, sur la table, à côté de la table; 

3° Ecrivez, ou faites écrire sur le tableau, en variant l'exercice. 

Paul! prends la chaise qui est devant la porte, et mets-la en un autre endroit. 

(devant la fenêtre). 
Paul! prends la chaise qui est devant la fenêtre, et mets-la en un autre endroit. 

(sous la table). 

Paul! prends la chaise qui est sous la table, et mets-la dans un autre endroit. 

(sur la table). 
Paul ! prends la chaise qui est sur la table, et mets-la à côté de la table. 

Etc. 



mm 
~ M 



IMPÉRATIF. 



25 



Avant ludion. Tu prendras la chaise qui est devant la porte, et tu la mettras 
devant la fenêtre. 

Je prendrai 

Après l'action. Tu as pris la chaise qui était devant la porte, et tu l'as mise 
devant la fenêtre. 

J'ai pris 

Etc. 



LEÇON 33. 

IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LE MOT « PLACE. » 

1° Placez une chaise devant une table ; 
ïo Un livre sur la table; 
3" Des cahiers dans le tiroir de la table; 
4° Des crayons blancs au bas du tableau ; 
5° Écrivez ou faites écrire : 

Paul! prends la chaise qui est devant la table, et porte-la devant la fenêtre. 

Ote-la de devant la fenêtre, et remets-la à sa place. 
Paul ! prends le livre qui est sur la table , et porte-le sur la chaise. 

Ote-le de dessus la chaise , et remets-le à sa place. 
Paul ! prends les cahiers qui sont dans le tiroir de la table , et porte-les sur la 
chaise. 
Ote-les de dessus la chaise, et remets-les a leur place. 
Paull prends les crayons blancs qui sont au bas du tableau, et porte-les sur la 
table. 
Ote-les de dessus la table, et remets-les à leur place. 
Etc. 



LEÇON 34. 

IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LE MOT « PLACE » (/suite). 

Avant l'action. Tu prendras la chaise qui est sur la table, et tu la porteras 
devant la fenêtre ; 
puis, tu l'ôteras de devant la fenêtre , et tu la remettras à sa 
place. 

Un élève : Je prendrai la chaise 

puis, je Voterai 

Etc. 



26 



IMPERATIF. 



Après l'action. Tu as pris la chaise qui était sur la table , et tu l'as portée de- 
vant la fenêtre ; 
puis, tu l'as ôtée de devant la fenêtre, et tu l'as remise à sa 
place. 

L'élève : J'ai pris la chaise 

puis , je l'ai ôtée ' 

Etc. 



LEÇON 35. 



IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LE MOT « PLACE » (suite). 

Paul I lève-toi, sors de ta place, prends la chaise, et porte-la devant le tableau ; 
puis , ôte-la de devant le tableau , remets-la à sa place , et reviens à ta 
place. 
Jean ! lève-toi, sors de ta place, prends la chaise, et porte-la devant la fenêtre; 
puis , prends-la devant la fenêtre , remets-la à sa place , et reviens à ta 
place. 
Paul 1 Jean ! levez-vous , sortez de vos places , prenez une chaise , et portez-la 
devant la fenêtre ; 
puis, prenez-la devant la fenêtre, remettez-la à sa place, et revenez à vos 
places. 



Avant l'action. Tu te lèveras, tu sortiras de ta place, tu prendras la chaise, et 
tu la porteras devant le tableau ; 
puis , tu la prendras devant le tableau , tu la remettras à sa 
place, et tu reviendras à ta place. 

Je me lèverai 

Etc. 
Après l'action. Tu t'es levé , tu es sorti de ta place, tu as pris la chaise , et tu 
l'as portée devant le tableau ; 
puis, tu l'as prise devant le tableau, tu l'as remise à sa place, 
et tu es revenu à ta place. 

Je me suis levé 

Etc. 






IMPERATIF. 



27 



LEÇON 36. 

IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LE VERBE « CHANGER » ET SUR 

LE « PASSÉ. » 

Julie ! change d'ardoise avec Jeanne. 
Julie ! change de crayon avec Jeanne. 
Julie! change d'étui avec Jeanne. 
Julie! change de ciseaux avec Jeanne. 
Julie ! change de place avec Jeanne. 
Etc. 



La maîtresse a dit à Julie : Julie! change d'ardoise avec Jeanne , et aussitôt , 
Julie a changé d'ardoise avec Jeanne. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Anne ! Qu'a dit la maîtresse à Julie? 

Elle lui a dit : Julie! change d'ardoise avec Jeanne. 
Qu'a fait Julie aussitôt? 
Elle a changé d'ardoise avec Jeanne. 
Etc. 



LEÇON 37. 






IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LA PRÉPOSITION « ENTRE n 
ET SUR LE « PASSÉ. » 

Pauline ! mets la chaise entre deux tables. 
Pauline ! mets ton ardoise entre tes doigts. 
Pauline ! mets ton crayon entre tes dents. 
Pauline! mets-toi entre deux de tes compagnes. 

Etc. 



28 



IMPÉRATIF. 



La maîtresse a dit à Pauline : Pauline! mets la chaise entre deux tables; et 
aussitôt, Pauline a mis la chaise entre deux tables. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Jeanne ! Qu'a dit la maîtresse à Pauline ? 

Elle lui a dit : Pauline! mets la chaise entre deux tables. 
Qu'a fait aussitôt Pauline? 
Elle a mis la chaise entre deux tables. 
Etc. 



LEÇON 38. 



lXI 



IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LA PRÉPOSITION «PARMI» 
ET SUR LE «PASSÉ. » 

Pauline ! mets beaucoup de cahiers sur la table, et place un livre joarmilescahiers. 
Pauline! mets beaucoup de livres sur la chaise , et place un cahier parmi les 
livres. 

Pauline! mets beaucoup de crayons sur la table , et place une plume parmi ces 
crayons. 

Pauline! mets beaucoup de plumes sur la table, et place un crayon parmi ces 
plumes. 

Etc. 



La maîtresse a dit à Pauline : Pauline! mets beaucoup de cahiers sur la table, 
et un livre parmi les cahiers; et aussitôt Pauline a mis beaucoup de cahiers 
la table, et elle a mis un livre parmi les cahiers. 



sur 



sfik 



DIALOGUE. 

Anne ! Qu'a dit la maîtresse à Pauline ? 

Elle lui a dit : Pauline ! mets beaucoup de cahiers sur la table, et mets 

un livre parmi les cahiers. 
Qu'a fait aussitôt Pauline ? 

Elle a mis beaucoup de cahiers sur la table, et elle a mis un livre parmi 
les cahiers. 
Etc. 



IMPERATIF. 



29 



LEÇON 39. 

IMPÉRATIF. — EXERCICE SUR LES PRÉPOSITIONS « A » ET « DE », 
ET SUR LE « PASSÉ. » 

Louise ! va de ta place à la porte, et reviens de la porte à ta place. 
Louise ! va de la porte à la fenêtre , et reviens de la fenêtre à la porte. 
Louise! va de la classe à la cour, et de la cour reviens à la classe. 
Louise! va de la classe « la chapelle, et de la chapelle reviens à la classe. 
Etc. 

La maîtresse a dit à Louise : Louise ! va de ta place à la porte, et reviens de la 
porte dta place. 



Etc. 



DIALOGUE. 



Julie! Qu'a dit la maîtresse à Louise. 

Elle lui a dit : Louise ! va de ta place à la porte, et reviens de la porte à 

ta place. 
Qu'a fait Louise? 
Elle est allée de sa place à la porte, et elle est revenue de la porte à sa place. 

Etc. 



LEÇON 40. 



IMPÉRATIF. - EXERCICE SUR LES PRÉPOSITIONS « DEPUIS, 
JUSQU'A » ET SUR LE « PASSÉ. » 

Marie ! marche depuis la table jusqu'à la fenêtre ; 

puis , tourne-toi, et marche depuis la fenêtre jusqu'à la porte. 
Marie ! saute depuis la table jusqu'au tableau; 

puis, tourne-toi, et saute depuis le tableau jusqu'à la table. 
Marie ! porte la chaise de la place où elle est jusqu'à la fenêtre ; 

puis, tourne-toi, et porte-la depuis la fenêtre jusqu'à sa place. 
Etc. 



■■1 



30 



VERBES ACTIFS. 



La maîtresse a dit» Marie : Marie 1 marche depuis la table jusqu'à la fenêtre; 
puis, tourne-toi, et marche depuis la fenêtre jusqu'à la porte 
Etc. 

DIALOGUE. 

Louise 1 Qu'a dit la maîtresse à Marie? 

Elle lui a dit : Marie ! marche depuis la table jusqu'à la fenêtre ; puis , 

tourne-toi , et marche depuis la fenêtre jusqu'à la porte. 
Qu'a fait Marie? 

Elle a marché depuis la table jusqu'à la fenêtre; puis, elle s'est tournée, 
et elle a marché depuis la fenêtre jusqu'à la porte. 
Etc. 






LEÇON 41. 

PASSAGE DES VERBES ACTIFS AUX VERBES PRONOMINAUX. 

Cette leçon ne présente aucune difficulté; il suffit de la faire mettre en actions, pour qu'elle 
soit comprise. Elle sera même, comme les quatre suivantes, un véritable jeu. 






Présent. 



VERBES ACTIFS. 

Brosser. 
Regarder. 
Caresser. 
Embrasser. 
Aimer. 
Menacer. 
Frapper. 
Pousser. 
Pincer. 
Egratigner. 
Etc. 



VERBES PRONOMINAUX. 

Se brosser. 
Se regarder. 
Se caresser. 
S'embrasser. 
S'aimer. 
Se menacer. 
Se frapper. 
Se pousser. 
Se pincer. 
S'égratigner. 
Etc. 



Luc brosse Jean , et Jean brosse Luc. 
Luc et Jean se brossent mutuellement. 
Etc. 






■ri 



VERBES PRONOMINAUX. 



31 



DIALOGUE. 

Louis ! Luc brosse-t-il Jean, et Jean brosse-t-il Luc ? 
Oui. 

Luc et Jean se brossent donc mutuellement? 
Oui. 
Etc. 



LEÇON 42. 



PASSAGE DES VERBES ACTIFS AUX VERBES PRONOMINAUX (suite). 

Passé. 



VERBES ACTIFS. 

Brosser. 
Regarder. 
Caresser. 
Embrasser. 
Aimer. 
Etc. 



VERBES PRONOMINAUX. 

Se brosser. 
Se regarder. 
Se caresser. 
S'embrasser. 
S'aimer. 
Etc. 



Luc a b?-ossé Jean , et Jean a brossé Luc. 
Luc et Jean se sont foossés réciproquement. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Louis ! Luc a-t-il brossé Jean , et Jean a-t-il brossé Luc? 
Oui. 

Luc et Jean se sont donc brossés réciproquement? 
Oui. 
Etc. 



I 



«'52 



VERBES ACTIFS. 



LEÇON 43. 



- 



PASSAGE DES VERBES ACTIFS AUX VERBES PRONOMINAUX (suite). 

Présent et Passé. 



VERBES ACTIFS. 

Brosser. 
Regarder. 
Caresser. 
Embrasser. 
Aimer. 
Etc. 



VERBES PRONOMINAUX. 

Se brosser. 
Se regarder. 
Se caresser. 
S'embrasser. 
S'aimer. 
Etc. 



Luc ! Tu brosses Jean , et Jean te brosse. 
Luc \JTo\ et Jean vous vous brossez. 
Luc ! Tu as brossé Jean , et Jean t'a brossé. 
Luc ! Toi et Jean vous vous êtes brossés. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Luc ! Brosses-tu Jean, et, réciproquement, Jean te brosse-t-il ? 
Oui. 

Luc ! Toi et Jean , vous vous brossez donc réciproquement? 
Oui. 

Luc ! As tu brossé Jean, et, réciproquement, Jean fa-t-i! brossé? 
Oui. 

Luc ! Toi et Jean, vous vous êtes donc brossés réciproquement? 
Oui. 

Etc. 



■ 



Verbes. 



M 



LEÇON 44. 

PASSAGE DES VERRES ACTIFS AUX VERRES PRONOMINAUX {suite). 

' Présent et Passé. 



VERBES ACTIFS. 

Rrosser. 
Regarder. 
Caresser. 
Embrasser. 
Aimer. 
Etc. 



VERBES PRONOMINAUX. 

Se brosser. 
Se regarder. 
Se caresser. 
S'embrasser. 
S'aimer. 
Etc. 



Luc ! Tu me brosses, et je te brosse. 
Toi et moi , nous nous brossons. 
Tu m'as brossé , et je t'ai brossé. 
Toi et moi , nous nous sommes brossés. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Luc ! Me brosses-tu, et, réciproquement te brossé-je? 
Oui. 

Toi et moi , nous nous brossons donc réciproquement? 
Oui. 

M'as-tu brossé, et, réciproquement, t'ai-je brossé? 
Oui. 

Toi et moi, nous nous sommes donc brossés réciproquement? 
Oui. 
Etc. 



ENSEIGNEMENT. 



34 



VERBES. 



I 

w 



LEÇON 45. 






VERBES QUI PEUVENT SE TRADUIRE EN UN AUTRE VERBE 
ACCOMPAGNÉ D'UN SUBSTANTIF QUI LUI SERT DE COMPLÉMENT 
DIRECT. 

Eglantine caresse Jeanne. 
Eglantine fait des caresses à Jeanne. 
Eglantine embrasse Jeanne. 
Eglantine fait des embrassades à Jeanne. 
Eglantine baise Jeanne. 
Eglantine donne des baisers à Jeanne. 
Eglantine complimente Jeanne 
Eglantine fait des compliments à Jeanne. 
Emilie menace Jeanne. 
Emilie fait des menaces à Jeanne. 
Emilie injurie Jeanne. 
Emilie dit des injures à Jeanne. 
Emilie frappe Jeanne. 
Emilie donne des coups à Jeanne. 
Emilie soufflette Jeanne. 
Emilie donne des soufflets à Jeanne. 
Etc. 



VEIÎBES PRONOMINAUX. 



CHAPITRE I er . 

EXERCICES SUR L'IMPÉRATIF.— FUTUR. — PRÉSENT — PASSÉ 
PRÉPOSITIONS. — ADVERRES. 



M 



LEÇON 46. 



COMPARAISON DES VERBES PRONOMINAUX DONT LE SECOND PRONOM 
EST RÉGIME DIRECT, AVEC D'AUTIIES VERBES SYNONYMES DONT 
LE SECOND PRONOM EST RÉGIME INDIRECT. 

1° Failes bien comprendre à vos élèves que se, complément direct, et s'accordant avec le 
participe passé, répond au pronom eux pour le masculin, et au pronom elles pour le féminin. 

2» Que se, complément indirect, et ne s'accordant pas avec le participe passé, répond à ces 
mots : fi eux pour le masculin, et ri elles pour le féminin. 



■u 



PASSE. 



Se caresser. 
Se louer. 
Se féliciter. 
Se complimenter. 
Se menacer. 
S'injurier. 
Se frapper. 
Se souffleter. 
Etc. 



Se faire des caresses. 
Se donner des louanges. 
Se faire des félicitations. 
Se faire des compliments 
Se faire des menaces. 
Se dire des injures. 
Se donner des coups. 
Se donner des soufflets. 
Etc. 



Paul et Lucien se sont caressés. 

Paul et Lucien se sont fait des caresses. 



36 



VERBES PRONOMINAUX. 

Paul et Lucien se sont caressés. 
Paul et Lucien se sont fait des caresses. 
Etc. 



LEÇON 47. 



■ 



COMPARAISON DES VERBES PRONOMINAUX DONT LE SECOND PRONOM 
EST RÉGIME DIRECT, AVEC D'AUTRES VERBES SYNONYMES DONT 
LE SECOND PRONOM EST RÉGIME INDIRECT (suite). 



Se caresser. 
S'embrasser. 
Se baiser. 
Se complimenter. 
Etc. 



Se faire des caresses. 
Se faire des embrassades. 
Se donner des baisers. 
Se faire des compliments. 
Etc. 



MASCULIN. 



Félix ! Toi et Paul, vous vous êtes caressés. 

Toi et Paul, vous vous êtes fait des caresses. 

Toi et moi, nous nous sommes caressés. 

Toi et moi, nous nous sommes fait des caresses. 



FEMININ. 

Toi et Pauline, vous vous êtes caressées. 
Toi et Pauline, vous vous êtes fait des caresses. 
Toi et moi , nous nous sommes caressées. 
Toi et moi , nous nous sommes fait des caresses. 
Etc. 



IMPERATIF. 



PRESENT. 



PASSE. 



87 



LEÇON 48. 



IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSE. — EXERCICE SUR « QUE » ET 
« QUI » INTERROGATIFS. 



IMPERATIF. 



François ! touche la table. 
François! frappe le tableau. 
François! époussètele banc. 
François! essuie le pupitre. 
Etc. 



PRESENT. 

Pendant Faction. 



François touche la table. 
François frappe le tableau. 
François époussète le banc. 
François essuie le pupitre. 
Etc. 



PASSÉ. 

Après l'action. 


François a touché la table. 
François a frappé le tableau. 
François a épousseté le banc. 
François a essuyé le pupitre. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Ernest ! François touche-t-il la table ? 
Oui , il touche la table. 
Que touche François ? 
Il touche la table. 
Qui touche la table ? 
François touche la table. 
Etc. 



Jean I François a-t-il touché la lable? 
Oui , il a touché la table. 
Qu'a touché François? 
Il a touché la table. 
Qui a touché la table ? 
François a touché la table. 
Etc. 






■ 



38 



IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — FUTUR. 



LEÇON 49. 



« QU'EST-CE QUE ». - « QUI EST-CE QUI ». 



PRESENT. 

François touche la table. 



PASSÉ. 

François a touché la table. 



DIALOGUE. 



Luc ! François touche-t-il la table? 
Oui, François touche la table. 
Que touche François? 
Il touche la table. 
Qu'est-ce que François touche? 
C'est la table qu'il touche. 
Qui touche la table ? 
François touche la table. 
Qui est-ce qui touche la table ? 
C'est François qui touche la table. 
Etc. 



Jean ! François aTt-il touché la table? 
Oui, François a touché la table. 
Qu'a touché François ? 
Il a touché la table. 
Qu'est-ce que François a touché? 
C'est la table qu'il a touchée. 
Quia touché la table? 
François a touché la table. 
Qui est-ce qui a touché la table ? 
C'est François qui a touché la table. 
Etc. 



LEÇON 50. 

IMPÉRATIF. - PRÉSENT. - FUTUR. - EXERCICE SUR « QUI » 
1NTERROGATJF, SUJET OU RÉGIME DIRECT. 



IMPERATIF. 



Paul ! salue Jean. 
Paul I touche Jean. 
Paull pousse Jean. 
Paul ! regarde Jean. 
Etc. 



PRESENT. 

Pendant l'action. 



Paul salue Jean. 
Paul touche Jean. 
Paul pousse Jean. 
Paul regarde Jean. 
Etc. 



PASSÉ. 

Après l'action. 



Paul a salué Jean. 
Paul a touché Jean. 
Paul a poussé Jean. 
Paul a regardé Jean. 
Etc. 



IMPERATIF. 



PRÉSENT. — FUTUR. 



39 



DIALOGUE. 

Victor ! Paul salue-t-il Jean? 
Oui, Paul salue Jean. 
Qui Paul salue-t-il ? 
Il salue Jean. 
Qui salue Jean ? 
Paul le salue. 
Paul a-l-il salué Jean ? 
Oui, Paul a salué Jean. 
Qui Paul a-t-il salué? 
11 a salué Jean. 

Qui a salué Jean ? 

Paul l'a salué. 
Etc. 



LEÇON 51 



« QUI EST-CE QUE » EMPLOYÉ COMME RÉGIME DIRECT. 
Paul 1 regarde Jean. 

DIALOGUE. 



Paul regarde-t-il Jean ? 

Oui, il regarde Jean. 

Qui Paul regarde-t-il ? 

Il regarde Jean. 

Qui est-ce que Paul regarde? 

C'est Jean qu'il regarde. 

Qui touche Jean ? 

Paul le touche. 

Qui est-ce que Paul touche? 

C'est Jean que touche Paul. 



BT 



40 



FUTUR. 



IMPERATIF. 



PRESENT. 



PASSE. 



LEÇON 52. 

FUTUR. - IMPERATIF. - PRÉSENT. - PASSÉ. - APPLICATION DU 
PRONOM PERSONNEL « VOUS », S'ADRESSANT A UNE PERSONNE 
QUE L'ON DOIT RESPECTER. 

1° Faites remarquer aux élèves que le pronom tu se rapporte à l'un d'eux, tandis que U 
pronom vous se rapporte au professeur. 

2» Profitez de cette leçon pour enseigner qu'on emploie vous au lieu de fu quand on s'adresse 
à une personne qu'on doit respecter. 



FUTUR. 

Avant l'action. 



Tu me salueras. 
Je vous saluerai. 

Tu me regarderas. 
Je vous regarderai. 

Tu me toucheras. 
Je vous toucherai. 

Tu me brosseras. 
Je vous brosserai. 
Etc. 



IMPERATIF. 

Commandement . 



Salue-moi. 

Regarde-moi. 

Touche-moi. 

Brosse-moi. 
Etc. 



PRESENT. 

Pendant l'action. 



Tu me salues. 
Je vous salue. 

Tu me regardes. 
Je vous regarde. 

Tu me touches. 
Je vous touche. 

Tu me brosses. 
Je vous brosse. 
Etc. 



PASSÉ. 

Après l'action. 



Tu m'as salué. 
Je vous ai salué. 

Tu m'as regardé. 
Je vous ai regardé. 

Tu m'as touché. 
Je vous ai touché. 

Tu m'as brossé. 
Je vous ai brossé. 
Etc. 



Luc! Tu me salueras. 
Salue-moi. 

Tu me salues maintenant. 
Tu m'as salué. 
Etc. 



Je vous saluerai. 

Je vous salue. 
Je vous ai salué. 
Etc. 



■ 



LEÇON 53. 



FUTUR. — IMPERATIF. — PRESENT. — PASSÉ. — EXERCICE SUR LE PRONOM PERSONNEL « VOUS », SE 
RAPPORTANT SOIT A PLUSIEURS PERSONNES, SOIT A UNE SEULE, QU'ON DOIT RESPECTER; ET SUR LE 
PRONOM « NOUS » . 



FUTUR. 

Avant l'action. 



Vous me saluerez. 
Nous vous saluerons. 

Vous nie regarderez. 
Nous vous regarderons. 

Vous nie toucherez. 
Nous vous toucherons. 

Vous me brosserez. 

Nous vous brosserons. 
Etc. 



IMPERATIF. 

Commandement . 



Saluez-moi. 
Regardez-moi. 
Touchez-moi. 
Brossez-moi. 



Vous me saluerez. 
Saluez-moi. 
Vous me saluez. 
Vous m'avez salué. 



PRESENT. 

Pendant l'action. 

Vous me saluez. 
Nous vous saluons. 

Vous me regardez. 
Nous vous regardons. 

Vous me touchez. 
Nous vous touchons. 

Vous me brossez. 
Nous vous brossons. 
Etc. 



Nous vous saluerons. 

Nous vous saluons. 
Nous vous avons salué. 



PASSE. 

Après l'action. 



Vous m'avez salué. 
Nous vous avons salué. 

Vous m'avez regardé. 
Nous vous avons regardé. 

Vous m'avez touché. 
Nous vous avons touché. 

Vous m'avez brossé. 
Nous vous avons brossé. 
Etc. 




e 

H 

c 

SB 



3 
"B 
M- 
SB 
> 
-3 



•0 
SU 
P). 
to 

M 

2 



VI 

VI 



■* 













42 



IMPERATIF. 



PRESENT. 



PASSE. 






LEÇON 54. 



VERBES PRONOMINAUX. 



■ 



IMPERATIF. 



IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ. 



PRESENT. 

Pendant l'action. 



Henri ! peigne-toi. 
Henri! mire-toi. 
Henri! brosse-toi. 
Henri ! lave-toi. 
Henri! agenouille-toi. 
Etc. 



Henri se peigne. 
Henri se mire. 
Henri se brosse. 
Henri se lave. 
Henri s'agenouille. 
Etc. 



PASSÉ. 


Après l'action. 


Henri. s'est peigné. 
Henri s'est miré. 
Henri s'est brossé. 
Henri s'est lavé. 
Henri s'est agenouillé. 
Etc. 



DIALOGUE. 



Jules! Henri se peigne-t-il ? 
Oui, il se peigne. 
Que fait Henri? 
Il se peigne. 



Hector ! Henri s'est-il peigné ? 
Oui, il s'est peigné. 
Qu'a fait Henri ? 
Il s'est peigné. 
Etc. 



IMPÉRATIF. — PRESENT. — PASSE, 



43 



LEÇON 55. 



VEHBES PRONOMINAUX. 



IMPERATIF. 



IMPÉRATIF. — PRÉSENT. — PASSÉ (suite). 



PRESENT. 

Pendant l'action. 



■ ■ 



Henri ! Louis! peignez- 
vous. 

Henri ! Louis ! mirez- 
vous. 

Henri ! Louis ! brossez- 
vous. 

Henri ! Louis ! lavez- 
vous. 
Etc. 



HenrietLouis se peignent. 

Henri et Louis se mirent. 

Henri et Louis se brossent. 

Henri et Louis se lavent. 
Etc. 



PASSÉ. 




Après l'action. 




Henri et Louis se 


sont 


peignes. 




Henri et Louis se 


sont 


mires. 




Henri et Louis se 


sont 


brossés. 




Henri et Louis se 


sont 


lavés. 




Etc. 





DIALOGUE. 

Pierre ! Henri et Louis se peignent-ils ? 
Oui, ils se peignent. 
Que font Henri et Louis? 
Ils se peignent. 



Gaston 1 Henri et Louis se sont-ils peignés? 
Oui, ils se sont peignés. 
Qu'ont fait Henri et Louis? 
Ils se sont peignés. 
Etc. 



I 



IMPÉRATIF, 



LEÇON 56. 



IMPERATIF. 

1° Les ordres ci-dessous do.vent être donnés par U n élève, qui les écrira sur le tableau • 

1 Ils seront exécutés tantôt par un élève, tantôt par plusieurs • 

30 Après l'action celui qui a donné le commandement écrira': tu as marché, et celui qui , 
fit laction répondra : fax marché; ensuite, un troisième élève écrira, à son tour : Jean a 
marche. •"•■• •» 



Jean ! marche. 
Jean et Paul ! marchez. 
Jean! saute. 
Jean et Paul ! tournez. 
Jean et Paul ! sortez de la classe. 
Paul ! assieds-toi. 
Louis et Paul! embrassez-vous. 
Jean et Paul! mouchez-vous. 
Auguste! agenouille-toi. 
Pierre! frappe la table. 
Jean et Paul ! saluez la croix. 
Louis! salue-moi. 

Ernest et Louis! époussetez la table. 
André! ouvre la fenêtre. 
Jean et Paul ! brossez-vous. 
Etc. 



Après l'action. Jules. Jean ! tu as marché. 
Jean. J'ai marché. 
Félix. Jean a marché. 
Etc. 






futur. — Impératif. — passé. 



45 



LEÇON 57. 



FUTUR. — IMPERATIF. 



PASSE. 



Pierre! tu ouvriras la porte, tu la fermeras, tu l'ouvriras de nouveau, puis tu 
la refermeras. 

Pierre 1 tu renverseras la chaise, tu la relèveras, tu la renverseras de nouveau, 
et tu la relèveras encore. 

Pierre! tu quitteras ta casquette, tu la remettras sur ta tête, tu la quitteras de nou- 
veau, et tu la remettras encore. 

Pierre! tu prendras ta brosse, tu te brosseras, tu remettras ta brosse à sa place, 
tu la reprendras, tu te brosseras de nouveau, et tu remettras encore ta brosse 
à sa place. 



Avant l'action. Pierre! tu ouvriras la porte, tu la fermeras, tu l'ouvriras de 
nouveau, puis tu la refermeras. 
J'ouvrirai la porte , je la fermerai , je l'ouvrirai de nouveau , 
puis je la refermerai. 
Impératif. Pierre ! ouvre la porte , ferme-la , ouvre-la de nouveau , puis 

referme-la. 
Après l'action. Pierre! tu as ouvert la porte , tu l'as fermée, tu l'as ouverte de 
nouveau, puis tu l'as refermée. 
J'ai ouvert la porte, je l'ai fermée , je l'ai ouverte de nouveau , 
puis je l'ai refermée. 
Etc. 



^m 



I 



46 



EXERCICES SUR LE MOT « FOIS » . 



LEÇON 58. 

EXERCICE SUR LE MOT « FOIS ». 

Une fois. 
Deux fois. 
Trois fois. 
Quatre fois. 
Cinq fois. 
Six fois. 
. Sept fois. 
Huit fois. 
Neuf fois. 
Dix fois. 
Etc. 



Lucien ! frappe la table une fois, 
frappe-la deux fois, 
frappe-la trois fois, 
frappe-la quatre fois, 
frappe-la cinq fois, 
frappe- la six fois, 
frappe-la sept fois, 
frappe-la huit fois, 
frappe-la neuf fois, 
frappe-la dix fois. 
Etc. 



LEÇON 59. 



EXERCICE SUR LE MOT « FOIS » (suite). 



i" Variez beaucoup le nombre de fois ; 
!° Faites-les compter à chaque action. 



m 
W 



Théodore ! frappe la table. 

• • . . touche ton camarade. 






NOMBRE CARDINAL. — NOMBHE ORDINAL. 



47 



Eugène ! saute. 

. tourne. 

. mouche-toi. 

. bâille. 

. éternue. 

. crache. 
Etc. 



Théodore ! frappe la table deux fois. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Après l'action. Qu'as-tu fait, Théodore? 
J'ai frappé la table. 
Combien de fois l'as-tu frappée? 
Je l'ai frappée deux fois. 
Etc. 



'M 



LEÇON 60. 



DISTINCTION DU NOMBRE ORDINAL D'AVEC LE NOMBRE CARDINAL. 



NOMBRE CARDINAL 


1. 


Un. 


2. 


Deux. 


3. 


Trois. 


4. 


Quatre. 


5. 


Cinq. 




Etc. 





NOMBRE 


ORDINAL. 


\ 




Premier. 


\ 


1 


Deuxième. 


i 


i 1 


Troisième. 


I 


I 1 1 


Quatrième. 


1 


\ \ \ \ 

Etc. 


Cinquième 



H 



48 



l'ADVERBK « COMMENT. i> — LE MOT « FOIS ». 






LEÇON 61 



L'ADVERBE « COMMENT » ET LE MOT ABSTRAIT « FOIS ». — 



■ 



Nestor ! frappe la table , d'abord avec la main , puis avec le coude , puis avec le 

pied, enfin avec le genou. 
Nestor! frappe Jean, d'abord avec un livre, puis avec une ardoise, puis avec une 

règle , enfin avec un crayon. 
Nestor! écris ton nom, d'abord avec ton crayon, sur l'ardoise; puis avec la plume, 

sur un morceau de papier ; puis avec la craie , sur le tableau ; enfin écris-lé 

en dactylologiej 
Etc. 



Nestor ! frappe la table , d'abord avec la main , puis avec le coudé , puis avec lé 
pied, enfin avec le genou. 

Etc. 



DIALOGUE. 



if 

Jtt 



Pernând ! Qu'a fait Nestor? 
Il a frappé la table. 
Combien de fois l'a-t-il frappée ? 
Il l'a frappée quatre fois. 
Comment l'a-t-il frappée la première foisl 
Il l'a frappée avec la main. 
Comment l'a-t-il frappée la deuxième fois"? 
Il l'a frappée avec le coude. 
Comment l'a-t-il frappée la troisième foisl 
Il l'a frappée avec le pied. 
Comment l'a-t-il frappée la quatrième foisl 
Il l'a frappée avec le genou. 
Etc. 






NOMBRES CARDINAUX , ORDINAUX. 



49 



LEÇON 62. 



NOMBRES CARDINAUX. — NOMBRES ORDINAUX. 



NOMBRES CARDINAUX. 



NOMBRES ORDINAUX. 



1 


Un. 


1 er 


Premier. 


2 


• Deux. 


2 me 


Deuxième. 


3 


Trois. 


3 mc 


Troisième. 


4 


Quatre. 


4»« 


Quatrième. 


S 


Cinq. 


5 m " 


Cinquième. 


6 


Six. 


6 me 


Sixième. 


7 


Sept. 


f-me 


Septième. 


8 


Huit. 


gzn. 


Huitième. 


9 


Neuf. 


9"'" 


Neuvième. 


10 


Dix. 


10 me 


Dixième. 


14 


Onze. 


ll me 


Onzième. 


12 


Douze. 


12 m8 


Douzième. 


13 


Treize. 


13 me 


Treizième. 


14 


Quatorze. 


44tO" 


Quatorzième. 


15 


Quinze. 


is». 


Quinzième. 


10 


Seize. 


16 n>e 


Seizième. 


17 


Dix-sept. 


l'yme 


Dix-septième. 


18 


Dix-huit. 


18 me 


Dix-huitième. 


19 


Dix-neuf. 


19" 


Dix-neuvième 


20 


Vingt. 


20" 


Vingtième. 


21 


Vingt-un. 


21 me 


Vingt-unième 


Etc. 




Etc. 





LEÇON 63. 






APPLICATION DES NOMBRES CARDINAUX , ET ORDINAUX. 

11 y & trois personnes en Dieu, savoir : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. 
Il y a trois principaux mystères de la religion , savoir: laTrinité, l'Incarnation* 
et la Rédemption. 

ENSEIGNEMENT. — P. * 



H 

■ 






50 



NOMBRES CARDINAUX, ORDINAUX. 



II y a trois vertus théologales, savoir : la Foi, l'Espérance, et la Charité. 
Il y a sept sacrements, savoir : le Baptême, la Confirmation , l'Eucharistie , la 
Pénitence, l'Extrême-Onction, l'Ordre et le Mariage. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Julien ! Combien y a-t-il de personnes en Dieu? 
Il y en a trois. 
Quelle est la première! 
C'est le Père. 
Quelle est la deuxième ? 
C'est le Fils. 
Quelle est la troisième^ 
C'est le Saint-Esprit. 
Etc. 



LEÇON 64. 

NOMBRES CARDINAUX , ET ORDINAUX (suite). 

Il y a séjours dans la semaine, savoir : le dimanche, le lundi , le mardi, le" 
mercredi, le jeudi, le vendredi et le samedi. 

11 y a douze mois dans l'année, savoir : janvier, février, mars, avril, mai, juin, 
juillet, août, septembre, octobre, novembre et décembre. 

Il y a quatre saisons dans l'année, savoir : le printemps, l'été , l'automne et 
l'hiver. 



kf 

■ 



Le dimanche est le premier jour de la semaine. 
Le lundi est le deuxième jour de la semaine. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Maurice 1 Combien y a-t-il de jours dans la semaine? 
H y en a sept. 
Quel est le premier ? 
C'est le dimanche. 
Quel est \c deuxième! 
C'est le lundi 



ADVERBES, ET LOCUTIONS ADVERBIALES. 



54 



Quel est le troisième ? 
C'est le mardi. 
Quel est le quatrième? 
C'est le mercredi. 
Quel est le cinquième ? 
C'est le jeudi. 
Quel est le sixième? 
C'est le vendredi. 
Quel est le septième ? 
C'est le samedi. 
Etc. 



LEÇON 65. 



L'ADVERBE «ENSEMBLE», ET LOCUTIONS ADVERBIALES, «L'UN 
APRÈS L'AUTRE.- LES UNS APRÈS LES AUTRES. - L'UNE 
APRÈS L'AUTRE— LES UNES APRÈS LES AUTRES.» 

Ensemble. 

L'un après l'autre, l'une après l'autre. 

Les uns après les autres, les unes après les autres. 



Impératif. 



Paul ! Jean ! Sautez tous les deux 
ensemble. 

Paul ! Jean ! Victor ! Sautez tous les 
trois ensemble. 

Paul ! Jean ! Sautez l'un après l'autre. 



Après l'action. 



Louis ! Paul! Jean 1 Victor! Sautez 
les uns après les autres. 

Pauline ! Jeanne ! Sautez l'une après 
l'autre. 
Etc. 



Paul et Jean ont sauté tous les deux 

ensemble. 



52 



LOCUTIONS ADVERBIALES. 






DIALOGUE. 

Gluk ! Qu'ont fait Paul et Jean? 
Ils ont sauté. 
Comment ont-ils sauté? 
Ils ont sauté tous les deux ensemble. 
Etc. 



LEÇON 66. 

LOCUTIONS ADVERBIALES « UNE FOIS. — UNE AUTRE FOIS. — 
ENCORE UNE AUTRE FOIS.— DEUX FOIS. — DEUX AUTRES 
FOIS. » Etc. 



Impératif. 



Félix 1 Fais le tour de la table une fois. 
Fais-le une autre fois. 
Fais-le encore une autre fois. 

Félix ! Fais le tour de la table deux fois. 
Fais-le deux autres fois. 
Fais-le encore deux autres fois. 

Félix! Fais le tour de la table trois fois. 
Fais-le trois autres fois. 
Fais-le encore trois autres fois. 
Etc. 



Après l'action. 



Félix a fait le tour de la table trois fois. 



Félix a fait le tour de la table six fois. 



Fé|ix a fait le tour de la table neuf fois. 



DIALOGUE. 

Ernest 1 Qu'a fait Félix ? 

Il a fait le tour de la table. 
L'a-t-il fait plusieurs fois ? 
Oui, il l'a fait plusieurs fois. 
Combien de fois l'a-t-il fait? 
Il Va fait trois fois. 
Etc. 



ADJECTIF t AUTRE ». 



53 



LEÇON 67. 



L'ADJECTIF « AUTRE ». 



Impératif. 



Ernest! Donne une bille à Jean. 
Donne-lui en une autre. 
Donne-lui en encore une autre. 

Jules 1 Donne cinq centimes à Jean. 
Donne-lui en cinq autres. 
Donne-lui en encore cinq autres. 

Jacques! Porte deux cahierssur la chaise. 
Portes-y en deux autres. 
Portes-y en encore deux autres. 
Etc. 



Après l'action. 



Ernest a donné trois billes à Jean. 



Jules a donné quinze centimes à Jean. 



Jacques a porté six cahiers sur la chaise. 



Kl 



*1 






DIALOGUE. 



Philippe! Qu'a fait Ernest ? 

11 a donné des billes à Jean. 
Combien lui en a-t-il donné? 
il lui en a donné trois. 
Etc. 



M 



LOCUTIONS ADVERBIALES. — PRÉPOSITIONS. 



LEÇON 68. 



LOCUTIONS ADVERBIALES, — PRÉPOSITIONS. 



g 



Impératif. 



Victor ! Fais un demi-tour à droite. 
. Fais un demi-tour à gauche. 
, Marche en avant. 

Marche en arrière. 

Mets-toi au côté droit de la 
table. 

Mets-toi au côté gauche de la 
table. 

Appuie-toi contre le mur. 

Tourne-toi vers la porte. 

Tourne-toi vers la fenêtre. 

Tourne-toi vers l'orient. 

Tourne-toi vers l'occident. 

Tourne- toi vers le midi. 

Tourne-toi vers le nord. 

En avant, marche ! 

Etc. 



Après l'action. 



Victor a fait un demi-tour à droite. 



a marche en avant comme un, 
grenadier. 



I 



DIALOGUE. 

Auguste ! Qu'a fait Victor ? 

Il a fait un demi-tour à droite. 
Qui le lui a commandé? 
C'est le professeur qui le lui a commandé 
Etc. 



IMPERATIF. — PREPOSITIONS ET ADVERBES. 



55 



■ 



LEÇON 69. 



IMPÉRATIF. — PREPOSITIONS ET ADVERBES CORRESPONDANT 
A CES PRÉPOSITIONS. 



PREPOSITIONS. 

Sur. 
Sous. 
Dans. 
Hors. 
Devant. 
Derrière. 
Etc. 



ADVERBES. 

Dessus. 
Dessous. 
Dedans. 
Dehors. 
Devant. 
Derrière. 
Etc. 






Justin ! Pose un livre sur la table. 

Ote-le ensuite de dessus la table, et pose-le sous la chaise. 
Justin! Pose un livre sous la table. 

Ote-le ensuite de dessous la table, et pose-le sur la chaise. 
Justin! Pose un livre dans le tiroir de la table. 

Ote-le ensuite de dedans le tiroir, et pose-le sur la chaise. 
Justin! Porte la chaise hors de la classe. 

Prends-la dehors , et reporte-la dans la classe. 
Justin ! Mets la chaise devant la porte. 

Ote-la ensuite de devant la porte, et pose-la au milieu de la classe. 
Justin! Mets la chaise derrière la porte? 

Ote-la ensuite de derrière la porte, et pose-la au milieu de la classe. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Aristide! Qu'a fait Justin? 

Il a posé un livre sur la table. 
Qu'a-t-il fait ensuite ? 

Il l'a ôté ensuite de dessus la table, et il l'a posé sous la chaise. 
Etc. 








w 



56 



ADVERBES. 



1 
1 



LEÇON 70. 

ADVERBES ENSEIGNÉS DANS LA LEÇON PRÉCÉDENTE, EMPLOYÉS 

ICI PAR CONTRASTE. 






Justin ! Pose un livre sur la table. 

Ote-le ensuite de dessus la table, et pose-le dessous. 
Justin! Pose un livre sous la table. 

Ote-le ensuite de dessous la table , et pose-le dessus. 
Justin! Mets un livre dans le tiroir de la table. 

Ote-le ensuite de dedans le tiroir, et mets-le dehors. 
Justin! Mets un livre hors du tiroir de la table. 

Ote-le ensuite de dehors du tiroir, et mets-le devant. 
Justin! Mets la chaise devant la porte. 

Ote-la ensuite de devant la porte, et mets-la derrière. 
Justin! Mets la chaise derrière la porte. 

Ote-la ensuite de derrière la porte, et mets-la devant. 
Etc. 



DIALOGUE. 



Pendant l'action. 



Après l'action. 



Virgile 1 Que fait Justin? 

Il pose un livre sur la table. 

Que fait-il encore? 

Il l'ôte de dessus la table, et il le pose dessous. 
Achille! Qu'a fait Justin? 

11 a posé un livre sur la table. 

Qu'a-t-il fait ensuite? 

11 l'a ôté de dessus la table, et il l'a posé dessous. 
Etc. 



■ 



FUTUR. 



IMPÉRATIF. — PASSE. 



57 



LEÇON 71. 



FUTUR. — IMPÉRATIF. — PASSE. 



Variez beaucoup cet exercice, afin d'en tirer tout le profit possible. 




Avant l'action. 



Paul! Tu prendras le 
livre qui est sur la table, 
et tu le poseras dessous. 



Commandement . 



Apres l'action. 



Un livre est sur la table. 

Paul 1 Prends le livre 
qui est sur la table, et 
pose-le dessous. 






Paul a pris le livre qui 
était sur la table et l'a 
posé dessous. 



■ 



Un cahier est sous la chaise. 



Paul! Tu prendras le 
cahier qui est sous la 
chaise, et tu le poseras 
dessus. 



Paul! Prends. 



Paul a pris. 



Une ardoise est dans le tiroir de la table. 



Paul ! Tu prendras l'ar- 
doise qui est dans le tiroir 
de la.table, et tu la pose- 
ras sur la chaise. 
Etc. 



Paul! Prends. . . . 

















DIALOGUE. 



Après l'action. Hector ! Y a-t-il un livre sur la table? 

Non, il n'y a pas un livre sur la table? 
Qui a pris le livre qui était sur la table ? 
C'est Paul qui l'a pris. 
Où l'a-t-il posé ? 
Il l'a posé dessous. 
Etc. 






58 



PRÉPOSITION « A » EXPRIMANT LA PROPRIÉTÉ. 



LEÇON 72. 






PRÉPOSITION « A » EXPRIMANT LA PROPRIÉTÉ, 

1° Placez sur une table de la classe : 

le livre de Paul ,. 

l'ardoise de Jean, 

les cahiers de Félix , 

les billes de Victor. 

2° Faites, avec un élève, le dialogue suivant. 

3» Ce dialogue étant achevé, faites-en d'autres sur des objets diflërents, et placés ailleurs 
que sur la table. 

Le livre qui est sur la table est à Paul , l'ardoise est à Jean , les cahiers sont 
a Félix et les billes sont à Victor. 



DIALOGUE. 

Louis! Qu'est-ce qu'il y a sur la table? 

Il y a un livre , une ardoise , des cahiers et des billes, 
A qui est le livre? 
II est à Paul. 
A qui est l'ardoise? 
Elle est à Jean. 
A qui sont les cahiers? 
Ils sont à Félix. 
A qui sont les billes ? 
Elles sont à Victor. 
Etc. 



m 



PRÉPOSITION « A » EXPRIMANT LA PROPRIETE. 



59 



LEÇON 73. 



PRÉPOSITION « A » EXPRIMANT LA PROPRIETE (mite). 

Il y a quatre choses sur la table, savoir : un livre, une ardoise, des cahiers 

et des billes, 

Le livre est. « Paul. 

L'ardoise est à Jean. 

Les cahiers sont à Félix. 

Les billes sont à Victor. 



M _ 
II 



SYNONYMIES. 

Il y a quatre choses sur la table. 
Il y a quatre objets sur la table. 
Quatre objets sont sur la table. 
On voit quatre objets sur la table. 



M 



■ 



Le livre est à Paul. 

Le livre appartient à Paul. 

Le livre est en la possession de Paul. 

L'ardoise est à Jean. 

L'ardoise appartient à Jean. * 

L'ardoise est en la possession de Jean. 

Les cahiers sont à Félix. 

Les cahiers appartiennent à Félix. 

Les cahiers sont en la possession de Félix, 

Les billes sont à Victor. 

Les billes appartiennent à Victo. . 

Les billes sont en la possession de Victor. 



Quatre objets sont sur la table; ces objets sont : Un livre , une ardoise, des 
cahiers et des billes. 

Le livre appartient à Paul, l'ardoise appartient à Jean, les cahiers appartiennent 
à Félix, les billes appartiennent à Victor. 



1 

I 



60 



IMPÉRATIF. 



PASSE. 



LEÇON 74. 



IMPÉRATIF. — PASSE. 



Variez cet exercice, ainsi que les suivants. 



Impératif. 


Action racontée 
par celui qui l'a faite. 


Action racontée 
par un autre. 


Paul! Prends le képi de 
Jean, et mets-le sur la 
chaise. 

Prends ensuite le képi 
qui est sur la chaise, et 
rends-le à Jean. 

Paull Prends l'ardoise 
de Jean et mets-la sur le 


J'ai pris le képi de Jean 
et je l'ai mis sur la chaise. 

Ensuite, j'ai pris le képi 
qui était sur la chaise, et 
je l'ai rendu à Jean. 

J'ai pris, etc. . . . 


Paul a pris le képi de 
Jean et l'a mis sur la 
chaise. 

Ensuite, il a pris le képi 
qui était sur la chaise , et 
l'a rendu à Jean. 

Paul a pris , etc. . . 


banc. 






Prends ensuite l'ardoise 






qui est sur le banc, et 
rends-la à Jean. 










Paul ! Prends le livre de 
Jean, le cahier de Félix et 


J'ai pris, etc. . . . 


Paul a pris, etc. . . 


le couteau de Victor, et 












Prends ensuite le livre 






le cahier et le couteau qui 
sont sur la chaise et rends- 










les à leurs maîtres. 






Etc. 


• 





DIALOGUE. 



Qu'as-tu fait, Paul? 

J'ai pris le képi de Jean, et je l'ai mis sur la chaise. 
Qu'as-tu fait ensuite? 

J'ai pris le képi qui était sur la chaise, et je l'ai rendu à Jean. 
Etc. 



IMPÉRATIF. 



PASSÉ. 



61 



Impératif. 



LEÇON 75. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



Action racontée 
par celui qui l'a faite. 



Jules! Quitte ta veste, 
suspends-la à un porte- 
manteau, bats-la avec une 
houssine, brosse-la, et 
remets-la. 



Jules ! Quitte tes sou- 
liers , décrotte-les , cire- 
les, et remets-les. 



Jules! Prends ta brosse, 
brosse ton pantalon, bros- 
se ta veste , brosse ton 
gilet , et remets ta brosse 
à sa place. 



J'ai quitté ma veste , je 
l'ai suspendue à un porte- 
manteau , je"" l'ai battue 
avec une houssine, je l'ai 
brossée , et je l'ai remise. 



Action racontée 
par un autre. 



J'ai, etc. 



Jules! Peigne-toi, bros- 
se-toi, lave-toi, mire-toi, 
prends un livre, et lis. 



J'ai, etc. 



Je me suis peigné, etc. 



Jules a quitté sa veste, 
il l'a suspendue à un 
porte-manteau , il l*a bat- 
tue avec une houssine , il 
l'a brossée, et il l'a remise. 

Jules a, etc 



Jules a, etc. 



Jules ! Prends ton ca- 
hier, cherche ta leçon, et 
étudie-la. 
Etc. 



J'ai, etc. 



Jules s'est peigné, etc. 



Jules, etc. 






Fil 
Mm 



DIALOGUE. • 

Qu'as-tu fait. Jules? 

J'ai quitté ma veste, je l'ai suspendue à un porte -manteau, je l'ai battue avec 
une houssine, je l'ai brossée, et je l'ai remise. 



Achille! Qu'a fait Jules? 

11 a quitté sa veste, il l'a suspendue à un porte-manteau, il l'a battue avec une 

houssine, il Ta brossée, et il l'a remise. 

Etc. 



m ^^ 



62 



IMPERATIF. — PASSE. 



l 



LEÇON 76. 

IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



m 



Impératif. 


Action racontée 
par celui qui l'a faite. 


Action racontée 
par un autre. 


Léon ! Assieds-toi à ta 
place, mets tes cahiers 
sur la table, et étudie. 

Léon ! Mets ton ardoise 
sur la table, prends ton 
crayon, et compose une 
lettre pour ton père. 

Léon ! Sors de ta place, 
prends le chiffon qui est 
sous le tableau , et efface 


Je me suis assis à ma 
place, j'ai mis mes cahiers 
sur la table, et j'ai étudié. 

J'ai mis mon. . . . 


Léon s'est assis à sa 
place, il a mis ses cahiers 
sur la table, et il a étudié. 










Je suis sorti .... 


Léon est sorti. . . . 






ce qui est écrit. 

Léon ! Efface avec le 
chiffon ce qui est écrit 
sur le tableau, prends un 
morceau de craie, et écris 






J'ai. ...... 


Léon a. 










ton nom au milieu du ta- 






bleau. 






Léon ! Prends un livre, 
ouvre-le , ferme-le , ouvre- 


J'ai , . 




le de nouveau, referme-le, 






mets-le sous ton bras, re- 






tire-le de dessous ton bras, 






et mets-le sur la table. 






Etc. 







DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait, Léon ? 
Je me suis assis à ma place, j'ai mis mes cahiers sur la table, et j'ai étudié. 



Prosper ! Qu'a fait Léon ? 

Il s'est assis à sa place , il a mis ses cahiers sur la table, et il a étudié. 
Etc. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ. 



63 



LEÇON 77. 



IMPERATIF. — PASSE (suite). 
Quand on ne pourra pas faire réellement l'action, il suffira de la simuler. 



Impératif. 



Paul ! Va au réfectoire, 
prends une carafe et un 
verre , et apporte-les dans 
la classe. 

Paul ! Pose la carafe et 
le verre sur une table , 
verse de l'eau dans le 
verre , et bois. 

Paul ! Prends la bou- 
teille qui est sur la table, 
mets-la sous ton bras, va 
à la fontaine, mets la bou- 
teille sous le robinet de la 
fontaine, et reviens à la 
classe avec la bouteille 
pleine d'eau. 

Paul ! Prends la bou- 
teille qui est sur la table, 
débouche-la, verse un peu 
de vin dans un verre, et 
bois. 
Etc. 



Action racontée 
par celui qui l'a faite. 


Action racontée 
par un autre. 


Je suis allé au réfec- 
toire, j'ai pris une carafe 
et un verre , et je les ai 
apportés dans la classe. 

J'ai 


Paul est allé au réfec- 
toire, il a pris une carafe 
et un verre, et il les a ap- 
portés dans la classe. 












Paul a. . , . . . 


























J'ai 


Paul a. .... . 



















DIALOGUE. 

Qu'as-tu fait, Paul? 

Je suis allé au réfectoire, j'ai pris une carafe et un verre, et je les ai apportés 
dans la classe. 

Armand 1 Qu'a fait Paul ? 

Il est allé au réfectoire, il a pris une carafe et un verre , et il les a apportés 
dans la classe. 
Etc. 






I 



64 



IMPÉRATIF. 



PASSÉ. 



LEÇON 78. 



Impératif. 



IMPÉRATIF. —, PASSÉ (mite). 



Action racontée 
par celui qui Va faite. 



Victor I Prends un chan- 
delier , mets-y une chan- 
delle, et pose le chandelier 
sur la table. 

Victor! Tire la chandelle 
qui est dans le chandelier, 
et pose la chandelle sur la 
table. 

Victor ! Prends la chan- 
delle qui est sur la table , 
et remets-la dans le chan- 
delier ; prends ensuite une 
allumette, allume l'allu- 
mette , et avec l'allumette 
allume la chandelle. 

Victor 1 Prends l'étei- 
gnoir, éteins la chandelle 
avec l'éteignoir, retire l'é- 
teignoir, et pose-le au bas 
du chandelier. 

Victor ! Allume la chan- 
delle avec une allumette ; 
prends les mouchettes , 
mouche la chandelle, et 
pose -les dans le porte- 
mouchettes. 

Etc. 



J'ai pris un chandelier, 
j'y ai mis une chandelle, 
et j'ai posé le chandelier 
sur la table. 



J'ai tiré. 



Action racontée 
par un autre. 



Victor a pris un chan- 
delier, il y a mis une chan- 
delle, et il a posé le chan- 
delier sur la table. 



Victor a. 



J'ai pris. 



Victor a. 



J'ai. 



J'ai. 



Victor a. 



Victor a. 



DIALOGUE. 
Qu'as- tu fait , Victor ? 

J'ai pris un chandelier, j'y ai mis une chandelle, et j'ai posé le chandelier sur 
la table. 

Julien! Qu'a fait Victor? 

U a pris un chandelier, il y a mis une chandelle, et il a posé le chandelier sur 
la table. 

Etc. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ. 



65 



LEÇON 79. 



Impératif. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



Action racontée 
par celui qui l'a faite. 



Pierre ! Prends la pom- 
me qui est sur la table, 
fais-la sauter sur la main, 
jette-la en l'air, attrape- 
la, et mange-la. 

Pierre 1 Prends une des 
pommes qui sont dans le 
panier, pèle-la avec ton 
couteau , partage-la en 
quatre morceaux , ôtes-en 
les pépins, et mange-la. 



Pierre ! Prends une 
pomme , partage -la en 
deux parties égales , don- 
nes-en une partie à un de 
tes camarades, et mange 
l'autre partie. 

Pierre ! Prends une 
pomme , partage - la en 
trois parties égales, don- 
nes-en une partie à Jean, 
donnes-en une autre par- 
tie à Victor , et mange 
l'autre partie. 
Etc. 



J'ai pris la pomme 
qui était sur la table , je 
l'ai fait sauter sur la main, 
je l'ai jetée en l'air, je l'ai 
attrapée, et je l'ai mangée. 

J'ai pris 



J'ai. 



J'ai. 



Action racontée 
par un autre 



Pierre a pris la pomme 
qui était sur la table, il l'a 
fait sauter sur la main, il 
l'a jetée en l'air, il l'a at- 
trapée, et il l'a mangée. 



Pierre a. 



Pierre a. 



Pierre a. 



il 

II 

]l 

■ 

H 



t ti 



DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait , Pierre ? 

J'ai pris la pomme qui était sur la table, je l'ai fait sauter sur la main, je 
l'ai jetée en l'air, je l'ai attrapée, et je l'ai mangée. 

Louis ! Qu'a fait Pierre ? 

Il a pris la pomme qui était sur la table , il l'a fait sauter sur la main , il l'a 
jetée en l'air, il l'a attrapée, et il l'a mangée. 
Etc. 

ENSEIG3EMEHT. — P. 5 



»i 



I 



66 



IMPERATIF. 



PASSE. 



LEÇON 80. 



■ 
m 



9 



Impératif. 



IMPÉRATIF. - PASSÉ (suite). 

Action racontée 
par celui qui l'a faite. 



Paul! Mets ton cahier 
devant toi , prends ton 
porte-plume, mets-y une 
plume, prends de l'encre 
avec ta plume, et écris. 



Paul ! Mets ton ardoise 
devant toi, appointe ton 
crayon, et écris. 

Paul ! Quitte ton képi, 
pose-le sur le banc , et 
assieds-toi à ta place. 

Paul ! Change de place 
a vec to n ca m arade, change 
aussi d'ardoise avec lui, 
change encore de crayon 
avec lui. 

Paul ! Sois de la classe, 
va au réfectoire, mange 
un morceau de pain, et 
reviens en classe. 

Paul ! Lève - toi de ta 
place, va à la porte, de la 
porte va à la fenêtre, et 
reviens à ta place. 
Etc. 



J'ai mis mes cahiers 
devant moi, j'ai pris mon 
porte-plume, j'y ai mis 
une plume, j'ai pris de 
l'encre avec ma plume, 
et j'ai écrit. 



Action racontée 
par un autre. 



J'ai. 



J'ai. 



J'ai. 



Paul a mis ses cahiers 
devant lui , il a pris son 
porte-plume, il y a mis 
une plume, il a pris de 
l'encre avec sa plume, et 
il a écrit. 



Paul a. 



Paul a. 



Je suis sorti. 



Je me suis levé de 



Paul a. 



Paul est. 



Paul s'est levé de. 



DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait, Paul? 

J'ai mis mon cahier devant moi, j'ai pris mon porte-plume, j'y ai mis une 
plume, j'ai pris de l'encre avec la plume, et j'ai écrit. 

Jacques^ ! Qu'a fait Paul ? 

Il a mis son cahier devant lui, il a pris son porte-plume, il y a mis une 
plume, il a pris de l'encre avec la plume, et il a écrit. 
Etc. 



IMPÉRATIF. 



PASSE. 



67 



LEÇON 81. 



Impératif. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



Action racontée 
par celui qui l'a faite. 



Paul ! Va à la chapelle, 
prie le bon Dieu , puis 
reviens en classe. 



Paul ! Va au jardin , 
cueille quelques fleurs, 
fais un bouquet avec ces 
fleurs, reviens en classe, 
et offre le bouquet à ton 
professeur. 

Paul ! Va au jardin , 
cueille des fleurs, puis va 
au réfectoire , mets de 
l'eau dans un verre, et 
mets les fleurs dans l'eau. 



Paul ! Sors de ta place, 
prends une chaise, place- 
la près du poêle, assieds- 
toi, chauffe-toi, puis lève- 
toi , et reviens à ta place. 



Paul ! Prends la chaise, 
mets-la près de toi, quitte 
ton chapeau, et mets-le sur 
la chaise. 
Etc. 



Je suis allé à la cha- 
pelle , j'ai prié le bon 
Dieu , puis je suis revenu 
en classe. 



Je suis allé. 



Je 



Je 



ai. 



Action racontée 
par un autre, y 



Paul est allé à la cha- 
pelle , il a prié le bon 
Dieu, puis il est revenu 
en classe. 



Paul est allé , 



Paul. 



Paul. 



Paul a. 



M 



1 
f 



DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait, Paul ? 
Je suis allé à la chapelle, j'ai prié le bon Dieu, et je suis revenu en classe. 



Edouard! Qu'a fait Paul ? 

Il est allé à la chapelle, il a prié le bon Dieu, et il est revenu en classe. 
Etc. 



■ 






68 



IMPÉRATIF. — PASSÉ. 






I 



LEÇON 82. 



IMPEIIATIF. — PASSE (suite). 



Impératif. 


Action racontée 
par celui qui l'a faite. 


Action racontée 
par un autre. 


Eugène ! Salue ton pro- 
fesseur, dis-lui bonjour, 
et demande-lui comment 
il se porte. 

Eugène ! Salue Jean , 
prends-lui la main, serre- 
la lui , embrasse-le, et fais- 


J'ai salué mon profes- 
seur, je lui ai dit bonjour, 
et je lui ai demandé com- 
ment il se portait. 

J'ai salué 


Eugène a salué son pro- 
fesseur, il lui a dit bon- 
jour, et il lui a demandé 
comment il se portait. 




■ 


le asseoir près de toi sur 
le banc. 










Eugène ! Salue Jean , 
dis-lui bonjour, demande- 
lui comment il se porte, 
présente -lui une chaise, 
et fais-le asseoir près de 
toi 


J'ai 


Eugène a. . . . . 




. 














Eugène ! Salue-moi , 
dis-moi bonjour, deman- 
de-moi comment je me 
porte, présente-moi une 
chaise et fais-moi asseoir 


Je vous ai salué, . . 


Eugène vous a salué. . 














près de toi. 

Eugène! Lève-toi de des- 
sus le banc, quitte ta cas- 
quette , agenouille-toi sur 
le banc , fais le signe de 
la croix, et prie le bon 






Je me suis levé . . . 


Eugène s'est. . . . 


















Etc. 







DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait, Eugène? 

J'ai salué mon professeur, je lui ai dit bonjour, et je lui ai demandé comment 
il se portait. » 

Adolphe! Qu'a fait Eugène? 

11 a salué son professeur, il lui a dit bonjour, et il lui a demandé comment il 
se portait. 
Etc. 



IMPERATIF. — PASSE. 



69 



LEÇON 83. 



Impératif. 



IMPÉRATIF. — PASSE {suite). 



Action racontée 
par celle qui Va faite. 



Rose! Prends l'étui qui 
est sur la chaise, ouvre-le, 
ferme-le, laisse-le tomber, 
ramasse-le, et remets-le 
'sur la chaise. 



Rose ! Prends l'étui qui 
est sur la chaise, ouvre-le, 
tires-en une aiguille, re- 
ferme-le, mets-le dans ta 
poche , prends un peu de 
fil, enfile l'aiguille, et fais 
semblant de coudre. 

Rose ! Prends l'étui qui 
est sur la chaise, ouvre-le, 
vide-le dans ta main , 
compte les aiguilles, re- 
mets les aiguilles dans 
l'étui, ferme-le, et remets- 
le sur la chaise. 

Rose ! Sors une aiguille 
de ton étui , prends aussi 
du fil , enfile l'aiguille, 
fais semblant de coudre, 
tire le fil de l'aiguille, re- 
mets l'aiguille dans ton 
étui , et mets le fil autour 
du cou. 
Etc. 



J'ai pris l'étui qui était 
sur la chaise , je l'ai ou- 
vert , je l'ai fermé, je l'ai 
laissé tomber, je l'ai ra- 
massé, et je l'ai remis sur 
la chaise. 



J'ai. 



J'ai. 



J'ai. 



Action racontée 
par une autre. 



Rose a pris l'étui qui 
était sur la chaise, elle l'a 
ouvert, elle l'a fermé, elle 
l'a laissé tomber, elle l'a 
ramassé, et elle l'a remis 
sur la chaise. 

Rose a 



Rose a. 



Rose a. 



DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait , Rose? 

J'ai pris l'étui qui était sur la chaise , je l'ai ouvert, je l'ai fermé, je l'ai laissé 
tomber, je l'ai ramassé et je l'ai remis sur la chaise. 

Sophie! Qu'a fait Rose ? 

Elle a pris l'étui qui était sur la chaise, elle l'a ouvert, elle l'a fermé , elle l'a 
laissé tomber, elle l'a ramassé, et elle l'a remis sur la chaise. 
Etc. 



^F 



m 



70 



IMPERATIF. 



PASSÉ. 



■ 



LEÇON 84. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



Impératif. 



Célina ! Mets-toi à ge- 
noux, fais le signe de la 
croix, et dis le chapelet. 



Célina! Tire ton chape- 
let de ta poche, suspends- 
le à un doigt do la main 
gauche , montre-moi la 
croix du chapelet, montre- 
moi la médaille, montre- 
moi aussi les grains, re- 
mets-le dans ta poche. 

Célina! Regarde le cru- 
cifix de la classe, salue-le, 
et envoie-lui un baiser. 

Célina! Regarde les car- 
tes de géographie qui sont 
dans la classe, montre-moi 
la Mappemonde, montre- 
moi la carte d'Europe, 
montre-moi la carte de 
France. 

Célina ! Montre- moi 
une image , prends un 
livre, ouvre-le, et mets 
l'image dedans. 
Etc. 



Action racontée 
par celle qui l'a faite. 


Action racontée 
par une autre. 


Je me suis mise à ge- 
noux, j'ai fait le signe de 
la croix, et j'ai dit le cha- 
pelet. 

J'ai tiré 


Célina s'est mise à ge- 
noux, elle a fait le signe 
de la croix, et a dit le 
chapelet. 

Célina a 


























J'ai 








J'ai 
























Je vous ai montré . . 

















DIALOGUE. 

Qu'as-tu fait, Célina? 

Je me suis mise à genoux, j'ai fait le signe de la croix, et j'ai dit le chapelet. 



Berthe! Qu'a fait Célina? 

Elle s'est mise à genoux, elle a fait le signe de la croix, et elle a dit le chapelet. 
Etc. 



IMPERATIF. — PASSE. 



71 



Impératif. 



LEÇON 85. 

IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 

Action racontée 
par celui qui l'a faite. 



Paul ! Montre-moi ton 
porte-monnaie, ouvre-le, 
tires-en tout l'argent qu'il 
contient, compte l'argent, 
remets-le dans ton porte- 
monnaie, et ferme-le. 



Paul! Prends le porte- 
feuille qui est sur la table, 
regarde-le, ouvre-le, fer- 
me-le, et remets-le sur la 
table. 



Paul! Prends une feuille 
de papier, fais une lettre, 
plie-la, mets-la dans une 
enveloppe, mets l'adresse 
de ton père sur l'enve- 
loppe, cachette-la, colles-y 
un timbre-poste, et va la 
mettre à la poste. 

Paul ! Regarde ton por- 
te-plume, tires la plume 
qui est usée , et mets-en 
une autre. 



Paul ! Prends la lettre 
qui est sur la table, déca- 
chette-la, ouvre-la, et lis-la. 
Etc. 



Je vous ai montré mon 
porte-monnaie, je l'ai ou- 
vert, j'en ai tiré tout l'ar- 
gent qu'il contenait, je l'ai 
compté, je l'ai remis dans 
mon porte-monnaie, et je 
l'ai fermé. 



J'ai. 



J'ai. 



J'ai. 



J'ai. 



Action racontée 
par un autre. 



Paul vous a montré son 
porte-monnaie, il l'a ou- 
vert, il en a tiré tout l'ar- 
gent qu'il contenait, il l'a 
compté , l'a remis dans 
son porte-monnaie, et l'a 
fermé. 

Paul 



Paul. 



Paul. 



Paul. 



DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait , Paul ? 

Je vous ai montré mon porte-monnaie, je l'ai ouvert, j'en ai tiré toutl'argent qu'il 
contenait, j'ai compté l'argent, je l'ai remis dans le porte-monnaie, et je l'ai fermé. 

Joseph ! Qu'a fait Paul ? 

Il vous a montré son porte-monnaie, il l'a ouvert, il en a tiré tout l'argent qu'il 
contenait, il a compté l'argent, il l'a remis dans son porte-monnaie et il l'a fermé. 
Etc. 



72 



IMPERATIF. 



PASSÉ. 



LEÇON 86. 

IMPÉRATIF. — PASSÉ (mite). 



Impératif. 


Action racontée 
par celui qui l'a faite. 


Action racontée 
par un autre. 


Charles! Fais un cadran 
avec la craie sur ] e tableau, 
marques-y les heures et 
les minutes, trace l'ai- 
guille des heures et l'ai- 
guille des minutes. 

Charles ! Sors de la 
classe, prends ta malle, et 


J'ai fait un cadran avec 
la craie sur le tableau, j'y 
ai marqué les heures et 
les minutes , j'y ai tracé 
l'aiguille des heures et 
l'aiguille des minutes. 

Je suis sorti .... 


Charles a fait un cadran 
avec la craie sur le tableau, 
il y a marqué les heures et 
les minutes, il y a tracé 
l'aiguille des heures et 
l'aiguille des minutes. 

Charles est 


apporte-la dans la classe. 






Charles! Prends dansta 
poche la clé de ta malle, 




Charles a 


mets-la dans le cadenas, ou- 






vre le cadenas, ouvre aussi 






la malle , tires-en tout ce 






qu'il y a, nettoie-la, re- 






mets-y toutes les choses à 






leur place , ferme-la , et 






mets la clé dans ta poche. 






Charlesl Prends ta malle, 
mets- la sur ton épaule, 






sors de la classe, et reporte 






ta malle où elle était. 






Charles ! Fais semblant 
de verser de l'eau dans 




Charles a 


une cuvette , fais aussi 






semblant de te laver, fais 






encore semblant de t'es- 






suyer. 






Etc. 







DIALOGUE. 
Qu'as-tu fait , Charles ? 

J'ai fait un cadran avec la craie sur le tableau , j'y ai marqué les heures et 

les minutes, j'y ai tracé l'aiguille des heures et l'aiguille des minutes. 

Alphonse ! Qu'a fait Charles? 

Il a fait un cadran avec la craie sur le tableau , il y a marqué les heures et les 
minutes, il y a tracé l'aiguille des heures et l'aiguille des minutes. 
Etc. 



u 



IMPERATIF. 



PASSE. 



73 



LEÇON 87. 



■ 



Impératif. 



IMPERATIF. — PASSE (suite). 

Action racontée Action racontée 

par ceux qui l'ont faite. par d'autres. 



Paul et Jean ! Mettez- 
vous debout, montrez-moi 
le côté du ciel où le soleil 
se lève, montrez-moi aussi 
le côté où il se couche. 



Paul et Jean ! Orientez- 
vous, montrez-moi le nord, 
montrez-moi lemidi, mon- 
trez-moi l'orient , mon- 
trez-moi l'occident. 

Paul , Jean et Victor ! 
Otez vos casquettes, et sa- 
luez-moi; remettez vos 
casquettes , et sortez de la 
classe; allez dans la cour, 
mettez-vous l'un derrière 
l'autre , et faites trois fois 
le tour de la cour. 

Mes élèves ! Quittez vos 
places, et venez devant le 
tableau ; mettez-vous l'un 
derrière l'autre, et mar- 
chez ; mettez-vous ensuite 
deux à deux , et marchez 
encore; mettez-vous aussi 
trois à trois, et marchez 
encore ; mettez-\ ous enfin 
tous ensemble, et marchez 
encore. 
Etc. 



Nous nous sommes mis 
debout , nous vous avons 
montré le côté du ciel où 
le soleil se lève; nous vous 
avons montré aussi le côté 
où il se couche. 

Nous nous sommes. . 



Nous avons 



Nous avons 



Paul et Jean se sont 
mis debout , ils vous ont 
montré le côté du ciel où 
le soleil se lève ; ils vous 
ont montré aussi le côté 
où il se couche. 

Paul et Jean se sont. . 




■u 



Paul, Jean et Victor. 



Vos élèves ont. 



DIALOGUE. 
Qu'avez-vous fait, Paul et Jean? 

Nous nous sommes mis debout, nous vous avons montré le côté du ciel où le 
soleil se lève; nous vous avons montré le côté où le soleil se couche. 

Antonin! Qu'ont fait Paul et Jean? 

Ils se sont mis debout, ils vous ont montré le côté du ciel où le soleil se lève; 
ils vous ont montré le côté où le soleil se couche. 
Etc. 



74 



IMPERATIF. — PASSÉ. 



LEÇON 88. 



IMPÉRATIF. — PASSÉ (suite). 



Impératif. 



Paul ! Demande un livre 
à M. Joseph. 

Paul ! Demande un ca- 
hier à M. Joseph. 

Paul ! Demande la per- 
mission de sortir à M. 
Joseph. 

Paul ! Demande de l'ar- 
gent à ton père. 

Paul ! Demande du pain 
à ton père. 

Paul 1 Demande de l'eau 
à Pierre. 

Paul ! Emprunte un cou- 
teau à Jean. 

Paul ! Emprunte cinq 
sous à Jean. 
Etc. 



Demandes. 



Passé. 



M. Joseph, donnez-moi Paul a demandé un 

un livre, je vous prie. livre à M. Joseph. 

M. Joseph, .... Paul a. . j . . 

M. Joseph, .... Paul a 



Mon père , donnez-moi ; Paul a demandé de 
de l'argent , je vous prie, l'argent à son père. 



Mon père, 



Pierre , donnez-moi de 
l'eau, je vous prie. 

Jean , prête - moi ton 
couteau. 



Paul a. 
Paul a. 



Jean, 



Paul a emprunté le 
couteau de Jean. 



Paul a. 



DIALOGUE. 



Philippe ! Paul a-Wl demandé un livre à M. Joseph? 

Oui. 

Comment le lui a-t-il demandé? 

Il le lui a demandé ainsi : M. Joseph, donnez-moi un livre, je vous prie. 
Etc. 



IMPERATIF. 



LEÇON 89. 

DEMANDES. 

M. Joseph, donnez-moi un livre, je vous prie. 
M. Joseph, donnez moi un cahier, je vous prie. 
M. Joseph, donnez-moi la permission de sortir, je vous prie. 
Mon père, donnez-moi de l'argent, je vous prie. 
Mon père, donnez-moi du pain, je vous prie. 
Pierre, donnez-moi de l'eau, je vous prie. 
Jean ! prête-moi ton couteau, je te prie. 
Jean ! prête-moi S sous, je te prie. 
Etc. 

SYNOxNYMIES. 

M. Joseph , donnez-moi un livre, je vous prie. 
. . . . je vous prie de me donner un livre. 
. . . . ayez la bonté de me donner un livre , je vous prie. 
. . . . je vous prie d'avoir la bonté de me donner un livre. 
Etc. 



75 




LEÇON 90. 



DEMANDES (suite). 



Hilaire ! Brosse-moi, je te prie. 

. Arrange ma cravate, je te prie. 

. Fais-moi une lettre pour mon père , je te prie. 

. Explique-moi la leçon, je te prie. 

. Raconte-moi une histoire, je te prie. 

. Enseigne-moi à faire les règles, je te prie. 

. Mime-moi une fable, jeté prie. 

. Amuse-toi avec moi , je te prie. 
Etc. 



' 



76 



PRIÈRES. 



w 



SYNONYMIES. 

Hilaire ! brosse-moi , je te prie. 
. . . je te prie de nie brosser. 
. . . aie la bonté de me brosser, je te prie. 
. . . je te prie d'avoir la bonté de me brosser. 
Etc. 






LEÇON 91 






PRIÈRES. 

mon Dieu! ayez pitié de moi, je vous en prie. 

bénissez-moi , je vous en prie. 

bénissez mon père et ma mère, je vous en prie. 

conservez mes parents, je vous en prie. 

accordezunelonguevieàmesparents, je vous en prie. 

acc< >rdez votre grâce à mes parents, je vous en prie. 

accordez-moi votre grâce, je vous en prie. 

éclairez- moi, je vous en prie. 

éclairez mon âme. je vous en prie. 

faites que j'apprenne bien, je vous en prie. 

Etc. 

SYNONYMIES. 

mon Dieu/ ayez pitié de moi, je vous en prie. 

je vous prie d'avoir pitié de moi. 

daignez avoir pitié de moi, je vous en prie. 

je vous prie de daigner avoir pitié de moi. 

Etc. 



PRÉSENT DE L'INFINITIF. 



77 



CHAPITRE III. 



fi 



EXERCICES SUR L'IMPERATIF. — PRESENT. — PASSE. — INFI- 
NITIF. — SUBSTANTIFS ET ADJECTIFS ABSTRAITS. — AD- 
VERBES. 

LEÇON 92. 

PRÉSENT DE L'INFINITIF. — IMPÉRATIF. — PRÉSENT DE 

L'INDICATIF. 



Il est bon de faire faire aux élèves des synonymies sur cette leçon , afin de les habituer à 
varier les expressions de la pensée. 



Impératif 
et présent de l'Infinitif. 



Paul ! Prie Dieu d'avoir 
pitié de toi. 

Paul ! Prie Dieu de te 
bénir. 

Paul ! Prie Dieu de bé- 
nir ton père et ta mère. 



Paul ! Prie Dieu de con- 
server tes parents. 

Paul! Prie Dieu d'ac- 
corder une longue vie à 
tes parents. 

Paull Prie Dieu d'ac- 
corder sa grâce à tes pa- 
rents. 

Paul 1 Prie Dieu de l'ac- 
corder sa grâce. 
Etc. 



Impératif 
et présent de ï Indicatif '. 



mon Dieu, ayez pitié 
de moi, je vous en prie. 

mon Dieu , bénissez- 
moi, je vous en prie. 

mon Dieu , . . . 



mon Dieu , . 
mon Dieu , . 



mon Dieu , 



mon Dieu , 



Présent de l'Indicatif 
et présent de l'Infinitif. 



Paul prie Dieu d'avoir 
pitié de lui. 

Paul prie Dieu de le 
bénir. 



Paul. 



Paul. 
Paul. 



Paul. 



Paul. 






78 



VERBES A L'INFINITIF. 






DIALOGUE. 

Jean! Que fait Paul? 

Il prie Dieu d'avoir pitié de lui. 

Que dit-il à Dieu? 

Tl lui dit : Ô mon Dieu, ayez pitié de moi, je vous en prie. 



LEÇON 93. 



VERBES AU PRÉSENT DE UINFINIÏ1F, CHANGÉS EN IMPÉRATIF. 



Georges! Dis à Jean d'être bien sage 
debiene/urfierses leçons, et de bien 
faire ses devoirs. 

Georges! Dis à Jean d'être bien obéis- 
sante bien travailler, et de bien s'ap- 
pliquer. r 

Georges ! Dis à Jean de bien apprendre 
ses leçons, d'être bien pieux, et d'obéir 
toujours à ses parents. 

Georges! Dis à Jean de bien aimer 
ses camarades, d'être affable envers 
eux, et de les obliger. 

Georges! Dis à Jean d'être bien poli 
de respecter ses maîtres et d'être bien 
docile. 
Etc. 



Jean ! Sois bien sage, étudie bien tes 
leçons, et fais bien tes devoirs. 



Jean! 



Jean!. 



Jean!. 



Jean!. 



DIALOGUE. 



Ludovic ! Que dit Georges à Jean? 

H lui dit d'être bien sage, de bien étudier ses leçons, et de bien faire ses 
devoirs. 

Comment le lui dit-il? 

Il lui dit : sois bien sage, étudie bien tes leçons et fais bien tes devoirs. 



VERBES A L IMPERATIF. 



79 



LEÇON 94. 



VERBES A L'IMPÉRATIF CHANGÉS EN PRÉSENT DE L'INFINITIF. — 
EMPLOI DU VERBE « CONSEILLER ». 



i 



Gustave , sois sage , je te le conseille. 

Gustave , aime bien tes parents , je te 
le conseille. 

Gustave , confesse-lo\ souvent, je te le 
conseille. 

Gustave , deviens bien pieux , je te le 
conseille. 

Gustave, imite toujours les élèves les 
plus sages, je te le conseille. 

Gustave , comporte-io\ bien , je te le 
conseille. 

Gustave , sois bien docile , je le le 
conseille. 

Gustave, aie de l'application, je te le 
conseille. 
Etc. 



Gustave , je te conseille d'être sage. 

Gustave , je te conseille de bien aimer 
tes parents. 



Gustave, 



Gustave , 
Gustave . 



Gustave , 
Gustave , 



Gustave , 



I 

I 



80 



VERBES A L'IMPÉRATIF. 






LEÇON 95. 



VERBES A L'IMPÉRATIF CHANGÉS EN PRÉSENT DE L'INFINITIF. - 
EMPLOI DU VERBE « DÉFENDRE. » 



Arthur! Ne monte pas sur les toits, je 
te le défends. 

Arthur ! Ne descends pas dans le puits 
je le le défends. 

Arthur! Ne cours pas dans le jardin, 
je te le défends. 

Arthur ! Ne jette pas de pierres dans 
le jardin , je te le défends. 

Arthur ! Ne monte pas sur les tables 
de la classe, je te le défends. 

Arthur ! Ne te cache pas sous les tables 
de la classe , je te le défends. 

Arthur! Ne te roule pas par terre, je 
te le défends. 

Arthur! Ne te mouche pas avec les 
manches de ta veste, je te le défends. 
Etc. 



Arthur, je te défends de monter sur 
les toits. 



Arthur, 
Arthur , 
Arthur , 
Arthur , 
Arthur , 
Arthur , 
Arthur , 



■ 



VERBES A L'IMPÉRATIF. 



81 



LEÇON 96. 



VERBES A L'IMPÉRATIF CHANGÉS EN PRÉSENT DE L'INFINITIF. — 
EMPLOI DES VERBES « ENGAGER, EXHORTER». 



m 



Paul ! ne sois pas méchant , sois au 
contraire bon, je t'y engage. . 

Paul ! ne sois pas désobéissant , sois 
au contraire obéissant, je t'y exhorte. 



Paul ! ne sois pas dissipé, sois au con- 
traire sage, je t'y engage. 

Paul ! ne sois pas paresseux , sois au 
contraire studieux, je t'y exhorte. 

Paul ! ne sois pas impoli, sois au con- 
traire poli , je t'y engage. 

Paul ! ne sois pas ingrat, sois au con- 
traire reconnaissant, je t'y exhorte. 

Paul! ne sois pas orgueilleux, sois au 
contraire modeste, je t'y engage. 
Etc. 



Paul , je {'engage à ne pas être mé- 
chant, au contraire je i'engagekêtre bon. 

Paul , je t'exhorte à ne pas être déso- 
béissant, au contraire je {'exhorte à être 
obéissant. 

Paul, 

Paul, 

Paul, 

Paul, 

Paul, 



ENSEIGNEMENT. — P. 



WÊM 



82 



IMPÉRATIF. 



INFINITIF. — PASSÉ. 



LEÇON 97. 



IMPERATIF. — INFINITIF. — PASSÉ. 



I 



Commandements 
du maître. 



Maria ! dis à Jeanne de 
mettre la chaise près de 
la table. 



Maria ! dis à Jeanne de 
mettre un livre sur la 
chaise. 

Maria! dis à Jeanne de 
mettre ses cahiers dans le 
tiroir de la table. 

Maria ! dis à Jeanne 
d'ouvrir la porte de la 
classe. " 

Maria ! dis à Jeanne de 
fermer la porte de la 
classe. 

Maria ! dis à Jeanne de 
me saluer. 
Etc. 



Commandemen ts 
de l'élève. 


Après l'action. 


Jeanne ! mets la chaise 
près de la table. 


Maria a dit à Jeanne de 
mettre la chaise près de 
la table, et Jeanne l'y a 
mise. 

Maria a dit à Jeanne. . 








Maria a dit à Jeanne. . 








Maria a dit à Jeanne. . 








Maria a dit à Jeanne. . 






Jeanne ! 


Maria a dit à Jeanne. . 







DIALOGUE ENTRE LE PROFESSEUR ET SES ÉLÈVES. 

Qu'est-ce que Maria a dit à Jeanne? 
Maria a dit à Jeanne de mettre la chaise près de la table. 
Comment Maria le lui a-t-elle dit? 
Elle lui a dit : Jeanne 1 mets la chaise près de la table. 
Jeanne a-t-elle fait cela? 
Oui , elle l'a fait. 

Elle a donc mis la chaise près de la table ? 
Oui , elle l'y a mise. 
Etc. 



SYNONYMIES. 



83 



LEÇON 98. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 

Joséphine ! prête-moi ton catéchisme, je te prie. 

Si tu veux avoir cette bonté, tu m'obligeras beaucoup, et je te serai bien recon- 
naissante. 



SYNONYMIES. 

Prête-moi ton catéchisme, je te prie. 

Je te prie de me prêter ton catéchisme. 

Sois assez bonne pour me prêter ton catéchisme. 

Je te prie d'être assez bonne pour me prêter ton catéchisme. 

Si tu veux avoir cette bonté, 

Si tu veux avoir la bonté de me le prêter, 

. . . . avoir cette complaisance, 

. . . . avoir la complaisance de me le prêter, 

tu m'obligeras beaucoup, 
tu me rendras bien service, 
tu me rendras un grand service, 

et je te serai bien reconnaissante. 

et je t'aurai beaucoup de reconnaissance. 

et je t'aurai une grande reconnaissance. 

et j'aurai pour toi une grande reconnaissance. 



Joséphine ! sois assez bonne pour me prêter ton catéchisme , je te prie. Si tu 
veux avoir cette complaisance, tu me rendras un grand service, et j'aurai pour 
toi une grande reconnaissance. 



m 

m 






84 



EXERCICE SUR LES CONJONCTIONS « SI, COMMENT ». 



w 



LEÇON 99. 



IMPÉRATIF. — INFINITIF. - CONJONCTION «5/». 






Marthe! prie Jeanne de M expliquer 
la leçon, et dis-lui que si elle veut avoir 
celte bonté , elle t'obligera beaucoup, 
et que tu lui seras reconnaissante. 

Marthe ! prie Jeanne de te raconter 
une histoire , et dis-lui que si elle veut 
être assez bonne pour t'en raconter une, 
elle te rendra bien service, et que tu auras 
pour elle une grande reconnaissance. 



Marthe ! prie Jeanne de te prêter un 
franc, et dis-lui que si elle veut avoir 
cette complaisance, elle te rendra un 
grand service, et que tu lui seras bien 
reconnaissante. 
Etc. 



ieannelexplique-moite\eçon,}etepvie. 

Si tu veux avoir cette bonté, tu m'o- 
bligeras beaucoup , et je te serai bien 
reconnaissante. 



Jeanne . 



Jeanne, 



LEÇON 100. 



EXERCICE SUR LA CONJONCTION «COMMENT». 



Irma! demande à Eugénie comment 
elle se porte. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
se porte son père. 

Irmat demande à Eugénie comment 
s'appelle son père. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
elle va. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
va son père. 



Eugénie, comment te portes-tu? 



Eugénie , comment ton père se porte- 
t-il? 

Eugénie, comment ton père s'appelle- 
t-il? 



Eugénie , 



Eugénie , 



EXERCICE SUR LES CONJONCTIONS « SI », ETC. 

Eugénie, .... 



85 



Irma ! demande à Eugénie comment 
se nomme son père. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
s'appelle son professeur. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
se nomme l'arbre qui produit les pom- 
mes. 

Irma ! demande à Eugénie comment 
s'appellent les arbres qui produisent les 
poires. 
Etc. 



Eugénie , 



Eugénie , 
Eugénie , 



LEÇON 101 



EXERCICE SUR LES CONJONCTIONS «SI; — COMMENT; 

POURQUOI». 



Agathe! demande à Jeanne si elle 
aime Dieu. 

— Demande-lui comment elle l'aime. 

— Demande-lui pourquoi elle l'aime. 

Agathe ! demande à Jeanne si elle 
aime sa mère. 

— Demande-lui comment elle l'aime. 

— Demande-lui pourquoi elle l'aime. 



Agathe ! demande à Jeanne si elle ira 
bientôt dans son pays. 

— Demande-lui comment elle partira. 

— Demande-lui pourquoi elle ira dans 
son pays. 



Agathe ! demande à Jeanne si elle a 
des images. 

— Demande-lui combien elle en a. 

— Demande-lui pourquoi elle a des 
images. 

Etc. 



Jeanne, aimes-tu Dieu ? 

Comment l'aimes-tu ? 
Pourquoi l'aimes-tu? 



Jeanne, 



Jeanne, 



Jeanne, 



Etc. 



M 



■ 



86 



EXERCICES SUR « CE QUE ï. 



LEÇON 102. 



Pauline! demande à Rosalie ce qu'elle 
fait chaque matin. 

Pauline ! demande à Rosalie ce que 
fait son père. 

Pauline! demande à Rosalie ce que 
font ses parents. 

Pauline ! demande à Rosalie ce ^w'elle 
fera pendant les vacances. 

Pauline! demande à Rosalie cequ'etie 
a fait ce matin. 

Pauline ! demande à Rosalie ce que 
fait Dieu. 



Pauline ! demande à Rosalie ce que 
fait le pape. 

Pauline ! demande à Rosalie ce que 
font les maçons. 
Etc. 



EXERCICE SUR «CE QUE». 

Rosalie, que fais-tu chaque matin ? 
Rosalie, que fait ton père? 

Rosalie, 

Rosalie, 

Rosalie, 

Rosalie, 

Rosalie, 



Rosalie, 
Etc. 



LEÇON 103. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 

Thérèse ! comment te portes-tu? 
Es-tu contente d'être à l'école ? 
Quand retourneras-tu dans ton pays ? 
Que feras-tu pendant les vacances ? 






EXERCICE SUR LES LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



87 



SYNONYMIES. 

Comment te portes-tu ? 

Comment est-ce que tu te portes ? 

Dis-moi comment tu te portes? 



Es-tu contente d'être à l'école ? 

Est-ce que lu es contente d'être à l'école ? 

Dis-moi situ es contente d'être à l'école? 

Quand retourneras-tu dans ton pays ? 

Quand est-ce que tu retourneras dans ton pays? 

Dis-moi quand tu retourneras dans ton pays? 

Que feras-tu pendant les vacances ? 
Qu'est-ce que tu feras pendant les vacances? 
Dis-moi ce que tu feras pendant les vacances ? 



Thérèse t comment est-ce que tu te portes ? Est-ce que tu es contente d'être 
à l'école ? Quand est-ce que tu retourneras dans ton pays? Qu'est-ce que tu feras 
pendant les vacances? 



LEÇON 104. 



EXERCICE SUR LES LEÇONS PRECEDENTES. 



Faire reproduire les interrogations sous les trois formes données dans la leçon précédente. 



Pauline ! demande à Thérèse com- 
ment elle se porte , si elle est contente 
d'être à l'école, quand elle retournera 
chez elle , ce qu'elle fera pendant les 
vacances. 

Pauline! demande à Thérèse si son 
père vit encore, combien elle a de frères, 
comment s'appelle son pays, ce que fait 
son père. 



Thérèse, comment te portes-tu? Es- 
tu contente d'être a l'école? Quand 
retourneras-tu chez toi? Que feras- tu 
pendant les vacances. 



Thérèse , 



■ 






88 



ADJECTIFS EMPLOYÉS AU COMPARATIF. 



Pauline ! demande à Thérèse où elle 
est née, combien elle a d'années, si elle a 
fait sa première communion, ce qu'elle 
fait à l'école. 



Pauline! demande à Thérèse com- 
ment s'appelle son professeur, si elle est 
contente d'être à l'école, ce qu'elle étu- 
die. 



Pauline ! demande à Thérèse à quelle 
heure elle se lève chaque jour, si elle 
étudie chaque matin, ce qu'elle fait après 
le déjeuner. 
Etc. 



Thérèse , 



Thérèse , 



Thérèse , 



Etc. 



LEÇON 105. 

ADJECTIFS EMPLOYÉS AU COMPARATIF DE SUPÉRIORITÉ 
OU D'INFÉRIORITÉ. 

Le soleil est plus beau que la lune. 
La lune est moins belle que le soleil. 



Le soleil — 

Le soleil — 

Le fer — 

L'or — 

Le sucre — 

Le lait — 

Le vin — 

Les fleurs — 
Etc. 



beau 

brillant 

pesant 

précieux 

doux 

doux 

fort 

belles 



la lune, 
la lune, 
le bois, 
l'argent, 
le miel, 
l'eau, 
l'eau, 
les feuilles. 



Si l'on compare le soleil à la lune , on trouve que le soleil est plus beau. 
Si l'on compare la lune au soleil, on trouve que la lune est moins belle. 
Etc. 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS- 




89 


LEÇON 106. 






SUBSTANTIFS ABSTRAITS, EMPLOYÉS AU COMPARATIF DE 




SUPÉRIORITÉ OU D'INFÉRIORITÉ. 






Le soleil a plus de beauté que la lune. 






La lune a moins de beauté que le soleil. 






Le soleil — beauté — 


la lune. 




Le soleil — brillant — 


la lune. 




Le fer — pesanteur — 


le bois. 




L'or — prix — 


l'argent. 






Si l'ui compare le soleil à la lune, on trouve que le soleil a plus de beauté. 
Si l'on compare la lune au soleil, on trouve que la lune a moins de beauté. 
Etc. 



LEÇON 107. 

ADJECTIFS. — SUBSTANTIFS ABSTRAITS, EMPLOYÉS DANS LES 

LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



ADJECTIFS. 


SUBSTA 


NTIFS ABSTRAITS. 


Le lion est fort. 


Le lion a 


de la force. 


. . . . courageux. 


. . . . 


du courage. 


. . . . agile. 


• 


de l'agilité. 


. . . . adroit. 


.... 


de l'adresse. 


. . . . souple. 


. 


de la souplesse. 


. . . . élégant. 


. . . . 


de l'élégance. 






m 



90 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 



Le chien est docile. 
. . . . doux. 
L'âne est sobre. 
. . . . patient. 
Le renard est rusé. 
. . . . intelligent. 
Le tigre est féroce.. 
. . . . cruel. 
Le cochon est gourmand . 
. . . . vorace. 
Etc. 



Le chien a de la docilité. 
. . . . de la douceur. 
L'âne a de la sobriété. 

. . . de la patience. 
Le renard a de la ruse. 
• • . . de l'intelligence. 
Le tigre a de la férocité. 
... de la cruauté. 
Le cochon a de la gourmandise. 
. . . . de la voracité. 

Etc. 



LEÇON 108. 



. — SUBSTANTIFS ABSTRAITS, 


EMPLOYÉS AU ( 




D'ÉGALITÉ. 




Le rhinocéros 


est aussi fort 


que l'éléphant. 


Le mulet 


— fort 


— le cheval. 


Le lion 


— agile 


— le tigre. 


Le daim 


— léger 


— le cerf. 


Le dindon 


— gros 


— le paon. 


L'abeille 


*— prévoyante — la fourmi. 


Le ver-à-soie 


— adroit 


— l'araignée. 



Etc. 



Si l'on compare le rhinocéros à l'éléphant, on trouve que le rhinocéros est 
aussi fort que l'éléphant. 

SYNONYMIES. 

Le rhinocéros est aussi fort que l'éléphant. 

est fort comme l'éléphant. 

a autant de force que l'éléphant. 

a la même force que l'éléphant. 

a une force égale à celle de l'éléphant. 

est égal en force à l'éléphant. 

égale l'éléphant en force. 

Etc. 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 



91 



LEÇON 109. 



ADJECTIFS. - SUBSTANTIFS ABSTRAITS, EMPLOYÉS AU COMPARATIF 

DE SUPÉRIORITÉ. 



Le lion 


est plus 


fort 


que 


le léopard 


L'éléphant 


— 


gros 


— 


le bœuf. 


La girafe 


— 


haute 


— 


le cerf. 


Le tigre 


— 


souple 


— 


le loup. 


Le chien 


— 


fidèle 


— 


le chat. 


Le chien 


— 


intelligent 


— 


le chat. 


La fourmi 




prévoyante 
SYNONYMIES 




la cigale. 



Le lion est plus fort que le léopard. 

. a plus de force que le léopard. 
. a une force plus grande que celle du léopard. 
. a une force supérieure à celle du léopard. 
. est supérieur en force au léopard. 
. surpasse le léopard en force. 
. l'emporte sur le léopard en force. 
Etc. 



LEÇON 110. 

ADJECTIFS. — SUBSTANTIFS ABSTRAITS EMPLOYÉS AU COMPARATIF 

D'INFÉRIORITÉ. 



Le léopard 


est moins 


fort 


que 


le lion. 


Le bœuf 


— 


gros 


— 


l'éléphant 


Le cerf 


— 


haut 


— 


la girafe. 


Le loup 


— 


souple 


— 


le tigre. 


Le chat 


— 


fidèle 


— 


le chien. 


Le chat 


— 


intelligent 


— 


le chien. 


La cigale 


— 


prévoyante 


— 


la fourmi. 


Etc. 











■ 



92 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 



SYNONYMIES. 



Le léopard est moins fort que le lion. 
. a moins de force que le lion. 
. a une force moins grande que celle du lion. 
. a une force inférieure à celle du lion. 
. est inférieur en force au lion. 
. le cède en force au lion. 
Etc. 



LEÇON lit 



ADJECTIFS. - SUBSTANTIFS ABSTRAITS, EMPLOYÉS AU SUPERLATIF. 



Le lion est le plus fort 



L'aigle — 
La baleine — 
Le boa — 


courageux 

grosse 

long 


Le papillon — 
Etc. 


beau 




SYNONYMIES. 



de tous les quadrupèdes, 

tous les oiseaux, 
tous les poissons, 
tous les reptiles, 
tous les insectes. 



Le lion est le plus fort de tous les quadrupèdes. 

. est celui de tous les quadrupèdes qui a le plus de force. 
. a une force supérieure à celle de tous les quadrupèdes. 
. est supérieur en force à tous les quadrupèdes. 
. surpasse en force tous les quadrupèdes. 
. Yemporte en force sur tous les quadrupèdes. 
Etc. 



PHRASES A CONSTRUIRE. 



SYNONYMIES. 



03 



LEÇON 112. 



PHRASES A CONSTRUIRE. 



11 y a des arbres aussi vieux que le monde, 
des hommes aussi forts que des lions, 
des enfants aussi doux que des agneaux, 
des oiseaux aussi blancs que la neige, 
des lis aussi blancs que la neige, 
des fleurs aussi belles que les roses, 
des feuilles aussi vertes que l'herbe. 
Etc. 



SYNONYMIES. 



// y a des arbres aussi vieux que le monde. 

Il y a des arbres qui sont aussi vieux que le monde. 

On voit des arbres aussi vieux que le monde. 

On trouve 

On remarque 

Etc. 



DIALOGUE. 



Y a-t-il des arbres aussi vieux que le monde ? 
Oui. 

Est-ce qu'il y a des arbres aussi vieux que le monde? 
Oui. 

Dites-moi s'il y a des arbres aussi vieux que le monde? 
Oui. 
Etc. 






94 



PHRASES À CONSTRUIRE. — SYNONYMIES. 



LEÇON 113. 



PHRASES A CONSTRUIRE (suite). 






Il y a des lapins tout gris , il y en a de tout noirs , il y en a de tout blancs, il 
y en a de plusieurs couleurs. 

Serins tout jaunes, serins tout gris, serins de plusieurs couleurs. 

Chevaux tout noirs , chevaux tout blancs , chevaux tout gris, chevaux de plu- 
sieurs couleurs. 

Roses blanches, roses rouges, roses jaunes. 

Enfants bruns, enfants blonds. 

Enfants studieux, enfants paresseux. 

Hommes riches , hommes pauvres 
Etc. 



SYNONYMIES. 



// y a des lapins tout gris , il y en a de tout noirs, il y en a de tout blancs, il y 
en a de plusieurs couleurs. 

Il y a des lapins qui sont tout gris, il y en a qui sont tout noirs, il y en a qui 
sont tout blancs, il y en a qui sont de plusieurs couleurs. 
Etc. 



DIALOGUE. 



Y a-t-il des lapins tout gris ? 
Oui. 

Y en a-t-il de tout noirs? 
Oui. 

Y en a-t-il de tout blancs ? 
Oui. 

Y en a-t-il de plusieurs couleurs T 
Oui. 

Etc. 



ADVERBES f BEAUCOUP, PEU ». 



LEÇON 114. 



95 




ADVERBES « BEAUCOUP, PEU ». 

Félix a 100 billes ; Jean n'en a que 5. 
Félix a 80 images; Jean n'en a que 10. 
Félix a 30 plumes ; Jean n'en a que 6. 
Félix a 12 crayons ; Jean n'en a que 2. 
Etc. 

Félix a 100 billes; Jean n'en a que 5. 

Félix a donc beaucoup de billes, tandis que Jean en a peu. 

Félix a beaucoup de billes , il en a 100 ; mais Jean a peu de billes, ils n'en a 
que 5. 

Etc. 



LEÇON 115. 



ADVERBES « BEAUCOUP, PEU » [mite). 

Félix a 100 billes ; Jean n'en a que 5. 
Félix a 80 images; Jean n'en a que 10. 
Félix a 30 plumes; Jean n'en a que 6. 
Félix a 12 crayons; Jean n'en a que 2. 
Félix a beaucoup de billes; Jean en &peu. 

DIALOGUE. 

Félix a-t-il des billes? 
Oui, Félix a des billes. 
Jean en a-t-il aussi ? 
Oui , Jean en a aussi. 
Combien de billes Félix a-t-il? 
Il en a 100. 



■ 



96 



€ PLUS DE... QUE, MOINS DE.. 



QUE ». 



Félix a donc beaucoup de billes? 
Oui , il en a beaucoup. 
Combien de billes Jean a-t-il? 
11 n'en a que 5. 
Jean en a donc peu ? 
Oui, il en a peu. 

Qui est-ce qui a beaucoup de billes ? 
C'est Félix qui en a beaucoup. 
Qui est-ce qui a peu de billes ? 
C'est Jean qui en a peu. 
Etc. 



LEÇON 116. 



M 



« PLUS DE... QUE, MOINS DE... QUE ». 

Félix a iOO billes ; Jean n'en a que 5. 

Félix a 80 images; Jean n'en a que 10. 

Félix a 30 plumes; Jean n'en a que 6. 

Félix a 12 crayons; Jean n'en a que 2. 

Félix a plus de billes que Jean ; Jean a moins de billes que Félix. 

DIALOGUE. 

Combien de billes Félix a-t-il ? 

Il en a 100. 

Combien Jean en a-t-il ? 

Il n'en a que 5. 

Félix a donc plus de billes que Jean? 

Oui. 

Jean a donc moins de billes que Félix? 
Oui. 

Est-ce Félix qui a plus de billes que Jean , ou est-ce Jean qui a plus de billes 
que Félix ? 

C'est Félix qui a plus de billes que Jean. 



Est-ce Jean qui a moins de billes que Félix, ou est-ce Félix 
billes que Jean ? 
C'est Jean qui a moins de billes que Félix. 
Etc. 



qui a moins de 



« PLUS DE... QUE— MOINS DE... QUE ». 



97 



LEÇON 117. 



« PLUS DE... QUE — MOINS DE... QUE 



H y a plus de pages dans un gros livre que dans un petit livre. 
Il y a moins de pages dans un petit livre que dans un gros livre 
Etc. 






Un gros livre 
Un grand bois 
Un grand arbre 
Un grand pré 
Une mer 
Une rivière 
Paris 
Une ville 
20 francs 
2 francs 
Etc. 



pages 

arbres 

feuilles 

herbe 

poissons 

eau 

hommes 

maisons 

argent 

argent 



un petit livre, 
un petit bois, 
un petit arbre, 
un petit pré. 
une rivière, 
un ruisseau. 
Toulouse, 
un village. 
5 francs. 
50 centimes. 



LEÇON 118. 



« PLUS DE... QUE - MOINS DE... QUE » (suite). 



Un gros livre - 


pages 


Un grand bois - 


arbres 


Un grand arbre — 


feuilles 


Un grand pré — 


herbe 


Etc. 




ENSEIGNEMENT, — P. 





un petit livre, 
un petit bois, 
un petit arbre, 
un petit pré. 



ES 
I 



98 



« PAS AUTANT DE... QUE — MOINS DE... QUE. 



DIALOGUE. 

Y a-t-il plus de pages dans un gros livre que dans un petit livre ? 
Oui. 

Y a-t-il moins de pages dans un petit livre que dans un gros livre? 
Oui. 

Est-ce dans un gros livre ou dans un petit livre qu'il y a plus de pages? 
C'est dans un gros livre qu'il y a plus de pages. 

Est-ce dans un petit livre ou dans un gros livre qu'il y a moins de pages? 
C'est dans un petit livre qu'il y a moins de pages. 
Etc. 



LEÇON 119. 



« PAS AUTANT DE... QUE — MOINS DE... QUE ». 

Félix a 100 billes; Jean n'en a que 5. 
Félix a 80 images; Jean n'en a que dO. 
Félix a 30 plumes; Jean n'en a que 6. 
Félix a 12 crayons ; Jean n'en a que 2. 
Etc. 



Félix a 100 billes ; mais Jean n'en a que 5. 
Jean a moins de billes que Félix. 
Jean n'a pas autant de billes que Félix. 
Etc. 



C PAS AUTANT DE... QUE — MOINS DE... QUE ». 



99 



LEÇON 120. 



« PAS AUTANT DE... QUE - MOINS DE... QUE » (suite), 



Félix a 100 billes ; Jean n'en a que 5. 
Félix a 80 images ; Jean n'en a que 10. 
Félix a 30 plumes ; Jean n'en a que 6. 
Félix a 12 crayons; Jean n'en a que 2. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Félix a-t-il des billes? 
Oui, il en a. 
Jean en a-t-il aussi ? 
Oui. 

Combien Félix en a-t-il? 
Il en a 100. 
Et Jean? 
Il n'en a que 5. 

Jean a donc moins de billes que Félix? 
Oui. 

Jean n'a donc pas autant de billes que Félix ? 
Non, Jean n'a pas autant de billes que Félix. 
Etc. 



100 



« AUTANT DE... QUE — AUTANT DE... », ETC. 



LEÇON 121 



« AUTANT DE... QUE — AUTANT DE. . L'UN QUE L'AUTRE. » 

Félix a 100 billes ; Jean en a 100 aussi. 
Félix a 80 images ; Jean en a aussi 80. 
Félix a 30 plumes ; Jean en a aussi 30. 
Félix a 12 crayons ; Jean en a aussi 12. 
Etc. 






•* 



Félix a 100 billes; Jean en a 100 aussi. 

Félix a autant de billes que Jean. 

Jean a autant de billes que Félix. 

Félix et Jean ont autant de billes l'un que l'autre. 



DIALOGUE. 



I 



Combien Félix a-t-il de billes? 
Il en a 100. 

Combien Jean en a-t-il ? 
Il en a 100 aussi. 

Jean a donc autant de billes que Félix ? 
Oui. 

Félix et Jean ont donc autant de billes l'un que l'autre? 
Oui. 
Etc. 



« PLUS DE... QUE DE — MOTNS DE... QUE DE. 



101 



CHAPITRE IV. 



I] 



EXERCICES DIVERS SUR LES ADVERBES ET LES ADJECTIFS. 






LEÇON 122. 



« PLUS DE... QUE DE... — MOINS DE... QUE DE. » 



Adrien a 4 plumes et 3 crayons. 
Nestor a 3 plumes et 4 crayons. 

Adrien a 6 cahiers et 2 livres. 
Nestor a 2 cahiers et 6 livres. 

Henriette a 5 aiguilles et 3 épingles. 
Marie a 3 aiguilles et 5 épingles. 

Henriette a 4 images et 2 médailles. 
Marie a 2 images et 4 médailles. 
Etc. 



Adrien a 4 plumes et 3 crayons. 
Il a donc plus de plumes que de crayons. 
Nestor a 3 plumes et 4 crayons. 
Il a donc moins de plumes que de crayons. 
Etc. 






p 



■ 






m 



« PLUS DE... QUE DE — MOINS DE... QUE DE... ». 



LEÇON 123. 



PLUS DE... QUE DE... — MOINS DE... QUE DE... a (suite). 

Adrien a 4 plumes et 3 crayons. 
Nestor a 3 plumes et 4 crayons. 
Adrien a plus de plumes que de crayons. 
Nestor a moins de plumes que de crayons. 



DIALOGUE. 

Louis 1 Adrien a-t-il des plumes? 
Oui, il a des plumes. 
A-t-il aussi des crayons? 
Oui, il en a aussi. 
Combien de plumes a-t-il ? 
Il en a quatre. 
Et de crayons ? 
Trois. 

Il a donc plus de plumes que de crayons ? 
Oui. 



Nestor a-t-il des plumes? 
Oui, il a des plumes. 
A-t-il aussi des crayons? 
Oui, il en a aussi. 
Combien de plumes a-t-il ? 
Il en a trois. 
Et de crayons ? 
Quatre. 

Il a donc moins de plumes que de crayons ? 
Oui. 
Etc. 



LEÇON PREPARATOIRE. 



AUTANT DE... QUE DE... » 



103 



LEÇON 124. 



LEÇON PREPARATOIRE. — « AUTANT DE... QUE DE... » 



Commandement 
du Professeur à un élève. 



Paul ! Dis à Alexandre 
de mettre 6 plumes et 
cravons sur la table. 



Paul 1 Dis à Alexandre 
de mettre 2 livres et 2 
cahiers sur la chaise. 

Paul! Dis à Alexandre 
de mettre 4 ardoises et 4 
crayons sur la table. 

Paul ! Dis à Alexandre 
de mettre 7 cahiers et 7 
plumes sur la chaise. 
Etc. 



Commandement 
d'un élève à un autre élève. 


Après l'action. 


Alexandre ! Mets 6 plu- 
mes et 6 crayons sur la 
table. 

Alexandre! . . . . 


Paul a dit à Alexandre 
de mettre 6 plumes et 6 
crayons sur la table, et 
Alexandre les y a mis. 

Paul a dit à Alexandre 








Paul a dit à Alexandre 






Alexandre ! . . . . 


Paul a dit à Alexandre 











a 



DIALOGUE. 



Victor ! Qu'a dit Paul à Alexandre? 

Il lui a dit de mettre G plumes et 6 crayons sur la table. 
Comment lui a-t-il dit cela ? 

Il lui a dit : Alexandre ! Mets 6 plumes et 6 crayons sur la table. 
Alexandre a-t-il fait cela? 
Oui , il l'a fait. 

Il a donc mis 6 plumes et 6 crayons sur la table ? 
Oui. 
Etc. 



104 



« AUTANT DE... QUE DE... > 



■ 



LEÇON 125. 



■ 
■ 



« AUTANT DE... QUE DE.. 

Alexandre a mis 6 plumes et 6 crayons sur la table. 
Alexandre a mis 2 livres et 2 cahiers sur la chaise. 
Alexandre a mis 4 ardoises et 4 crayons sur la table. 
Alexandre a mis 7 cahiers et 7 plumes sur la chaise. 



Il y a 6 plumes et 6 crayons sur la table. 
II y a 6 plumes et autant de crayons sur la table. 
Il y a autant de plumes que de crayons sur la table. 
Etc. 



DIALOGUE. 



Jules ! Combien y a-t-il de plumes sur la table ? 
Il y en a 6. 

Combien y a-t-il de crayons sur la table ? 
Il y en a aussi 6. 

H y a donc autant de plumes que de crayons sur la table? 
Oui. 
Etc. 



« AUTANT DE... QUE DE. 



105 



LEÇON 126. 



« AUTANT DE... QUE DE... » (suite). 



Il y a 6 plumes et 6 crayons sur la table. 
Il y a 2 livres et 2 cahiers sur la chaise. 
Il y a 4 ardoises et 4 crayons sur la table. 
Il y a 7 cahiers et 7 plumes sur la chaise. 



Il y a 6 plumes et 6 crayons sur la table. 
Il n'y a pas plus de plumes que de crayons sur la table. 
Il n'y a pas moins de crayons que de plumes sur la table. 
Il y a donc autant de plumes que de crayons sur la table. 
Etc. 



DIALOGUE. 







Félix ! Y a-t-il des plumes sur la table? 
Oui, il y en a. 

Y a-t-il aussi des crayons sur la table ? 
Oui, il y en a aussi. 
Combien y a-t-il de plumes ? 
Il y en a 6. 
Et de crayons ? 
II y en a 6 aussi. 

Il n'y a donc pas plus de plumes que de crayons? 
Non. 

Il n'y a donc pas moins de crayons que de plumes? 
Non. 

Il y a donc enfin autant de plumes que de crayons ? 
Oui. 
Etc. 



106 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



LEÇON 127. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



Commandement 
du maître. 



Paul! Dis à Jean de 
mettre 4 cahiers et 2 
livres sur la table. 



Paul ! Dis à Jean de 
mettre 6 plumes et 3 
crayons sur la chaise. 

Paul! Dis à Jean de 
mettre 6 ardoises et 2 
crayons sous la table. 

Paul ! Dis à Jean de 
mettre 5 livres et 3 ca- 
hiers sous la chaise. 
Etc. 



Commandement 
d'un élève à un autre élève. 



Jean ! Mets 4 cahiers et 
2 livres sur la table. 



Jean ! 



Jean! 



Jean! 



Après l'action. 



Paul a dit à Jean de 
mettre 4 cahiers et 2 li- 
vres sur la table , et Jean 
l'a fait. 

Paul a dit à Jean. . . 



Paul a dit à Jean. 



Paul a dit à Jean. 



DIALOGUE. 



Ernest ! Qu'a dit Paul à Jean ? 

Il lui a dit de mettre 4 cahiers et 2 livres sur la table. 
Comment lui a-t-il dit cela ? 

Il lui a dit : Jean ! mets 4 cahiers et 2 livres sur la table. 
Jean a-t-il fait ce que Paul lui a dit ? 
Oui , il l'a fait. 

Il a donc mis 4 cahiers et 2 livres sur la table ? 
Oui. 
Etc. 



t ASSEZ DE... — PAS ASSEZ DE. 



LEÇON 128. 



407 




« PAS AUTANT DE... QUE DE... » 

Jean a mis 4 cahiers et 2 livres sur la (able. 
Jean a mis 6 plumes et 3 crayons sur la chaise. 
Jean a mis 6 ardoises et 2 crayons sous la table. 
Jean a mis 5 livres et 3 cahiers sous la chaise. 



II y a 4 cahiers et 2 livres sur la table. 

Il y a 4 cahiers sur la table, mais il n'y a pas autant de livres; il n'y en a que 2. 
Il n'y a pas autant de livres que de cahiers sur la table. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Julien 1 Qu'y a-t-il sur la table ? 

11 y a des cahiers et des livres. 

Y a-t-il plus de cahiers que de livres? 
Oui. 

Y a-t-il moins de livres que de cahiers? 
Oui. 

Il n'y a donc pas autant de livres que de cahiers ? 
Non, il n'y a pas autant de livres que de cahiers. 
Etc. 



LEÇON 129. 



« ASSEZ DE... —PAS ASSEZ DE... » 

Il faut, pour l'intelligence de cette leçon, qu'il y ait 5 élèves à la 1" table et autant à la 2», 
et, sur les tables, les objets ci-dessous indiqués : 



1" table : 5 élèves et 5 ardoises. 
2* table : 5 élèves et A ardoises. 



108 



« ASSEZ DE. 



PAS ASSEZ DE. 



1" table : 5 élèves et S encriers. 

2* table : S élèves et 3 encriers. 

I" table : 5 élèves et 5 crayons. 

2 e table : 5 élèves et 2 crayons. 



A la 1" table, il y a 5 élèves et 5 ardoises. 
11 y a autant d'ardoises que d'élèves. 
Il y a une ardoise pour chaque élève. 
Aucun élève ne manque d'ardoise. 
Il y a assez d'ardoises. 

A la 2 e table, il y a 5 élèves et 4 ardoises. 
Il n'y a pas autant d'ardoises que d'élèves. 
Il n'y a pas une ardoise pour chaque élève. 
Un élève manque d'ardoise. 
11 n'y a pas assez d'ardoises. 
Etc. 



DIALOGUE. 




Georges 1 Combien y a-t-il d'élèves à la première table? 
Il y en a 5. 

Combien y a-t-il d'ardoises? 
Il y en a 5 aussi . 

Il y a donc autant d'ardoises que d'élèves? 
Oui. 

Il y a donc une ardoise pour chaque élève? 
Oui. 

Aucun élève ne manque donc d'ardoise ? 
Non, aucun élève ne manque d'ardoise. 
Il y a donc assez d'ardoises ? 
Oui , il y en a assez. 

Combien y a-t-il d'élèves à la deuxième table? 

H y en a 5. 

Combien y a-t-il d'ardoises ? 

Il y en a 4. 



« TROP DE... — TROP PEU DE ». 

Il n'y a donc pas autant d'ardoises que d'élèves ? 
Non. 

Il n'y a donc pas une ardoise pour chaque élève? 
Non. 

Un élève manque donc d'ardoise? 
Oui. 

Il n'y a donc pas assez d'ardoises? 
Non , il n'y en a pas assez. 
Etc. 



109 



i 



LEÇON 130. 



« TROP DE... — TROP PEU DE ». 






Paul a une soupière pleine de soupe pour son dîner. 
Jean n'a qu'une cuillerée de soupe pour son dîner. 

Paul a la moitié d'un gros pain pour son goûter. 
Jean n'a qu'une bouchée de pain pour son goûter. 

Paul a une grande bouteille de vin pour son souper. 
Jean n'a qu'un travers de doigt de vin pour son souper. 
Etc. 



Paul a une soupière pleine de soupe pour son dîner. 
Il a beaucoup, beaucoup de soupe. 
Il a trop de soupe. 

Jean n'a qu'une cuillerée de soupe pour son dîner. 
Il a bien peu, bien peu de soupe. 
Il a trop peu de soupe. 
Etc. 



no 



€ ASSEZ, PAS ASSEZ, TROP », ETC. 



« TROP DE. 



LEÇON 131. 



TROP PEU DE.. 



(suite). 



Paul a une soupière pleine de soupe pour son dîner. 
Jean n'a qu'une cuillerée de soupe pour son dîner. 
Paul a trop de soupe pour son dîner. 
Jean a trop peu de soupe pour son dîner. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Luc! Paul a-t-il de la soupe pour son dîner? 
Oui. 

Quelle quantité de soupe a-t-il ? 
11 en a une pleine soupière. 
A-t-il trop de soupe? 
Oui , il en a trop. 

Jean a-t-il de la soupe pour son dîner? 
Oui. 

Quelle quantité de soupe a-Wl? 
11 n'en a qu'une cuillerée. 
k-tril trop peu de soupe? 
Oui , il en a trop peu. 
Etc. 



LEÇON 132. 



« ASSEZ, PAS ASSEZ, TROP », AVEC UN ADJECTIF. 

René est bien grand. 

Il atteint le haut de la porte avec la main. 

Ludovic est bien petit. 

Il n'atteint pas le haut de la porte avec la main. 



C ASSEZ, PAS ASSEZ, TROP >, ETC. 



111 



René est bien fort. 

Il porte une table sur le dos. 

Ludovic est bien faible. 

11 ne porte pas une table sur le dos. 

René est bien agile. 
Jl franchit un grand fossé. 
Ludovic est bien lourd. 
Il ne franchit pas un grand fossé. 
Etc. 



René est bien grand. 

Il atteint le haut de la porte avec la main. 

Il est assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la main. 

Ludovic est bien petit. 

Il n'atteint pas le haut de la porte avec la main. 
11 n'est pas assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la main. 
Il est trop petit pour atteindre le haut de la porte avec la main. 
Etc. 



LEÇON 133. 



« ASSEZ, PAS ASSEZ, TROP », AVEC UN ADJECTIF. 

René est bien grand. 
Il atteint le haut de la porte. 
Ludovic est bien petit. 
11 n'atteint pas le haut de la porte. 

René est assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la main. 
Ludovic n'est pas assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la main. 
Il est trop petit pour l'atteindre. 
Etc. 



DIALOGUE. 



René est-il bien grand? 
Oui. 



112 



t BIEN , MAL » , AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 



Atteint-il le haut de la porte avec la main ? 

Oui, il l'atteint. 

Est-il assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la main? 

Oui, il est assez grand pour l'atteindre. 

Ludovic est-il bien petit ? 

Oui. 

Atteint-il le haut de la porte avec la main? 

Non, il ne l'atteint pas. 

Est-ce qu'il n'est pas assez grand pour atteindre le haut de la porte avec la 
main? 

Non, il n'est pas assez grand pour l'atteindre. 
Est-ce qu'il est trop petit pour l'atteindre ? 
Oui, il est trop petit pour l'atteindre. 
Etc. 



LEÇON 134. 



« BIEN, MAL », AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 

Albert a bien fait son lit. 
Athanase a mal fait son lit. 
Albert a bien fait sa page d'écriture. 
Athanase a mal fait sa page d'écriture. 
Albert a bien rédigé sa lettre. 
Athanase a mal rédigé su lettre. 
Albert a bien exécuté son dessin. 
Athanase a mal exécuté son dessin. 
Etc. 



Albert a bien fait son lit. 
Le lit d'Albert est bien fait. 
Athanase a mal fait son lit. 
Le lit d'Athanase est mal fait. 
Etc. 



« PAS AUSSI BIEN, MOINS BIEN », ETC. 



113 



DIALOGUE. 

Paul! Albert a-t-il bien fait son lit? 
Oui, il l'a bien fait. 
Athanase a-t-il aussi bien fait son lit? 
Non , il ne l'a pas bien fait. 
Comment Albert a-t-il fait son lit? 
Il l'a bien fait. 

Comment Atbanase a-t-il fait son lit ? 
11 l'a mal fait. 

Le lit d'Albert est-il bien fait? 
Oui , le lit d'Albert est bien fait. 
Le lit d' Athanase est-il mal fait? 
Oui , le lit d' Athanase est mal fait. 

Est-ce le lit d'Albert qui est bien fait ou le lit d'Athanase? 
C'est le lit d'Albert qui est bien fait. 
Etc. 



LEÇON 135. 



« PAS AUSSI BIEN, MOINS BIEN*, AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 

Albert a bien fait son lit. 

Jacques a aussi bien fait son lit. 

Mais Félix n'a pas aussi bien fait son lit; il a moins mm fait son lit. 

Albert a bien fait sa page d'écriture. 
Jacques a aussi bien fait sa page d'écriture. 

Mais Félix n'a pas aussi bien fait sa page d'écriture; il a moins bien fait sa 
page d'écriture. 



Albert a bien rédigé sa lettre. 
Jacques a aussi bien rédigé sa lettre. 

Mais Félix n'a pas aussi bien rédigé sa lettre ; il a moins bien rédigé sa lettre. 
Etc. 



KNSEICHEUIHT. — P. 



8 






\u 



<t BIEN , MIEUX » , AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 






Albert a bien fait son lit. 
Le lit d'Albert est bien fait. 
Jacques a aussi bien fait son lit. 
Le lit de Jacques est aussi bien fait. 

Mais Félix n'a pas aussi bien fait son lit; il a moins bien fait son lit. 
Le lit de Félix n'est pas aussi bien fait; il est moins bien fait. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Henri ! Paul a-t-il bien fait son lit ? 
Oui , il a bien fait son lit. 
Est-ce qvee son lit est bien fait? 
Oui , son lit est bien fait. 
Jacques a-t-il aussi bien fait son lit ? 
Oui , Jacques a aussi bien fait son lit. 
Est-ce que son lit est aussi bien fait? 
Oui , son lit est aussi bien fait. 
Félix a-t-il aussi bien fait son lit? 
Non , Félix n'a pas aussi bien fait son lit. 
Est-ce que son lit n'est pas aussi bien fait? 
Non , son lit n'est pas aussi bien fait. 
Est-ce qu'il a moins bien fait son lit? 
Oui , il a moins bien fait son lit. 
Est-ce que son lit est moins bien fait? 
Oui , son lit est moins bien fait. 
Etc. 



LEÇON 136. 



« BIEN, MIEUX » , AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 



Jacques a bien fait son lit. 
Désiré a mieux fait son lit. 

Jacques a bien fait sa page d'écriture. 
Désiré a mieux fait sa page d'écriture. 

Jacques a bien fait sa lettre. 
Désiré a mieux fait sa lettre. 



« PARFAITEMENT, PAS MIEUX », ETC. 115 

Jacques a bien exécuté son dessin. 
Désiré a mieux exécuté son dessin. 
Etc. 



Jacques a bien fait son lit. 
Le lit de Jacques est bien fait. 

Désiré a mieux fait son lit. 
Le lit de Désiré est mieux fait. 

Désiré a mieux fait son lit que Jacques. 
Le lit de Désiré est mieux fait que le lit de Jacques. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Joseph ! Jacques a-t-il bien fait son lit? 

Oui, il l'a bien fait. 

Est-ce que son lit est bien fait? 

Oui, il est bien fait. 

Désiré a-t-il mieux fait son lit ? 

Oui, il l'a mieux fait. 

Est-ce que le lit de Désiré est mieux fait que le lit de Jacques ? 

Oui, le lit de Désiré est mieux fait que le lit de Jacques. 

Est-ce Désiré qui a mieux fait son lit que Jacques, ou est-ce Jacques qui a 
mieux fait son lit que Désiré? 

C'est Désiré qui a mieux fait son lit que Jacques. 

Est-ce le lit de Désire" qui est mieux fait que le lit de Jacques, ou est-ce le lit 
de Jacques qui est mieux fait que le lit de Désiré ? 

C'est le lit de Désiré qui est mieux fait que le lit de Jacques. 
Etc. 



LEÇON 137. 



« PARFAITEMENT, PAS MIEUX », AVEC UN PARTICIPE PASSÉ. 

Henri a parfaitement fait son lit. 
Félix n'a pas mieux fait son lit. 



I 

I 



116 



« BIEN, MAL, TRES-BIEN, TRÈS-MAL», ETC. 



Henri a parfaitement fait sa page d'écriture. 
Félix n'a pas mieux fait sa page d'écriture. 

Henri a parfaitement rédigé sa lettre. 
Félix n'a pas mieux rédigé sa lettre. 

Henri a parfaitement exécuté son dessin. 
Félix n'a pas mieux exécuté son dessin. 



Henri a parfaitement fait son lit. 
Le lit de Henri est parfaitement fait. 

Félix n'a pas mieux fait son lit. 
Le lit de Félix n'est pas mieux fait. 

Félix n'a pas mieux fait son lit que Henri. 
Le lit de Félix n'est pas mieux fait que le lit de Henri. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Jules! Henri a-t-il parfaitement fait son lit? 
Oui, il l'a parfaitement fait. 
Est-ce que le lit de Henri est parfaitement fait ? 
Oui, le lit de Henri est parfaitement fait, 
Félix n'a-t-il pas mieux fait son lit que Henri? 
Non, Félix n'a pas mieux fait son lit que Henri. 
Est-ce que le lit de Félix n'est pas mieux fait que le lit de Henri? 
Non, le lit de Félix n'est pas mieux fait que le lit de Henri. 
Etc. 



LEÇON 138. 



« BIEN, MAL, TRÈS-BIEN, TRÈS-MAL, MIEUX, MOINS BIEN», 

AVEC UN VERBE. 

Gesticuler. 
Faire des gestes. 



« BEAUCOUP, PEU, PLUS QUE, MOINS QUE », ETC. 

Mimer. 

Faire de la pantomime. 
Faire des signes. 
Parler par signes. 
Écrire." 
Dessiner. 
Marcher. 
Saluer. 

Sauter à la corde. 
Jouer aux billes. 
Jouer à la marelle. 
Etc. 



117 



Jacques gesticule bien ; mais André gesticule mal. 
Félix gesticule très-bien ; mais Victor gesticule très-mal. 
Laurent gesticule bien ; mais Paul gesticule mieux. 
Louis gesticule bien ; mais Jean gesticule moins bien. 
Etc. 



LEÇON 139. 




« BEAUCOUP, PEU, PLUS QUE, MOINS QUE, AUTANT QUE », 

AVEC UN VERBE. 



Étudier. 
Apprendre. 
S'appliquer. 
Profiter. 
Travailler. 
S'amuser. 
Sauter. 
Courir. 
Manger. 
Etc. 



118 



« ASSEZ , PAS ASSEZ » , AVEC UN VERBE. 



Paul étudie beaucoup; mais Félix étudie peu. 
Paul étudie plus que Félix. 
Félix étudie moins que Paul. 
Mais Léon étudie autant que Paul. 
Etc. 



LEÇON 140. 



« ASSEZ, PAS ASSEZ », AVEC UN VERBE. 



Jacques travaille assez, aussi son maître le loue-t-il quelquefois; mais Victor 
ne travaille pas assez ; aussi son maître ne le Ioue-t-il jamais. 

Jacques étudie assez, aussi son maître le récompense-t-il quelquefois- mais 
Victor n'étudie pas assez, aussi son maître ne le récompense-t-il jamais. 

Jacques s'applique assez, aussi fait-il des progrès; mais Victor m s'applique 
pas assez, aussi ne fait-il pas de progrès. 



Jacques mange assez, aussi est-il gras ; mais Victor ne mange pas assez, 
est-il maigre. 
Etc. 



aussi 



DIALOGUE. 



François 1 Jacques travaille-t-il assez ? 
Oui, il travaille assez. 
Son maître le loue-t-il ? 
Oui, son maître le loue. 
Victor travaille-t-il assez? 
Non, il ne travaille pas assez. 
Son maître ne le loue-t-il jamais? 
Non, son maître ne le loue jamais. 
Etc. 



« PLUS QUE , MOINS QUE » , AVEC UN VERBE. 



119 



LEÇON 141. 



« TROP, PAS TROP », AVEC UN VERBE. 

Jean a trop mangé, aussi a-t-il été malade ; mais Paul n'a pas trop mangé, 
aussi n'a-t-il pas été malade. 

Jean a trop bu, aussi a-t-il vomi ; mais Paul n'a pas trop bu, aussi n'a-t-il pas 
vomi. 

Jean a trop couru, aussi s'est-il fatigué; mais Paul n'a pas trop couru, aussi 
ne s'est-il pas fatigué. 

Jean a trop sauté, aussi a-t-il sué beaucoup; mais Paul n'a pas trop sauté, 
aHssi n'a-t-il pas sué du tout. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Frédéric 1 Jean a-t-il été malade ? 
Oui, il a été malade. 
Pourquoi a-t-il été malade? 
Parce qu'il a trop mangé. 
Paul a-t-il été malade comme Jean ? 
Non , il n'a pas été malade. 
Pourquoi n'a-t-il pas été malade? 
Parce qu'il n'a pas trop mangé. 
Etc. 






LEÇON 142. 



a PLUS QUE, MOINS QUE », AVEC UN VERBE. 

Stanislas a fait 30 pas ; Michel n'en a fait que 10. 
Stanislas a plus marché que Michel. 
Michel a moins marché que Stanislas. 



m 



120 



* AUTANT QUE, PAS AUTANT QUE », ETC. 



Stanislas a mangé deux gros morceaux de pain; Michel n'en a mangé qu'un 
petit morceau. 

Stanislas a plus mangé que Michel. 

Michel a moins mangé que Stanislas. 

Stanislas a bu une bouteille de vin; Michel n'en a bu qu'un verre. 
Stanislas a plus bu que Michel. 
Michel a moins bu que Stanislas. 

Stanislas a étudié deux pages d'Histoire sainte; Michel n'en a étudié qu'une 
Stanislas a plus étudié que Michel. 
Michel a moins étudié que Stanislas. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Albert! Combien Stanislas a-t-il fait de pas? 
H en a fait 30. 

Combien Michel en a-t-il fait ? 
Il n'en a fait que 10. 

Stanislas a donc plus marché que Michel ? 
Oui, Stanislas a plus marché que Michel. 
Michel a donc moins marché que Stanislas ? 
Oui, Michel a moins marché que Stanislas. 
Etc. 



LEÇON 143. 



■ 



« AUTANT QUE, PAS AUTANT QUE », AVEC UN VERBE. 

faifquetû. " ^ ^ ^ '"T" "" " "* ***** 3 ° ; maiS Michel n ' en a 

Jacques a autant fait de pas que Stanislas; mais Michel n'a 
de pas que Stanislas. 



PAS AUTANT fait 



Sta„ Islas a mangé deux gros morceaux de pa . n . ^ a 

ment deux gros morceaux : mais Michel n'en a mangé qu'un petit morceau 
^Z^™* "^ ° UE S,aniSlaSJ ^ Michd * '" — ~* 



« SI... QUE T> , AVEC UN ADJECTIF, ETC. 



421 



Stanislas a bu une bouteille de vin ; Jacques en a bu également une ; mais 
Michel n'en a bu qu'un verre. 

Jacques a autant bu que Stanislas ; mais Michel n'a pas autant bu que 
Stanislas. 

Stanislas a étudié deux pages d'Histoire sainte; Jacques en a étudié égale- 
ment deux ; mais Michel n'en a étudié qu'une. 

Jacques a autant étudié que Stanislas; mais Michel n'a pas autant étudié 
que Stanislas. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Athanase ! Combien Stanislas a-t-il fait de pas ? 
Il en a fait 30. 

Combien Jacques a-t-il fait de pas ? 
Il en a fait également 30. 
Il a donc autant marché que Stanislas ? 
Oui, il a autant marché que Stanislas. 
Michel a-t-il également autant marché que Stanislas? 
Non, il n'a pas autant marché que Stanislas : il n'a fait que 10 pas. 
Etc. 



Il 



LEÇON 144. 

« SI... QUE... », AVEC UN ADJECTIF. — a TANT... QUE... », 
AVEC UN SUBSTANTIF. 

Le lion est très-fort ; il est si fort Qu'il terrasse l'éléphant. 
L'éléphant est très-gros ; il est si gros Qu'il ressemble à une montagne. 
Le tigre est très-agile ; il est si agile Qu'il atteint le cerf à la course. 
Le cochon est très-malpropre ; il est si malpropre Qu'il se vautre dans les 
ordures. 
Le paon est très-beau ; il est si beau que tout le monde l'admire. 
Etc. 



Le lion est très-fort ; il est si fort Qu'il terrasse l'éléphant. 
Le lion a beaucoup de force; il a tant de force Qu'il terrasse l'éléphant. 
Etc. 



H 



122 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



LEÇON 145. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Faire exprimer en synonymies, d'après ce modèle, les phrases de la leçon précédente. 

Le lion est très-fort. 

Il est si fort qu'il terrasse l'éléphant. 



SYNONYMIES. 

Le lion est très-fort. 

• . . a beaucoup de force. 

• . . a une très-grande force. 
... a une force qui est très-grande. 
. • .est d'une très-grande force. 



: 



H est si fort qu'il terrasse l'éléphant. 
11 a tant de force qu'il. 

Il a une si grande force qu'il 

Il a une force qui est si grande qu'il terrasse l'éléphant. 

Il est d'une si grande force qu'il 

Il est fort à un si haut degré qu'il 

Il est fort à un si haut point qu'il 

11 est tellement fort qu'il 

Il a une telle force qu'il 

H est doué d'une telle force qu'il 

Le lion est d'une très-grande force. Il a une telle force qu'il terrasse l'éléphant. 



« SI... QUE... TANT... QUE ». 



423 



LEÇON 146. 

«SI... QUE », AVEC UN ADJECTIF. — « TANT... QUE », AVEC UN 

SUBSTANTIF (suite.) 

Augustin est très-généreux ; il est si généreux Qu'il donne tout à ses amis. 

Augustin est très-bon ; il est si bon Qu'il fait l'aumône à tous les pauvres qu'il 
rencontre. 

Augustin est très-appliqué ; il est si appliqué Qu'il ne parle jamais avec ses 
camarades pendant l'étude. 

Augustin est très-doux; il est si doux Qu'il ne se venge jamais quand on lui 
fait du mal. 

Augustin est très-courageux; il est si courageux Qu'il traverse tout seul un 
bois pendant la nuit. 

Augustin est très-généreux; il est si généreux Qu'il donne tout à ses amis. 
Augustin a beaucoup de générosité; il a tant de générosité Qu'il donne tout à 
ses amis. 
Etc. 



LEÇON 147. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 

Faire exprimer en synonymies toutes les phrases qui font la matière de la leçon précédente. 

Augustin est très-généreux. 

Il est si généreux qu'il donne tout à ses amis. 

SYNONYMIES. 

Augustin est très- généreux. 

. . . a beaucoup de générosité. 

. . . a une très-grande générosité. 

. . . a une générosité qui est très-grande. 

. . . est d'une très-grande générosité. 



124 « PLUS... ET PLUS, D'AUTANT PLUS », ETC. 

// est si généreux qu'il donne tout à ses amis. 

.. a tant de générosité qu'il. . 

.. a une si grande générosité qu'il. . 

.. a une générosité qui est si grande qu'il donne tout à ses amis. 

.. est d'une si grande générosité qu'il. 

.. est généreux à un si haut degré qu'il. . 

.. est généreux à un si haut point qu'il 

.. est tellement généreux qu'il. . 

.. a une telle générosité qu'il. . 

.. est doué d'une telle générosité qu'il. 



Augustin est d'une très-grande générosité , il a une telle générosité qu'il donne 
tout a ses amis. 



LEÇOJN 148. 






« PLUS... ET PLUS, D'AUTANT PLUS », AVEC UN ADJECTIF. 

Plus nous serons sages, et plus nous contenterons nos maîtres. 
Plus nous serons pieux, et plis nous plairons à Dieu. 
Plus nous serons appliqués , et plis nous ferons de progrès. 
Plus nous serons aimables, et plus nous serons aimés 
Etc. 



Plus nous serons sages, et plus nous contenterons nos maîtres. 
Nous contenterons d'autant plus nos maîtres que nous serons plus sages. 
Etc. 



« MOINS... ET MOINS, D'AUTANT MOINS... » 



125 



LEÇON 149. 




« PLUS... ET PLUS, D'AUTANT PLUS », AVEC UN SUBSTANTIF. 

Plus nous aurons de sagesse, et plus nous contenterons nos maîtres. 
Plus nous aurons de piété, et plus nous plairons à Dieu. 
Plus nous aurons d'application, et plus nous ferons de progrès. 
Plus nous aurons d'amabilité, et plus nous serons aimés. 
Etc. 



Plus nous aurons de sagesse , et plus nous contenterons nos maîtres. 
Nous contenterons d'autant plus nos maîtres que nous aurons plus de sagesse. 
Etc. 



LEÇON 150. 



« MOINS... ET MOINS, D'AUTANT MOINS. » 

Moins nous serons sages, et moins nous contenterons nos maîtres. 
Moins nous serons pieux, et moins nous plairons à Dieu. 
Moins nous serons appliqués, et moins nous ferons de progrès. 
Moins nous serons aimables , et moins nous serons aimés. 
Etc. 



Moins nous serons sages, et moins nous contenterons nos maîtres. 
Nous contenterons d'autant moins nos maîtres que nous serons moins sages. 
Moins nous aurons de sagesse, et moins nous contenterons nos maîtres. 
Nous contenterons d'autant moins nos maîtres que nous aurons moins de 
sagesse. 

Etc. 



126 



« PLUS... ET MIEUX, D'AUTANT MIEUX, DAVANTAGE.» 



LEÇON 151 






a PLUS... ET PLUS, D'AUTANT PLUS, DAVANTAGE ». 

Plus nous étudierons , et plus notre maître nous louera. 
Plus nous apprendrons, et plus notre maître nous applaudira. 
Plus nous travaillerons, et plus notre maître nous récompensera. 
Plus nous profiterons, et plus notre maître sera content de nous 
Etc. 



Plus nous étudierons, et plus notre maître nous louera. 
Notre maître nous louera d'autant plus que nous étudierons davantage. 
Etc. 



LEÇON 152. 



« PLUS... ET MIEUX, D'AUTANT MIEUX, DAVANTAGE, r» 

Plus nous étudierons nos leçons, et mieux nous les réciterons. 
Plus nous apprendrons nos leçons, et mieux nous les réciterons. 
Plus nous repasserons nos leçons, et mieux nous les saurons. 
Plus nous lirons une histoire , et mieux nous nous la rappellerons. 



Plus nous étudierons nos leçons , et mieux nous les réciterons. 
Nous réciterons d'autant mieux nos leçons que nous les étudierons davantage 
Etc. 



ADVERBES. 



127 



LEÇON 153. 



K 



« MOINS... ET PLUS, D'AUTANT PLUS ». 

Moins nous ferons de progrès, et plus nous attristerons nos parents. 
Moins nous profiterons, et plus nous mécontenterons nos parents. 
Moins nous nous appliquerons, et plus nous affligerons nos parents. 
Moins nous serons sages, et plus nous chagrinerons nos parents. 



Moins nous ferons de progrès, et plus nous attristerons nos parents. 
Nous attristerons d'autant plus nos parents que nous ferons moins de progrès. 
Etc. 



LEÇON 154. 



ADVERBES MODIFIANT : 1° UN VERBE, 2° UN ADJECTIF, 3« UN AUTRE 

ADVERBE. 

Le professeur fera souligner les adverbes qui ne le sont pas et les mots qu'ils modifient. 

Ferdinand agit sagement. 
Ferdinand est TB.ks-sage. 
Ferdinand agit iKks-sage?nent. 

Ferdinand agit poliment. 
Ferdinand est très-poli. 
Ferdinand agit très-poliment. 

Ferdinand agit loyalement. 
Ferdinand est très-loyal. 
Ferdinand agit très-loyalement. 



m 







128 CHANGEMENT DE L'ADVERBE : 1° EN ADJECTIF, 2° EN SUBSTANTIF. 



Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Ferdinand 
Etc. 



agit honnêtement, 
est très-honnête, 
agit très-honnêtement, 
agit prudemment, 
est très-prudent, 
agit très-prudemment, 
agit franchement, 
est très-franc, 
agit très-franchement. 



LEÇON 155. 



CHANGEMENT DE L'ADVERBE : 1° EN ADJECTIF, 2" EN SUBSTANTIF. 

Ferdinand agit sagement. 

d'une manière sage. 

avec sagesse. 

Ferdinand agit poliment. 

. . . . • d'une manière polie. 

. . . . . avec politesse. 

Ferdinand agit loyalement. 

d'une manière loyale. 

avec loyauté. 

Ferdinand agit honnêtement. 

d'une manière honnête. 

avec honnêteté. 

Ferdinand agit prudemment. 

• . . . . d'une manière prudente. 

avec prudence. 

Ferdinand agit franchement. 

d'une manière franche. 

avec franchise. 

Etc. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



129 



LEÇON 156. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 

Faites, avec les deux leçons précédentes, des discours et des synonymies sur les modèles de 
cette leçon. 

Ferdinand est TRÈs-sage, il agit TRks-sagement , aussi tout le monde l'estime, 
tout le monde le considère, tout le monde le loue. 






SYNONYMIES. 

Ferdinand est très-sage, 

■ ■ . . se montre très-sage, 

. . . . a beaucoup de sagesse, 

. . . . montre beaucoup de sagesse, 

une grande sagesse, 

il agit très-sagement, 
. . . d'une manière très-sage, 
. . . avec beaucoup de sagesse, 
. . . avec une grande sagesse, 

la manière avec laquelle il agit est très-sage, 

aussi 

c'est pourquoi 

voilà pourquoi 

voilà la raison pour laquelle 

voilà le motif pour lequel 

tout le monde l'estime, 
tout le monde a de l'estime pour lui, 
tout le monde se plaît à l'estimer, 
il est estimé par tout le monde, 

tout le monde le considère 
tout le monde a de la considération pour lui 
tout le monde se plaît à le considérer 
il est considéré par tout le monde 

ENSEIGNEMENT. — P. 



p 



130 ADJECTIFS TRANSFORMÉS EN ADVERBES. 

tout le monde le loue. 

tout le inonde a des louanges à lui donner. 

tout le monde se plaît à le louer. 

il est loué par tout le monde. 



Ferdinand a beaucoup de sagesse. La manière avec laquelle il agit est très- 
sage. Voilà pourquoi tout le monde se plaît à l'estimer, tout le monde a de la 
considération pour lui, il est loué par tout le monde. 



LEÇON 157. 



TRANSFORMATION DE CERTAINS ADJECTIFS EN ADVERBES. 



ADJECTIFS. 



ADVERBES. 



Poh'. 
Honnête. 
Propre. 
Modeste. 
Humble. 
Sage. 
Sincère. 
Charitable. 
Sensé. 
Etc. 



Poliment. 

Honnêtement. 

Proprement. 

Modestement. 

Humblement. 

Sagement. 

Sincèrement. 

Charitablement. 

Sensément. 



Charles est poli. 
Charles agit poliwien/. 
Etc. 



ADJECTIFS TRANSFORMÉS EN ADVERBES. 



134 



LEÇON 158. 



TRANSFORMATION DE CERTAINS ADJECTIFS EN ADVERBES (suite). 



A 


DJECTIFS. 


ADVERBES. 


Masculin. 


Féminin. 




Grand. 


Grande. 


Grandement. 


Fort. 


Forte. 


Fortement 


Doux. 


Douce. 


Doucement. 


Pieux. 


Pieuse. 


Pieusement. 


Généreux. 


Généreuse. 


Généreusement. 


Courageux 


Courageuse. 


Courageusement 


Loyal. 


Loyale. 


Loyalement. 


Franc. 


Franche. 


Franchement. 


Etc. 


Camille est grand. 
Camille vit grandement. 
Etc. 






LEÇON 159. 





TRANSFORMATION DE CERTAINS ADJECTIFS EN ADVERBES (suite). 

ADJECTIFS. ADVERBES. 



il 
té 



Diligent. 

Prudent. 

Patient. 

Impatient. 

Nonchalant. 



Diligemment. 

Prudemment. 

Patiemment. 

Impatiemment. 

Nonchalamment. 



■ 



132 



ADJECTIFS TRANSFORMES EN ADVERBES. 



Arrogant. 
Savant. 
Méchant. 
Etc. 



Arrogamment. 

Savamment. 

Méchamment. 



Dominique est diligent. 
Dominique agit diligemment 
Etc. 



LEÇON 160. 



EXERCICE SUR LES LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



Ernest est prudent. 
11 est franc. 
Il est poli. 
Il est sensé. 
Il est honnête 
Il est sage. 
Il est loyal. 
Il est généreux. 
Il est bon. 
11 est pieux. 
Il est modeste. 
Il est sincère. 
Il est charitable. 
Il est diligent. 
Il est patient. 
11 est saint! 
Il est savant. 
Il est courageux. 
Etc. 



Ernest agit prudemment. 
Il agit franchement. 
Il agit poliment. 



ADVERBES DE COMPARAISON. 



133 



LEÇON 161 . 




ADVERBES EMPLOYÉS AU COMPARATIF DE SUPÉRIORITÉ OU 

D'INFÉRIORITÉ. 



que 



Emile est plus sage 

. . . — poli — 

. . . — prudent — 

. . . — sensé — 

. . . — franc — 

. . . — pieux — 
Etc. 

SYNONYMIES. 

Emile est plus sage que Louis. 
.... agit plus sagement que Louis. 
d'une manière plus sage que Louis. 

Louis est moins sage qu'Emile. 

. . . agit moins sagement qu'Emile. 

d'une manière moins sage qu'Emile. 

Etc. 



LEÇON 162. 



Louis. 



ADVERBES EMPLOYÉS AU COMPARATIF D'ÉGALITÉ. 



Frédér 



est aussi 



sage 

poli 

prudent 

sensé 

franc 

pieux 



Etc. 



que 



Joseph 



SYNONYMIES. 

Frédéric est aussi sage que Joseph. 

. . . . agit aussi sagement que Joseph. 

d'une manière aussi sage qu& Joseph. 

Etc. 






Il 



134 



ADVERBES DE COMPARAISON. 






LEÇON 163. 



ADVERBES EMPLOYÉS AU SUPERLATIF ABSOLU, ET AU SUPERLATIF 
RELATIF DE SUPÉRIORITÉ. 



Gabriel est très-sage ; il est le plus sage de tous ses camarades. 

— poli; — 

— prudent ; — 

— sensé ; — 

— franc ; — , 

— pieux ; — 



Etc. 



SYNONYMIES. 



Gabriel est très-sage ; il est le plus sage de tous ses camarades. 
. . . agit ?m-sagement ; il agit plus sagement que tous ses camarades. 
Etc. 



LEÇON 164. 



ADVERBES EMPLOYÉS AU SUPERLATIF RELATIF D'INFÉRIORITÉ. 

Jacques est le moins sage de tous ses camarades. 

— poli — 

— prudent — 

— sensé — 

— franc — 

— pieux — 

Etc. 



Jacques est le moins sage de tous ses camarades. 
Jacques a moins de sagesse que tous ses camarades. 
Etc. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS. 



135 



LEÇON 165. 



DERIVATION DE QUELQUES MOTS. 



Jacques se conduit mal ; 

il est blâmable à cause de cela. 

Jacques se conduit très-mal ; 
il est méprisable à cause de cela. 

Jacques ne se conduit pas comme il faut ; 
il est réprimandable à cause de cela. 

Jacques se conduit comme un méchant ; 
il est haïssable à cause de cela. 

Jacques se conduit horriblement ; 
il est exécrable à cause de cela 
Etc. 



— Blâmer. — Blâme. 

— Mépriser. — Mépris. 

— Réprimander. — Réprimande. 



Haïr. 



Exécrer. 



— Haine. 



— Exécration. 



SYNONYMIES. 

Jacques se conduit mal. 

Il est blâmable à cause de cela. 

Cela est cause qu'il est blâmable. 

Cela fait qu'il est blâmable. 

Cela le rend blâmable. 

. . . . digne de blâme. 

Cela fait qu'il mérile d'être blâmé par tout le monde. 

que tout le monde le blâme. 

Etc. 



LEÇON 166. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS (suite). 



Les vieillards sont vénérables. 
Les vieillards sont respectables. 



— Vénérer. — Vénération. 

— Respecter. — Respect. 






136 



DERIVATION DE QUELQUES MOTS. 



Les enfants sages sont aimables. 
Les enfants studieux sont estimables. 
La vertu est admirable. 
Dieu seul est adorable. 

Etc. 



— Aimer. 


— Amour. 


— Estimer. 


— Estime. 


— Admirer. 


— Admiration 


— Adorer. 


— Adoration. 



SYNONYMIES. 



Les vieillards sont vénérables. 

sont dignes d'être vénérés. 

méritent d'être vénérés. 

méritent que nous les vénérions. 

méritent notre vénération. 

sont dignes de notre vénération. 

sont dignes de vénération. 

Etc. 



LEÇON 167. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS (suite). 

La mort est horrible. — Horreur. 

La peste est effroyable. — Effroi. 

Les serpents sont terribles. — Terreur. 

Les tempêtes sont épouvantables. — Épouvante. 

Les modes sont souvent pitoyables. — Pitié. 
Etc. 



La mort est horrible. 
. . . inspire de l'horreur. 
Etc. 



DERIVATION DE QUELQUES MOTS. 



137 



LEÇON 168. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS {mite). 

Les enfants sages sont imitables. — Imiter. 

Les enfants dociles sont estimables. — Estimer. 

Les enfants gracieux sont aimables. — Aimer. 

Les enfants studieux sont louables. — Louer. 

Les enfants pieux sont admirables. — Admirer. 
Etc. 



SYNONYMIES. 

Les enfants sages sont imitables. 

doivent être imités. 

Nous devons imiter les enfants sages. 
Etc. 



LEÇON 169. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS (suite). 

Palper. 



Le corps est palpable. 
L'âme est impalpable. 

Le corps est visible. 
L'âme est invisible. 

Le corps est divisible. 
L'âme est indivisible. 
Etc. 



Voir. 



Diviser. 



Le corps est palpable , mais l'âme est impalpable. 
Le corps peut être palpé, mais l'âme ne peut pas être palpée. 
Nous pouvons palper le corps, mais nous ne pouvons pas palper l'âme. 
Etc. 



138 



DERIVATION DE QUELQUES MOTS. 






LEÇON 170. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS {suite). 

Dompter. 



Le cheval est domptable. 
Le tigre est indomptable. 

( Le cheval est traitable. 
' Le tigre est intraitable. 

( La viande fraîche est mangeable. 

( La viande corrompue est immangeable. 

i L'eau claire est potable ou buvable. 
' L'eau bourbeuse n'est pas buvable. 
Etc. 

SYNONYMIES. 

Le cheval est domptable. 
Le cheval peut être dompté. 
On peut dompter le cheval. 
Etc. 



LEÇON 171. 



Traiter. 



Manger. 



Boire. 



DÉRIVATION DE QUELQUES MOTS (mite). 



Les histoires sont croyables. 
Les contes ne sont pas croyables. 

Les événements de la vie sont explicables. 
Les mystères sont inexplicables. 

Les leçons faciles sont compréhensibles. 

Les leçons trop difficiles sont incompréhensibles. 

Une lettre bien écrite est lisible. 

Une lettre mal écrite est illisible. 



\ 

( Un carré long est imaginable. 
' Un carré rond est inimaginable. 



Croire. 

Expliquer. 

Comprendre. 

Lire. 

Imaginer. 



NOMENCLATURE D'ADJECTIFS. 



139 



Les histoires sont croyables , mais les contes ne sont pas croyables. 
Les histoires peuvent êtres crues, mais les contes ne peuvent pas être crus. 
On peut croire les histoires, maison ne doit pas croire les contes. 
Etc. 



fl 



LEÇON 172. 



NOMENCLATURE D'ADJECTIFS. 



Jean est intelligent. 

. laborieux. 

. savant. 

. attentif. 

. recueilli. 

. tranquille. 

. raisonnable. 

. soigneux. 

. humble. 

. courageux. 

. reconnaissant. 

. honnête. 

. docile. 

. prudent. 

. bon. 



André est idiot. 

. fainéant. 

. ignorant. 

. inattentif. 

. dissipé. 

. turbulent. 

. déraisonnable. 

. négligent. 

. orgueilleux. 

. lâche. 

. ingrat. 

. malhonnête. 

. indocile. 

. imprudent. 

. méchant. 



Jean est intelligent; mais André est idiot. 



DIALOGUE. 



Emile! Jean est-il intelligent? 
Oui , il l'est. 

André est-il aussi intelligent? 
Non, il n'est pas intelligent; il est au contraire idiot. 
Etc. 



■ 



140 



EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 






LEÇON 173. 

EXPLICATION ET DÉVELOPPEMENT DES ADJECTIFS « INTELLIGENT, 
IDIOT, LABORIEUX, FAINÉANT, SAVANT, IGNORANT. » 

Jean comprend toutes les explications de son professeur, 

et il répond toujours bien : 

Il est donc intelligent. 

Au contraire, André ne comprend rien , 

et il ne répond jamais bien : 

Il est donc idiot. 

Jean ne cesse pas de travailler pendant l'élude , 

il ne perd pas un inslant : 

11 est donc laborieux. 

Au contraire , André ne travaille pas du tout , 

il perd tout son temps : 

Il est donc fainéant. 

Jean sait l'histoire sainte, l'histoire naturelle, le catéchisme, l'arithmétique, 
la géographie, l'histoirp de France , 
et il fait parfaitement les lettres : 
Il est donc savant. 

Au contraire , André ne sait rien du tout, 
il ne sait pas du tout exprimer sa pensée : 
Il est donc ignorant. 



DIALOGUE. 



Ludovic! Jean est-il intelligent? 
Oui, il est intelligent. 
Pourquoi dit-on qu'il est intelligent? 

Parce qu'il comprend toutes les explications de son professeur 
Pourquoi encore dit-on qu'il est intelligent? 
Parce qu'il répond toujours bien. 



EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 

André est-il aussi intelligent? 
Non , au contraire , il est idiot. 
Est-ce vrai? 
Oui , c'est vrai. 

Qu'est-ce qui prouve qu'André est idiot? 
Il ne comprend rien, et il ne répond jamais bien 
Il est donc idiot. 
Etc. 



141 




LEÇON 174. 



EXPLICATIONS ET DÉVELOPPEMENTS DES ADJECTIFS « ATTEN- 
TIF , IN ATTENTIF ; RECUEILLI, DISSIPÉ; TRANQUILLE, 
TURBULENT » . 

Jean ne cause jamais pendant la classe, 

et il fait toujours attention aux explications de son professeur : 

Il est donc attentif. 

Au contraire, André cause souvent avec ses camarades pendant la classe, 

et ne fait presque jamais attention aux explications du professeur : 

Il est donc inattentif. 

Jean fait toujours ses prières avec attention, 

et il pense aussi toujours à Dieu : 

Il est donc recueilli. 

Au contraire, André fait toujours ses prières sans attention, 

et il ne pense jamais à Dieu : 

11 est donc dissipé. 



Jean ne court pas de côté et d'autre pendant l'étude ni pendant la classe, 
il reste toujours à sa place : 
Il est donc tranquille. 

Au contraire, André court de côté et d'autre pendant l'étude et pendant la 
classe, 
et il ne reste jamais à sa place : 
11 est donc turbulent. 






142 



EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 



DIALOGUE. 

Nestor ! Jean est-il attentif? 
Oui, il est attentif. 
Pourquoi dit-on qu'il est attentif? 
Parce qu'il ne cause jamais pendant la classe. 
Pourquoi encore dit-on qu'il est attentif? 

Parce qu'il fait toujours attention aux explications de son professeur. 
André est-il aussi attentif? 
Non, au contraire, il est inattentif. 
Est-ce vrai ? 
Oui, c'est vrai. 

Qu'est-ce qui prouve qu'André est inattentif? 

Il cause souvent avec ses camarades pendant la classe , et il ne fait presque 
jamais attention aux explications du professeur : 
Il est donc inattentif. 
Etc. 



CHAPITRE V. 

ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS. - SUBSTANTIFS GÉNÉ- 
RAUX. - EXERCICES SUR LES COSTUMES ET LES QUALITÉS 
PHYSIQUES ET MORALES DES ÉLÈVES, ETC. 



LEÇON 175. 



EXPLICATIONS ET DÉVELOPPEMENTS DES ADJECTIFS « RAISONNA- 
BLE, DÉRAISONNABLE; SOIGNEUX, NÉGLIGENT; HUMBLE 
ORGUEILLEUX ». 

Jean s'amuse bien pendant les récréations , il étudie bien pendant les études 
et il fait bien attention pendant les classes, 
il fait tout bien : 






EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 



143 



Il est donc raisonnable. 

Au contraire, André ne s'amuse pas du tont pendant les récréations, n'étudie 
pas du tout pendant les études , et ne fait pas du tout attention pendant les 
classes, 

il fait tout mal : 

Il est donc déraisonnable. 

Jean brosse bien ses vêtements, il les plie bien et il ne les salit pas, 
il les soigne bien : 
Il est donc bien soigneux. 

Au contraire, André ne brosse pas bien ses vêtements, il ne les plie pas bien, 
et il les salit beaucoup, 
il ne les soigne pas du tout : 
11 est donc négligent. 

Jean s'enorgueillit de ses vêtements, de sa figure , 

il s'enorgueillit de tout ce qu'il a, et il méprise les autres : 

Il est donc orgueilleux. 

Au contraire, André ne s'enorgueillit de rien, 

il pense être au-dessous des autres : 

Il est donc humble. 

DIALOGUE. 



Félix! Jean est-il raisonnable? 

Oui, il est raisonnable. 

Pourquoi dit-on que Jean est raisonnable ? . 

Parce qu'il s'amuse bien pendant les récréations, qu'il étudie bien pendant les 
études, et qu'il fait bien attention pendant les classes. 

Pourquoi dit-on encore qu'il est raisonnable ? 

Parce qu'il fait tout bien. 

André est-il aussi raisonnable ? 

Non, au contraire, il est déraisonnable. 

Est-ce vrai ? 

Oui, c'est vrai. 

Qu'est-ce qui prouve qu'il est déraisonnable? 

Il ne s'amuse pas du tout pendant les récréations , n'étudie pas du tout pen- 
dant les études , et ne fait pas du tout attention pendant les classes, il fait tout 
mal : 

Il est donc déraisonnable. 
Etc. 



I 

■ 



\u 



EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 



LEÇON 176. 



m 



EXPLICATIONS ET DÉVELOPPEMENTS DES ADJECTIFS « RECON- 
NAISSANT, INGRAT; HONNÊTE , MALHONNÊTE; DOCILE, 
INDOCILE ». 

Jules pense souvent aux maîtres qui l'instruisent; il les aime et il les re- 
mercie : 
II est donc reconnaissant. 

Au contraire, André ne pense jamais à ses maîtres; il ne les aime pas, et il ne 
les remercie pas : 
Il est donc ingrat. 

Jules respecte ses maîtres et il les salue : 

Il est donc honnête. 

Au contraire, André ne respecte pas ses maîtres, et il ne les salue pas : 

Il est donc malhonnête. 

Jules obéit toujours à ses maîtres, et il fait leur volonté : 
Il est donc docile. 

Au contraire, André désobéit à ses maîtres, et il refuse de faire leur volonté : 
Il est donc indocile. 

DIALOGUE. 

Auguste ! Jules est-il reconnaissant? 
Oui, il est reconnaisssant. 
Pourquoi dit-on qu'il est reconnaissant ? 
Parce qu'il pense souvent aux maîtres qui l'instruisent. 
Pourquoi dit-on encore qu'il est reconnaissant? 
Parce qu'il aime ses maîtres et qu'il les remercie. 
André est-il aussi reconnaissant ? 
Non, au contraire, il est ingrat. 
Est-ce vrai ? 
Oui, c'est vrai. 

Qu'est-ce qui prouve qu'il est ingrat? 

11 ne pense jamais à ses maîtres, il ne les aime pas, il ne les remercie pas : 
II est donc ingrat. 
Etc. 



EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 



145 



LEÇON 177. 



EXPLICATION ET DÉVELOPPEMENT DES ADJECTIFS « PRUDENT, 
IMPRUDENT; BON, MÉCHANT; DOUX, VINDICATIF ». 

Jean ne fait pas d'imprudence; il agit toujours très-prudemment : 
II est donc prudent. 

Au contraire, André fait des imprudences; il agit toujours très-imprudem- 
ment : 
Il est donc imprudent. 

Jean fait du bien à ses camarades; il cherche sans cesse à leur être utile : 
Il est donc bon. 

Au contraire, André fait du mal à ses camarades; il cherche sans cesse à leur 
être nuisible : 
Il est donc méchant. 

Jean agit toujours avec douceur envers ses camarades ; il ne se venge jamais 
quand ils lui ont fait du mal : 
Il est donc doux. 

Au contraire, André agit toujours avec dureté envers ses camarades; il se 
venge toujours quand ils lui ont fait du mal : 
Il est donc vindicatif. 



DIALOGUE. 

Charles 1 Jean est-il prudent ? 
Oui, il est prudent. 
Pourquoi dit-on qu'il est prudent? 
Parce qu'il ne fait pas d'imprudence. 
Pourquoi dit-on encore qu'il est prudent ? 
Parce qu'il agit toujours très-prudemment. 
André est-il aussi prudent? 
Non, au contraire, il est imprudent. 
Est-ce vrai ? 
Oui, c'est vrai. 

ENSEIGNEMENT. — P. 



10 



146 EXPLICATION DE QUELQUES ADJECTIFS. 

Qu'est-ce qui prouve qu'il est imprudent? 
Il fait des imprudences, il agit toujours très-imprudemment ; 
Il est donc imprudent. 
Etc. 



LEÇON 178. 

ADJECTIFS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 
PRÉPOSITION « A ». 

Paul est attentif a ses devoirs. 

Au contraire , André est inattentif a ses devoirs. 

Paul est appliqué a tout ce qu'il fait. 

Au contraire , André est inappliqué a tout ce qu'il fait. 

Paul est ardent a l'étude. 

Au contraire, André est lent a l'étude. 

Paul est docile aux leçons de son professeur. 

Au contraire , André est indocile aux leçons de son professeur. 

Paul est sensible aux louanges et aux reproches. 

Au contraire, André est insensible aux louanges et aux reproches. 

DIALOGUE. 



Louis! Paul est-il attentif à ses devoirs? 
Oui , il est attentif à ses devoirs. 
André est-il aussi attentif à ses devoirs? 

Non , il n'est pas attentif à ses devoirs ; il est, au contraire , inattentif à ses 
devoirs. 

Seras- tu attentif à tes devoirs ? 
Oui , je serai attentif à mes devoirs. 
Tu feras donc comme Paul qui est attentif à ses devoirs ? 
Oui , je ferai comme lui. 
Tu imiteras donc Paul? 
Oui , je l'imiterai. 
Etc. 



SUBSTANTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE 



« A », 



147 



LEÇON 179. 




SUBSTANTIFS ABSTRAITS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 

PRÉPOSITION « A ». 



Paul a de la docilité^ aux leçons de son maître. 

Au contraire, André a de l'indocilité aux leçons de son maître. 

Paul a de l'attention a ses devoirs. 

Au contraire , André a de l'inattention a ses devoirs. 

Paul a de l'application a tout ce qu'il fait. 

Au contraire, André a de l'inapplication a tout ce qu'il fait. 

Paul a de l'ardeur a l'étude. 

Au contraire , André a de la lenteur a l'étude. 

Paul a de la sensibilité aux louanges , aux reproches. 

Au contraire, Andréa de l'insensibilité aux louanges, aux reproches. 



DIALOGUE. 

Joseph! Paul a-t-il de la docilité aux leçons de son maître? 

Oui , il a de la docilité aux leçons de son maître. 

André a-t-il aussi de la docilité aux leçons de son maître? 
^ Non , il n'a pas de docilité aux leçons de son maître; il a, au contraire, de 
l'indocilité aux leçons de son maître. 

Auras-tu de la docilité aux leçons de ton maître? 

Oui , j'aurai de la docilité aux leçons de mon maître. 

Tu feras donc comme Paul qui a de la docilité aux leçons de son maître? 

Oui , je ferai comme lui. 

Tu imiteras donc Paul ? 

Oui , je l'imiterai. 
Etc. 




448 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



LEÇON 180. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Hi 



Paul est docile aux leçons de son maître, aussi son maître est- il content de lui. 
Au contraire, André est indocile aux leçons de son maître , aussi son maître 
est-il mécontent de lui. 

SYNONYMIES. 

Paul est docile aux leçons de son maître, 

... a de la docilité aux leçons de son maître, 

... se montre docile aux , 

. . . montre de la docilité aux leçons de son maître, 
. . . fait preuve de docilité aux , 

aussi son maître est-il content de lui. 

voilà pourquoi son maître est content de lui. 

voilà la raison pour laquelle son maître est content de lui. 

cela est cause que son maître est content de lui. 

de là vient que son maître est content de lui. 

Au contraire, André est indocile aux leçons de son maître, 

a de l'indocilité aux leçons de son maître, 

se montre indocileaux , 

montrede l'indocilité aux , 

fait preuve d'indocilité aux. . . . . , 

aussi son maître est-il mécontent de lui. 

voilà pourquoi son maître est mécontent de lui. 

voilà la raison pour laquelle son maître est mécontent de lui. 

cela est cause que son maître est mécontent de lui. 

de là vient que son maître est mécontent de lui. 



Paul fait preuve de docilité aux leçons de son maître ; de là vient que son 
maître est content de lui. Au contraire, André fait preuve d'indocilité aux leçons 
de son maître, et de là vient que son maître est mécontent de lui. 
Etc. 



i 

KM 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS. 



149 



LEÇON 181 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS, AYANT UN COMPLEMENT 
PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION « ENVERS ». 



ADJECTIFS. 

Léon est attable 

obligeant. 

prévenant. 

complaisant. 

affectueux. 

doux. 

bon. 



E 



c. 



SUBSTANTIFS. 

Léon a de l'affabilité, 
de l'obligeance, 
de la prévenance, 
de la complaisance, 
de l'affection, 
de la douceur, 
de la bonté. 
Etc. 



Léon est affable envers ses camarades; il a del'affabilitéEmERSsescamarades. 

Cela est très-bien. On aime les enfantsquisonta^hWes envers leurs cama7*ades. 
On aime les enfants qui ont de l'affabilité envers leurs camarades. 

Je ferai comme Léon. 

Oui , je serai affable envers mes camarades ; j'aurai de l'affabilité envers mes 
camarades. 
Etc. 



LEÇON 182. 

ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS ABSTRAITS AYANT UN COMPLÉMENT 
PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION « ENVERS ». 



ADJECTIFS. 

Léon est honnête. 
. . . poli. 
. . . prévenant. 
. . . respectueux. 
. . . reconnaissant. 
Etc. 



SUBSTANTIFS. 

Léon a de l'honnêteté. 
. . . de la politesse. 
. . . de la prévenance. 
. . . du respect. 
. . . de la reconnaissance. 
Etc. 






150 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



Léon est honnête envers ses maîtres; il a de l'honnêteté envers ses maîtres. 
Cela est très-bien. On aime les enfants qui sont honnêtes envers leurs maîtres. 
On aime les enfants qui ont de l'honnêteté envers leurs maîtres. 
Je ferai comme Léon, 

Oui, je serai honnête envers mes maîtres; j'aurai de l'honnêteté envers mes 
maîtres. 

Etc. 



LEÇON 183. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



LOUIS ET VICTOR. 

Victor ! Connais-tu Léon ? 
Oui , je le connais. 

Dis-moi s'il est affable envers ses camarades? 
Oui, il est affable envers eux. 
Il a donc de l'affabilité envers ses camarades ? 
Oui , il a de l'affabilité envers eux. 
Est-ce bien d'être affable envers ses camarades. 
Oui, c'est bien. 

Est-ce bien d'avoir de l'affabilité envers ses camarades ? 
Oui, c'est bien. 

Seras-tu affable envers tes camarades ? 
Oui , je serai affable envers eux. 
Auras-tu de l'affabilité envers tes camarades? 
Oui, j'aurai de l'affabilité envers eux. 

Tu feras donc comme Léon qui est affable envers ses camarades. 
Oui , je ferai comme lui. 
Tu l'imiteras donc? 
Oui, je l'imiterai. 
Etc. 



ADJECTIFS CORRELATIFS. 



151 



LEÇON 184. 

ADJECTIFS CORRÉLATIFS. 

ADJECTIFS EXPRIMANT UNE QUALITÉ. ADJECTIFS EXPRIMANT UN DÉFAUT. 



Obligeant. 


Désobligeant. 


Bon. 


Méchant. 


Doux. 


Violent. 


Honnête. 


Malhonnête. 


Poli. 


Impoli. 


Reconnaissant. 


Ingrat. 


Etc. 


Etc. 


Paul est obligeant, mais André est 


désobligeant. 


C'est bien d'être obligeant. 




C'est mal d'être désobligeant. 




Je serai obligeant. 




Je ne serai pas désobligeant. 




Etc. 





LEÇON 185. 



n 



ADJECTIFS ET SUBSTANTIFS CORRELATIFS. 

ADJECTIFS. SUBSTANTIFS. 



Obligeant. 


Désobligeant. 


Obligeance. 


Désobligeance. 


Bon. 


Méchant. 


Bonté. 


Méchanceté. 


Doux. 


Violent. 


Douceur. 


Violence. 


Honnête. 


Malhonnête. 


Honnêteté. 


Malhonnêteté. 


Poli. 


Impoli. 


Politesse. 


Impolitesse. 


Reconnaissant. 


Ingrat. 


Reconnaissance. 


Ingratitude. 


Etc. 




Etc. 





152 ADJECTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE « PAR ». 

Paul est obligeant; mais André est désobligeant. 
C'est bien d'être obligeant; mais c'est mal d'être désobligeant 
C'est b,en d'être obligeant, parce que l'obligeance est une bonne qualité 
Ma.s c est mal d'être désobligeant, parce que la dêsobligeanee est un défaut. 
Etc. 



DIALOGUE. 

LOUIS ET VICTOR. 

Victor ! connais-tu Paul et André ? 

Oui, je les connais. 

Dis-moi si Paul est obligeant? 

Oui, il l'est. 

André l'est-il aussi? 

Non, il ne l'est pas ; il est au contraire désobligeant. 

Il y a donc une grande différence entre Paul et André? 

Oui , il y a une grande différence entre Paul et André 
tandis que André est désobligeant. 

Feras-tu comme Paul ? 

Oui, je ferai comme Paul. 

Tu ne feras donc pas comme André ? 

Non, je ne ferai pas comme André. 

Pourquoi feras-tu comme Paul , et pourquoi ne feras-tu pas comme André? 
Farce que c est b.en d'être obligeant, tandis que c'est mal d'être désobligeant 
un défauT ° bl,geanCe 6St Une b ° nne qualité > tandis <l ue la dêsobligeanee est 
Etc. 



Paul est obligeant, 



LEÇON 186. 

ADJECTIFS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION 

« PAR ». 

Le paon est remarquable par sa beauté. 
Le cheval est remarquable par son élégance. 
Le cerf est remarquable par son agilité. 

Le lion est admirable par sa beauté. 
L'éléphant est admirable par son intelligence. 
Le chien est admirable par sa fidélité. 



ADJECTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE « DANS, EN, SUR ». 153 

Le lion est redoutable par sa force. 
Le tigre est redoutable par sa férocité. 
La vipère est redoutable par son venin. 
Etc. 

SYNONYMIES. 



I 



Le paon est remarquable par sa beauté. 
Le paon se fait remarquer par sa beauté. 

à cause de sa beauté. 

Le paon a une beauté remarquable. 

digne d'être remarquée. 

qui est digne d'être remarquée. 

qui est remarquable. 

qui se fait remarquer. 

Etc. 



LEÇON 187. 



ADJECTIFS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DES PRÉPOSITIONS 
« BANS, EN, SUIi ». 



Paul est habile dans l'écriture. 
Il est savant en histoire. 
Il est fort sur la géographie. 

Paul est habile dans le dessin. 
Il est savant en histoire naturelle. 
Il est fort sur l'arithmétique. 

Paul est habile dans le dessin linéaire. 
Il est savant en botanique. 
11 est fort sur le calcul. 

Paul est habile dans la peinture. 
11 est savant en astronomie. 
11 est fort SUR les mathématiques. 
Etc. 






154 ADJECTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE t DE ». 

SYNONYMIES. 

Non-seulement Paul est habile dans l'écriture , il est encore savant en histoire 
et fort sur la Géographie. 

Non-seulement Paul est habile dans l'Écriture et savant en histoire, il est 
encore fort sur la Géographie. 

Outre que Paul est habile dans l'écriture et qu'il est savant en histoire , il est 
encore fort sur la Géographie. 
Etc. 



LEÇON 188. 



I 



ADJECTIFS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION 

« DE ». 

Paul est content de ses billes, parce qu'elles sont jolies ; 
mais il est mécontent de sa toupie, parce qu'elle est laide. 

Paul est content de son képi, parce qu'il lui va bien ; 
mais il est mécontent de sa veste, parce qu'elle lui va mal. 

Paul est content de sa montre, parce qu'elle va parfaitement; 
mais il est mécontent de son parapluie, parce qu'il est vieux. 

Paul est content de ses souliers, parce qu'ils ne le gênent pas ; 
mais il est mécontent de ses sabots, parce qu'ils le gênent. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Maurice ! Paul est-il content de ses billes? 
Oui, il en est content. 
Pourquoi en est-il content? 
Parce qu'elles sont jolies. 
Est-il aussi content de sa toupie? 
Non, il n'en est pas content. 
Il en est donc mécontent? 
Oui, il en est mécontent. 
Pourquoi en est- il mécontent? 
Parce qu'elle est laide. 
Etc. 






ADJECTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION « DE ».155 



LEÇON 189. 

ADJECTIFS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA PRÉPOSITION 

« DE » (suite). 

André est fier de sa figure. 
Il est orgueilleux de ses vêtements. 
Il est envieux du bien des autres. 
11 est jaloux de leur bonheur. 
Il est plein de défauts. 

André est fier de sa personne. 

Il est orgueilleux de son argent. 

Il est envieux de ce que les autres ont. 

11 est jaloux de leur bien-être. 

Il est rempli de défauts. 

André est fier de sa beauté. 

Il est orgueilleux de sa richesse. 

Il est envieux dd o/en d'autrui. 

II est jaloux de ce ç«e /es aw^es son/ heureux. 

11 est p/eï'n de mauvaises qualités. 

André est plein de fierté. 
Il est /)/em d' orgueil. 
Il est />/em D'eww'e. 
Il est /;fcm de jalousie. 
Il est /i/et/i de mauvaises qualités. 
Etc. 




DIALOGUE. 

LOUIS ET VICTOR. 

Victor! dis-moi, connais-tu André? 

Oui, je le connais. 

Que dit-on de lui ? 

On dit d'abord qu'il est fier de sa personne. 



■ 



156 



ADJECTIF « PLEIN » AVEC COMPLÉMENT. 



Puis, que dit-on ? 

On dit qu'il est orgueilleux de ses vêtements. 
Ensuite, que dit-on? 

On dit ensuite qu'il est envieux du bien des autres. 
Que dit-on encore ? 

On dit encore qu'il est jaloux de leur bonheur. 
André est donc plein de défauts ? 
Oui. 

Seras-tu fier et orgueilleux comme lui ? 
Non. 

Seras-tu envieux et jaloux comme lui ? 
Non plus. 

Tu feras bien de n'être ni fier, ni orgueilleux , ni envieux, ni jaloux ; car la 
fierté, l'orgueil, l'envie et la jalousie sont des défauts. 
Je le sais. 
Etc. 



LEÇON 190. 



I 



L'ADJECTIF « PLEIN » AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 
PRÉPOSITION « DE ». 

André est plein de méchanceté. 
André est plein de paresse.. 
André est plein d ! 'hypocrisie. 
André est plein de gourmandise. 
André est plein d 'orgueil. 
André est plein de fierté. 
André est plein de malice. 
André est plein de fourberie. 
Etc. 

SYNONYMIES. 

André est plein de méchanceté. 
André a beaucoup de méchanceté. 
André est on ne peut plus méchant. 
André a on ne peut plus de méchanceté. 
Etc. 






EXERCICE SUR LES DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



157 



LEÇON 191 




L'ADJECTIF « PLEIN» AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 
PRÉPOSITION « DE » (suite). 



Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Pauline est pleine 
Etc. 



de bonté. 
de diligence. 
DE franchise. 
de sobriété. 
de modestie. 
de prévenance, 
ï? affabilité. 
'D'obligeance. 



SYNONYMIES. 

Pauline est pleine de bonté. 
Pauline a beaucoup de bonté. 
Pauline est on ne peut plus meilleure. 
Pauline a on ne peut plus de bonté. 
Etc. 




LEÇON 192. 



EXERCICE SUR LES DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



Pauline est pleine de franchise. 

de générosité. 

de modestie. 

d'humilité. 

d'ardeur. 

Etc. 



Louise est pleine de fourberie. 

d'avarice. 

de fierté. 

d'orgueil. 

de nonchalance. 

Etc. 






I 

■ 



158 



SUBSTANTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE « 



A ». 



Pauline est pleine de franchise, mais Louise est pleine de fourberie 



LEÇON 193. 

SUBSTANTIFS ABSTRAITS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 

PRÉPOSITION « A ». 

Paul a de l'inclination a la sobriété. 

Au contraire, André a de l'inclination a la gourmandise 

Paul a de la propension a la générosité. 

Au contraire, André a delà propension a l'avarice. 

Paul a du penchant au recueillement. 

Au contraire, André a du/wicfcwf a la dissipation. 



DIALOGUE. 

Adolphe ! A quoi Paul a-t-il de l'inclination ? 

Il a de l'inclination à la sobriété. 

Est-ce une bonne inclination ? 

Oui, c'est une bonne inclination. 

Pourquoi dit-on que c'est une bonne inclination ? 

Parce que la sobriété est une bonne qualité 

A quoi André a-t-il de l'inclination? 
Il a de l'inclination à la gourmandise. 
Est-ce une mauvaise inclination? 
Oui, c'est une mauvaise inclination. 
Pourquoi dit-on que c'est une mauvaise inclination ? 
farce que la gourmandise est un défaut. 
Etc. 



SUBSTANTIFS AVEC COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE * POUR ». 



459 



LEÇON 194. 




SURSTANTIFS ABSTRAITS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 
PRÉPOSITION « POUR ». 

Paul a du goût pour l'écriture. 
Il a aussi du goût pour le dessin. 
Il a encore du goût pour la peinture. 

Paul a de l'application pour le calcul. 

Il a aussi de l'application pour la géographie. 

Il a encore de l'application pour l'histoire. 

Paul a du zèle pour l'étude. 

Il a aussi du zèle pour /e travail. 

Il a encore du zè/e pour la prière. 

Paul a de l'amour pour Ztow. 

Il a aussi de Y amour pour ses parents. 

Il a encore de l'amour pour ses maîtres. 

Paul a de la reconnaissance pour son ^ère. 

Il a aussi de la reconnaissance pour sa mère. 

Il a encore de la reconnaissance pour tows ses bienfaiteurs. 

DIALOGUE. 



Pierre ! Paul a-t-il du goût pour l'écriture ? 
Oui, il a du goût pour l'écriture. 
Pour quoi a-t-il aussi du goût? 
Il a aussi du goût pour le dessin. 
Pour quoi a-t-il encore du goût ? 
Il a encore du goût pour la peinture. 
Etc. 



160 



EXERCICE SUR LES COSTUMES DES ÉLÈVES. 



LEÇON 195. 



SUBSTANTIFS ABSTRAITS AYANT UN COMPLÉMENT PRÉCÉDÉ DE LA 
PRÉPOSITION « CONTRE ». 

Paul a de la haine contre les démons. 
Il a aussi de la haine contre les scélérats. 
Il a encore de la haine contre les voleurs. 

Paul a de l'aversion contre les impies. ' 
H a aussi de l'aversion contre les ivrognes. 
Il a encore de l'aversion contre les gourmands. 

Paul a de l'antipathie contre lés menteurs. 
Il a aussi de l'antipathie contre les fourbes. 
Il a encore de l'antipathie contre les hypocrites. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Jules ! Paul a-t-il de la haine contre les dénions ? 
Oui , il a de la haine contre les démons. 
Contre qui a-t-il aussi de la haine ? 
Il a aussi de la haine contre les scélérats. 
Contre qui a-t-il encore de la haine ? 
Il a encore de la haine contre les voleurs. 
Etc. 



LEÇON 196. 

EXERCICE SUR LES COSTUMES DES ÉLÈVES. 

1° Faites lire cette leçon attentivement. 
2° Faites décrire les costumes des élèves. 

Jules porte un pantalon gris, un gilet noir, une veste jaune, une cravate bleue 
un kepi rouge, des bas violets. 

Louis porte un pantalon blanc , un gilet violet , une veste noire , une cravate 
blanche, un képi bleu, des bas noirs. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



461 



Joseph porte un pantalon bleu, un gilet blanc, une veste violette, une cravate 
noire, un képi bleu, des bas blancs. 



DIALOGUE. 



René t Comment est le pantalon que porte Jean? 
Il est noir. 

Comment est son gilet? 
II est jaune. 
Comment est sa veste? 
Elle est bleue. 
Comment est sa cravate? 
Elle est rouge. 
Comment est son képi ? 
11 est violet. 

Comment sont ses bas ? 
Ils sont blancs. 
Etc. 



K 



LEÇON 197. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Jules porte un pantalon gris, un gilet noir, une veste jaune, une cravate bleue, 
un képi rouge, des bas violets. 



SYNONYMIES. 



un pantalon gris, 

. . . . de couleur grise, 

. . . . qui est gris, 

■ . . . qui est de couleur grise, 

un gilet noir, 

. . . de couleur noire, 

■ . . qui est noir, 

. . . qui est de couleur noire, 

KMSEIGNEMENT. — P. 



11 



là 






m 



EXERCICE SYN0NYM1QUE. 

une veste jaune, 

. . . de couleur jaune, 

. . . qui est jaune, 

. . . qui est de couleur jaune, 

une cravute bleue, 

. . . . de couleur bleue, 

. . . . qui est bleue, 

. . . . qui «st de couleur bleue, 

un képi rouge, 

. . . de couleur rouge, 

. . . qui est rouge, 

. . . qui est de couleur rouge, 

des bas violets, 

. . . de couleur violette. 

. . . qui sont violets, 

. . . qui sont de couleur violette. 



Jules porte un pantalon de couleur grise, un gilet de couleur noire, une veste 
de couleur jaune, une cravate de couleur bleue, un képi de couleur rouge , des 
bas de couleur violette. 
Etc. 






AUTRE EXERCICE SUR LE COSTUME DES ELEVES. 



11)3 



LEÇON 198. 



AUTRE EXERCICE SUR LE COSTUME DES ÉLÈVES (suite). 

1» Faites décrire, à l'inspection de ce tableau, les costumes de Paul, de Jean, de Victor et de 
Louis ; 
2° Que les élèves s'amusent à décrire, de la même manière, ceux de leurs camarades. 



Élèves. 



Félix. 
Henri. 

Victor. 



Louis. 



Veste. 



Dedrapbleu. 
De drap vert. 

De drap noir. 



De drap gris. 



Gilet. 


Pantalon. 


Desoienoire. 


De drap gris. 


D'étoffe bleue 


De drap vio- 




let. 


D'étoffe grise 


De drap rayé 




de noir et 




de gris. 


D'étoffe rayée 


De velours 


de noir et 


noir. 


de bleu. 





Cravate. 



Desoienoire. 
Desoiejaune. 

Desoiedeplu- 
sieurs cou- 
leurs. 

De soie vio- 
lette. 



Képi. 






Dedrapbleu. 
De drap noir. 

De drap vio- 
let. 

Dedrapbleu. 



■fl 



WM 



Félix porte une veste de drap bleu , un gilet de soie noire , un pantalon de 
drap gris, une cravate de soie noire, un képi de drap bleu. 



Félix porte une veste qui est de drap bleu , un gilet qui est de soie noire , un 
pantalon qui est de drap gris, une cravate qui est de soie noire, un képi qui est 
de drap bleu. 
Etc. 



164 



AUTRE EXERCICE SUR LE COSTUME DES ÉLÈVES. 



LEÇON 199. 



M 



AUTRE EXERCICE SUR LE COSTUME DES ÉLÈVES (mite). 

Les élèves feront pour cet exercice comme pour le précédent. 



Élèves. 


Veste. 


Joseph. 
André. 
Jérôme. 


Les coudes 
rapiécés. 

Les devants 
couverts de 
taches. 

Les manches 
crasseuses. 



Gilet. 


Pantalon. 


Cravate. 


Képi. 


Les bouton- 
nières dé- 
chirées. 

Le collet cras- 
seux. 

Les poches 
trouées. 


Le derrière 
troué. 

Les devants 
déchirés. 

Les genoux 
rapiécés. 


Les bouts dé- 
cousus. 

Les bouts ta- 
chés. 

La couleur 
fanée. 


La visière dé- 
chirée. 

Le drap cou- 
vertdepous- 
sière. 

Les galons 
décousus. 



Joseph est fort mal costumé. Les coudes de sa veste sont rapiécés ; les bou- 
tonnières de son gilet sont déchirées ; le derrière de son pantalon est troué; les 
bouts de sa cravate sont décousus; la visière de son képi est déchirée. 

Joseph est fort mal costumé. Son costume est en fort mauvais état; voici en 
quoi il consiste : 

C'est d'abord une veste qui a les coudes rapiécés ; c'est un gilet qui a les bou- 
tonnières déchirées, un pantalon qui a le derrière troué, une cravate qui a les 
bouts décousus ; enfin, c'est un képi qui a la visière déchirée. 
Etc. 



CARACTÈRES ET QUALITÉS DES ÉLÈVES. 



165 



LEÇON 200. 



EXERCICE SUR LE CARACTÈRE ET LES QUALITÉS DES ÉLÈVES. 



Élèves. 


Caractère. 


Qualitésphysiques . 


Qualités morales. 


Louise. 


Doux et docile. 


Forte et adroite. 


Honnête , prévenante et 
charitable envers les 


Pauline. 


Pacifique et bon. 


Agile et robuste. 


pauvres. 
Obéissante, affable, res- 
pectueuse envers ses 


Jeanne. 
Joséphine. 


Tranquille et doux. 
Bon et tranquille. 


Adroite et agile. 
Forte et robuste. 


maîtresses. 
Soumise, polie, juste. 
Polie , reconnaissante, fi- 

dèledans ses promesses. 



Louise est une élève de cette école. Elle a un caractère doux et docile. Elle 
est forte et adroite; elle est honnête, prévenante et charitable envers les pauvres. 

Louise est une élève de cette école. Elle a un caractère doux et docile. Ses 
qualités physiques sont la force et l'adresse ; ses qualités morales sont : l'hon- 
nêteté, la prévenance et la charité envers les pauvres. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Marie ! Quel est le caractère de Louise ? 
Il est doux et docile. 
Quelles sont ses qualités physiques ? 
Ce sont la force et l'adresse. 
Quelles sont ses qualités morales ? 

Ce sont l'honnêteté, la prévenance et la charité envers les pauvres. 
Etc. 



166 



CARACTÈRE ET DEFAUTS DES ÉLÈVES. 



LEÇON 201 



EXERCICE SUR LE CARACTÈRE ET LES DÉFAUTS DES ÉLÈVES. 



Élèves. 


Caractère. 


Nombre. 


Rosalie. 


Méchant. 


3 


Victorine. 


Entêté. 


3 


Pélagie. 


Turbulent 


3 


Ernestine. 


Espiègle. 


3 



DEFAUTS. 



Ë numération. 



Gourmande, paresseuse, ja- 
louse. 

Vindicative , hypocrite , 
avare. 

Malpropre, désobéissante, 
paresseuse. 

Envieuse, orgueilleuse, im- 
polie. 



Défaut principal. 



Gourmande. 
Hypocrite. 
Désobéissante. 
Orgueilleuse. 



I 



Rosalie est une élève de cette école. Elle a un caractère méchant ; elle a plu- 
sieurs défauts : ainsi, elle est gourmande, paresseuse et jalouse. Mais, son prin- 
cipal défaut, c'est d'être gourmande. 

Rosalie est une élève de cette école. Son caractère est méchant ; ses défauts 
sont au nombre de trois; en voici l'énumération : ce sont la gourmandise, la 
paresse et la jalousie. Mais son principal défaut est la gourmandise. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Augustine 1 Quel est le caractère de Rosalie? 
Il est méchant. 
Combien a-t-elle de défauts? 

Elle en a trois, qui sont: la gourmandise, la paresse et la jalousie. 
Quel est son principal défaut ? 
C'est la gourmandise. 
Etc. 



AIR ET MANIÈRES DES ÉLÈVES. 



167 



LEÇON 202. 



EXERCICE SUR L'AIR ET LES MANIÈRES DES ÉLÈVES. 



il 



Elèves. 



Paul. 
Louis. 
Jean. 
Ernest. 



Air. 



Doux. 
Bon. 

Gracieux. 
Affable. 



Manières. 



Polies et agréables. 
Douces et polies. 
Aimables et honnêtes. 
Agréables et charmantes. 



Paul est un élève de cette école. Il a un air doux, des manières polies et 
agréables. 

Paul est un élève de cette école. 11 a un air qui est doux, et des manières qui 
sont polies et agréables. 
Etc. 

DIALOGUE. 



El 



Victor ! Qu'est-ce que Paul? 

C'est un élève de cette école. 
Quel air a-t-il? 
Il a un air qui est doux. 
Quelles manières a-t-il ? 
Il a des manières qui sont polies et agréables. 
Etc. 



168 



CORPS, TAILLE, FIGURE ET TRAITS DES ÉLÈVES. 



LEÇON 203. 



EXERCICE A L'AIDE DUQUEL ON DÉCRIT LE CORPS, LA TAILLE, LA 
FIGURE ET LES TRAITS DES ÉLÈVES. 






Elèves. 


Corps. 


Taille. 


Paul. 


Bien fait. 


Élégante. 


Louis. 


Mince. 


Svelte. 


Jean. 


Bien propor- 
tionné. 


Élancée. 


Guillaume. 


Bien formé. 


Gracieuse 



Figure. 



Jolie. 



Très-belle. 



Distinguée. 



Remarquable. 



Traits. 



Bouche petite, yeux bleus, 
joues colorées , nez 
aquilin, menton rond, 
cheveux noirs. 

Bouche mignonne, yeux 
noirs, joues colorées, 
nez bien fait, menton 
rond, cheveux châtains. 

Bouche bien faite, yeux 
bien fendus , joues un 
peu pâles, nez retroussé, 
menton rond, cheveux 
blonds. 

Front large, sourcils noirs, 
yeux bleus , oreilles pe- 
tites, menton à fossette, 
joues colorées , lèvres 
vermeilles. 



Paul a un corps bien fait, une taille élégante, une figure jolie , une bouche 
petite, des yeux bleus, des joues colorées, un nez aquilin, un menton rond, des 
cheveux noirs. 

Paul a un corps qui est bien fait, une taille qui est élégante, et une figure qui 
est jolie. Ses traits sont : une bouche qui est petite, des yeux qui sont bleus, des 
joues qui sont colorées , un nez qui est aquilin , un menton qui est rond , des 
cheveux qui sont noirs. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Henri ! Comment est le corps de Paul? 
Il est bien fait. 
Comment est sa taille? 
Elle est élégante. 



CORPS, TAILLE, FIGURE ET TRAITS DES ÉLÈVES. 



169 



Comment est sa figure ? 
Elle est jolie. 
Comment sont ses traits? 

Sa bouche est petite, ses yeux sont bleus, ses joues sont colorées, son nez est 
aquilin, son menton est rond, ses cheveux sont noirs. 
Etc. 



LEÇON 204. 

EXERCICE A L'AIDE DUQUEL ON DÉCRIT LE CORPS, LA TAILLE, LA 
FIGURE ET LES TRAITS DES ÉLÈVES (suite). 

A l'aide de ce tableau et du précédent, les élèves devront faire la description du corps de 
leurs camarades. 



Élèves. 


Corps. 


André. 


Mal fait. 


Joseph. 


Mal formé. 


Jacques. 


Trapu. 



Taille. 



Fi (jure. 



Traits. 



Trop grosse. Laide. Bouche trop large, yeux gris, 

joues pâles, nez trop long, 
menton pointu, cheveux 
crépus. 

Epaisse. Repoussante. Bouche fendue jusqu'aux 

oreilles, yeux de chat, 
joues pendantes, nez gros, 
menton trop pointu , che- 
veux toujours mal peignés. 

Epaisse. Très-laide. Front déprimé, tête pointue, 

yeux fauves, oreilles très- 
longues, nez camus, bou- 
che extrêmement large, 
menton pointu , lèvres 
frès-épaisses. 

André a un corps mal fait , une taille trop grosse, une figure laide, une rou- 
ebe trop large, des yeux gris , des joues pâles , un nez trop long , un menton 
pointu, des cheveux crépus. 

André a un corps qui est mal fait, une taille qui est trop grosse, et une figure 
qui est laide. Ses traits sont : une bouche qui est trop large, des yeux qui sont 
gris, des joues qui sont pâles, un nez qui est trop long, un menton qui est pointu, 
des cheveux qui sont crépus. 
Etc. 






170 



AGE, PAYS ET PARENTS DES ÉLÈVES. 



DIALOGUE. 

Gustave! Comment est le corps d'André? 
Il est mal fait. 
Comment est sa taille? 
Elle est trop grosse. 
Etc. 



LEÇON 205. 



I 



EXERCICE SUR L'AGE, LE PAYS ET LES PARENTS DES ÉLÈVES. 

Pour cette leçon et la suivante, même marche que pour les précédentes. 



Elève. 



Paul. 
Jean. 

Louis. 
Jérôme. 



Age. 



15 ans. 
14 ans. 

16 ans. 
12 ans. 



Lieu 
oh il est né. 



Paris. 
Marseille. 

Bordeaux. 
Nantes. 



Département dans lequel 
son pays est situé. 



Département de la Seine. 
Département des Bouches- du - 

Rhône. 
Département de la Gironde. 
Département de laLoire-Inférieure 



Ce que sont 
ses parents. 



Marchands. 
Propriétaires. 

Cultivateurs. 
Charpentiers. 



I 



Paul a 13 ans; il est né à Paris qui est situé dans le département de la Seine; 
ses parents sont marchands. 

Paul a l'âge de 15 ans; le lieu où il est né est la ville de Paris qui est située 
dans le département de la Seine ; ses parents sont marchands. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Adrien ! Qu'est-ce que Paul? 

C'est un élève de l'école. 
Quel âge a-t-il ? 
Il a l'âge de 15 ans. 
Où est-il né ? 

Il est né à Paris, dans le département de la Seine. 
Que sont ses parents? 
Ses parents sont marchands. 
Etc. 



SCIENCES m MÉTIERS AUXQUELS S'APPLIQUENT LES ÉLÈVES. 171 



LEÇON 206. 



** 



EXERCICE SUR LES SCIENCES ET LES MÉTIERS AUXQUELS S'APPLI- 
QUENT LES ÉLÈVES DANS L'INSTITUTION. 



Élève. 



Paul. 
Jean. 

Louis. 
Jérôme 



Sciences qu'il apprend. 



L'Histoire sainte, le 
Catéchisme , la Géo- 
graphie, l'Histoire na- 
turelle. 

L'Histoire de Fran- 
ce, l'Histoire romaine, 
l'Histoire grecque, la 
Botanique, l'Arithmé- 
tique. 

L'Histoire , la Bota- 
nique , la Géographie, 
le Calcul. 

Le Catéchisme, la 
Grammaire, l'Histoire, 
la Géographie. 



Arts auxquels 
il se forme. 



L'Écriture , le 
Dessin linéaire. 



L'Ecriture , le 
Dessin linéaire , 
le Dessin acadé- 
mique. 

Id. 



L'Écriture , le 
Dessin linéaire. 



Métier 

dont il fait 

l'apprentissage 



Le métier de 
cordonnier. 



Le métier de 
tailleur. 



Le métier de 
menuisier. 

Le métier de 
tourneur. 



Pourquoi 
il apprend 
un métier. 



Pour gagner 

sa vie, quand 

il retournera 

dans son pavs 

Id. 



Id. 



Id. 



I 

■M 

31 



Paul est un élève de cette école. Il apprend l'Histoire sainte, le Catéchisme, 
la Géographie, l'Histoire naturelle; il se forme à l'Écriture et au Dessin linéaire; 
il fait l'apprentissage du métier de cordonnier pour gagner sa vie , quand il 
retournera dans son pays. 

Paul apprend plusieurs sciences, savoir : l'Histoire sainte, le Catéchisme, la 
Géographie et l'Histoire naturelle; les arts auxquels il se forme sont l'Écriture et 
le, Dessin linéaire. Il fait l'apprentissage du métier de cordonnier pour gagner sa 
vie, quand il retournera dans son pays. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Eugène ! Quelles sciences Paul apprend-il ? 

Il apprend l'Histoire sainte , le Catéchisme, la Géographie , l'Histoire natu- 
relle. 



m 









■ 






172 



DIVERS LIEUX D'UNE ÉCOLE DE SOURDS-MUETS. 



A quels arts se forme-t-il ? 
Il se forme à l'Écriture et au Dessin linéaire. 
De quel métier fait-il l'apprentissage? 
Il fait l'apprentissage du métier de cordonnier. 
Pourquoi apprend-il ce métier? 
Pour gagner sa vie, quand il retournera dans son pays. 
Etc. 



LEÇON 207. 



EXERCICE SUR LES DIVERS LIEUX D'UNE ÉCOLE DE SOURDS-MUETS. 



Divers lieux de l'école. 



La classe. 
La salle d'éludé. 
Le réfectoire. 
Le dortoir. 
La chapelle. 
Les ateliers. 
La cour. 
Le jardin. 
Etc. 



Pourquoi on y va. 



Pour travailler. 
Pour étudier. 
Pour manger. 
Pour se coucher et dormir. 
Pour prier Dieu. 
Pour travailler. 
Pour se récréer. 
Pour se promener. 
Etc. 






La classe est un des divers lieux de l'école ; on v va pour travailler 
Etc. 



DIALOGUE. 



Etienne ! La classe est-elle un des divers lieux de l'école? 
Oui. 

Pourquoi y va-t-on ? 
On y va pour travailler. 
Etc. 



CE QU IL Y A DANS LA CLASSE. 



173 



LEÇON 208. 




EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS LA CLASSE. 



Ce qiCil y a dans la classe. 



Une croix. 

Des bancs. 

Des tables. 

Des tableaux noirs. 

Des ardoises. 

Des crayons d'ardoise. 

Des plumes. 

Des cahiers. 

Des encriers. 

Des livres. 

Des cartes de Géographie. 

Un poêle. 

Des lampes. 



A quoi cela sert. 



A faire penser au bon Dieu. 

A s'asseoir. 

A écri re sur l'ardoise ou sur le papier. 

A écrire avec de la craie. 

A écrire avec un crayon d'ardoise. 

A écrire sur les ardoises. 

A écrire sur le papier. 

A écrire avec une plume. 

A mettre l'encre. 

A lire et à étudier. 

A apprendre la Géographie. 

A chauffer la classe pendant l'hiver. 

A éclairer la classe pendant la nuit. 






Il y a une croix dans la classe ; cela sert à faire penser au bon Dieu. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Germain ! Y a-t-il une croix dans la classe? 
Oui, il y en a une. 
A quoi cela sert- il? 
A faire penser au bon Dieu. 
Etc. 



I 



174 



DIVERS OBJETS NÉCESSAIRES A UN ÉCOLIER. 



LEÇON 209. 



EXERCICE SUR LES DIVERS OBJETS NÉCESSAIRES A UN ÉCOLIER. 



Divers objets nécessaires à un écolier. 



Un canif. 

Un encrier. 

Une plume. 

Une règle. 

Une ardoise. 

Un crayon d'ardoise. 

Un couleau. 

Un peigne. 

Une brosse. 

Un petit miroir. 

Un porte-monnaie. 



A quoi ils servent. 



A tailler les crayons et les plumes d'oie 

A mettre de l'encre. 

A écrire sur le papier. 

A rayer le papier avec uncrayon. 

A écrire. 

A écrire sur l'ardoise. 

A couper le pain, la viande. 

A se peigner. 

A se brosser. 

A se mirer. 

A mettre l'argent. 



Un canif est un des divers objets nécessaires à un écolier; il sert à tailler 
les crayons et les plumes d'oie. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Dominique ! Un canif est-il un des divers objets nécessaires à un écolier* 
Oui. 
A quoi sert il ? 

H sert à tailler les crayons et les plumes d'oie 
Etc. 



EXERCICE SUR CERTAINS SUBSTANTIFS GENERIQUES. 



175 



LEÇON 210. 



EXERCICE SUR CERTAINS SUBSTANTIFS GENERIQUES. 



Vêtements. 



Le pantalon. 
La veste. 
Le gilet. 
La redingote. 
L'habit. 
Le manteau. 
Etc. 



Meubles. 



Le lit. 
La table. 
La commode. 
L'armoire. 
La chaise. 
Le buffet. 
Etc. 



Instruments. 



Le couteau. 
Le canif. 
L'équerre. 
Le compas. 
La règle. 
La plume. 
Etc. 



Outils. 



La hache. 
La scie. 
Le marteau. 
La lime. 
Le ciseau. 
La varlope. 
Etc. 



Armes. 



L'épée. 
Le sabre. 
Le fusil. 
Le pistolet. 
Le canon. 
La lance. 
Etc. 



Le pantalon est un vêtement , le lit est un meuble, le couteau est un instru- 
ment, la hache est un outil, l'épée est une arme. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Jules ! Qu'est-ce que le pantalon ? 
C'est un vêtement. 
Qu'est-ce que le lit ? 
C'est un meuble. 
Qu'est-ce que le couieau? 
C'est un instrument. 
Qu'est-ce que la hache ? 
C'est un outil. 
Qu'est-ce que l'épée ? 
C'est une arme. 
Etc. 



176 



EXERCICE SUR LES MEUBLES DE LA CLASSE. 



m 



LEÇON 211. 



EXERCICE SUR LES MEURLES DE LA CLASSE. 



• 



Meubles 

qu'il y a dans la 

classe. 



Un banc. 

Une table. 

Un tableau. 
Une chaise. 



A quoi 
ils servent. 



A s'asseoir. 



A écrire les 
leçons sur l'ar- 
doise ou sur le 
papier. 

A écrire 
leçons 
craie. 

A s'asseoir. 



les 
avec la 



Ce qu'on y remarque. 



La longueur, la largeur, l'épaisseur, la 
hauteur, le dessus, le dessous , le côté droit, 
le côté gauche , le devant, le derrière, les an- 
gles, les pieds. 

La longueur, la largeur, l'épaisseur, la hau- 
teur, le dessus, le dessous, le côté droit, le 
côté gauche , le devant , le derrière , les an- 
gles, les pieds. 

La longueur, la largeur, l'épaisseur, le de- 
vant, le derrière, le dessus, le dessous, le côté 
droit, le côté gauche, les angles, les pieds. 

Le siège, le dessus, le dessous, le devant, 
le derrière, le côté droit, le côté gauche, le 
dossier, les barreaux, les pieds. 



Un banc est un des meubles qu'il y a dans la classe ; il sert à s'asseoir. On y 
remarque la longueur, la largeur, l'épaisseur, la hauteur, le dessus, le dessous, 
le côté droit, le côté gauche, le devant, le derrière, les angles, les pieds. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Edmond ! Un banc est-il un des meubles qu'il y a dans la classe ? 
Oui. 

A quoi sert-il? 
Il sert à s'asseoir. 
Qu'est-ce qu'on y remarque ? 

On y remarque la longueur, la largeur, l'épaisseur , la hauteur, le dessus , le 
dessous, etc. 
Etc. 



CERTAINS OBJETS NECESSAIRES A UN ECOLIER. 



177 



LEÇON 212. 



EXERCICE SUR CERTAINS OBJETS NÉCESSAIRES A UN ECOLIER. 



Objets nécessaires 
à un écolier. 



Un livre. 

Un cahier. 

Une règle. 

Un compas. 

Un encrier. 

Une plume d'oie. 

Une plume mé- 
tallique. 
Une ardoise. 





A quoi 




1 


Is servent 




A 


lire et à 


étu- 


dier. 






A écrire et à 


étu- 


dier. 






A 


rayer le 


pa- 


pier. 






A 


tracer des li- 


gnes courbes. 




A 


contenir 


i'en- 


cre. 






A 


prendre 


de 


l'encre. 






Id. 




A 


écrire avec un 


crayon. 





Ce qu'on y remarque. 



La couverture, les feuillets, les pa- 
ges , le commencement , le milieu , la 
fin. 

Id. 

Les quatre faces, les quatre arêtes, 
les deux bouts. 

Les deux branches, les deux pointes, 
la tête. 

La forme , la matière , le dedans , le 
dehors, l'ouverlure. 

Le tuyau , les barbes. 

La forme, la matière, la couleur. 

La longueur, la largeur, l'épaisseur, 
les côtes, la couleur, la pesanteur. 



\M 



Un livre est un des objets nécessaires à un écolier ; il sert à lire et à étudier. 
On y remarque la couverture , les feuillets, les pages, le commencement, le 
milieu, la fin. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Adrien ! Un livre est-il un des objets nécessaires à un écolier? 
Oui. 

A quoi sert-il? 
Il sert à lire et à étudier. 
Qu'est-ce qu'on y remarque? 

On y remarque la couverture , les feuillets , les pages , le commencement , le 
milieu, la fin. 
Etc. 



umeniuiNT. — p. 



12 



■ 



178 



SUBSTANTIFS GÉNÉRIQUES « JOUETS, JEUX ». 



LEÇON 213. 



EXERCICE SUR LES SUBSTANTIFS GÉNÉRIQUES « JOUETS, JEUX». 



I 



Jouets. 



La toupie. 
Le bilboquet. 
Le diable. 
Le ballon. 
Le cerf-volant. 
La poupée. 



Jeux. 



Le domino. 
Les dames. 
Les échecs. 
Les cartes. 
Les quilles. 
Le billard. 



La toupie est un jouet, le domino est un jeu. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Gabriel ! Qu'est-ce que la toupie ? 
C'est un jouet. 
Qu'est-ce que le domino? 
C'est un jeu. 
Etc. 



LEÇON 214. 



EXERCICE SUR CE QUE FAIT UNE ÉLÈVE : 1° A L'ÉTUDE ; 2» A LA 
CLASSE; 3° AU RÉFECTOIRE; 4» A LA COUR; 5» AU DORTOIR. 



A l'étude. 
A la classe. 



Au réfectoire. 
A la cour. 
Au dortoir. 



Elle étudie, elle apprend ses leçons, elle fait ses devoirs. 

Elle récite par gestes, elle récite par la dactylologie, elle écrit 
sur le tableau, elle écrit sur l'ardoise, elle regarde avec attention 
les explications de la maîtresse. 

Elle fait la prière avant le repas, elle s'assied, elle mange, elle 
boit, elle se lève de table, elle fait la prière après le repas. 

Elle s'amuse, elle joue à la balle , elle joue à la marelle, elle 
joue à cache-cache. 

Elle se déshabille, elle plie ses habits, elle les met sur une 
chaise, elle se couche et s'endort. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



DIALOGUE. 



179 




Rose ! Que fais-tu à l'étude ? 
J'étudie, j'apprends mes leçons, je fais mes devoirs. 
Rose et Julie ! Que faites-vous à l'étude ? 

Nous étudions , nous apprenons nos leçons , nous faisons nos devoirs 
Etc. 



LEÇON 21 5. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



Objets. 



Livres. 

Cahiers. 

Ardoise. 

Crayon d'ardoise. 

Plume. 

Couteau. 

Canif. 

Règle. 

Encrier. 

Billes. 

Corde. 

Argent. 

Bilboquet. 

Toupie. 

Fusil. 

Chien de chasse. 

Poudre et plomh. 

Havre sac. 



A quoi ils servent. 



A lire et à étudier. 
A écrire. 
A écrire. 

A écrire sur l'ardoise. 
A écrire sur le papier. 
A couper le pain et la viande. 
A tailler le crayon ou les plumes d'oie. 
A rayer le papier. 
A mettre l'encre. 
A jouer. 
A sauter. 

A acheter ce que l'on veut. 
A jouer. 
A jouer. 

A aller à la chasse. 
A aller à la chasse. 
A charger le fusil et tuer du gibier. 
A mettre la poudrière , le sac à plomb 
et le gibier qu'on a tué. 



Paul a des livres ; ils lui servent à lire et à étudier. 
Etc. 



180 



EXERCICE RELATIF A LA LEÇON PRÉCÉDENTE. 



DIALOGUE. 



Félix I Paul a-t-il des livres ? 
Oui, il en a. 
A quoi lui servent-ils? 
A lire et à étudier. 
Etc. 



LEÇON 216. 



EXERCICE RELATIF A LA LEÇON PRÉCÉDENTE. 

Paul a des livres, des cahiers, une ardoise, et un crayon d'ardoise. 

Paul a une plume , un couteau , un canif, une règle et un encrier. 

Paul a des billes, une corde, de l'argent et un bilboquet. 

Paul a un fusil, un chien de chasse, de la poudre et du blomb, et un havresac. 



DIALOGUE. 



Augustin! Paul a-t-il des livres, des cahiers, une ardoise, et un crayon 
d'ardoise ? 

Oui , il a tout cela. 

A quoi lui servent ces divers objets? 

Il se sert des livres pour lire et étudier , des cahiers pour écrire ; de l'ardoise 
pour écrire, et du crayon d'ardoise pour écrire sur l'ardoise. 
Etc. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



181 



LEÇON 217. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



Ce que fait Victor, le matin, à son lever. 



Victor sort du lit et met son pantalon : 
puis il met ses bas et ses souliers ; 

ensuite il met son gilet et sa cravate ; 

après cela il se peigne et se lave ; 

puis il met sa blouse et se brosse ; 

enfin, il met sa casquette et il sort du 
dortoir. 



Ce que fait Paul, le matin, à l'étude. 



Il va à sa place et se met à genoux ; 
puis il fait la prière avant l'étude et 

s'assied ; 
ensuite il prend ses cahiers, et il étudie 

ses leçons ; 
après cela il prend son ardoise , et fait 

son devoir ; 
puis il serre ses cahiers , et les remet à 

leur place; 
enfin , il fait la prière après l'étude, et 

il sort. 



DIALOGUE. 



"Victor sort-il du lit et met-il son pan- 
talon? 
Oui. 

Puis que fait-il? 
Il met ses bas et ses souliers. 
Ensuite , que fait-il ? 
Il met son gilet et sa cravate. 
Après cela, que fait-il? 
Il se peigne et se lave. 
Puis que fait-il? 
Il met sa blouse et se brosse. 
Enfin, que fait-il? 
Il met sa casquette et il sort du dortoir. 



Paul va-t-il à sa place , et se met-il 

genoux? 
Oui. 

Puis que... Etc. 
Etc. 






^ 



m 



18-2 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



LEÇON 218. 



LEÇON PRÉPARATOIRE (suite). 



Ce que fait Pierre à la classe. 



Il va à sa place, et se met à genoux ; 

ensuite il fait la prière avant la classe , 

et s'assied ; 
puis il récite ses leçons, et regarde les 

explications de son professeur ; 
enfin il fait la prière après la classe , et 

il sort. 



Ce que fait Paul à midi. 



Il entre dans le réfectoire et fait la 
prière avant le dîner ; 

puis il s'assied et met sa serviette sur 
lui ; 

après cela il mange la soupe et boit un 
coup de vin ; 

ensuite il mange du bœuf après la soupe 
et boit un autre coup de vin ; 

puis il se lève et fait la prière après le 
dîner ; 

enfin, il sort du réfectoire et va s'a- 
muser. 



DIALOGUE. 



Pierre va-t-il à sa place et se met-il à 
genoux ? 

Oui. 

Puis que fait-il ? 

Il fait la prière avant la classe et s'assied. 

Ensuite, que fait-il? 

Il récite ses leçons et regarde les expli- 
cations de son professeur. 

Enfin, que fait-il? 

Il fait la prière après la classe, et il sort. 



Paul entre-t-il dans le réfectoire et fait- 
il la prière avant le dîner? 
Oui. 
Puis que... Etc. 

Etc. 



LEÇON 219. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

LOUIS ET VICTOR. 

Victor ! Que fais-tu le matin à ton lever? 

D'abord je sors du lit, et je mets mon pantalon. 



■■ 



DIALOGUE RELATIF AUX DET. 1 :: LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

Ensuite, que fais-tu? 
Je mets mes bas et mes souliers. 
Puis que fais-tu? 
Je mets mon gilet et m?, cravate. 
Ensuite, que fais-tu ? 
Je me peigne et je me lave. 
Après cela , que fais-tu ? 
Je mets ma blouse et je me brosse. 
Enfin , que fais-tu? 

Je mets ma casquette, et je sors du dortoir. 
Etc. 



183 



LEÇON 220. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES (suite). 



LE PROFESSEUR ET SES ELEVES. 



Que faites- vous le matin à votre lever? 
D'abord nous sortons du lit, et nous mettons nos pantalons. 
Puis que faites-vous? 
Nous mettons nos bas et nos souliers. 
Ensuite , que faites-vous? 
Nous mettons nos gilets et nos cravates. 
Après cela, que faites-vous? 
Nous nous peignons et nous nous lavons. 
Puis que faites-vous ? 

Nous mettons nos blouses et nous nous brossons. 
Enfin , que faites-vous? 

Nous mettons nos casquettes, et nous sortons du dortoir. 
Etc. 



\m 



184 



PRINCIPAUX VÊTEMENTS D'HOMMES. 



rf 



LEÇON 221. 



PRINCIPAUX VÊTEMENTS D'HOMMES. 



Vêtements. 

Le pantalon. 
Le gilet. 
La veste. 
La redingote. 
L'habit. 

La blouse. 



A quoi iis servent. 



Acouvrirla partieinférieure 
du corps et les jambes. 
A couvrir la poitrine. 

A couvrir les bras et la par- 
tie supérieure du corps. 

A couvrir tout le corps jus- 
qu'aux genoux. 

A couvrir la partie supé- 
rieure du corps. 

Id. 



Pièces qui les composent. 



Les devants, les derrières, la 
ceinture, les tirants, les poches. 

Les devants, le derrière, le col- 
let, les goussets. 

Les manches, les devants, le 
derrière, le collet, les poches. 

La jupe, les manches, le collet, 
les poches. 

Le collet, les manches, les de- 
vants, le derrière, les basques, les 
poches, la doublure. 

Le collet, les manches, le de- 
vant, le derrière. 



Le pantalon est un vêtement; il sert à couvrir la partie inférieure du corps et 
les jambes. 

H y a plusieurs pièces qui le composent ; ces pièces sont : les devants, les 
derrières, la ceinture, les tirants et les poches 
Etc. 



DIALOGUE. 



Louis ! Qu'est-ce que le pantalon ? 

C'est un vêtement qui sert à couvrir la partie inférieure du corps et les jambes. 

Combien y a-t-il de pièces qui le composent? 

Il y en a plusieurs, ce sont : les devants, les derrières, la ceinture, les tirants 
et les poches. 
Etc. 



EXERCICE SUR CE QUE FAIT UN ÉCOLIER, ETC. 



185 



CHAPITRE VI. 



EXERCICES DIVERS. — MOTS GÉNÉRIQUES. — NOMRRE. 



LEÇON 222. 

EXERCICE SUR CE QUE FAIT UN ÉCOLIER : 1» QUAND IL SE DISPOSE 
A SE CONFESSER; 2° QUAND IL VA A LA LIESSE. 



Ce que fait Victor quand il se dispose à 
se confesser. 



D'abord, il va à la chapelle, et prie 

Dieu de l'éclairer. 
Puis il examine sa conscience, et écrit, 

avec soin , ses péchés. 
Ensuite il fait un acte de contrition, et 

promet à Dieu de ne plus pécher. 

Enfin, il se met à genoux devant son 
confesseur et se confesse. 



Ce que fait Paul quand il va à la Messe 
et qu'il y assiste pieusement. 



D'abord il s'habille proprement et prend 

son livre de prières. 
Puis il entre dans l'église avec respect, 



et se met à genoux. 



Ensuite il lit avec attention les prières 
de la Messe, jusqu'à la fin , et salue 
le très saint Sacrement. 

Enfin , il se lève et sort de l'église. 



DIALOGUE. 



Que fait Victor quand il se dispose à se 

confesser ? 
D'abord il va à la chapelle, et prie Dieu 

de l'éclairer. 
Puis que fait-il ? 
Il examine sa conscience, et écrit, avec 

soin, ses péchés. 
Ensuite, que fait-il? 
Il fait un acte de contrition , et promet 

à Dieu de ne plus pécher. 

Enfin, que fait-il? 

Il se meta genoux devant son confesseur 
et se confesse. 



Que fait Paul quand il va à la Messe et 
qu'il y assiste pieusement? 

D'abord il s'habille proprement, et prend 
son livre de prières. 

Puis que fait-il? 

Il entre dans l'église avec respect, et se 
met à genoux. 

Ensuite, que fait-il? 

11 lit avec attention les prières de la 
Messe, jusqu'à la fin, et salue le très- 
saint Sacrement. 

Enfin , que fait-il ? 

11 se lève et sort de l'église. 



i86 



EXERCICE SUR CE QUE FAIT UN ÉCOLIER. 



LEÇON 223. 

EXERCICE SUR CE QUE FAIT UN ÉCOLIER : 1° QUAND IL VA SE 
PROMENER ; 2° QUAND IL SE COUCHE. 



Ce que fait Georges quand il va se 
promener. 



D'abord il cire ses souliers et se peigne. 
Puis il se brosse et se lave. 

Ensuite il met ses habits du dimanche 

et sort du dortoir. 
Enfin , il va à la cour, et il s'aligne avec 

ses camarades pour sortir de l'école. 
Bonne promenade I 



Ce que fait Paul quand il se couche. 



D'abord il fait la prière du soir et fait la 

couverture de son lit. 
Puis il quitte sa casquette, sa blouse et 

son gilet. 
Ensuite il quitte ses bas, sa cravate et 

son pantalon. 
Enfin, il met son bonnet de nuit et se 

couche. 
Bonne nuit ! 



DIALOGUE. 



Que fait Georges quand il va se prome- 
ner? 
D'abord il cire ses souliers et se peigne. 

Puis que fait-il? 

Il se brosse et se lave. 

Ensuite, que fait-il? 

Il met ses habits du dimanche et sort 
du dortoir. 

Enfin, que fait-il? 

Il va à la cour, et il s'aligne avec ses 
camarades pour sortir de l'école , et 
fait une bonne promenade. 



Que fait Paul quand il se couche? 

D'ahord il fait la prière du soir et fait la 
couverture de son lit. 

Puis que fait-il? 

Il quitte sa casquette , sa blouse et son 
gilet. 

Ensuite , que fait-il ? 

Il quitte ses bas, sa cravate et son pan- 
talon. 

Enfin, que fait-il? 

Il met son bonnet de nuit, se couche 
et s'endort. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 



187 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

LOUIS ET VICTOR. 

Viclor ! Que fais-tu quand tu te disposes à te confesser ? 

D'abord je vais à la chapelle et je prie Dieu de m'éclairer ? 
Puis que fais-tu ? 

J'examine ma conscience, et j'écris avec soin mes péchés. 
Ensuite, que fais-tu? 

Je fais un acte de contrition et je promets à Dieu de ne plus pécher. 
Enfin , que fais-tu ? 

Je me mets à genoux devant le confesseur et je me confesse. 
Etc. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES {suite). 

LE PROFESSEUR ET SES ÉLÈVES. 

Que faites-vous quand vous vous disposez à vous confesser ? 
D'abord nous allons à la chapelle et nous prions Dieu de nous éclairer. 
Puisque faites-vous? 

Nous examinons notre conscience et nous écrivons avec soin , nos péchés. 
Ensuite , que faites-vous ? 

Nous faisons un acte de contrition et nous promettons à Dieu de ne plus pécher. 
Enfin, que faites-vous ? 

Nous nous mettons à genoux devant le confesseur et nous nous confessons. 
Etc. 



N. B. Faites, avec la leçon 223, des dialogues calqués sur les deux précédents. 



I 
■ 



188 



EXERCICE SUR CE QUE DOIT ÊTRE UN ÉCOLIER , ETC. 



V 



LEÇON 224. 

EXERCICE SUR CE QUE DOIT ÊTRE UN ÉCOLIER , ET SUR CE QU'IL 

NE DOIT PAS ÊTRE. 



Pendant la classe. 

Pendant l'étude. 

Au réfectoire. 
Au dortoir. 
Pendant la prière. 
A la cour. 
Chez ses parents. 



Ce qu'il doit être. 



Attentif, obéissant et res- 
pectueux envers son maître. 

Appliqué , sage et soumis 
au maître d'étude. 

Propre, poli et sobre. 



Tranquille , sage et mo- 
deste. 

Attentif, recueilli et dévot. 



Gai , affable et gracieux en- 
vers ses camarades. 

Affectueux, respectueux et 
reconnaissant envers ses pa- 
rents. 



Ce qu'il ne doit pas être 



Inattentif, désobéissant et ir- 
respectueux envers son maître 

Inappliqué, dissipé et in- 
soumis. 

Malpropre, bavard et gour- 
mand. 

Turbulent , dissipé et im- 
modeste. 

Inattentif, distrait et indé- 
vot. 

Triste, malhonnête et bou- 
deur. 

Froid , irrespectueux et in- 
grat envers ses parents. . 






Pendant la classe, un écolier doit être attentif, obéissant et respect 
" maître; ù ne doit donc être ni inattentif, ni désobéissant, ni irrespectue 
envers son maître. 



son 



ueux envers 
ux 



Etc. 



DIALOGUE. 



Que doit être un écolier pendant la classe ? 

Il doit être attentif, obéissant et respectueux envers son maître. 

Que ne doit-il pas être? 

II ne doitêtre ni inattentif, ni désobéissant, ni irrespectueux envers son maître 

Etc. 



QUALITES QU UN ÉCOLIER DOIT AVOIR , ETC. 



189 



LEÇON 225. 



EXERCICE SUR LES QUALITÉS QU'UN ÉCOLIER DOIT AVOIR, ET SUR 
LES DÉFAUTS CONTRAIRES QU'IL NE DOIT PAS AVOIR. 



Pendant la classe. 
Pendant l'étude. 

Au réfectoire. 
Au dortoir. 
Pendant la prière. 
A la cour. 
Chez ses parents. 



Qualités 
qu'un écolier doit avoir. 



L'attention, l'obéissance et 
le respect envers son maître. 

L'application, la sagesse et 
la soumission au maître d'é- 
tude. 

La propreté, la politesse et 
la sobriété. 

La tranquillité , la sagesse 
et la modestie. 

L'attention, le recueille- 
ment et la dévotion. 

La gaieté , l'affabilité et 
l'obligeance. 

L'affection, le respect et 
la reconnaissance envers ses 
parents. 



Défauts contraires 
qu'il ne doit pas avoir, 



L'inattention, la désobéis- 
sance et l'irrévérence. 

L'inapplication , la dissipa- 
tion et l'insoumission. 



La malpropreté, la poli- 
tesse et la gourmandise. 

La turbulence, la dissipation 
et l'immodestie. 

L'inattention, la distraction 
et l'indévotion. 

La tristesse, la malhonnê- 
teté et la désobligeance. 

L'indifférence, l'irrévérence 
et l'ingratitude envers ses pa- 
rents. 



Pendant la classe, un écolier doit avoir plusieurs qualités qui sont : l'atten- 
tion, l'obéissance et le respect envers son maître ; par suite, il ne doit avoir, ni 
inattention, ni désobéissance, ni irrévérence. 

Etc. 

DIALOGUE. 

Quelles qualités un écolier doit-il avoir pendant la classe ? 

Les qualités qu'un écolier doit avoir pendant la classe sont : l'attention , 
l'obéissance et le respect pour son maître. 

Quels défauts contraires ne doit-il pas avoir ? 

Les défauts contraires qu'il ne doit pas avoir sont : l'inattention , la désobéis- 
sance et l'irrévérence. 
Etc. 



190 



FONCTIONNAIRES D'UNE ÉCOLE. 



DIALOGUE RELATIF AUX DEUX LEÇONS PRÉCÉDENTES. 

Paul ! Seras-tu attentif pendant la classe ? 

Oui , je serai attentif. 

Seras-tu aussi obéissant ? 

Oui , je serai aussi obéissant. 

Seras-tu encore respectueux envers ton maître ? 

Oui , je le serai. 

Pourquoi seras-tu attentif, obéissant et respectueux envers ton maître ? 

Parce que l'attention , l'obéissance et le respect envers son maître, sont des 
qualités qu'un écolier doit avoir pendant la classe. 

Tu ne seras donc ni inattentif, ni désobéissant, ni irrespectueux envers ton 
maître ? 

Non, je ne serai ni inattentif, ni désobéissant, ni irrespectueux envers mon 
maître. 

Pourquoi? 

Parce que l'inattention , la désobéissance et l'irrévérence sont des défauts 
qu'un écolier ne doit pas avoir pendant la classe. 
Etc. 



LEÇON 226. 



Fonctionnaires 
d'une école. 



EXERCICE SUR LES FONCTIONNAIRES D'UNE ECOLE 
Leurs devoirs envers les élèves. 



Le Directeur. 



Les Professeurs. 



Le Maître d'étude. 



Bien diriger l'école , faire bien 
enseigner les élèves, les faire bien 
nourrir, les faire tenir propres et 
rangés, et les aimer comme un 
bon père. 

Bien enseigner les élèves , leur 
expliquer les leçons avec soin, 
avoir de la patience et de la dou- 
ceur, leur donner bon exemple, 
et prier Dieu pour eux. 

Bien surveiller les élèves à l'é- 
tude, à la cour et au dortoir, les 
traiter avec douceur, leur donner 
bon exemple. 



Devoirs des élèves 
envers eux. 



Le respecter, lui obéir, 
l'aimer, et lui être recon- 
naissants. 



Les respecter , leur 
obéir, les aimer, et leur 
être reconnaissants. 



Le respecter, lui obéir, 
l'aimer, et lui être recon- 
naissants. 



CE QU IL Y A DANS LE RÉFECTOIRE. 



191 



Le Directeur est un fonctionnaire de l'école. 

Ses devoirs sont de bien diriger l'école, de faire bien enseigner les élèves, de 
les faire bien nourrir, de les faire tenir propres et rangés, et de les aimer comme 
un bon père. 

Les devoirs des élèves envers lui sont : de le respecter, de lui obéir, de 
de l'aimer, et de lui être reconnaissants. 
Etc. 

DIALOGUE. 




Le Directeur est-il un fonctionnaire de l'école? — Oui. 

Quels sont ses devoirs?— Ses devoirs sont : de bien diriger l'école, de faire bien 
enseigner les élèves, de les faire bien nourrir, de les faire tenir propres et rangés, 
et de les aimer comme un père. 

Quels sont les devoirs des élèves envers lui? — Leurs devoirs sont : de le res- 
pecter, de lui obéir, de l'aimer, de lui être reconnaissants. 
Etc. 



LEÇON 227. 




EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS LE REFECTOIRE. 



Ce qu'il y a dans le réfectoire. 



Un crucifix. 
Des bancs. 
Des tables. 

Des bouteilles. 
Des carafes. 
Des verres. 
Des cuillères. 
Des fourchettes. 
Des couteaux. 
Des plats. 
Des assiettes. 
Des soupières. 
Des salières. 
Des huiliers. 



A quoi cela sert. 



A faire penser au bon Dieu. 
A s'asseoir. 

A mettre les plats, les assiettes, les 
bouteilles, les verres, etc. 
A mettre le vin. 
A mettre l'eau. 
A boire le vin et l'eau. 
A porter les mets à la bouche. 
A porter la viande à la bouche. 
A couper le pain, la viande, les fruits. 
A mettre les mets. 
A mettre ce que l'on mange. 
A mettre la soupe. 
A mettre le sel. 
A mettre l'huile et le vinaigre. 



Il y a un crucifix dans un réfectoire. Cela sert à faire penser à Dieu. 
Etc. 



192 



CE QU'IL Y A DANS LE DORTOIR. 



DIALOGUE. 

Y a-t-il un crucifix dans le réfectoire ? 
Oui, il y en a un. 
A quoi cela sert-il ? 
Cela sert à faire penser au bon Dieu. 
Etc. 



LEÇON 228. 



EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS LE DORTOIR. 



Ce qu'il y a dans le dortoit 



Un crucifix. 
Des lits. 
Des chaises. 

Une fontaine. 

Des essuie-mains. 
Etc. 



A quoi cela sert. 



A faire penser au bon Dieu. 

A se coucher et à dormir. 

A s'asseoir et à mettre les habits que 
l'on quitte. 

A contenir l'eau nécessaire pour se 
laver la figure et les mains. 

A s'essuyer les mains. 
Etc. 



Il y a des lits dans le dortoir. Cela sert à se coucher et à dormir. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Y a-Ul un crucifix dans le dortoir ? 
Oui, il y en a un. 
A quoi cela sert-il? 
Cela sert à faire penser au bon Dieu. 
Etc. 



CE QU'IL Y A DANS LA CHAPELLE. 



193 



LEÇON 229. 




EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS LA CHAPELLE. 



Ce qu'il y a dans la chapelle. 



Un autel. 
Un tabernacle. 
Un ciboire. 
Des flambeaux. 
Des chandeliers. 
Une lampe. 

Des bouquets. 
Une croix. 
Un calice. 

Des burettes. 

Un ostensoir. 
Un encensoir. 

Une navette. 
Une sonnette. 
Un missel. 
Un pupitre. 
Un éteignoir. 
Etc. 



^1 quoi cela sert. 



A offrir le saint sacrifice de la Messe. 

A renfermer le saint ciboire. 

A renfermer les hosties consacrées. 

A mettre des bougies. 

A mettre des cierges. 

A faire brûler de l'huile quand la ré- 
serve est dans le tabernacle. 

A orner l'autel. "* 

A orner le dessus du tabernacle. 
^ A mettre le vin et l'eau qui doivent 
être changés au sang de Jésus-Christ. 

A contenir le vin et l'eau qui sont né- 
cessaires pour la Messe. 

A exposer une hostie consacrée. 

A faire brûler de l'encens et à encen- 
ser devant l'autel. 

A mettre l'encens. 

A sonner pendant la Messe. 

A dire la Messe. 

A supporter le missel. 

A éteindre les bougies. 

Etc. & 




Il y a un autel dans la chapelle. Il sert à offrir le saint sacrifice de la Messe 
Etc. 

DIALOGUE. 



Y a-t-il un autel dans la chapelle ? 
Oui, il y en a un. 
A quoi sert-il? 

A offrir le saint sacrifice de la Messe. 
Etc. 



ENSEIGNEMENT. — P. 



13 



mm 



w 



194 



ce qu'il y a dans un salon. 



LEÇON 230. 



EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS UN SALON. 



Ce qu'il y a dans un salon. 



Des fauteuils. 
Des chaises. 
Une table. 

Une porte. 
Une fenêtre. 
Une lampe. 
Une cheminée. 
Une pelle. 
Des pincettes. 

Des chandeliers. 
Des mouchettes. 
Un porte-mouchetles. 
Des bouquets. 
Une pendule. 

Etc. 



A quoi cela sert. 



A s'asseoir. 

A s'asseoir. 

A écrire, à manger, à prendre le café 
ou à jouer. 

A fermer le salon. 

A éclairer le salon pendant le jour. 

A éclairer le salon pendant la nuit. 

A chaufferie salon quand il fait froid. 

A ranger les cendres du foyer. 

A prendre les tisons et à attiser le 
feu. 

A mettre des bougies. 

A moucher les bougies. 

A mettre les mouchettes. 

A orner le dessus de la cheminée. 

A orner le dessus de la cheminée et 
à marquer les heures. 
Etc. 



Il y a des fauteuils dans un salon; cela sert à s'asseoir. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Henriette ! Y a-t-il des fauteuils dans un salon ? 
Oui, il y en a. 
A quoi cela sert-il ? 
A s'asseoir. 
Etc. 



ce qu'il y a dans une chambre. 



195 



LEÇON 23 ï 



EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS UNE CHAMBRE. 



Ce qu'il y a dans xine chambre. 



Un lit. 
Des chaises. 
Une table. 
Une commode. 
Un bénitier. 
Une cheminée. 

Une pelle. 
Des pincettes. 
Des bouquets. 
Des tableaux. 
Une table de nuit. 
Etc. 



A quoi cela sert. 



A se coucher et à dormir. 
A s'asseoir. 

A écrire, à poser ce que l'on veut. 
A renfermer les habits et le linge. 
A mettre l'eau bénite. 
A chauffer la chambre quand il fait 
froid. 

A ranger les cendres du foyer. 
A prendre les tisons et à attiser le feu. 
A orner le dessus de la cheminée. 
A orner les murs de la chambre. 
A serrer le vase de nuit. 
Etc. 



Il y a un lit dans une chambre ; cela sert à se coucher et à dormir 
Etc. 

DIALOGUE. 



Julie I Y a-t-il un lit dans une chambre? 
Oui, il y en a un. 
A quoi cela sert-il? 
A se coucher et à dormir. 
Etc. 






196 



CE QU IL ï A DANS LA CUISINE. 



LEÇON 232. 



EXERCICE SUR CE QU'IL Y A DANS LA CUISINE. 



Ce qu'il y a dans la cuisine. 



Un fourneau. 
Une marmite. 
Des casseroles. 
Des poêles. 

Une broche. 

Un gril. 

Des cafetières. 

Un chaudron. 
Des plats. 
Des soupières. 
Des saladiers. 
Un baquet. 
Un mortier. 
Un pilon. 
Un arrosoir. 
Un balai. 
Etc. 



A quoi cela sert. 



A faire cuire les aliments. 

A faire cuire la soupe. 

A faire cuire les ragoûts. 

A faire frire les œufs, les poissons, les 
pommes de terre. 

A faire rôtir la viande. 

A faire griller la viande. 

A faire des infusions, à faire chauffer 
de l'eau, etc. 

A faire chauffer l'eau. 

A servir les aliments. 

A mettre la soupe. 

A assaisonner la salade et à la servir. 

A laver lavaisselle. 

A piler le sel. 

A piler le sel dans un mortier. 

A arroser. 

A balayer. 
Etc. 



Dans la cuisine, il y a un fourneau ; cela sert à faire cuire les aliments. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Eustochie ! Y a-t-il un fourneau dans la cuisine ? 
Oui, il y en a un. 
A quoi cela sert-il? 
A faire cuire les aliments. 
Etc. 



MEUBLES ET USTENSILES QU'IL Y A DANS LA CUISINE. 



197 



LEÇON 233. 




EXERCICE SUR LES MEUBLES ET SUR LES USTENSILES QU'IL Y A. 

DANS LA CUISINE. 



MEUBLES. 



USTENSILES. 



Le buffet, 
Les chaises. 
La table.. 
Le soufflet. 
Les chenets. 
Le baquet. 
L'armoire. 
Le garde-manger. 
Etc. 



La broche. 
Les grils. 
La marmite. 
La chaudière. 
Le chaudron. 
La passoire. 
Les cafetières. 
Les pots. 
Etc. 




Le buffet est un meuble. La broche est un ustensile. Ce meuble et cet usten- 
sile se trouvent dans la cuisine. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Honorine ! Qu'est-ce que le buffet? 
C'est un meuble? * 
Qu'est-ce que la broche ? 
C'est un ustensile. 

Où ce meuble et cet ustensile se trouvent-ils? 
Us se trouvent dans la cuisine. 
Etc. 









198 



ÏIOTS GÉNÉRIQUES. — PLANTES, ETC. 



LEÇON 234. 

MOTS GÉNÉRIQUES. « ALIMENT. - BOISSONS. - FRIANDISES ». 

FRIANDISES. 



ALIMENTS. 

Le pain. 
La viande. 
Les fruits. 
Les plantes. 
Les pommes de terre. 
Les carottes. 
Eto. 



BOISSONS. 

L'eau. 
Le vin. 
Le lait. 
La bière. 
Le eidre. 
L'eau-de-vie. 
Etc. 



La crème. 
Les gâteaux. 
Les pâtés. 
Les bonbons. 
Les œufs au lait. 
Les truffes. 
Etc. 



Le pain est un aliment. L'eau est une boisson. La crème est une friandise 

Etc. 

DIALOGUE. 

Hilaire ! Qu'est-ce que le pain? 
C'est un aliment. 
Qu'est-ce que l'eau ? 
C'est une boisson. 
Qu'est-ce que la crème? 
C'est une friandise. 
Etc. 



LEÇON 23*5. 



MOTS GÉNÉRIQUES, « PLANTES, ARBRISSEAUX, ARBRES ». 

PLANTES. ARBRISSEAUX. ARBRES. 



i 



Le chou. 


Le rosier. 


Le chêne. 


La carotte. 


Le lilas. 


Le peuplier 


La rave. 


Le groseillier. 


Le saule. 



Mm 



EXERCICE SUR LES ARBRES FRUITIERS. 



199 



Le radis. 


Le framboisier. 


Le châtaignier 


Le navet. 


Le laurier. 


Le pommier. 


Le persil. 


Le genévrier. 


Le poirier. 


Etc. 


Elc. 


Etc. 



Le chou est une plante. Le rosier est un arbrisseau. Le chêne est un arbre. 

Etc. 
Les choux sont des plantes. Les rosiers sont des arbrisseaux. Les chênes sont 
di s arbres. 
Etc. 

Les choux sont une espèce de plantes. Les rosiers sont une espèce d'arbris- 
seaux. Les chênes sont une espèce d'arbres. 
Etc. 



fl| 



LEÇON 236. 



EXERCICE SUR LES ARBRES FRUITIERS. 



ARBRES FRUITIERS. 



FRUITS. 



Le pommier. 
Le poirier. 
Le cerisier. 
Le prunier. 
L'abricotier. 
Le pêcher. 
L'oranger. 
Le citronnier. 
Le figuier. 
Le noyer. 
L'amandier. 
Le noisetier. 
Le châtaignier. 
Le grenadier. 
Le cognassier. 
La vigne. 
Etc. 



La pomme. 
La poire. 
La cerise. 
La prune. 
L'abricot. 
La pêche. 
L'orange. 
Le citron. 
La figue. 
La noix. 
I/amande. 
La noisette. 
La châtaigne. 
La grenade. 
Le coing. 
Le raisin. 
Etc. 






■ 

I 



200 



EXERCICE SUR LES GRAINS. 



Le pommier est un arbre fruitier qui produit un fruit appelé pomme 

La pomme est un fruit qui est produit par un arbre fruitier appelé pommier. 



DIALOGUE. 

Pascal! Qu'est-ce que le pommier? 

C'est un arbre fruitier qui produit un fruit appelé pomme. 
Qu'est-ce que la pomme ? 

C'est un fruit qui est produit par un arbre appelé pommier 
Etc. 



LEÇON 237. 



EXERCICE SUR LES GRAINS. 



Grains. 



Le blé. 
Le seigle. 
L'orge. 
L'avoine. 
Le millet. 



Etc. 



Utilité. 



Très-grande. 
Très-grande. 
Très-grande. 
Très-grande. 
Très-grande. 



Etc. 



A quoi ils servent. 



A. faire un pain qui est blanc et qui a fort bon goût 

A. faire un pain qui est gris et qui est très-nourrissant. 

A faire de la bière. 

A nourrir les bestiaux. 

A faire un pain qui est jaune et qui a bon goût ; à 
taire des bouillies; à engraisser les cochons, la vo- 
laille. 
Etc. 



Le blé est un grain; il est d'une très-grande utilité : il sert à faire un pain qui 
est blanc et qui a fort bon goût. 
Etc. 



i 



DIALOGUE. 
Germain ! Qu'est-ce que le blé? 

C'est un grain qui est d'une très-grande utilité, il sert à faire un pain qui est 
blanc et qui a fort bon goût. 
Etc. 



EXERCICE SUR CERTAINES GRAINES. 



201 



LEÇON 238. 



EXERCICE SUR CERTAINES GRAINES. 



Graines. Ce qui la produit 



La fève. 



Le haricot. 
Le pois. 
La lentille. 



Plante qui porte 

le même nom. 
Plante qui porte 

le même nom. 
Plante qui porte 

le même nom. 
Plante qui porte 

le même nom. 
Lepoischiche. j Plante qui porte 
Etc. | le même nom. 



Utilité. 


A quoi on s'en sert. 


Très-grande. 


A faire la soupe, des purées. 


Très-grande. 


A faire la soupe, des purées. 


Très-grande. 


A faire la soupe, des purées. 


Très-grande. 


A faire la soupe , etc. 


Très-grande. 


A faire la soupe, etc. 



La fève est produite par une plante qui porte le même nom; son utilité est 
très-grande. On s'en sert pour faire la soupe, des purées. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Placide ! Qu'est-ce que la fève? 

C'est une graine qui est produite par une plante qui porte le même nom. 
Quelle est son utilité? 
Elle est très-grande. 
A quoi sert-elle? 
A faire la soupe, des purées. 
Etc. 



I 



202 



MOTS GÉNÉRIQUES. — < MINÉRAUX i , ETC. 



LEÇON 239. 



MOTS GÉNÉRIQUES. - « MINÉRAUX, VÉGÉTAUX, ANIMAUX 



MINERAUX. 


VÉGÉTAUX. 


ANIMAUX. 


La pierre. 


Le chou. 


Le lion. 


La houille. 


Le navet. 


Le chien. 


La chaux. 


Le rosier. 


Le chat. 


Le plâtre. 


Le chêne. 


L e coq. 
Le canard 


Le marbre. 


Le peuplier. 


Etc. 


Etc. 


Etc. 



La pierre est un minéral. Le chou est un végétal. Le lion est un animal 
Etc. 

Les pierres sont des minéraux. Lps choux sont des végétaux. Les lions sont 
des animaux. 
Etc. 

Les pierres sont une espèce de minéraux. Les choux sont une espèce de végé- 
taux. Les lions sont une espèce d'animaux. 
Etc. 



EXERCICE SUR LES MÉTAUX. 



LEÇON 240. 



EXERCICE SUR LES MÉTAUX. 



Métaux. 


D'où on les tire. 


L'or. 


Mine d'or. 


L'argent. 


Mine d'argent. 


Le cuivre. 


Mine de cuivre. 


Le fer. 


Mine de fer. 


Le plomb. 


Mine de plomb. 



Ce qu'on en fait. 



Des pièces de 5 fr., des pièces de 10 fr., des 
pièces de 20 fr., des pièces de 50 fr., des pièces 
de 100 fr., des pendants d'oreilles, des bagues, 
des montres, des chaînes, etc. 

Des pièces de 20 c. , des pièces de 50 c. , des pièces 
de 1 fr., des pièces de 2 fr., des pièces de 5 fr., 
des montres, des couverts, etc. 

Des centimes, des doubles centimes, des pièces 
de 5 centimes, des décimes, des chandeliers, des 
casseroles, des chaudrons, des cloches, etc. 

Des couverts, des fourches, des bêches, des 
pioches, des grils, des broches, des serrures, etc. 

Des couverts, des médailles, des chandeliers, des 
assiettes, des plats, etc. 



m 

m 



L'or est un métal. On le tire d'une mine d'or. On en fait des pièces de 5 francs, 
des pièces de 10 francs , des pièces de 20 francs , des pièces de 50 francs , des 
pièces de 100 francs , des pendants d'oreilles, des bagues, des montres, des 
chaînes. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Aurélie ! Qu'est-ce que l'or ? 

C'est un métal. 

D'où le tire-t-on? 

On le tire d'une mine d'or. 

Qu'en fait- on? 

On en fait des pièces de 5 francs, des pièces de 10 francs, des pièces de 20 
francs, des pièces de 50 francs, des pièces de 100 francs, des pendants d'oreille, 
des bagues, des montres, des chaînes. 
Etc. 



204 



MOTS GÉNÉRIQUES. — « VÊTEMENTS » , ETC. 



LEÇON 241. 

MOTS GÉNÉRIQUES. -« VÊTEMENTS, CHAUSSURES, COIFFURES, 

PARURES ». 



VETEMENTS. 



CHAUSSURES. 



COIFFURES. 



PARURES. 



La robe. 

Le fichu. 
Le tablier. 
Le jupon. 
Le manteau. 
Etc. 



Les bas. 

Les souliers. 
Les brodequins. 
Les bottines. 
Les sabots. 
Etc. 



La coiffe. 

Le chapeau. 
Le bonnet. 
La mantille. 
La frileuse. 
Etc. 



Les pendants d'o- 
reilles. 

Les bracelets. 

La chaîne. 

La montre. 

La broche. 
Etc. 



La robe est un vêtement. Les bas sont une chaussure. La coiffe est une coif- 
fure. Les pendants d'oreilles sont des parures. 
Etc. 



On se vêt avec une robe ; la robe est donc un vêtement, 
On se chausse avec des bas; les bas sont donc une chaussure. 
On se coiffe avec une coiffe; la coiffe est donc une coiffure. 
On se pare avec des pendants d'oreilles; les pendants d'oreilles sont donc une 
parure. 
Etc. 



La robe sert à se vêtir ; les bas servent à se chausser , la coiffe sert à se coiffer ; 
les pendants d'oreilles servent à se parer. 

Larobeestdonc un vêtement ; les bas, une chaussure ; la coiffe, une coiffure; 
les pendants d'oreilles, une parure. 



EXERCICE SUR LES CHAUSSUPF.S. 



205 



LEÇON 242. 



EXERCICE SUR LES VÊTEMENTS. 



Vêtements. 



Le pantalon. 
Le gilet. 
La veste. 
L'habit. 
La redingote. 
Le manteau. 

Etc. 



A quoi ils servent. 



A couvrir la partie inférieure du corps, et les jambes. 
A couvrir la poitrine. 

A couvrir la partie supérieure du corps, et les bras. 
A couvrir la partie supérieure du corps, et les bras. 
A couvrir les bras et le corps, jusqu'aux genoux. 
A couvrir tout le corps, et aie garantir du froid. 



Le pantalon est un vêtement qui sert à couvrir la partie inférieure du corps 
et les jambes. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Martin ! Qu'est-ce que le pantalon ? 

C'est un vêtement qui sert à couvrir la partie inférieure du corps et les jambes, 
Etc. 



LEÇON 243. 



EXERC1CK SUR LES CHAUSSURES. 



Chaussures. 



Les bas. 
Les demi-bas. 
Les chaussons. 
Les souliers. 
Les brodequins. 
Les bottines. 
Les bottes. 
Les sabots. 
Etc. 



A quoi elle* servent. 



A couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux genoux. 
A couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux mollets. 
A couvrir les pieds seulement. 
A couvrir les pieds. 

A couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux mollets. 
A couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux mollets. 
A couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux genoux. 
A couvrir les pieds et à les garantir du froid et de 
l'humidité. 



I 



206 



EXERCICE SUR CERTAINES CHAUSSURES. 
Les bas sont une chaussure qui sert à couvrir les pieds et les ja m bes jusqu'aux 
Etc. 

DIALOGUE. 
Léon I Qu'est-ce que les bas? 

Lestas sont une chaussure qui sert à couvrir les pieds et les jambes jusqu'aux 



genoux 

Etc 



LEÇON 244. 

EXERCICE SUR CERTAINES CHAUSSURES. 



Chaussures. 



Les souliers. 



A quoi elles servent. 



Différentes 
pièces qui les composent. 



A couvrir les pieds. 



Les brodequins. A couvrir les pieds et les jam- 
bes jusqu'aux mollets. 

A couvrir les pieds et les jam- 
bes jusqu'aux genoux. 

A couvrir les pieds et les jam- 
bes jusqu'aux mollets. 

A couvrir les pieds. 



Les bottes 
Les bottines. 



Les escarpins 
Etc. 



L'empeigne, le quartier, la 

semelle, le talon. 
L'empeigne, le quartier, la 

semelle, le talon. 
Les tiges, la semelle, le talon. 

Les tiges, la semelle, le talon 

L'empeigne, le quartier, la 
semelle, le talon. 



Les souliers sont une chaussure qui sert à couvrir les pieds 
Les différentes pièces qui composent cette chaussure sont : l'empeigne le 
quartier, la semelle, le talon . empeigne , le 

Etc. 

DIALOGUE, 

Crépin! Qu'est-ce que les souliers? 

Les souliers sont une chaussure qui sert à couvrir les pieds 
Quelles sont les différentes pièces qui la composent? 
Ce sont : l'empeigne , le quartier, la semelle , le talon 
Etc. 



H 



EXERCICES SUR LES COIFFURES. 



207 



LEÇON 245. 

EXERCICE SUR LES COIFFURES. 



Coiffures. 



La coiffe. 
Le chapeau. 
Le bonnet. 
La frileuse. 
La mante. 
La mantille. 
Le serre- tête. 
Etc. 



A quoi elles servent. 



A couvrir et à orner la tête. 

A couvrir et à orner la tête. 

A couvrir et à orner la tête. 

A couvrir et à orner la tête. 

A couvrir les épaules et garantir du froid. 

A couvrir et à orner la lèle et les épaules. 

A couvrir la tête et à la garantir du froid. 



La coiffe est une coiffure qui sert à couvrir et à orner la tête. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Elisa ! Qu'est-ce que la coiffe? 

C'est une coiffure qui sert à couvrir et à orner la tête. 
Etc. 



LEÇON 246. 



Coiffures. 



Le chapeau. 
Le képi. 
La casquette. 
La coiffe. 
Le bonnet. 

Etc. 



AUTRE EXERCICE SUR LES COIFFURES. 



A quoi 
elles servent. 



A couvrir la tête. 
A couvrir la tête. 
A couvrir la tête. 
A couvrir la tête. 
A couvrir la tête. 



Différentes parties qui les composent. 



La forme, les bords, la coiffe, le ruban. 
La forme, la visière, les galons, la coiffe. 
La forme, la visière, la coiffe. 
La forme, la dentelle. 

La forme, la dentelle, les fleurs , les rubans, 
les mentonnières. 






208 



EXERCICE SUR LE6 PARURES. 



Le chapeau est une sorte de coiffure qui sert à couvrir la tête 

les L ruban? enteS P " - " ^ '* C ° mP ° Sent ^ = la fOTme ' leS bords • la coiff * - 
Etc. 

DIALOGUE. 
Lucien! Qu'est-ce que le chapeau? 

C'est une sorte de coiffure qui sert à couvrir la tête. 
Quelles sont les différentes parties qui le composent ? 
Ce sont : la forme , les bords, la coiffe et les rubans 
Etc. 



LEÇON 247. 



EXERCICE SUR LES PARURES. 



Parures. 



Les pendants d'oreilles. 
Le collier. 
La chaîne. 
Les bracelets. 
Les bagues. 
La broche. 
La montre. 
Les fleurs. 
Etc. 



Pourquoi les dames et les demoiselles s'en servent. 



Pour parer les oreilles. 

Pour parer le cou. 

Pour parer le cou. 

Pour parer les bras. 

Pour parer les doigts. 

Pour parer le châle qu'elles portent 

Pour se parer. 

Pour parer la tête. 



Les pendants d'oreilles sont une sorte de parure dont les dames et les demoi- 
selles se servent pour parer leurs oreilles 
Etc. 



DIALOGUE. 

Armandine I Qu'est-ce que les pendants d'oreilles ? 

Les pendants d'oreilles sont une sorte de parure dont les dames et les demoi- 
selles se servent pour parer leurs oreilles 
Etc. 






EXERCICE SUR LES OUVRIERS. 



209 



LEÇON 248. 



EXERCICE SUR LES OUVRIERS. 





Genre 


Ouvriers. 


d'ouvrages 
qu'ils font. 


Menuisiers. 


Meubles. 


Cordonniers. 


Chaussures 


Chapeliers. 


Coiffures. 


Tailleurs. 


Vêtements 


Maçons. 


Bâtiments. 


Armuriers. 


Armes. 


Horlogers. 


Horloges. 


Bijoutiers. 


Bijoux. 


Etc. 


Etc. 



Quels sont ces ouvrages. 



Bancs, tables, commodes, 
lits, etc. 

Souliers, bottes, bottines, 
etc. 

Chapeaux, bonnets, képis, 
etc. 

Pantalons, gilets, habits, 
etc. 

Maisons, châteaux, égli- 
ses, etc. 

Fusils, pistolets, épées, 
etc. 

Montres, pendules, etc. 

Bagues, pendants, chaî- 
nes, etc. 
Etc. 



Matière qu'ils emploient 
pour les faire. 



Bois. 

Cuir. 

Poil de lièvre , poil de 
castor, drap, cuir, etc. 
Drap, toile, etc. 

Pierre, chaux, sable, etc. 

Bois, fer, acier, cuivre,etc. 

Cuivre, fer, acier, or, ar- 
gent, etc. 
Or, argent, etc. 

Etc. 



Les menuisiers sont des ouvriers. Les ouvrages qu'ilsfont s'appellent meubles. 
Ces meubles sont : des bancs, des tables, des commodes, des lits, etc. Le bois 
est la matière qu'ils emploient pour les faire. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Qu'est-ce que les menuisiers? 
Ce sont des ouvriers. 
Quel genre d'ouvrages font-ils ? 
Ils font des meubles. 
Quels sont ces meubles ? 

Ce sont des bancs, des tables, des commodes, des lits, etc. 
Quelle matière emploient-ils pour les faire ? 
C'est le bois. 
Etc. 



KBSIÏGSEMKHT.— P. 



14 







510 



EXERCICE SUR LES MEUBLES. 



LEÇON 249. 



EXERCICE SUR LES MEUBLES. 



Meubles. 



La chaise. 
Le fauteuil. 
Le lit. 

La commode. 
L'armoire. 
La table. 
Le pupitre. 
Le buffet 
Le banc. 



A quoi ils servent. 



A s'asseoir. 

A s'asseoir. 

A se coucher et à dormir. 

A écrire et à serrer les papiers et l'argent etc. 

A enfermer les habits, le linge, etc. 

A écrire ou à prendre les repas , etc. 

A supporter les livres, les cahiers. 

A serrer les provisions, les couverts , etc. 

A s'asseoir. 



La chaise est un meuble qui sert à s'asseoir. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Qu'est-ce que la chaise ? 
C'est un meuble qui sert à s'asseoir. 
Etc. 






EXERCICE SUR CERTAINS OBJETS TRÈS-UTILES. 



211 



LEÇON 250. 



EXERCICE SUR CERTAINS ORJETS TRÈS-UTILES. 



Objets 
très -utiles. 



Un lit. 

Un parapluie. 

Un parasol. 

Un fusil. 
Un pistolet. 

Une montre. 

Une pendule 
à poids. 



A quoi ils servent. 



A se coucher et à 
dormir. 

A se garantir de la 
pluie. 

A se garantir du so- 
leil. 

A chasser ou à tirer 
sur l'ennemi. 

A tirer sur l'ennemi 
et à se défendre con- 
tre les assassins. 

A marquer les heures. 

A marquer et à sonner 
les heures. 



Parties dont ils sont composés. 



Le bois ou le fer du lit, la paillasse ou 
le sommier , le matelas , les draps de 
lit, les couvertures, le traversin. 

La canne, la poignée de la canne, le bout 
de la canne, les baleines, le taffetas, le 
ressort. 

La canne, la poignée de la canne, le bout 
de la canne, les baleines, le taffetas, le 
ressort. 

La culasse, le canon, la batterie, le bassi- 
net, la détente, la baguette. 

La culasse, le canon, la batterie, le bassi- 
net, la, détente, la baguette. 

Le boîtier, le verre, le cadran, les ai- 
guilles, le mouvement. 

La caisse, le mouvement, le cadran, les 
aiguilles, les poids. 



Un lit est un objet très-utile. Il sert à se coucher et à dormir. Les parties dont 
il est composé sont: le bois ou le fer du lit, la paillasse, le matelas, les draps de 
lit, les couvertures, le traversin. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Un lit est-il un objet très-utile ? 
Oui. 

A quoi sert-il ? 
A se coucher et à dormir. 
Quelles sont les parties dont il est composé ? 

Ce sont : le bois ou le fer du lit, la paillasse ou le sommier , le matelas , les 
draps de lit , les couvertures, le traversin. 
Etc. 



212 



INSTRUMENTS ET ARMES BLANCHES. 



LEÇON 251 



EXERCICE SUR CERTAINS INSTRUMENTS, ET SUR CERTAINES 
ARMES RLANCHES. 



Un couteau. 

Un canif. 

Un rasoir. 
Un sabre. 



Une épée. 
Etc. 



Ce que c'est. 



Instrument tran- 
chant. 



Instrument tran- 
chant. 



Instrument tran- 
chant. 
Arme blanche. 



Arme blanche. 



Pièces qui Je composent 
ou qui en dépendent. 



1° Le manche ; 2° la 
lame ; 3° le ressort. 



1° Le manche; 2° la 
lame ; 3° le ressort. 



1° Le manche ; 2° la 

lame. 
1° La poignée ; 2° la 

lame ; 3° le fourreau; 

4° le baudrier. 

1° La poignée; 2" la 
lame ; 3° le fourreau ; 
4° le baudrier. 



A quoi elles servent. 



1° A contenir la lame; 
2° à couper le pain, 
la viande; 3° à tenir 
le couteau fermé ou 
ouvert. 
1° A contenir la lame ; 
2° à tailler les plu- 
mes; 3° à tenir le 
canif ferméou ouvert. 
1° à contenir la lame ; 

2° à se raser. 
1° A manier l'arme ; 
2" à se battre; 3° à 
contenir la lame; 4° à 
porter l'arme au côté. 
1° A manier l'arme ; 
2° à se battre ; 3° à 
contenir la lame ; 4° à 
porter l'arme au côté. 
Un couteau est un instrument tranchant. 

Il y a trois pièces qui le composent. Ce sont : le manche, la lame et le ressort. 
Le manche sert à contenir la lame ; la lame sert à couper le pain , la 
viande, etc. ; le ressort sert à tenir le couteau fermé ou ouvert. 
Etc. 

DIALOGUE. 
Qu'est-ce qu'un couteau ? 
C'est un instrument tranchant. 
Combien y a-t-il de pièces qui le composent? 
Il y en a trois , qui sont : le manche, la lame et le ressort. 
A quoi sert le manche ? 
A contenir la lame et à manier le couteau. 
A quoi sert la lame ? 
A couper le pain, la viande , etc. 
A quoi sert le ressort ? 
A tenir le couteau fermé ou ouvert. 
Etc. 



EXERCICE SUK LES NOMBRES. 



213 




LEÇON 252. 



EXERCICE SUR LES NOMBRES DEPUIS 1 JUSQU'A 20. 



1 


et ' 


font 


2 


2 


et i 


l font 


3 


3 


et ' 


L font 


4 


4 


et 


l font 


5 


5 


et i 


font 


6 


6 


et i 


font 


7 


7 


et i 


font 


8 


8 


et i 


font 


9. 


9 


et i 


font 


10 


10 


et i 


font 


11 


H 


et ' 


font 


12 


12 


et 


l font 


13 


13 


et ' 


font 


14 


14 


et i 


font 


15 


15 


et i 


font 


16 


16 


et i 


font 


17 


17 


et 


l font 


18 


18 


et ' 


1 font 


19 


19 


et i 


l font 


20 






LEÇON 253. 



EXPLICATION DES NOMBRES DEPUIS 11 JUSQU'A 19. 



Onze. 



Douze. 



Treize. 



11. 



12. 



13. 



10 égale dix, ou une dizaine. 
1 = une fois un, ou une unité. 
/ 10 = dix, ou une dizaine. 
( 2 = deux fois un, ou deux unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 
3 = trois fois un, ou trois unités. 






I 



214 



EXERCICE SUR LES NOMBRES. 



Quatorze. 

Quinze. 

Seize. 

Dix-sept. 

Dix-huit. 

Dix- neuf. 



14. 



15. 



16. 



17. 



18. 



19. 



10 = dix, ou une dizaine. 

4 = quatre fois un, ou quatre unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 

5 = cinq fois un, ou cinq unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 

6 = six fois un, ou six unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 

7 = sept fois un, ou sept unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 

8 = huit fois un, ou huit unités. 
10 = dix, ou une dizaine. 

9 = neuf fois un , ou neuf unités. 



Dans le nombre 11, il y a 10 et 1. 
10 et 1 font H. 
Etc. 

Dans le nombre onze, il y a dix, ou une dizaine, et une fois un, ou une unité. 
Une dizaine et une unité font le nombre onze. 
Etc. 



LEÇON 254. 



EXPLICATION DES NOMBRES 20, 30 , 40 , 50, 60 , 70, 80, 90. 



Vingt 


20 = 


2 fois 10 


, ou deux dizaines. 


Trente 


30 = 


3 fois 10 


, ou trois dizaines. 


Quarante 


40 == 


4 fois 10 , 


ou quatre dizaines 


Cinquante 


50 = 


5 fois 10, 


ou cinq dizaines. 


Soixante 


60 = 


6 fois 10, 


ou six dizaines. 


Soixante-dix 


70 = 


7 fois 10 , 


ou sept dizaines. 


Quatre-vingts 


80 = 


8 fois 10, 


ou huit dizaines. 


Quatre-vingt-dix 


90 = 


9 fois 10 , 


ou neuf dizaines. 


Dans le nombre 20, il y a 


10 et 10. 






10 et 10 font 20. 








Etc. 









■■ 



EXERCICE SUR LES NOMBRES. 

Dans le nombre vingt, il y a deux fois dix, ou deux dizaines. 
Deux dizaines font le nombre vingt. 
Etc. 

QUESTIONNAIRE. 



215 



Combien y a-t il de fois 10 dans le nombre 20? 

Il y a 2 fois. 

Combien font 10 et 10? 

10 et 10 font 20. 

Dans le nombre vingt, combien y a-t-il de dizaines? 

11 y a deux dizaines. 
Combien font deux dizaines? 
Deux dizaines font vingt. 

Etc. 



LEÇON 255. 



COMMENT ON ARRIVE AUX NOMBRES 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90. 



9 




19 


29 




39 




49 


1 




1 


1 




1 




1 


10 




20 


30 




40 




50 


59 




69 


79 




89 




99 


1 




1 


1 




1 




1 


60 




70 


80 




)0 




100 




9 


et i 




font 




10. 






19 


et 




font 




20. 






29 


et 




font 




30. 






39 


et i 




font 




40. 






49 


et i 




font 




30. 






59 


et 




font 




60. 






69 


et i 




font 




70. 






79 


et ', 




font 




80. 






89 


et i 




font 




90. 






99 


et i 




font 




100. 








216 



EXERCICE SUR LES NOMBRES. 



LEÇON 256. 



EXPLICATION DES NOMBRES 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107 

108, 109. 



Cent un 


101 


j 100 


Cent deux 


102 


l 100 

- J 2 


Cent trois 


103 


i 100 
_ î 3 


Cent quatre 


104 


/ 100 

_ ( 4 


Cent cinq 


105 


( 100 

- ( 5 


Cent six 


106 


( 100 
= 1 6 


Cent sept 


107 


< 100 

= 1 7 


Cent huit 


108 


j 100 

_ ( 8 


Cent neuf 


109 


| 100 
~~ 1 9 



une fois cent, ou une centaine, 
une fois un, ou une unité, 
une fois cent, ou une centaine, 
deux fois un, ou deux unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
trois fois un, ou trois unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
quatre fois un, ou quatre unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
cinq fois un, ou cinq unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
six fois un, ou six unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
sept fois un, ou sept unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
huit fois un, ou huit unités, 
une fois cent, ou une centaine, 
neuf fois un, ou neuf unités. 



Dans le nombre 101, il y a 100 et 1. 
100 et 1 font 101 . 
Etc. 



Dans le nombre cent un, il y a une centaine et une unité. 
Une centaine et une unité font le nombre cent un. 
Etc. 



EXERCICE SUR LES NOMBRES. 



217 



LEÇON 257. 



COMMENT, DU NOMBRE 109, ON ARRIVE AU NOMRRE HO', 
ET EXPLICATION DES NOMBRES SUIVANTS. 



109. 
1. 



Cent dix HO. 

Cent onze 1 1 1 . 

Cent douze 112. 

Cent treize 113. 

Cent quatorze H 4. 

Cent quinze 115. 
Etc. 



109 et 1 font 110. 

100 une centaine. 
10 une dizaine. 

1 une unité. 
100 une centaine. 

10 une dizaine. 

2 deux unités. 
100 une centaine. 

10 une dizaine. 

3 trois unités. 
100 une centaine. 

10 une dizaine. 

4 quatre unités. 
100 une centaine. 

10 une dizaine. 

5 cinq unités. 



SI 

m 






Dans le nombre 111, il y a 100, 10 et 1. 
100, 10 et 1 font 111. 

Etc. 



Dans le nombre cent onze, il y a une centaine, une dizaine et une unité. 
Une centaine, une dizaine et une unité font le nombre cent onze. 
Etc. 






218 



EXERCICE SUR LES NOMBRES. 



LEÇON 258. 



EXPLICATION DES NOMBRES HO, 120, 130, 140, 150, 160, 170, 180, 190. 



Cent dix 
Cent vingt 
Cent trente 
Cent quarante 
Cent cinquante 
Cent soixante 



110 
120 
130 
140 
150 
160 



= i 






Cent soixante et dix 170 = 
Cent quatre-vingts 180 = 
Cent quatre-vingt-dix 190 = 



100 = une centaine. 
10 = une dizaine. 

100 = une centaine. 

20 = deux dizaines. 

100 = une centaine. 

30 = trois dizaines. 
100 = une centaine. 

40 = quatre dizaines. 
100 = une centaine 

50 = cinq dizaines. 
100 = une centaine. 

60 = six dizaines. 
100 -= une centaine. 

70 = sept dizaines. 
100 = une centaine. 

80 sa huit dizaines. 
100 = une centaine. 

90 = neuf dizaines. 



Dans le nombre 110, il y a 100 et 10. 
100 et 10 font 110. 
Etc. 



Dans le nombre cent dix , il y a une centaine et une dizai 
Une centaine et une dizaine font le nombre cent dix 
Etc. 



ne. 



m 



«il 



NOMS DES NOMBRES. 



LEÇON 259. 



COMMENT ON ARRIVE AUX NOMBRES 200, 300, 400, 500, 600, 700, 

800, 900, 1,000. 



199 




1 1 

299 




1 1 
399 




n ii 

499 599 


1 




1 




1 

400 




1 1 


200 


300 


500 600 


1 1 

699 




1 1 
799 




1 1 

899 




999 


1 




1 




1 




1 


700 




800 




900 




1000 


199 


et 


1 


font 


200 


— 


deux cents. 


299 


et 


1 


font 


300 


= 


trois cents. 


399 


et 


1 


font 


400 


= 


quatre cents. 


499 


et 


1 


font 


500 


= 


cinq cents 


599 


et 


1 


font 


600 


= 


six cents. 


699 


et 


1 


font 


700 


== 


sept cents. 


799 


et 


1 


font 


800 


= 


huit cents. 


899 


et 


1 


font 


900 


= 


neuf cents. 


999 


et 


1 


font 


1000 


— 


mille. 



LEÇON 260. 



NOMS DES NOMBRES DEPUIS 1,000 JUSQU'A 200,000,000. 



1 ,000 = mille. 

2,000 =c deux mille. 

Etc. 

10,000 = dix mille. 

11,000 = onze mille. 
Etc. 



■ 



EXPLICATION DES NOMBRES. 



■ 



20,000 

21,000 

Etc. 


= 


vingt mille 
vingt-un mille. 


100,000 


= 


cent mille. 


200,000 
Etc. 


= 


deux cent mille. 


1,000,000 


= 


un million. 


2,000,000 
Etc. 


— 


deux millions. 


10,000,000 


= 


dix millions. 


11,000,000 
Etc. 


= 


onze millions. 


100,000,000 

200,000,000 

Etc. 


= 


cent millions, 
deux cent millions 


LEÇON 261. 



COMMENT ON ARRIVE AUX NOMBRES 2,000, 10,000, 20,000, etc. 



H 





1,999 
1 




i ii 
9,999 
1 




2,000 




10,000 




1 1 h 
99,999 
1 




111 II 

199,999 
1 




100,000 




200,000 




< III 11 
1,999,999 
1 




1 M! Il 

9,999,999 
1 




2,000,000 




10,000,000 


1,999 


et 1 


font 


2,000 


9,999 

19,999 

99,999 

199,999 

1,999,999 

9,999,999 

99,999,999 


et 1 
et 1 
et 1 
et 1 
et 1 
et 1 
et 1 


font 
font 
font 
font 
font 
font 
font 


10,000 

20,000 

100,000 

200,000 

2,000,000 

10,000.000 

100,000,000 



11 11 
19,999 
1_ 

20,000 

m ii 
299,999 
i_ 

300,000 

ii m ii 

99,999,999 

1 

100,000,000 

= deux mille. 

= dix mille. 

= vingt mille. 

— cent mille. 

= deux cent mille. 

= deux millions. 

= dix millions. 

= cent millions. 




CHIFFRES ARABES. — CHIFFRES ROMAINS. 



221 



LEÇON 262. 



DÉCOMPOSITION DES NOMBRES. 



124,795,824 

100,000,000 

20,000,000 

4.000,000 

700,000 

90,000 

5,000 

800 

20 

4_ 

124,795,824 



Ainsi 



cent millions, 
vingt millions, 
quatre millions, 
sept cent mille, 
quatre-vingt-dix mille, 
cinq mille, 
huit cents, 
vingt, 
quatre. 

cent vingt-quatre millions, sept cent 
quatre-vingt-quinze mille , huit cent 
vingt-quatre. 

249,543,674 

46,679,326 

5,543,497 

450,042,456 

4,006,372 

676,234 

49,007 

Etc. 



I 



LEÇON 263. 



CONVERSION DES CHIFFRES ARABES EN CHIFFRES ROMAINS. 



CHIFFRES ARABES. 

4 

2 
3 

4 



CHIFFRES ROMAINS. 

I 

II 

III 

IV 






222 






CHIFFRES ARABKS. 


— CHIFFRES ROMAINS 


5 




V 


6 




VI 


7 




vn 


8 




vin 


9 




IX 


10 




X 


H 




XI 


12 




XII 


13 




XIII 


14 




XIV 


15 




XV 


16 




XVI 


17 




XVII 


18 




XVIII 


19 




XIX 


20 




XX 


LEÇON 264. 





CONVERSION DES CHIFFRES ARABES EN CHIFFRES ROMAINS (suite) 






CHIFFRES ARABES. 


CHIFFRES ROMAINS 


21 


XXI 


22 


XXII 


23 


xxm 


24 


xxrv 


25 


XXV 


26 


XXVI 


27 


XXVH 


28 


XXV1IJ 


29 


XXIX 


30 


XXX 


Etc. 


Etc. 


40 


XL 


50 


L 


60 


LX 


70 


LXX 






CONVERSION DES SOUS EN CENTIMES. 



80 


LXXX 


90 


xc 


100 


G 


200 


ce 


300 


CGC 


400 


CD 


500 


D 


600 


DC 


700 


DCC 


800 


DCCC 


900 


CM 


Mille. 


M 



LEÇON 265. 



22:3 






CONVERSION DES SOUS EN CENTIMES. 



6 

7 

8 

9 

10 

11 

12 

13 

14 

15 

16 

17 

18 

19 

20 



sou 

sous 

sous 

4 sous 

5 sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 
sous 



5 centimes. 

10 centimes. 

15 centimes. 

20 centimes. 

25 centimes 

30 centimes. 

35 centimes. 

40 centimes. 

45 centimes. 

50 centimes. 

55 centimes. 

60 centimes. 

65 centimes. 

70 centimes. 

75 centimes. 

80 centimes 

85 centimes. 

90 centimes. 

95 centimes. 

100 centimes. 



= Un décime. 

= Deux décimes. 

= Trois décimes. 

= Quatre décimes. 

=s Cinq décimes. 

— Six décimes. 

= Sept décimes. 

= Huit décimes. 

= Neuf décimes. 

= Dix décimes. = Un franc. 









224 



UNITÉS DÉCIMALES. 



LEÇON 266. 



Unités décimales. 



Le mètre. 
Le litre. 
Le gramme. 
Le stère. 
L'are. 



UNITÉS DÉCIMALES. 



A quoi elles servent. 



A mesurer le drap, la toile, etc. 

A mesurer les grains, les liquides, etc. 

A peser. 

A mesurer le bois. 

A mesurer les terrains. 



Le mètre est une unité décimale qui sert à mesurer le drap, la toile, etc. 
Etc. 

DIALOGUE. 
Qu'est-ce que le mètre? 

C'est une unité décimale qui sert à mesurer le drap, la toile, etc 
Etc. 



LEÇON 267. 



Unités décimales. 



UNITÉS DÉCIMALES (suite). 



Divisions et subdivisions. 



Le mètre = 10 décimètres = 100 centimètres = 1,000 milli- 

mètres 
Le litre = 10 décilitres = 100 centilitres. 

Le gramme = 1Q décigrammes = 100 centigrammes = 1,000 

milligrammes. 
Le stère = 10 décistères = 100 centistères. 

Le mètre se divise en 10 décimètres, ou en 100 centimètres, ou en 1,000 milli- 
mètres. 

Etc. 






■■ 



■ 



UNITÉS DÉCIMALES. 



225 



DIALOGUE. 

Comment divise-t-on le mètre? 
On le divise en -10 décimètres. 
Comment divise-t-on encore le mètre? 
On le divise encore en 100 centimètres. 
Comment divise-t-on encore le mètre? 
On le divise encore en 1 ,000 millimètres. 
Etc. 



LEÇON 2G8. 



UNITÉS DÉCIMALES (suite). 



m 



On divise le mètre en 10 parties égales , et chacune de ces parties s'appelle 
décimètre. 

On divise le mètre en iOO parties égales, et chacune de ces parties s'appelle 
centimètre. 

On divise le mètre en 1,000 parties égales, et chacune de ces parties s'appelle 
millimètre. 

On divise le litre en 10 parties égales, et chacune de ces parties s'appelle dé- 
cilitre. 

On divise le litre en 100 parties égales , et chacune de ces parties s'appelle 
centilitre. 

On divise le gramme en 10 parties égales, et chacune de ces parties s'appelle 
décigramme. 

On divise le gramme en 100 parties égales, et chacune de ces parties s'appelle 
centigramme. 

On divise le gramme en 1 ,000 parties égales, et chacune de ces parties s'ap- 
pelle milligramme. 

On divise le stère en 10 parties égales , et chacune de ces parties s'appelle 
décistère. 

On divise le stère en 100 parties égales, et chacune de ces parties s'appelle 
centistère. 



I 



tKIKIGNEMIKT. — P. 



13 






226 



UNITÉS DÉCIMALES. — LEURS MULTIPLES. 



DIALOGUE RELATIF A LA LEÇON PRÉCÉDENTE. 

Comment divise-t-on le mètre? 
On le divise en 10 parties égales. 
Comment s'appelle chacune de ces parties ? 
Elle s'appelle décimètre. 
Qu'est-ce donc qu'un décimètre? 
C'est la 10« partie d'un mètre. 

Divise-t-on aussi le mètre en 100 parties égales? 

Oui. 

Comment s'appelle chacune de ces parties? 

Elle s'appelle centimètre ? 

Qu'est-ce donc qu'un centimètre ? 

C'est la 100° partie d'un mètre. • 

Divise-t-on encore le mètre en 1,000 parties égales ? 
Oui. 

Comment s'appelle chacune de ces parties ? 
Elle s'appelle millimètre. 
Qu'est-ce donc qu'un millimètre ? 
C'est la 1,000 e partie d'un mètre. 
Etc. %- 



LEÇON 269. 



UNITÉS DÉCIMALES. - LEURS MULTIPLES. 



Unités décimales. 

Mètre. 
Litre. 
Gramme. 
Stère. 



Leurs multiples. 



Décamètre (10 mètres), hectomètre (100 mètres), 

kilomètre (1000 mètres). 
Décalitre (10 litres) , hectolitre (100 litres) , kilolitre 

(1000 litres). ' 

Décagramme (10 grammes) , hectogramme (100 

grammes), kilogramme (1000 grammes). 
Décastère (10 stères). 



■I 



1H 



je 






PRONOMS CONJONCTIFS. 



227 



Le mètre est une unité décimale. Ses multiples sont le décamètre , qui vaut 
10 mètres ; l'hectomètre, qui vaut! 00 mètres , et le kilomètre, qui vaut 1,000 
mètres. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Qu'est-ce que le mètre ? 
C'est une unité décimale. 
Quels sont les multiples du mètre ? 
Ce sont le décamètre, l'hectomètre, le kilomètre. 
Combien le décamètre vaut-il de mètres? 
Le décamètre vaut 10 mètres. 
Combien l'hectomètre vaut-il de mètres? 
L'hectomètre vaut 100 mètres. 
Combien le kilomètre vaut-il de mètres? 
Le kilomètre vaut 1,000 mètres. 
Etc. 



CHAPITRE VII. 



PRONOMS CONJONCTIFS. 
NOMS POSSESSIFS. - 



- PRONOMS DÉMONSTRATIFS. — PRO- 
ADJECTIFS ET PRONOMS INDÉFINIS. 



LEÇON 270. 



PRONOMS CONJONCTIFS « LEQUEL, LAQUELLE, LESQUELS, 
LESQUELLES, QUI ». 

J'ai un crayon ; il est bien tendre. 
J'ai un crayon , lequel est bien tendre. 
J'ai un crayon qui est bien tendre. 

J'ai une ardoise ; elle est bien belle. 
J'ai une ardoise , laquelle est bien belle. 
J'ai une ardoise qui est bien belle. 



M 






228 



APPLICATION DE « QUI » SEULEMENT. 

J'ai des crayons; ils sont bien tendres. 
J'ai des crayons, lesquels sont bien tendres. 
J'ai des crayons qui sont bien tendres. 

J'ai des ardoises ; elles sont bien belles. 
J'ai des ardoises, lesquelles sont bien belles. 
J'ai des ardoises qui sont bien belles. 



EXERCICE. 

Diclei un grand nombre de phrases semblables à celles ci-dessous, en vous servant des noms 
des élèves et des objets qu'ils possèdent. 



Paul a un chapeau ; il est noir. 
Paul a une casquette; elle est verte. 



Paul a des gants ; ils sont jaunes. 

Paul a des mitaines; elles sont noires. 

Pauline a des pendants ; ils sont jolis. 

Pauline aune montre ; elle est belle. 

Pauline a une poupée ; elle est pe- 
tite. 

Pauline a des images; elles sont 
belles. 

Pauline a un étui ; il est noir. 

Pauline a un dé ; il est petit. 



Paul a un chapeau, lequel est noir. 
Paul a un chapeau qui est noir. 
Paul a une casquette , laquelle est 
verte. 

Paul a une casquette qui est verte. 
Etc. 






LEÇON 271 



APPLICATION DE « QUI » SEULEMENT. 



I 



{ Paul est un garçon ; il est bien studieux. 
< Paul est un garçon qui est bien studieux. 



! 



Pauline est une fille ; elle est bien studieuse. 
Pauline est une fdle qui est bien studieuse. 



APPLICATION DE (( QUI )) SEULEMENT. 



229 



Paul et Jean sont des garçons ; ils sont bien studieux. 
Paul et Jean sont des garçons qui sont bien studieux. 

Pauline et Jeanne sont des filles ; elles sont bien studieuses. 
Pauline et Jeanne sont des filles qui sont bien studieuses. 



DIALOGUE. 

Paul est-il un garçon? 
Oui. 

Est-il bien studieux ? 
Oui. 

Paul est-il un garçon qui est bien studieux ? 
Oui. 

Qu'est-ce que Paul? 

Paul est un garçon qui est bien studieux. 
Etc. 



EXERCICE. 



Faites continuer cet exercice en parlant des élèves, et, pour le rendre plus utile, laissez aux 
enfants le soin de composer eux-mêmes ces sortes de phrases. 



Paul est un garçon ; il est bien stu- 
dieux. 

Paul est un garçon ; il est très-sage. 

Pauline est une fille; elle est très- 
pieuse. 

Paul et Jean sont des garçons ; ils 
sont très-doux. 

Pauline est une fille ; elle est très- 
obéissante. 

Pauline et Jeanne sont des filles ; elles 
sont très-polies. 

Paul est un garçon ; il est bien appli- 
qué. 

Paul et Jean sont des garçons; ils 
sont bien propres. 

Pauline est une fille ; elle est bien 
soumise. 

Pauline et Jeanne sont des filles; 
elles sont très-sages. 



Paul est un garçon qui est bien stu- 
dieux. 
Etc. 






230 



NOUVELLE APPLICATION DE C QUI ». 



LEÇON 272. 

NOUVELLE APPLICATION DE « QUI ». 

Paul est un garçon; il est très-sage, il s'applique beaucoup, et il fait 
beaucoup de progrès. 

Paul est un garçon qui est très-sage, qui s'applique beaucoup, et qui fait 
beaiicoup de progrès. 

Pauline est une fille ; elle est très-sage, elle s'applique beaucoup, et elle 
fait beaucoup de progrès. 

Pauline est une fille qui est très-sage, qui s'applique beaucoup, et qui 
tait beaucoup de progrès. 

Paul et Jean sont des garçons ; ils sont très-sages, ils s'appliquent beau- 
coup, et ils font beaucoup de progrès. 

Paul et Jean sont des garçons qui sont très sages, qui s'appliquent beau- 
coup, et qui font beaucoup de progrès. 

Pauline et Jeanne sont des filles; elles sont très-sages, elles s'appliquent 
beaucoup, et elles font beaucoup de progrès. 

Pauline et Jeanne sont des filles qui sont très-sages , qui s'appliquent 
beaucoup, et qui font beaucoup de progrès. 

DIALOGUE. 
Paul est-il un garçon ? 
Oui. 

Est-il très-sage ? 
Oui. 

S'applique-t-il beaucoup ? 
Oui. 

Fait-il beaucoup de progrès ? 
Oui. 

Paul est-il un garçon qui est très-sage, qui s'applique beaucoup, et qui fait 
beaucoup de progrès? 
Oui. 

Qu'est-ce que Paul ? 

Paul est un garçon qui est très-sage, qui s'applique beaucoup, et qui fait beau- 
coup de progrès. 
Etc. 






PRONOMS CONJONCTIFS. 



231 



EXERCICE. 



Voyez l'observation de l'exercice qui suit la leçon 271. 



Paul est un garçon ; il est très-sage, 
il s'applique beaucoup , et il fait beau- 
coup de progrès. 

Jacques est un garçon ; il est très- 
paresseux, il ne s'applique pas du tout, 
il n'étudie jamais. 

Louis est un garçon ; il est très-mé- 
chant, il frappe très-souvent ses cama- 
rades, il les insulte aussi très-souvent. 

Pauline est une fille; elle est très- 
sage , elle a beaucoup d'application , et 
elle profite aussi beaucoup. 

Pauline et Jeanne sont des filles; 
elles sont très-appliquées, elles étudient 
toujours bien, et elles récitent aussi 
parfaitement leurs leçons. 

Pauline est une fille ; elle est très- 
pieuse, elle a beaucoup de modestie, et 
elle travaille bien. 



Paul est un garçon qui est très-sage, 
qui s'applique beaucoup et qui fait 
fait beaucoup de progrès. 

Etc. 



al 



LEÇON 273. 



PRONOMS CONJONCTIFS « DONT, DUQUEL, DE LAQUELLE, 
DESQUELS, DESQUELLES ». 



Le paon est un oiseau ; sa tête est surmontée d'une belle aigrette. 

Le paon est un oiseau dont la tête est surmontée d'une belle aigrette. 

Le paon est un oiseau; on remarque une belle aigrette sur sa tête. 

Le paon est un oiseau sur la tête duquel on remarque une belle aigrette. 

La rose est une fleur ; son odeur est très-agréable. 

La rose est une'fleur dont l'odeur esUrès-agréable. 

La rose est une fleur; une odeur très-agréable s'exhale de ses feuilles. 

La rose est une fleur des feuilles de laquelle s'exhale une odeur très-agréable. 






NI 



232 



PBONOMS CONJONCTIFS. 



Les paons sont des oiseaux ; leur tête est surmontée d'une belle aigrette 
Les paons sont des oiseaux dont la tête est surmontée d'une belle aigrette 
Les paons sont des oiseaux; on remarque une belle aigrette sur leur tête ' 

aigrette 13 " " 5 ^ ^ ^^ "" * *" *^ /S ° n remarque une belle 

Les roses sont des fleurs ; leur odeur est très-agréable. 

Les roses sont des fleurs dont l'odeur est très-agréabte 

Les roses sont des fleurs ; une odeur très-agréable.s'exhale de leurs feuilles 

ag^ble." 8 S ° nt deS flGUrS deS fCUilIeS deSqUdkS S ' exhale Une odeui> «» 



EXERCICE. 



Le lion est un animal ; sa démarche 
est fiere. 

Le rhinocéros est un quadrupède • 
on remarque une longue corne sur son 
nez. 



L'aigle est un oiseau ; ses ailes sont 
très-grandes. 

Le papillon est un insecte ; on re- 
marque de belles antennes sur sa tête. 

Les bœufs sont des animaux; leurs 
cornes sont très-longues. 

Les lièvres sont des quadrupèdes ; ' 
leurs oreilles sont très-longues. 

Le coq est un oiseau; on remarque 
une belle crête sur sa tête. 

L'éléphant est un quadrupède : son 
corps est très-gros. 



Le lion est un animal dont la démar- 
che est fière. 

Le rhinocéros est un quadrupède sur 
le nez duquel on remarque une longue 
corne. 

Ei 



















PRONOMS CONJONCTIFS. 




233 




LEÇON 274. 









PRONOMS CONJOaCTIFS a AUQUEL, A LAQUELLE, AUXQUELS, 
AUXQUELLES, A QUI ». 

Qui, précédé d'une préposition , ne se dit que des personnes ou des choses personnifiées. 

Paul a un serin ; il lui donne de grands soins. 
Paul a un serin auquel il donne de grands soins. 
Paul a un frère ; il lui confie tous ses secrets. 
Paul a un frère à qui il confie tous ses secrets. 

Paul a une serine; il lui donne de grands soins. 
Paul a une serine à laquelle il donne de grands soins. 
Paul a une sœur; il lui confie tous ses secrets. 
Paul a une sœur à qui il confie tous ses secrets. 

Paul a des serins; il leur donne de grands soins. 
Paul a des serins auxquels il donne de grands soins. 
Paul a des frères ; il leur confie tous ses secrets. 
Paul a des frères à qui il confie tous ses secrets 

Paul a des serines; il leur donne de grands soins. 
Paul a des serines auxquelles il donne de grands soins. 
Paul a des sœurs; il leur confie tousses secrets. 
Paul a des sœurs à qui il confie tous ses secrets. 

EXERCICE. 



Afin de fortifier les élèves dans l'application des pronoms conjonctifs , il convient de faire , 
après cet exercice, ce qui est conseillé pour les précédents. 



Paul a un oiseau; il lui donne de 
grands soins. 

Paul a rencontré un pauvre; il lui a 
donné un sou. 

Paul a rencontré un aveugle ; il lui 
a donné du pain. 

Jean a attrapé un papillon ; il lui a 
arraché les ailes. 



Paul a un oiseau auquel il donne de 
grands soins. 

Paul a rencontré un pauvre à qui il a 
donné un sou. 
Etc. 



I 



w 



234 



PRONOM CONJONCTIF « QUE 



Jean a acheté des oiseaux ; il leur a 
coupé les ailes. 

Pauline a rencontré une femme aveu- 
gle ; elle lui a donné de l'argent. 

Un monsieur a rencontré des sourds- 
muets; il leur a donné des images. 

Une dame a trouvé une petite fille ; 
elle lui a donné un gâteau. 



LEÇON 275. 



PRONOM CONJONCTIF « QUE ». 

Paul achètera un lapin , et il le mettra dans la cave. 
Paul achètera un lapin qu'il mettra dans la cave. 

Paul achètera une lapine, et il la mettra dans la cave. 
Paul achètera une lapine qu'il mettra dans la cave. 

Paul achètera des lapins , et il les mettra dans la cave. 
Paul achètera des lapines qu'il mettra dans la cave. 

Paul achètera des lapins, et il Us mettra dans la cave. 
Paul achètera des lapines qu'il mettra dans la cave. 



LEÇON 276. 



ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ AVEC LE PRONOM CONJONCTIF a QUE,. 

Paul a acheté un lapin, et il /'a mis dans la cave. 
Paul a acheté un lapin Qu'il a mis dans la cave. 

Paul a acheté une lapine, et il /'a miss dans la cave. 
Paul a acheté une lapine Qu'il a misE dans la cave. 



*3 

ir 



PRONOM CONJONCTIF « QUE S. 235 

Paul a acheté des lapins, et il les a mis dans la cave. 
Paul a acheté des lapins Qu'il a mis dans la cave. 

Paul a acheté des lapines, et il les a misEs dans la cave. 
Paul a acheté des lapines Qu'il a misEs dans la cave. 



EXERCICE. 



Dictez des phrases semblables à celles ci-dessous , et engagez les élèves à en composer eux- 
mêmes, afin de les fortifier dans l'emploi des pronoms conjonctifs. 



Paul achètera un lapin et il le mettra 
dans la cave. 

Paul a acheté un lapin et il l'a mis 
dans la cave. 

Paul a acheté un oiseau et il l'a enfer- 
mé dans une cage. 

Paul a attrapé des oiseaux et il les a 
enfermés dans une cage. 

Paul achètera des images et il les 
mettra dans un livre. 

Paul a acheté des images et il les a 
mises dans un livre. 

Paul attrapera des oiseaux et il les 
apprivoisera. 

Paul a apprivoisé des serins et il les 
a gardés dans sa maison. 



Paul achètera un lapin qu'il mettra 
dans la cave. 

Paul a acheté un lapin qu'il a mis 
dans la cave. 
Etc. 



AUTRE EXERCICE. 



Paul a un serin ; 

il est jaune ; 

son chant est très-agréable ; 

il l'aime beaucoup, 

et il lui donne de grands soins. 

Jean a un lapin; 

il l'a acheté ; 

il est blanc ; 

il est apprivoisé ; 

il le soigne beaucoup ; 

et il lui donne du pain et des choux. 



Paul a un serin ; 

qui est jaune ; 

dont le chant est très-agréable ; 

qu'il aime beaucoup; 

et auquel il donne de grands soins. 

Etc. 






236 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 



Pauline a une poupée ; 

elle est très-jolie; 

elle porte une helle robe; 

son chapeau est vert; 

elle l'aime bien; 

et elle lui fait souvent des caresses. 



Jeanne a une petite sœur; 

elle est très-sage ; 

elle étudie bien; 

la maîtresse la caresse souvent ; 

et lui donne aussi souvent des images. 



LKÇON 277. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS 



« CELUI, CELLE, CEUX, CELLES ». 



Paul a un chapeau noir, Jean a un chapeau gris. 

Le chapeau de Paul est noir ; le chapeau de Jean est gris. 

Le chapeau de Paul est noir ; celui de Jean est gris. 

Pauline a une robe noire. Jeanne a une robe blanche. 

La robe de Pauline est noire; la robe de Jeanne est blanche. 

La robe de Pauline est noire ; celle de Jeanne est blanche. 

Paul a des gants noirs ; Jean a des gants blancs. 

Les gants de Paul sont noirs ; les gants de Jean sont blancs. 

Les gants de Paul sont noirs; ceux de Jean sont blancs. 

Pauline a des mitaines noires; Jeanne a des mitaines blanches 
Les mitaines de Pauline sont noires ; les mitaines de Jeanne sont blanches 
Les mitaines de Paulme sont noires; celles de Jeanne sont blanches 
Etc. 






PRONOMS DEMONSTRATIFS. 



EXERCICE. 



237 



Faites travailler les élèves seuls , sur ce genre d'exercice , qui est très-facile. Ils réussiront 
sûrement , et cela les encouragera. 



Paul. 
Jean. 



Pantalon bleu. 
Pantalon vert. 



Pauline. Robe verte. 
Jeanne. Robe bleue. 



Paul. 
Jean. 



Cravate rouge. 
Cravate jaune. 



Pauline. Bas blancs. 
Jeanne. Bas noirs. 



Paul. 
Jean. 



Billes blanches. 
Billes vertes. 



Pauline. Etui noir. 
Jeanne. Etui jaune. 



Paul. 
Jean. 



Casquette noire. 
Casquette bleue. 



Pauline. Poupée petite. 
Jeanne. Poupée grande. 



Le pantalon de Paul est bleu , 
celui de Jean est vert. 

La robe de Pauline est verte ; 
celle de Jeanne est bleue. 

Etc. 



LEÇON 278. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Il est nécessaire que l'élève sache parfaitement cette leçon, pour qu'il profite de la suivante. 



Le pantalon de Paul est bleu, celui de Jean est vert. 
La robe de Pauline est verte ; celle de Jeanne est bleue. 
Les gants de Paul sont noirs; ceux de Jean sonts verts. 
Les mitaines de Pauline sont noires; celle de Jeanne sont jaunes. 
Etc. 









9 go 

PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 

Le pantalon de Paul est bleu; celui de Jean est vert 

Le pantalon de Paul est de couleur bleue; celui de Jean est de couleur verte 

cou. e eurvete n ^ ^ ^ "! ^ C ° UleUr ""^ Cdui qUe P° rte Jean est d * 
JU couleur du pantalon de Paul est bleue; la couleur de celui de Jean est 

Jea'n tTlZe^ ^^ ^ ^ Pai " - ^ ' h C ° U ' eUr de CeIui *» ^ 



La robe de Pauline, etc. 
Les gants de Paul, etc. 
Les mitaines de Pauline, etc. 
Etc. 



EXERCICE EN FORME DE DIALOGUE. 

^:ts::^ es sachent faire - **» «**-■.****«>-«.*- 






Le pantalon de Paul est bleu; celui de Jean est vert. 

La robe de Pauline est verte; celle de Jeanne est bleue. 

Les gants de Paul sont noirs; ceux de Jean sont verts. 

Les m.taines de Pauline sont noires; celles de Jeanne sont jaunes. 

DIALOGUE. 



Comment est le pantalon de Paul ? 
Il est bleu. 

Comment est celui de Jean ? 
Il est vert. 

De quelle couleur est le pantalon de Paul? 
Il est de couleur bleue. 
De quelle couleur est celui de Jean? 
H est de couleur verte. 

De quelle couleur est le pantalon que porte Paul? 
11 est de couleur bleue. 
De quelle couleur est celui que porte Jean? 
Il est de couleur verte. 
Etc. 



■ 



■ 



PRONOMS DEMONSTRATIFS. 



239 



m 



LEÇON 279. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. — « CELUI-CI, CELUI-LA; CELLE-CI, 
CELLE-LA; CEUX-CI, CEUX-LA; CELLES-CI, CELLES-LA». 

Faites remarquer aux élèves que le pronom celui-ci remplace le deuxième nom , et que le 
pronom celui-là remplace le premier nom. 

Le bœuf et le cheval sont deux quadrupèdes, celui-ci a un corps élégant, celui- 
là a un corps massif. 

La vache et la jument sont des quadrupèdes, celle-ci a un corps élégant, celle- 
là a un corps massif. 

Les bœufs et les chevaux sont des quadrupèdes, ceux-ci ont un corps élégant, 
ceux-là ont un corps massif. 

Les vaches et les juments sont des quadrupèdes, celles-ci ont un corps élégant 
celles-là ont un corps massif. 



EXERCICE. 

Après cet exercice, engagez les élèves à reproduire le discours ci-dessous en parlant de d'au- 
tres quadrupèdes. 



Bœuf Cheval 

Corps massif. — Corps élégant. 



Ane Cheval 

Oreilles longues. — Oreilles courtes. 



Jument Anesse 

Oreilles courtes. — Oreilles longues. 

Bœufs Béliers 

Jambes épaisses. — Jambes minces. 



Cochon Bélier 

Corps gros. — Corps petit. 



Le bœuf et le cheval sont des qua- 
drupèdes. 

Celui-ci a un corps élégant, celui-là 
a un corps massif. 



240 



Lapins 
Queue courte. 

Lapines 
Queue courte. • 

Vache 
Jambes basses. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 



Chats 
• Queue longue. 

Chattes 
Queue longue. 



Jument 
Jambes hautes. 



LEÇON 280. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Avec les phrases de la leçon précédente, continuez le genre d'exercice ci-dessous, qui est 



très-utile. 



Le bœuf et le cheval sont des quadrupèdes. 
Celui-ci a un corps élégant, 
Celui-là a un corps massif. 



Quadrupèdes : 

Animaux qui ont quatre pieds. 

Animaux qui marchent avec quatre pieds. 

Celui-ci a un corps élégant. 

a un corps qui est élégant. 

Le corps de celui-ci est élégant. 

Celui-là a un corps massif. 

a un corps qui est massif. 

Le corps de celui-là est massif. 



Le bœuf et le cheval sont des animaux qui ont quatre pieds. Celui-ci a un corps 
qui est élégant; celui-là a un corps qui est massif. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 



LEÇON 281 




NOUVELLE APPLICATION DES PRONOMS DÉMONSTRATIFS «CELUI-CI, 

CELUI-LA », ETC. 

Mettez sur une table de la classe : 
1° Deux livres : celui de Paul et celui de Jean ; 
2« Deux ardoises : celle de Paul et celle de Jean ; 

3» Plusieurs crayons , dont quelques-uns appartiennent à Paul et les autres à Jean- 
i P us.eurs plumes, dont quelques-unes appartiennent à Paul et les autres à Jean'- 
oo Place, les objets appartenant à Paul plus près de vous que ceux appartenant à'jean ; de 
telle sorte que vous pu.ss.ez employer les pronoms démonstratifs celui-ci, celle-ci, ceux-ci 
celes-a pour des.gner les objets de Pau. , et les pronoms celui-là, celle-là , ceux-là, celles-là 
pour désigner ceux de Jean ; , 

6o Faites bien remarquer aux élèves que celui-ci .etc. ; désigne toujours l'objet le plus près 
et celm-la, etc.; l'objet le plus éloigné. ' H ' 

Les élèves se prêteront avec entrain à ce genre d'exercice qu'on peut varier à l'infini. 

Deux livres sont sur la table. Celui-ci est à Paul, celui-là est à Jean 
Deux ardoises sont sur la table. Celle-ci est à Paul, celle-là est à Jean 
P us.eurs crayons sont sur la table. Ceux-ci sont à Paul, ceux-là sont à Jean 
Plusieurs plumes sont sur la table. Celles-ci sont à Paul , celles-là sont à Jean 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 



A l'aide des synonymies ci-dessous faites transformer les trois 
précédente. 



autres petits textes de la leçon 



Deux livres sont sur la table. 
Celui-ci est à Paul; 
Celui-là est à Jean. 



Deux livres sont sur la table , 
Il y a deux livres sur la table. 

Celui-ci est à Paul ; 
Celui-ci appartient a Paul ; 
Celui-ci est en la possession de Paul. 

«NSIIGMMENT. — P. 



16 






242 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 

Celui-là est à Jean ; 
Celui-là appartient à Jean; 
Celui-là est en la possession de Jean: 



Il y a deux livres sur la table, celui-ci appartient à Paul ; celui-là appartient 
à Jean. 



LEÇON 282. 

EXERCICE EN FORME DE DIALOGUE SUR LA LEÇON 281. 

Deux livres sont sur la table : celui-ci est à Paul, celui-là esta Jean. 
Deux ardoises sont sur la table : celle-ci est à Paul, celle-là est à Jean. 
Plusieurs crayons sont sur la table : ceux-ci sont à Paul, ceux-là sont à Jean. 
Plusieurs plumes sont sur la table : celles-ci sont à Paul, celles-là sont à Jean. 

DIALOGUE. 



Deux livres sont-ils sur la table? 

Oui. 

A qui est celui-ci? 

Celui-ci est à Paul. 

A qui est celui-là? 

Celui-là est à Jean. 

Y a-t-il deux livres sur la table? 
Oui. 

A qui appartient celui-ci? 
Celui-ci appartient à Paul? 
A qui appartient celui-là? 
Celui-là appartient à Jean. 
Etc. 



MÊ 



■■ 



PRONOMS POSSESSIFS. 



243 



LEÇON 283. 

PRONOMS DÉMONSTRATIFS a CECI, CELA ». 

Faites remarquer aux élèves que le pronom ceci s'emploie pour désigner ce dont on va parler 
et le pronom cela pour désigner ce dont on vient de parler. 

Paul déjeunera demain ; il mangera ceci : du pain et du fromage. 
Paul dînera demain ; il mangera ceci : de la soupe, du bouilli e°t une pomme 
Paul goûtera demain ; il mangera du pain et de la confiture, cela lui fera plaisir 
Paul soupera demain ; il mangera du pain et du beurre: il ne mangera nue 
cela. ' 

DIALOGUE. 

Paul déjeunera-t-il demain ? 
Oui, il déjeunera. 
Que mangera-t-il ? 

Il mangera ceci : du pain et du fromage. 
Mangera ; t-il du pain et du fromage? 
Oui, il mangera cela. 
Etc. 



LEÇON 284. 

PRONOMS POSSESSIFS « LE MIEN, LE TIEN, LE SIEN; LA 
MIENNE, LA TIENNE, LA SIENNE; LES MIENS, LES TIENS, 
LES SIENS; LES MIENNES, LES TIENNES, LES SIENNES». 

Trois élèvesvontinitierleurs condisciples à la connaissance de cespronoms. Cesont: Paul Jean 
et Loms qui ont chacun un père bon , une mère bonne, des frères bons , et des sœurs bonnes ' 

Paul joue le rôle de la Ire personne, Jean celui de la 2e, et Louis celui de la 3e 

Or, Paul, .'adressant toujours à Jean, et parlant aussi de Louis qui n'a pas l'air d'y faire atten- 
tion, peut faire les six discours suivants au sujet de chacun de ses parents ■ 

Faites reproduire ces six discours, deux à deux, en parlant de la mère bonne, des frères bons 
et des sœurs bonnes ; il faut que la mimique précède toujours l'écriture , parce que la mimique 
met tout en achon , et qu'il n'y a rien qui donne plus de relief à la pensée, que ce langage si 
éminemment imilatif. b b 

Mon père est bon, ton père est bon, son père est bon. 
Mon père est bon, le tien est bon, le sien est bon. 



w 












244 PRONOMS POSSESSIFS. 

Ton père est bon, mon père est bon, son père est bon. 
Ton père est bon, le mien est bon, le sien est bon. 

Son père est bon, ton père est bon, mon père est bon. 
Son père est bon, le tien est bon, le mien est bon. . 



Ma mère est bonne, etc. 

Etc. 
Mes frères sont bons, etc. 

Etc. 
Mes sœurs sont bonnes, etc. 

Etc. 



LEÇON 285. 

PRONOMS POSSESSIFS « LE NOTRE, LE VOTRE, LE LEUR; LA 
NOTRE, LA VOTRE, LA LEUR; LES tfOTRES , LES VOTRES, 
LES LEURS ». 

Les initiateurs sont beaucoup plus nombreux dans cette leçon que dans la précédente. Au lieu 
de trois élèves seulement, nous allons voir paraître trois groupes qui ont chacun un tableau 
neuf, une table neuve , des crayons neufs , et des plumes neuves. 

Un de ces groupes joue le rôle de la 1« personne , un autre celui de la 2e personne, et l'autre 
celui de la 3«. 

Or, le premier de ces groupes, s'adressant toujours au deuxième, et parlant aussi du troi- 
sième qui n'a pas l'air d'y faire attention , peut faire les six discours suivants au sujet de chacun 
des objets ci-dessous nommés : 

Faites reproduire ces six discours, deux à deux, en parlant de la table neuve, des crayons 
neufs, et des plumes neuves. 



Notre tableau est neuf, votre tableau est neuf, leur tableau est neuf. 
Notre tableau est neuf, le vôtre est neuf, le leur est neuf. 

Votre tableau est neuf, notre tableau est neuf, leur tableau est neuf. 
Votre tableau est neuf, le nôtre est neuf, le leur est neuf. 

Leur tableau est neuf, votre tableau est neuf, notre tableau est neuf. 
Leur tableau est neuf, le vôtre est neuf, le nôtre est neuf. 






mm 



wm 



PRONOMS POSSESSIFS. 



245 



EXERCICE. 



Mon livre, ton- livre, son livre. 

Ma plume, ta plume, sa plume. 

Ton crayon , son crayon , mon 
crayon. 

Ses livres, tes livres, mes livres. 

Ses gants, mes gants, tes gants. 

Notre tableau, votre tableau, leur ta- 
bleau. 

Leur table, notre table, votre table. 

Nos cahiers , vos cahiers , leurs 
cahiers. 

Sa cravate, ta cravate, ma cravate. 

Mes mitaines , tes mitaines , ses mi- 
taines. 

Vos bas, leurs bas, nos bas. 

Ses souliers , tes souliers , mes sou- 
liers. 

Ton chapeau, son chapeau, mon cha- 
peau. 
Etc. 



Mon livre, le tien, le sien. 
Ma plume, la tienne, la sienne. 
Etc. 



AUTRE EXERCICE. 



S 



Mon parapluie est noir, ton parapluie 
est vert, son parapluie est bleu. 

Sa cravate est blanche, ta cravate est 
violette, ma cravate est jaune. 

Tes gants sont noirs , ses gants sont 
jaunes, mes gants sont blancs. 

Ma montre est neuve , ta montre est 
vieille. 

Ton père est vieux , mon père est 
jeune. 

Tes frères sont grands , mes frères 
sont petits. 

Notre maison est grande , leur mai- 
son est petite. 

Leur maison est laide , votre maison 
est belle. 

Mon serin est jaune , ton serin est 
gris. 

Ta cage est neuve , ma cage est 
vieille. 
Etc. 



Mon parapluie est noir, le tien est 
vert, le sien est bleu. 
Etc. 



M 






m 



246 



PRONOMS POSSESSIFS. 



EXERCICE SYNONYMIQUE. 

Faites changer les expressions du texte autant de fois que les synonymies le permettent. 

Le chapeau de Paul est gris. 
Le tien est noir, 
Le mien est blanc. 



Le chapeau de Paul est gris. 

Le chapeau qui est à Paul est gris. 

Le chapeau qui appartient à Paul est gris. 

Le chapeau qu'a Paul est gris. 

Le chapeau que porte Paul est gris. 

Le lien est noir, 
Celui qui est à toi est noir, 
Celui qui t'appartient est noir, 
Celui que tu as est noir, 
Celui que tu portes est noir, 

Le mien est blanc. 
Celui qui est à moi est blanc. 
Celui qui m'appartient est blanc. 
Celui que j'ai est blanc. 
Celui que je porte est blanc. 



Le chapeau qui est à Paul est gris , celui qui est à toi est noir, celui qui est à 
moi est blanc. M 



« 



AUTRE EXERCICE SYNONYMIQUE. 

La cravate de Paul est noire, la tienne est blanche, la mienne est bleue 
Les gants de Paul sont noirs, les tiens sont blancs, les miens sont jaunes 
Les m.taines de Paul sont violettes, les tiennes sont rouges, les miennes sont 
grises. 



PRONOMS POSSESSIFS. 247 

La cravate de Paul est noire, la tienne est blanche, la mienne est bleue. 

La cravate qui est à Paul est noire, celle qui est à toi est blanche, celle qui est 
à moi est bleue. 

La cravate qui appartient à Paul est noire, celle qui t'appartient est blanche, 
celle qui m'appartient est bleue. 

La cravate qu'a Paul est noire , celle que tu as est blanche, celle que j'ai est 
bleue. 

La cravate que porte Paul est noire, celle que tu portes est blanche, celle que 
je porte est bleue. 



Les gants, etc. 
Etc. 






EXERCICE EN FORME DE DIALOGUE. 



Le chapeau de Paul est gris, le tien est noir, le mien est blanc. 
La cravate de Paul est noire, la tienne est blanche, la mienne est bleue. 
Les gants de Paul sont noirs, les tiens sont blancs, les miens sont jaunes. 
Les mitaines de Paul sont violettes, les tiennes sont rouges, les miennes sont 
grises. 

DIALOGUE. 



i 



Comment est le chapeau de Paul ? 

Il est gris. 

Comment est le tien ? 

Il est noir. 

Comment est le mien? 

Il est blanc. 

Comment est le chapeau qui est à Paul ? 
Il est gris. 

Comment est le chapeau qui est à toi ? 
Il est noir. 



248 



PRONOMS POSSESSIFS. 

Comment est le chapeau qui est à moi ? 
II est blanc. 

Comment est le chapeau qui appartient à Paul ? 
Il est gris. 

Comment est le chapeau qui t'appartient? 
II est noir. 

Comment est le chapeau qui m'appartient? 
II est blanc. 

Comment est le chapeau qu'a Paul ? 
Il est gris. 

Comment est le chapeau que tu as ? 
Il est noir. 

Comment est le chapeau que j'ai ? 
II est blanc. 

Comment est le chapeau que porte Paul ? 
Il est gris. 

Comment est le chapeau que tu portes? 
Il est noir. 

Comment est le chapeau que je porte ? 
Il est blanc. 



Comment est la cravate, etc. 
Etc. 






HMHI^H 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 



LEÇON 286. 






LOCUTIONS DIVERSES EXPRIMANT L'IDÉE DE PROPRIÉTÉ. 

Outre l'avantage de la synonymie, cet exercice en offre encore deux autres : 
1° Il récapitule les adjectifs possessifs ; 
2° Il récapitule les pronoms conjonctifs. 

Ma maison \ 
La maison que j'ai 
La maison que je possède 
La maison dont je suis possesseur i 
La maison qui est en ma possession ' 
La maison dont je suis propriétaire 
La maison qui est à moi 
La maison qui m'appartient 



4M 



Ainsi 



ta maison 

sa 

notre 

votre 

leur 

Etc. 



LEÇON 287. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS «CELUI, CELLE, CEUX, CELLES », SUIVIS 
DU GONJONGT1F «QUI». 



Dieu bénit le garçon qui est bon; 
mais il ne bénit pas le garçon qui est 
méchant. 

Dieu bénit la fi lie qui est bon ne ; mais 
il ne bénit pas la fille qui est méchante. 

Dieu bénit les garçons qui sont bons; 
mais il ne bénit pas les garçons\ qui sont 
méchants. 

Dieu bénit les filles qui sont bonnes ; 
mais il ne bénit pas les filles qui sont 
méchantes. 



Dieu bénit le garçon qui est bon; 
mais il ne bénit pas celui qui est mé- 
chant. 
Etc. 



■ 

I 



250 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 









I 



DIALOGUE. 

Dieu bénit-il le garçon qui est bon ? 
Oui , il le bénit. 

Bénit-il aussi celui qui est méchant? 
Non , il ne le bénit pas. 
Etc. 



LEÇON 288. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS « CELUI, CELLE, CEUX, CELLES *, 
SUIVIS DU GONJONCT1F « QUI » (suite). 



Le garçon qui aime Dieu ira au 
Ciel; mais le garçon qui n'aime pas 
Dieu ira en Enfer. 

La fille qui aime Dieu ira au Ciel ; 
mais la filles qui n'aime pas Dieu ira 
en Enfer. 

Les garçons qui aiment leurs parents 
sont bénis de Dieu ; mais les garçons gui 
n aiment pas leurs parents sont maudits 
de Dieu. 

Les filles qui aiment leurs parents sont 
bernes; mais les filles qui n'aiment pas 
leurs parents sont maudites de Dieu. 



Le garçon qui aime Dieu ira au 
Ciel ; mais celui qui ne l'aime pas ira 
en Enfer. 
Etc. 



DIALOGUE. 



Le garçon qui aime Dieu ira-t-il au Ciel ? 
Oui, il ira au Ciel. 

Celui qui ne l'aime pas ira-t-il aussi au Ciel? 
Non, il n'ira pas au Ciel ; il ira en Enfer. 
Etc. 



■H 



HH^M ■ 



il 



PRONOM INDÉFINI « ON ». 



251 



LEÇON 289. 



PRONOMS DÉMONSTRATIFS « CELUI, CELLE, CEUX, CELLES », 
SUIVIS DU CONJONCTIF « QUI » (suite). 



Le sourd-muet qui est bien studieux 
aura un prix à la fin de l'année; mais 
le sourd-muet qui est paresseux n'aura 
pas de prix. 

La sourde-muette qui est bien stu- 
dieuse aura un prix à la fin de l'année ; 
mais la sourde-muette qui est pares- 
seuse n'aura pas de prix. 

Les sourds-muets qui sont bien stu- 
dieux auront un prix à la fin de l'année; 
mais les sourds-muets qui sont pares- 
seux n'auront pas de prix. 

Les sourdes-muettes qui sont bien 
studieuses , auront un prix à la fin de 
l'année; mais les sourdes-muettes qui 
sont paresseuses n'auront pas de prix. 



Le sourd-muet qui est bien studieux 
aura un prix à la fin de l'année ; mais 
celui qui est paresseux n'aura pas de 
prix. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Le sourd-muet qui est studieux aura-t-il un prix à la fin de l'année? 
Oui, il en aura un. 

Celui qui est paresseux aura-t-il aussi un prix? 
Non , il n'en aura pas. 
Etc. 



LEÇON 290. 



PRONOM INDÉFINI « ON » ET CONJONCTION « QUAND ». 



Faites remarquer à l'élève que le pronom indéfini remplace toutes sortes de personnes. Il faut 
lui dire : on, c'est toi, c'est moi , c'est lui , c'est tout le monde. 

Un bon chrétien fait bien ses prières. 

Quand on est bon chrétien , on fait bien ses prières. 



252 PRONOM INDÉFINI € ON ». 

Un bon écolier n'est pas paresseux. 

Quand on est bon écolier, on n'est pas paresseux. 

Un bon fils honore ses parents. 

Quand on est bon fils , on honore ses parents. 

Un bon soldat n'a jamais peur. 

Quand on est bon soldat, on n'a jamais peur. 



DIALOGUE. 

Un bon chrétien fait-il bien ses prières? 

Oui , il fait bien ses prières. 

Quand on est bon chrétien, fait-on bien ses prières? 

Oui , quand on est bon chrétien, on fait bien ses prières. 

Un bon écolier... etc. 



LEÇON 291. 



EMPLOI DE « L'ON » AU LIEU DE « 07V » APRÈS LA CONJONCTION « SI 

Dites à vos élèves qu'on met Von après si, parce qu'il adoucit la prononciation; mais que 
devant on ne signifie rien. H 

C'est une loi des entendants-partants. 

Si l'on est sage , on plaît à Dieu. 

Si l'on est méchant , on déplaît à Dieu. 

Si l'on est studieux , on fait des progrès. 

Si l'on est paresseux , on ne fait pas de progrès. 

Si l'on est obéissant , on plaît à ses parents. 

Sî l'on est désobéissant , on déplaît à ses parents. 

Si l'on est appliqué , on contente ses maîtres. 

Si l'on est inappliqué , on mécontente ses maîtres. 



■■^■■■^■M 



m 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 
DIALOGUE. 

Si l'on est sage , plaît-on à Dieu ? 

Oui , si l'on est sage , on plaît à Dieu . 

Si l'on est méchant , déplaît-on à Dieu ? 

Oui , si l'on est méchant on déplaît à Dieu. 

Seras-tu sage ? 

Oui , je serai sage. 

Seras-tu méchant? 

Non , je ne serai pas méchant. 

Si l'on est studieux , etc. 
Etc. 



253 



LEÇON 292. 



M 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 

Pour que les élèves apprennent avec intérêt les noms des contrées, des villes, et des rivières ci- 
dessous nommées, il faut avoir soin de les leur faire remarquer sur les cartes géographiques. 



Contrées. 


Villes. 


Rivières. 


La France. 
L'Espagne. 
L'Italie. 
La Russie. 
L'Autriche. 
Etc. 


Paris. 
Madrid. 
Rome. 

St-Pétersbourg. 
Vienne. 
Etc. 


La Seine. 
Le Tage. 
Le Tibre 
La Neva. 
Le Danube. 
Etc. 



La France est une contrée. Paris est une ville. La Seine est une rivière. 

DIALOGUE. 

Qu'est-ce que la France? 
C'est une contrée. 
Qu'est-ce que Paris ? 
C'est une ville. 
Qu'est-ce que la Seine ? 
C'est une rivière. 

L'Espagne , etc. 
Etc. 



254 



EMPLOI DE « L'ON » AU LIEU DE « 



ON i , ETC. 



LEÇON 293. 

EMPLOI DE « L'ON . AU LIEU DE « ON, APRÈS LE PRONOM CON- 

JONCTIF a OU,. 

-^TJSXr r °" ^ - ' P ° Urla ™" • - - ' i- I*» on , 

La France est un pays où l'on voit beaucoup de villes 

Pans est une ville où l'on voit beaucoup de palais 

Pokers est ^une ville où l'on remarque une cathédrale très-ancienne 

La Lo.re est une r,v,ère où l'on prend beaucoup de poissons. 

DIALOGUE. 

La France est-elle un pays? 
Oui. 

Est-elle un pays où l'on voit beaucoup de villes? 
Oui. 

Paris , etc. 
Etc. 



LEÇON 294. 



EMPLOI DE .L'ON,, AU LIEU DE « ON ,, APRÈS LA CONJONCTION 

«£T». 

^ZTrSSÏÏEÉF " '"'"'""" •■ '- » - — 

On aime et l'on récompense un garçon sage. 
On aime et l'on récompense une fille sage. 
On aime et l'on récompense des garçons sages. 
On aime et l'on récompense des filles sages. 



^M^BI HB 



EMPLOI DE « ON » APRÈS LA CONJONCTION « ET », ETC. 



DIALOGUE. 



255 



Aime-t-on, et récompense-t-on un garçon sage ? 

Oui , on l'aime , et on le récompense. 

Seras-tu sage ? 

Oui, je serai sage. 

Si tu est sage , t'aimera-t-on? 

Oui, si je suis sage , on m'aimera. 

Si tu es sage , te récompenscra-t-on ? 

Oui , si je suis sage , on me récompensera. 



LEÇON 295. 



EMPLOI DE « ON» APRÈS LA CONJONCTION « ET», PARCE QUE 
a ON» EST SUIVI D'UN DES PRONOMS « LE , LA , LES , ETC. » 

Dites à vos élèves que le / qui se trouve entre deux traits d'union , n'est que pour éviter une 
prononciation désagréable , causée par la rencontre de la voyelle e qui termine le mot aime, avec 
la voyelle o qui commence le mot on. 

On aime un garçon sage , et on le récompense. 
On aime une fille sage, et on la récompense. 
On aime des garçons sages, et on les récompense. 
On aime des filles sages , et on les récompense. 



m 



DIALOGUE. 



Àime-t-on un garçon sage ? 
Oui , on l'aime. , 

Récompense-<-on un garçon sage ? 
Oui , on le récompense. 
T'aimera-/-on , si tu es sage? 
Oui , on m'aimera , si je suis sage. 
Te récompensera- ^-on , si tu es sage ? 
Oui , on me récompensera , si je suis sage. 



256 



ADJECTIF INDÉFINI « CHAQUE » , ETC. 



LEÇON 296. 

ADJECTIF INDÉFINI « CHAQUE «.-PRONOMS INDÉFINIS 

CHACUNE». 

Cette leçon est très-facile. Il suffit de la rendre 



« CHACUN, 



Chaque sourd-muet a une ardoise- 
chaque sourd-muet a aussi un crayon. 

Chaque sourde-muette a une ardoise ; 
chaque sourde-muette a aussi un crayon! 

Chaque sourd- muet a une malle et 
une clet; chaque sourd-muet a aussi des 
cahiers et des livres. 

Chaque sourde-muette a une malle 
et une clef; chaque sourde-muette a 
aussi des cahiers et des livres. 



par s.gnes pour la faire comprendre. 

Chaque sourd-muet a une ardoise- 
chacun a aussi un crayon. 

Chaque sourde-muette a une ardoise ■ 
chacune a aussi un crayon. 



DIALOGUE. 

Chaque sourd-muet a-t-il une ardoise? 
Oui , chacun en a une. 
Chacun a-t-il aussi un crayon ? 
Oui , chacun en a aussi un. 



LEÇON 297. 

ADJECTIF INDÉFINI « CHAQUE ». - PRONOMS INDÉFINIS « CHACUN 

CHACUNE • (suite). 

Chaque village a une église. 

Chaque église a un clocher. 

Chaque clocher a une ou plusieurs cloches. 

Chaque cloche a un son particulier. 



^M 



ADJECTIF INDÉFINI « CHAQUE ». 

Chacun des villages a une église. 

Chacune des églises a un clocher. 

Chacun des clochers a une ou plusieurs cloches. 

Chacune des cloches a un son particulier. 



257 



DIALOGUE. 

Chaque village a-t-il une église ? 
Oui, chacun en a une. 
Chacun des villages a-t-il une église ? 
Oui, chacun en a une. 



EXERCICE. 



Masculin. 

Nous avons chacun un corps et une 
âme. 

Nous avons chacun une âme immor- 
telle. 

Nous avons chacun un cœur avec 
lequel nous aimons Dieu , nos parents, 
nos maîtres et nos amis. 

Nous avons chacun une intelligence j 
avec laquelle nous comprenons nos I 
leçons. 

Nous avons chacun un Ange gar- j 
dien. 



Féminin. 

Nous avons chacune un corps et une 
âme. 



SYNONYMIES. 



Nous avons chacun un corps et une 
âme. 

Chacun de nous a un corps et une 
âme. 

Dieu a donné à chacun de nous un 
corps et une âme. 
Etc. 



Nous avons chacune un corps et une 
âme. 



Etc. 



ENSEIGNEMENT. — P. 



17 



I 






^^ 



258 



ADJECTIFS INDÉFINIS. 



LEÇON 298. 



ADJECTIFS INDÉFINIS « QUELQUE, QUELQUES, AUCUN, AUCUNE», 
ET PRONOMS INDÉFINIS « QUELQUES-UNS , QUELQUES-UNES, 
AUCUN, AUCUNE ». 

Paul a quelques crayons , mais il n'a aucun porte-crayon. Il a aussi quelques 
plumes, mais U n'a aucune écritoire. 

Pauline a quelques cahiers , mais elle n'a aucun livre. Elle a aussi quelques 
tablettes, mais elle n'a aucune règle. 

Paul a quelques joujoux , mais il n'a aucun bilboquet. Il a aussi quelques 
billes, mais il n'a aucune toupie. 

Pauline a quelques bracelets, mais elle n'a aucun pendant. Elle a aussi quel- 
ques bagues, mais elle n'a aucune chaîne. 



DIALOGUE. 

Paul a-t-il quelques crayons ? 
Oui, il en a quelques-uns. 
A-t-il quelque porte-crayon ? 
Non, il n'en a aucun. 
A-t-il quelques plumes? 
Oui, il en a quelques-unes. 
A-t-il quelque écritoire ? 
Non, il n'en a aucune. 
Etc. 






W^ÊÊM HBP 



ADJECTIFS ET PRONOMS INDÉFINIS. 



259 



LEÇON 299. 



PRONOMS INDÉFINIS « CHACUN, CHACUNE, AUCUN, AUCUNE .. 



Dieu a donné un Ange gardien ai 
chacun des petits garçons. 

Cet Ange gardien inspire à chacun 
d eux la piété , la sagesse et l'applica- 
tion. rr 

Chacun d'eux ira au Ciel, s'il obéit à 
son Ange gardien. 

Mais aucun n'ira au Ciel , s'il lui 
désobéit. 

Quand on est bon garçon , on obéit 
toujours à son Ange gardien. 



Dieu a donné un Ange gardien à 
chacune des petites filles. 

Cet Ange gardien inspire à chacune 
délies la piété, la sagesse et l'applica- 
tion. 



CHAPITRE VIII. 

ADJECTIFS ET PRONOMS INDÉFINIS. - CONJUGAISONS DE QUEL- 
QUES VERBES AUX TEMPS DE L'INDICATIF ET DE L'INFINITIF. 



LEÇON 300. 



ADJECTIFS INDÉFINIS « NUL, NULLE ». 

Continuez cet exercice , en employant successivement les adjectifs : obéissant , appliqué , poli , 
tournis , reconnaissant , etc. , et les noms abstraits qui leur correspondent. 



Aucun = Nul. 
Aucune = Nulle. 



260 



ADJECTIFS ET PRONOMS INDÉFINIS. 



Paul est sage. 

Il est très-sage. 

Aucun sourd-muet n'est plus sage 
que lui. 

Nul sourd-muet n'est plus sage que 
lui. 

Paul a de la sagesse. 

11 a beaucoup de sagesse. 

Aucun sourd-muet n'a plus de sa- 
gesse que lui. 

Nul sourd-muet n'a plus de sagesse 
que lui. < 

Paul est pieux. 

Il est très-pieux. 

Aucun sourd-muet n'est plus pieux 
que lui. 

Nul sourd-muet n'est plus pieux que 
lui. 

Paul a de la piété. 

Il a beaucoup de piété. 

Aucun soura-muet n'a plus de piété 
que lui. 

Nul sourd-muet n'a plus de piété que 
lui. 



Pauline est sage. 

Elle est très-sage. 

Aucune sourde-muette n'est plus sage 
qu'elle. 

Nulle sourde-muette n'est plus sage 
qu'elle. 



Pauline. 



Pauline. 



Pauline. 



LEÇON 301. 

ADJECTIF INDÉFINI « TOUS » ; PRONOM INDÉFINI « NUL ». 

11 sera très-utile de dicter un grand nombre de phrases semblables à celles ci-dessous. 

Tous les enfants aiment les récompenses. 
Nul ne désire les punitions. 

Tous les enfants aiment les louanges. 
Nul ne désire les reproches. 

Tous les hommes aiment l'indépendance. 
Nul ne désire la servitude. 

Tous les hommes aiment le bonheur. 
Nul ne désire le malheur. 



■§■■■ 



LE NOM COMMUN « PERSONNE 

Tous les oiseaux aiment la liberté. 
Nul ne désire la captivité. 

Tous les agneaux sont doux. 
Nul n'est cruel. 

Tous les tigres sont cruels. 
Nul n'est doux. 



261 



LEÇON 302. 



LE NQM COMMUN «PERSONNE». 



Garçons. 



Paul. 
Jean. 
Louis. 
Léon. 





Hommes. 


Le 


père 


de Paul. 


Le 


père 


de Jean. 


Le 


père 


de Louis. 


Le 


père 


de Léon. 





Femmes. 


Personnes. 


La 


mère de Paul. 


Paul, son père et 
sa mère. 


La 


mère de Jean. 


Jean , son père et 
sa mère. 


La 


mère de Louis. 


Louis , son père et 
sa mère. 


La 


mère de Léon. 


Léon, son père et 
sa mère. 



Paul est un garçon. Le père de Paul est un homme. La mère de Paul est une 
femme. 
Paul , son père et sa mère sont des personnes. 

DIALOGUE. 



Un garçon est-il une personne ? 

Oui. 

Paul, qui est un garçon, est donc une personne ? 

Oui. 

Un homme est-il une personne ? 

Oui. 



262 






LE MOT € PERSONNE », ETC. 

Le père de Paul, qui est un homme, est donc une personne ? 

Oui. 

Une femme est-elle une personne? 

Oui. 

La mère de Paul, qui est une femme, est donc une personne 9 
Oui. 

Etc. 



LEÇON 303. 



LE MOT « PERSONNE » , EMPLOYÉ COMME NOM COMMUN , OU 
COMME PRONOM INDÉFINL 

Toutes les personnes désirent le bonheur. 
Toute personne désire le bonheur. 
Aucune personne ne désire le malheur. 
Personne ne désire le malheur. 

Toute personne a des défauts. 
Aucune personne n'est sans défauts. 
Personne n'est sans défauts. 

Toute personne est mortelle. 
Aucune personne n'est immortelle. 
Personne n'e«t immortel. 

Toute personne est sujette à la maladie. 
Aucune personne n'est exempte de maladie. 
Personne n'est exempt de maladie. 

DIALOGUE. 



Toute personne désire-t-elle le bonheur ? 
Oui. 

Quelque personne désire-t-elle le malheur? 
Non, aucune personne ne désire le malheur. 
Etc. 



WM 



PRONOMS INDEFINIS. 



263 



LEÇON 304. 



PRONOMS INDÉFINIS « QUELQU'UN, PERSONNE ». 

Il sera très-facile aux professeurs de composer, en discours direct, une leçon pour l'applica- 
tion des deux pronoms ci-dessus. 
Exemple : Il y a quebju'un à la cuisine. 
Il n'y a personne au dortoir. 
Multipliez ces exemples, et vos élèves en retireront un grand avantage. 

DIALOGUE. 
Quelqu'un est- il sur le toit de la maison ? 
Non , personne n'est sur le toit de la maison. 
Quelqu'un pleure-t-il dans la classe ? 
Non , personne ne pleure. 
Quelqu'un chante-t-il dans la classe? 
Non, personne. 

Quelqu'un se promène-t-il dans la classe ? 
Personne. 

Quelqu'un mange-t-il dans la classe? 
Personne . 

Quelqu'un dort-il dans la classe ? 
Personne. 

Quelqu'un s'amuse-t-il dans la classe? 
Personne. 

Quelqu'un joue-t-il dans la classe ? 
Personne. 



m 
I 



LEÇON 305. 

PRONOMS INDÉFINIS « QUELQUES-UNS , QUELQUES-UNES ». 



MASCULIN. 



Dialogue enfre Paul et Jean. 



Bonjour, Jean. 

Bonjour, Paul. 

D'où viens lu, Jean? 

Je viens de Paris. 

As-tu vu l'école des sourds- muets? 

Oui, je l'ai vue. 



FEMININ. 

Dialogue entre Pauline et Jeanne. 



Bonjour, Jeanne. 
Bonjour, Pauline. 
D'où viens-tu, Jeanne? 
Je viens de Bordeaux. 
Etc. 






■I 



H 



■ 



264 



DES DÉTERMINATIFS INDÉFINIS. 



As-tu vu les sourds-muets ? 
Oui, je lésai vus. 

Quelques sourds-muets ont-ils écrit 
devant toi ? 

Oui , quelques-uns ont écrit devant 
moi. 

Quelques-uns ont-ils gesticulé de- 
vant toi ? 

Oui , quelques-uns ont gesticulé de- 
vant moi. 
Quelques-uns t'ont-ils parlé ? 
Oui, quelques-uns m'ont parlé. 
Sont-ils bien instruits ? 
Oui. 



LEÇON 306. 



DES DÉTERMINATIFS INDÉFINIS « TEL, TELLE, TELS, TELLES ». 

Le lion est féroce ; tel est le tigre. 

La lionne est féroce : telle est la tigresse. 

Les lions sont féroces ; tels sont les tigres. 

Les lionnes sont féroces ; telles sont les tigresses. 

Le pigeon est doux ; tel est le tourtereau. 
La colombe est douce ; telle est la tourterelle. 
Les pigeons sont doux ; tels sont les tourtereaux. 
Les colombes sont douces, telles sont les tourterelles. 

Le cheval est fier ; tel n'est pas l'âne. 
Etc. 

EXERCICE. 

On peut continuer cet exercice en se servant des qualités et des défauts des élèves. 



Lion — 

Aigle 

Poule 

Poules 

Cheval 

Chien 

Chat 

Bœufs 



fort 

vigoureux - 
vorace 
voraces - 
intelligent- 
fidèle 
perfide 
utiles 



• tigre. 

• vautour, 
cane. 

• canes, 
chien, 
chat, 
chien, 
chevaux. 



Le lion est fort ; (el est le tigre. 



S ^1 



LES MOTS « PLUSIEURS, CERTAINS », ETC. 



265 



Chèvre 


— utile — 


• brebis. 


Agneaux — doux 




Serin 


— joli — 


chardonneret 


Bélier 


— stupide — 


bouc. 


Chat 


— léger — 


cochon. 


Cochon 


— malpropre— 


chat 


Chat. 


— souple — 


cochon. 


Cheval 


— agile — 


■ bœuf. 



LEÇON 307. 



ADJECTIFS INDÉFINIS « PLUSIEURS, CERTAINS , CERTAINES ». 



MASCULIN. 

Plusieurs garçons sont studieux. 
Certains garçons sont pieux. 
Certains hommes sont généreux. 
Certains hommes sont bons. 
Certains ouvriers sont diligents. 
Certains sourds-muets sont vaillants. 
Certains sourds-muets sont recon- 
naissants. 

Certains élèves sont appliqués. 
Certains maîtres sont indulgents. 
Etc. 



FEMININ. 



Plusieurs filles sont studieuses. 
Certaines filles sont pieuses. 
Certaines femmes sont généreuses. 



M 



LEÇON 308. 

LES MOTS a PLUSIEURS, CERTAINS, CERTAINES », EMPLOYÉS 
COMME PRONOMS INDÉFINIS. 



MASCULIN. 

Tous les serins ne sont pas jaunes; 
plusieurs sont gris. 

Tous les serins ne sont pas jaunes ; 
certains sont gris. 

Tous les béliers ne sont pas blancs ; 
plusieurs sont noirs. 



FEMININ. 



Toutes les serines ne sont pas jaunes ; 
plusieurs sont grises. 

Toutes les serines ne sont pas jaunes ; 
certaines sont grises. 



m 









266 



PRONOM INDÉFINI « AUTRE 



Tous les béliers ne sont pas blancs ; 
certains sont noirs. 

Tous les boucs ne sont pas noirs ; cer- 
tains sont blancs. 

Tous les garçons ne sont pas bons ; 
certains sont méchants. 

Tous les sourds-muets ne sont pas 
obéissants ; certains sont désobéissants 
Etc. 



LEÇON 309. 

ADJECTIF INDÉFINI « AUTRE ». 

La France est un pays; l'Italie est un autre pays; l'Espagne est un autre 
pays, etc. 

Paris est une ville de France; Lyon est une autre ville de France ; Marseille 
est une autre ville de France, etc. 

La Seine est un fleuve ; la Loire est un autre fleuve; le Rhône est un autre 
fleuve ; la Garonne est un autre fleuve, etc. 

Le lion est un quadrupède; le tigre est un autre quadrupède ; le loup est un 
autre quadrupède, etc. 

Le coq est un oiseau; le dindon est un autre oiseau; le paon est un autre 
oiseau ; le canard est un autre oiseau, etc. 

Paul est un garçon ; Jean est un autre garçon ; Louis est un autre garçon, etc 
Etc. b 



IW 



LEÇON 310. 

PRONOM INDÉFINI « AUTRE ». 

La France est un pays.; l'Italie en est un autre; l'Espagne, un autre, etc 
Paris est une ville de France; Lyon en est une autre; Marseille unautre, etc. 
La Semé est un fleuve ; la Loire en est un autre ; le Rhône un autre etc 
Le bon est un quadrupède ; le tigqe en est un autre; le loup un autre , etc 
Le coq est un oiseau ; le dindon en est un autre; le paon un autre , etc 
Paul est un garçon ; Jean en est un autre; Louis un autre, etc 
Etc. 



■^H 



LEÇON PRÉPARATOIRE. 



267 



LEÇON 311 



PRONOMS INDÉFINIS « AUTRE, L'AUTRE, LES AUTRES ». 

Dictez à vos élèves plusieurs petils discours qui puissent dire exprimés par une des formules 
ci-dessous. 

Faites traduire de la même façon des actions que vous ferez , ou que vous ferez faire devant 
eux, et le but de la leçon sera parfaitement atteint. 

Pauline a acheté trois gâteaux , elle en a donné un a Jeanne; elle en a donné 
un autre à Marie ; elle a mangé Vautre. 

Pauline a acheté trois oranges; elle en adonné une à Jeanne; elle en adonné 
une autre à Marie, elle a mangé X autre. 

Pauline a acheté six pommes; elle en a donné deux à Jeanne, elle en adonné 
deux autres à Marie., elle a mangé les autres. 

Pauline a acheté des bonbons; elle en a donné plusieurs à Jeanne, elle en a 
donné plusieurs autres à Marie, elle a mangé les autres.. 
Etc. 



LEÇON 312. 



1 



LEÇON PRÉPARATOIRE. — CLASSIFICATION DES QUADRUPÈDES. 



Quadrupèdes féroces. 



Le lion. 
Le tigre. 
Le loup. 
Le renard. 
Etc. 



Quadrupèdes sauvages. 



L ours. 
L'éléphant. 
La girafe. 
Le cerf. 
Etc. 



Quadrupèdes domestiques. 



Le cheval. 
Le bœuf. 
L'âne. 
Le chien. 
Etc. 



Le lion est un quadrupède féroce ; l'ours est un quadrupède sauvage ; le cheval 
est un quadrupède domestique. 
Etc. 









268 



PRONOMS INDÉFINIS. 



■ 



DIALOGUE. 

Qu'est-ce que le lion? 
C'est un quadrupède féroce. 
Qu'est-ce que l'ours? 
C'est un quadrupède sauvage. 
Qu'est-ce que le cheval ? 
C'est un quadrupède domestique. 
Etc. 



LEÇOJN 313. 



PRONOMS INDÉFINIS « L'UN, LAUTRE, LUNE, L'AUTRE, LES 
UNS, LES AUTRES, LES UNES, LES AUTRES». 

Les élèves pourront imiter ces formules en parlant de leurs camarades. 

SINGULIER. 



^ Le cerf et le cheval sont des quadru- 
pèdes ; l'un est sauvage , Vautre est do- 
mestique. 

La biche et la jument sont des qua- 
drupèdes ; Vune est sauvage, Vautre est 
domestique. 

Le lapin et le chien sont des quadru- 
pèdes ; l'un est sauvage, l'autre est do- 
mestique. 

La lapine et la chienne sont des 
quadrupèdes; l'une est sauvage , l'autre 
est domestique. 

L'ourset l'âne sontdes quadrupèdes: 
l un est sauvage, l'autre est domesti 



PLURIEL. 



Les cerfs et les chevaux sont des 
quadrupèdes; les uns sont sauvages, les 
autres sont domestiques. 
Etc. 



- .... ^c, oou.ugc, t, autre esi uomestique. 
L ourse et 1 anesse sont des quadru- 
pèdes ; l'une est sauvage, l'autre est 



domestique. 
Etc 



* \4~ flf--..-' ■ 



LEÇONS PREPARATOIRES. 



269 



LEÇON 314. 



LEÇON PREPARATOIRE. — « ARBRES, FRUITS ». 



Arbres. 



Le pommier. 
Le poirier. 
Le prunier. 
L'oranger. 
Le cerisier. 
Etc. 



Fruits. 



La pomme. 
La poire. 
La prune. 
L'orange. 
La cerise. 
Etc. 



Le pommier est un arbre ; la pomme est un fruit. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Qu'est-ce que le pommier? 
C'est un arbre. 
Qu'est-ce que la pomme? 
C'est un fruit. 
Etc. 



I 



LEÇON 315. 



AUTRE LEÇON PRÉPARATOIRE. — « PLANTES, FLEURS ». 



Plantes. 



Le chou. 
La carotte. 
Le radis. 
L'oignon. 
Le poireau. 
Etc. 





Fleurs. 


La rose. 
La violette. 


La 
La 
La 


pensée, 
tulipe, 
marguerite. 
Etc. 



270 



PRONOMS INDÉFINIS. 

Le chou est une plante; la rose est une fleur 
Etc. 



DIALOGUE. 

Qu'est-ce que le chou ? 
C'est une plante. 
Qu'est-ce que la rose? 
C'est une fleur. 
Etc. 



LEÇON 316. 

PRONOMS INDÉFINIS « L'UN ET L'AUTRE, L'UNE ET L'AUTRE, 
LES UNS ET LES AUTRES, LES UNES ET LES AUTRES. » ' 



SINGULIER. 



Le lion et le tigre sont des quadrupè- 
des féroces ; l'un et l'autre se nourris- 
sent de proie. 

La panthère et l'hyène sont des qua- 
drupèdes féroces; l'une et l'autre se 
nourrissent de proie. 

L'ours et le sanglier sont des quadru- 
pèdes sauvages; l'un et l'autre demeu- 
rent dans les montagnes et les forêts. 

L'ourse et la laie sont des quadrupè- 
des sauvages; l'une et Vautre demeurent 
dans les montagnes et les forêts. 

Le cheval et le bœuf sont des qua- 
drupèdes domestiques; Tun et l'autre 
demeurent dans nos maisons. 

La chèvre et la brebis sont des qua- 
drupèdes domestiques, l'une et l'autre 
demeurent dans nos maisons. 



PLURIEL. 



Les lions et les tigres sont des quadru- 
pèdes féroces; les uns et les autres se 
nourrissent de proie. 



PRONOMS INDÉFINIS. 



271 



LEÇON 317. 

PRONOMS INDÉFINIS a NI L'UN NI L'AUTRE, NI L'UNE NI L'AU- 
TRE, NI LES UNS NI LES AUTRES, NI LES UNES NI LES 
AUTRES ». 



SINGULIER. 

Le bœuf et l'âne sont des quadrupè- 
des domestiques; ni l'un ni l'autre ne 
sont agiles. 

La brebis et la chèvre sont des qua- 
drupèdes domestiques; ni l'une ni l'au- 
tre ne sont cruelles. 

Le loup el le renard sont des quadru- 
pèdes féroces ; ni l'un ni Vautre ne sont 
doux. 

Le lion et le tigre sont des quadrupè- 
des féroces ; ni l'un ni l'autre ne sont 
timides. 

Le bélier et le bouc sont des quadru- 
pèdes domestiques ; ni l'un ni l'autre ne 
sont courageux. 

Le cheval et le chien sont des quadru- 
pèdes domestiques ; ni l'un ni l'autre ne 
sont stupides. 



TLURIEL. 



Les bœufs et les ânes sont des qua- 
drupèdes domestiques ; ni les uns ni les 
autres ne sont agiles. 



m 



V 



LEÇON 318. 



PRONOMS INDÉFINIS « L'UN ET L'AUTRE », ETC. — PRONOMS 
DÉMONSTRATIFS « CELUI-CI, CELUI-LA » , ETC. 



SINGULIER. 



Le pommier et le poirier sont des 
arbres; l'un et l'autre produisent des 
fruits. Le fruit de celui-ci s'appelle pom- 
me , le fruit de celui-là s'appelle poire. 



PLURIEL. 



Les pommiers et les poiriers sont des 
arbres ; les uns et les autres produisent 
des fruits. Lesfruitsde ceux-ci s'appellent 
pommes, les fruits de ceux-là s'appellent 
poires. 






■ 



n 



272 



PRONOMS INDÉFINIS. 



Le prunier et le cerisier sont des ar- 
bres ; l'un et l'autre produisent des fruits. 
Le fruit de celui-ci s'appelle prune , le 
fruit de celui-là s'appelle cerise. 



L oranger et le citronnier sont des 
arbres ; l'un et l'autre produisent des 
fruits. Le fruit de celui-ci s'appelle oran- 
ge, le fruit de celui-là s'appelle citron. 
Etc. 



LEÇON 319. 

PRONOMS INDÉFINIS. - PRONOMS DÉMONSTRATIFS « CELLE-CI, 

CELLE-LA», ETC. 



■ 



SINGULIER. 

Le pavot et le lis sont des fleurs; l'un 
et l'autre sont tïès-gracieux; mais celui- 
ci est plus gracieux que celui-là. 

i La tulipe et la rose sont des fleurs; 
l'une et l'autre sont très-belles ; mais 
celle-ci est plus belle que celle-là. 

Le coquelicot et le liseron sont des 
fleurs ; l'un et l'autre ont beaucoup de 
grâce; mais celui-ci a plus de grâce que 
celui-là. 

t La violette et la pensée sont des fleurs, 
l'une et l'autre ont beaucoup de beauté; 
mais celle-ci a plus de beauté que 
celle-là. 
Etc. 



PLURIEL. 

Les pavots et les lis sont des fleurs; les 
uns et les autres sont très-gracieux; mais 
ceux-ci sont plus gracieux que ceux-là. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. — QUADRUPÈDES , ETC. 



273 



LEÇON 320. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. — QUADRUPÈDES. — NATUREL. — INSTINCT. 
— NOMS COMMUNS. — PRONOM 1NTERROGATIF « QUEL». 



Quadrupèdes. 


Naturel. 


Instinct. 


Le lion. 


Cruel. 


Intelligent. 


Le cheval. 


Doux. 


Intelligent. 


Le renard. 


Féroce. 


Rusé. 


Le chien. 


Docile. 


Intelligent. 


Le cochon. 


Vorace. 


Stupide. 


L'âne. 


Sohre. 


Stupide. 


Etc. 


Etc. 


Etc. 



Le lion est un quadrupède, il a un naturel cruel , et un instinct intelligent. 
Etc. 

DIALOGUE. 



Qu'est-ce que le lion ? 
C'est un quadrupède. 
Quel naturel a-t-il ? 
Il a un naturel cruel. 
Quel instinct a-t-il? 
Il a un instinct intelligent. 
Etc. 



<*,•*£ 






EXERCICE SYNONYMIQUE. 



Quand les élèves posséderont bien cette leçon , la suivante ne leur coûtera aucune peine. 

Le lion et le cheval sont des quadrupèdes : 

l'un a un naturel cruel, l'autre a un naturel doux; 

celui-ci demeure dans nos maisons, celui-là demeure dans les déserts. 

Le renard et le cochon sont des quadrupèdes : 

l'un a un instinct rusé, l'autre a un instinct stupide ; 

celui-ci demeure dans nos maisons, celui-là demeure dans les bois. 

ENSEIGNEMENT. — P. 18 



m 

m 



274 



LEÇON PRÉPARATOIRE. — QUADRUPÈDES, ETC. 



Le lion et le cheval, 

. . . ainsi que le cheval , 

. . . de même que le cheval ,' 

Sont des quadrupèdes. 

. . des animaux qui ont quatre pieds. 

. . des animaux qui marchent avec quatre pieds. 

L'un à un naturel cruel, l'autre à un naturel doux. 
L'un est d'un naturel cruel, l'autre est d'un naturel doux. 
L'un montre un naturel cruel, l'autre montre un naturel doux. 
Le naturel de l'un est cruel, celui de l'autre est doux. 

Celui-ci demeure, etc. 
. . . fait sa demeure, 
. . . habite, 
. . . fait son habitation. 



Le lion ainsi que le cheval, sont des animaux qui marchent avec quatre pieds. 

Le naturel de l'un est cruel, celui de l'autre est doux. 

Celui-cifait sa demeure dans nos maisons, celui-là fait la sienne dans les déserts. 



EXERCICE EN FORME DE DIALOGUE. 



Le lion et le cheval sont des quadrupèdes. L'un a un naturel cruel; l'autre, un 
naturel doux. Celui-ci demeure dans nos maisons; celui-là, dans les déserts. 

Le chien et le tigre sont des quadrupèdes. L'un a un naturel doux; l'autre, un 
naturel féroce. Celui-ci demeure dans les déserts; celui-là, dans nos maisons. 

Le renard et le cochon sont des quadrupèdes. L'un a un instinct rusé; l'autre, 
un instinct stupide. Celui-ci demeure dans nos maisons; celui-là, dans les bois. 

Le tigre et le cheval sont des quadrupèdes. L'un a un instinct stupide; l'autre, 
un instinct intelligent. Celui-ci demeure dans nos maisons; celui-là, dans les 
déserts. 

DIALOGUE. 

Le lion et le cheval sont-il des quadrupèdes? 
Oui, ce sont des quadrupèdes. 



LEÇON PRÉPARATOIRE. — QUADRUPÈDES, ETC. 

Quel naturel a l'un? 

L'un a un naturel cruel. 

Quel naturel a l'autre? 

L'autre a un naturel doux. 

Où demeure celui-ci? 

Celui-ci demeure dans nos maisons. 

Où demeure celui-là? 

Celui-là demeure dans les déserts. 

Le lion et le cheval sont-ils des animaux qui ont quatre pieds? 

Oui, ce sont des animaux qui ont quatre pieds. 

De quel naturel est l'un? 

L'un est d'un naturel cruel. 

De quel naturel est l'autre? 

L'autre est d'un naturel doux. 

Où celui-ci fait-il sa demeure? 

11 la fait dans nos maisons. 

Où celui-là fait-il la sienne? 

11 la fait dans les déserts. 



275 



WÊa 



Le lion ainsi que le cheval, sont-ils des animaux qui marchent avec quatre 
pieds? 
Oui, ce sont des animaux qui marchent avec quatre pieds. 
Quel est le naturel de l'un ? 
Le naturel de l'un est cruel. 
Quel est celui de l'autre? 
Celui de l'autre est doux. 
Où celui-ci habite-t-il? 
Il habite dans nos maisons. 
Où celui-là habite-t-il? 
11 habite dans les déserts. 



m. 



m 



270 



LOCUTION ADVERBIALE « LA PLUPART ». 



LEÇON 321 



PRONOMS INDÉFINIS « L'UN L'AUTRE, LUNE L'AUTRE, LES UNS 
LES AUTRES, LES UNES LES AUTRES ». 



MASCULIN. 

Paul et Jean s'aiment beaucoup l'un 
Foutre. 

Us s'obligent souvent l'un l'autre. 

Le père de Paul et celui de Jean 
s'estiment beaucoup l'un l'autre. 
Us s'aident souvent l'un l'autre. 

Les bons chrétiens s'aiment les uns 
les autres. 
lis se secourent les uns les autres. 



FEMININ. 

Pauline et Jeanne s'aiment beaucoup 
l'une l'autre. 
Elles s'obligent l'une l'autre. 

Etc. 



Les amis s'affectionnent les uns les 
autres. 
Ils s'obligent les uns les autres. 
Etc. 



DIALOGUE. 

Paul et Jean s'aiment-ils beaucoup l'un l'autre ? 
Oui, ils s'aiment beaucoup l'un l'autre. 
S'obligent-ils souvent l'un l'autre? 
Oui, ils s'obligent souvent l'un l'autre. 



LEÇON 322. 



LOCUTION ADVERBIALE « LA PLUPART > 



ri 

I 



Quelques serins sont gris. 
La plu/wrt sont jaunes. 

Quelques lapins sont noirs. 
Lu plupart sont gris. 



RECAPITULATION. 

Quelques brebis sont noires. 
La plupart sont blanches. 

Quelques canards sont blancs. 
La plupart sont gris. 

Quelques pigeons sont blancs. 

La plupart sont de diverses couleurs. 

Quelques enfants sont graves. 
La plupart sont légers. 
Etc. 

DIALOGUE. 

Quelques serins sont-ils gris? 
Oui, quelques-uns sont gris. 
Comment sont la plupart ? 
Ils sont jaunes. 
Etc. 



277 



LEÇON 323. 



RÉCAPITULATION. 

Tous les sourds-muets portent un pantalon, des souliers, des bas, et une 
cravate. 
Certains portent une veste. 
La plupart portent une blouse. 
Chacun a une ardoise et un crayon. 
Chacun a aussi des cahiers et des plumes. 
Quelques-uns ont des billes. 
Aucun n'a de bilboquet. 

Toutes les sourdes-muettes portent une robe, un tablier et une pèlerine 

Certaines portent un chapeau. 

La plupart portent un bonnet. 

Chacune a un étui et un dé. 

Chacune a aussi des ciseaux. 

Quelques-unes ont un couteau. 

Aucune n'a de canif. 



1 



m 






278 



LE VERBE ï AVOIR ». 



LEÇON 324. 



CONJUGAISON DES VERBES AUX TEMPS DE L'INDICATIF ET A CEUX 
DE L'INFINITIF. — LE VERBE « AVOIR ». 



Indicatif. 



Présent. 

J'ai. 

Tu as. 
lia. 

Nous avons. 
Vous avez. 
Ils ont. 

Futur. 

J'aurai. 
Tu auras. 
Il aura. 
Nous aurons. 
Vous aurez. 
Ils auront. 

Passé défini. 

J'eus. 
Tu eus. 
Il eut. 

Nous eûmes. 
Vous eûtes. 
Ils eurent. 

Imparfait. 

J'avais. 
Tu avais. 
Il avait. 
Nous avions. 
Vous aviez. 
Ils avaient. 



Passé indéfini. 

J'ai eu. 
Tu as eu. 
Il a eu. 

Nous avons eu. 
Vous avez eu. 
Ils ont eu. 

Futur antérieur. 



J'aurai 
Tu auras 
11 aura 
Nous aurons 
Vous aurez 
Ils auront 



eu. 



Passé antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 

Nous eûmes 
Vous eûtes 
Ils eurent 



eu. 



Plus-que-Parfait. 

J'avais 

Tu avais / 

Il avait 1 

• ) PU 

Nous avions ' 
Vous aviez. 
Tls avaient. 



Infinitif. 



Présent. 


Passé. 


Avoir. 


Avoir eu. 


Participe présent. 


Participe passé. 


Ayant. 


Ayant eu. 



LE VERBE 



ETRE ». 



279 



LEÇON 325. 



LE VERBE « ETRE ». 



Indicatif. 



Présent. 

Je suis. 

Tues. 

Il est. 

Nous sommes. 

Vous êtes. 

Ils sont. 

Futur. 

Je serai. 
Tu seras. 
Il sera. 
Nous serons. 
Vous serez. 
Ils seront. 

Passé défini. 

Je fus. 
Tu fus. 
Il fut. 

Nous fûmes. 
Vous fûtes. 
Ils furent. 

Imparfait. 

J'étais. 
Tu étais. 
11 était. 
Nous étions. 
Vous étiez. 
Ils étaient. 



, élé. 



Passé indéfini. 



J'ai 

Tu as 

lia 

Nous avons 

Vous avez 

Ils ont 



Futur antérieur. 



J'aurai 
Tu auras 
Il aura 
Nous aurons 
Vous aurez 
Ils auront 



été. 



, été. 



Passé défini antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 

Nous eûmes 
Vous eûtes 
Ils eurent 



Plus-que-parfait. 

J'avais ! 

Tu avais / 

11 avait > élé 

Nous avions ( 

Vous aviez 1 

Ils avaient 



Infinitif. 



Présent. 
Être. 

Participe présent. 
Étant. 



Passé. 
Avoir été. 

Participe passé. 
Été, Ayant été. 



280 



LE VERBE « AIMER ». 



LEÇON 326. 



VERBES EN « ER ». _ « AIMER ». 



Indicatif. 



Présent. 

J'aime. 
Tu aimes. 
II aime. 
Nous aimons. 
Vous aimez. 
Ils aiment. 

Futur. 

J'aimerai. 
Tu aimeras. 
Il aimera. 
Nous aimerons. 
Vous aimerez. 
Ils aimeront. 

Passé défini. 

J'aimai. 
Tu aimas. 
Il aima. 
Nous aimâmes. 
Vous aimâtes. 
Ils aimèrent. 

, Imparfait. 

J'aimais. 
Tu aimais. 
Il aimait. 
Nous aimions. 
Vous aimiez. 
Ils aimaient. 



Passé indéfini. 



J'ai 

Tuas 

Ha 

Nous avons 

Vous avez 

Ils ont 



aime, 



Futur antérieur. 

J'aurai i 

Tu auras J 
Il aura f - . 
Nous aurons aime ' 
Vous aurez I 
Ils auront 

Passé défini antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 
Nous eûmes 
Vous eûtes 
Ils eurent 



Plus-que-parfait. 

J'avais 

Tu avais 

Il avait 

Nous avions, a,mo - 

Vous aviez 

Ils avaient 



aimé. 



Passé indéfini antérieur 



J'ai eu 
Tu as eu 
Il a eu 
Nous avons eu 
Vous avez eu 
Ils ont eu 



aimé. 



Infinitif. 



Présent. 



Aimer. 

Participe présent. 
Aimant. 



Ainsi 



Passé. 
Avoir aimé. 

Participe passé. 

Aimé, Aimée , 
Ayant aimé. 

porter, 
déjeuner, 
dîner, 
goûter, 
souper, 
chercher, 
trouver. 
Etc. 



LE VERBE t FINIR ». 



281 



LEÇON 327. 



VERBES EN «M ». — «FINIR ». 



Indicatif. 



Présent. 

Je finis. 
Tu finis. 
11 finit. 

Nous finissons. 
Vous finissez. 
Ils finissent. 

Futur. 

Je finirai. 
Tu finiras. 
Il finira. 
Nous finirons. 
Vous finirez. 
Ils finiront. 

Passé délini. 

Je fini. 
Tu finis. 
11 finit. 

Nous finîmes. 
Vous finîtes. 
Ils finirent. 

Imparfait. 

Je finissais. 
Tu finissais. 
Il finissait. 
Nous finissions. 
Vous finissiez. 
Ils finissaient. 



Passe indéfini. 



J'ai 

Tuas 

lia 

Nous avons 

Vous avez 

Ils ont 



fini. 



Futur antérieur. 



fini. 



J'aurai 
Tu auras 
Il aura 
Nous aurons( 
Vous aurez 
Ils auront 



Passé délini antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 
Nous eûmes( 
Vous eûtes 
Ils eurent 



Passé indéfini antérieur 

J'ai eu 
Tu as eu 
Il a eu 

Nous avons eui 
Vous avez eu 
Ils ont eu 



fini. 



Plus-que-parfait. 



J'avais 
Tu avais 
Il avait 
Nous avions. 
Vous aviez 
Ils avaient 



fini. 



Infinitif. 



Présent. 


Passé. 


Finir. 


Avoir fini. 


Participe présent. 


Participe passé. 


Finissant. 


Fini, finie, ayant 
fini. 


Ainsi : / 

\ 


obéir, 
désobéir, 
bénir, 
chérir, 
choisir, 
applaudir, 
etc. 



282 



LE VERBE « RECEVOIR ». 



LEÇON 328. 



VERBES EN « 01 R ». — « RECEVOIR ». 



Indicatif. 



Présent. 

Je reçois. 
Tu reçois. 
Il reçoit. 
Nous recevons. 
Vous recevez. 
Ils reçoivent. 

Futur. 

Je recevrai. 
Tu recevras. 
Il recevra. 
Nous recevrons. 
Vous recevrez. 
Ils recevront. 

Passé défini. 

Je reçus. 
Tu reçus. 
Il reçut. 
Nous reçûmes. 
Vous reçûtes. 
Ils reçurent. 

Imparfait. 

Je recevais. 
Tu recevais. 
Il recevait. 
Nous recevions. 
Vous receviez. 
Us recevaient. 



Passé indéfini. 



J'ai 

Tuas 

lia 

Nous avonsl 

Vous avez 

Us ont 



reçu. 



Futur antérieur. 

J'aurai \ 

Tu auras 
Il aura 
Nous aurons^ 
Vous aurez 
Ils auront 



reçu. 



Passé défini antérieur. 

J'eus 
Tu eus 
Il eut 

Nous eûmesl 
Vous eûtes 
Ils eurent 



reçu. 



Plus-que-parfait. 

J'avais , 

Tu avais J 
Il avait ' 
Nous avionsl reçU- 
Vous aviez 1 
Ils avaient 



Passé indéfini antérieur 



J'ai eu 

Tu as eu 
Il a eu 

Nous avons eu 
Vous avez eu 
Ils ont eu 



reçu 



Infinitif. 



Présent. 
Recevoir. 

Participe présent. 

Recevant. 



Ainsi 



Passé. 

Avoir reçu. 

Participe passé. 

Reçu , reçue, 
Ayant reçu. 

concevoir. 

percevoir. 
< apercevoir. 
J devoir. 
\ etc. 









HKM 



LE VERBE « RENDRE ». 



283 



LEÇON 329. 



VERBES EN « RE». — « RENDRE » . 



Présent. 

Je rends. 
Tu rends. 
Il rend. 
Nous rendons. 
Vous rendez. 
Ils rendent. 

Futur. 

Je rendrai. 
Tu rendras. 
11 rendra. 
Nous rendrons. 
Vous rendrez. 
Ils rendront. 

Passé défini. 

Je rendis. 
Tu rendis. 
Il rendit. 
Nous rendîmes. 
Vous rendîtes. 
Ils rendirent. 

Imparfait. 

Je rendais. 
Tu rendais. 
Il rendait. 
Nous rendions. 
Vous rendiez. 
Ils rendaient. 



Indicatif. 



Passé indéfini. 



J'ai 

Tuas 

lia 

Nous avons 

Vous avez 

Ils ont 



rendu 



Futur antérieur. 



J'aurai 
Tu auras 
Il aura 
Nous aurons| 
Vous aurez 
Us auront 



rendu 



Passé défini antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 
Nous eûmes 
Vous eûtes 
Ils eurent 



rendu 



Plus-que-parfait. 



J'avais 
Tu avais 
Il avait 
Nous avionsl 
Vous aviez 
Ils avaient 



rendu 



Passé indéfini antérieur 

J'ai eu 

Tu as eu 

Il a eu 

Nous avons eui ru ' 

Vous avez eu ] 

Ils ont eu 



Infinitif. 




Présent. 
Rendre. 

Participe présent. 
Rendant. 



Ainsi 



Passé. 
Avoir rendu. 

Participe passé. 

Rendu, rendue, 
Ayant rendu. 

tendre, 
étendre, 
fendre, 
refendre, 
répandre, 
etc. 






I 



284 



LE VERBE a DORMIR ï. 



LEÇON 330. 



VERBES NEUTRES SE CONJUGUANT AUX TEMPS COMPOSES AVEC LE 
VERBE a A VOIR ». — « DORMIR ». 

Ces verbes neutres , quand ils sont réguliers , se conjuguent comme les verbes actifs , selon la 
conjugaison à laquelle ils appartiennent. 



Indicatif. 






Présent. 

Je dors. 
Tu dors. 
Il dort. 

Nous dormons. 
Vous dormez. 
Ils dorment. 

Futur. 

Je dormirai. 
Tu dormiras. 
Il dormira. 
Nous dormirons. 
Vous dormirez. 
Ils dormiront. 

Passé défini. 

Je dormis. 
Tu dormis. 
Il dormit. 
Nous dormîmes. 
Vous dormîtes. 
Ils dormirent. 

Imparfait. 

Je dormais. 
Tu dormais. 
Il dormait. 
Nous dormions. 
Vous dormiez. 
Ils dormaient. 



Passé indéfini. 



J'ai 

Tuas 

lia 

Nous avonsi 

Vous avez | 

Ils ont 



dormi. 



Futur antérieur. 

J'aurai N 
Tu auras 

g aura 
Nous aurons! 

Vous aurez 

Ils auront 

Passé défini antérieur. 



J'eus 
Tu eus 
Il eut 

Nous eûmesl 
Vous eûtes 
Ils eurent 



dormi 



Plus-que-parfait. 

J'avais 
Tu avais 

ï avait . >dormi 
Nous avionsl 

Vous aviez 1 

Ils avaient 



Passé indéfini antérieur 

J'ai eu \ 

Tu as eu J 
Il a eu ( i 

Nous avons eu dormi - 
Vous avez eu ) 
Ils ont eu 



Infinitif. 



Présent. 
Dormir. 

Participe présent. 
Dormant. 



Ainsi 



Passé. 

Avoir dormi. 

Participe passé. 

Dormi , ayant 
dormi. 

bâiller, 
courir, 
glisser, 
rire, 
tousser, 
etc. 









LE VERBE « SORTIR ». 



285 



I 



LEÇON 331. 

VERBES NEUTRES SE CONJUGUANT AUX TEMPS COMPOSÉS AVEC LE 
VERBE « ÊTRE ». — « SORTIR ». 

Ces verbes neutres , quand ils sont réguliers , se conjuguent , aux temps simples , comme les 
verbes actifs , selon la conjugaison à laquelle ils appartiennent, mais ils n'ont pas de passé indé- 
fini antérieur, le verbe Etre n'en ayant pas. 



Indicatif. 



Présent. 


Passé indéfini. 


Présent. 


Passé. 


Je sors. 


Je suis \ sorti 


Sortir. 


Être sortie. 


Tu sors. 


Tu es ou 






Il sort. 


Il est \ sortie 


Participe présent. 


Participe passé. 


Nous sortons. 


N. sommes! sortis 






Vous sortez. 


Vous êtes | ou 


Sortant. 


Sorti, sortie, étant 


Ils sortent. 


Ils sont 'sorties 




sorti ou sortie 


Futur. 


Futur antérieur. 




entrer. 
' venir. 


Je sortirai. 


Je serai J sorti 




\ aller. 


Tu sortiras. 


Tu seras | ou 


Ainsi : 


\ monter. 


Il sortira. 


Il sera \ sortie 




' descendre. 


Nous sortirons. 


Nous serons i sortis 
Vous serez [ ou 
Us seront 'sorties 




1 etc. 


Vous sortirez. 






Ils sortiront. 






Passé défini. 


Passé défini antérieur. 






Je sortis. 


Je fus 1 sorti 
Tu fus | ou 
Il fut j sortie 






Tu sortis. 






Il sortit. 






Nous sortîmes. 


Nous fûmes] sortis 






Vous sortîtes. 


Vous fûtes [ ou 






Ils sortirent. 


Ils furent 'sorties 






Imparfait. 


Plus-que-parfait. 






Je sortais. 


J'étais ) sorti 






Tu sortais. 


Tu étais ou 






Il sortait. 


Il était ! sortie 






Nous sortions. 


Nous étions) sortis 






Vous sortiez. 


Vous étiez > ou 






Ils sortaient. 


Us étaient 'sorties 







Infinitif. 






I 



286 



LE VERBE < SE LAVER ». 



LEÇON 332. 



VERBES PRONOMINAUX. — « SE LA VER 



Indicatif. 



Présent. 

Je me lave. 
Tu te laves. 
Il se lave. 
Nous nous lavons. 
Vous vous lavez. 
Ils se lavent. 

Futur. 

Je me laverai. 
Tu te laveras. 
11 se lavera. 
Nous nous laverons. 
Vous vous laverez. 
Ils se laveront. 

Passé défini. 

Je me lavai. 

Tu te lavas. 

Il se lava. 

Nous nous lavâmes. 

Vous vous lavâtes. 

Ils se lavèrent. 

Imparfait. 

Je me lavais. 
Tu te lavais. 
Il se lavait. 
Nous nous lavions. 
Vous vous laviez. 
Ils se lavaient. 



Passé indéfini. 

Je me suis lavé 

Tu t'es i ou 

H s'est \ lavée 

Nous nous sommes' lavés 
Vous vous êtes ) ou 
Ils se sont gavées 

Futur antérieur. 



Je me serai 
Tu te seras 
II se sera 
Nous nous serons 
Vous vous serez 
Ils se seront 




y ou 
j lavées 



Passé défini antérieur. 

Je me fus \ lavé 

Tu te fus > ou 

Il se fut ) lavée 

Nous nous fûmes i lavés 

Vous vous fûtes > ou 

Ils se furent 'lavées 

Plus-que-parfait. 

Je m'étais 
Tu t'étais 
Il s'était 

Nous nous étions 
Vous vous étiez 
Ils s'étaient 




Infinitif. 



Présent. 

Se laver. 
i 

Participe présent. 

Se lavant. 



Ainsi 



Passé. 

S'être lavé ou 
lavée. 

Participe passé. 

Lavé , lavée , 
s'étant lavé 
ou lavée. 

se promener, 
se chauffer, 
s'habiller, 
se moucher, 
se raser, 
se louer, 
etc. 



m 



LE VERBE € FALLOIR ». 



287 



LEÇON 333. 



VERBES IMPERSONNELS. — « FALLOIR ». 



Indicatif. 



Présent. 


Passé indéfini. 


Présent. 


Passé. 


Il faut. 


Il a fallu. 


Falloir. 


Avoir fallu. 


Futur. 


Futur antérieur. 


Participe présent. 


Participe passé 


Il faudra. 


Il aura fallu. 


Fallant. 


Fallu. 


Passé défini. 


Passé défini antérieur. 




Ayant fallu. 


Il fallut. 

Imparfait. 


II eut fallu. 
Plus-que-parfait. 


Ainsi : 


pleuvoir. 
\ geler. 
1 grêler, 
etc. 


Il fallait. 


Il avait fallu. 







Infinitif. 



FIN DU PREMIER VOLUME. 



TABLE DES MATIÈRES. 



Leçons. 

v CHAPITRE I. 

Verbes neutres. — Verbes actifs. — Verbes pronominaux. — 
Prépositions 

1. Impératif. — Verbfs réguliers 

2. Impératif (suite). — Verbes irréguliers 

3. Impératif (suite). — Verbes pronominaux. ........ 

4. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé 

5. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

6. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

7. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

8. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

9. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

10. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

11. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

12. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

13. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé (suite) 

14. Verbe à l'Impératif suivi d'un complément direct .' 

15. Verbe à l'Impératif suivi d'un complément direct (suite) 

16. Exercice sur les deux leçons précédentes 

17. Prépositions. ...,., 

18. Prépositions (suite) 

19. Impératif. — Substantifs abstraits 

20. Impératif. — Prépositions 

21. Préposition à travers 

22. Préposition par ; locutions prépositives par-dessus, par-dessous. . . 

23. Impératif; locutions prépositives le long de , de long en large. . . 

24. Les pronoms personnels se mettent après le verbe quand ils sont 

compléments directs ou indirects , et que le verbe est à l'Impé- 
ratif ; pourvu que la phrase soit affirmative 

25. Les pronoms personnels se mettent après le verbe quand ils sont 

compléments directs ou indirects, et que le verbe est à l'Impératif; 
pourvu que la phrase soit affirmative (suite) 

ENSEIGNEMENT. — T. |g 



Pages. 



1 
1 

2 

2 
3 
4 
5 
G 
7 
8 
9 

10 
11 
11 
12 
12 
13 
14 
15 
15 
16 
17 
17 
18 



19 



19 



''■'.'-■■"*■:.■ 




290 TABLE DES MATIÈRES. 

26. Exercice sur les deux leçons précédentes 20 

27. Les pronoms personnels se mettent après le verbe quand ils sont 

compléments directs ou indirects , et que le verbe est à l'Impé- 
ratif ; pourvu que la phrase soit affirmative 20 

28. Exercice sur la leçon précédente 21 

29. Impératif. —Futur. — Présent. —Passé 22 

30. Connaissance des mots endroit, lieu, place, qui , dans cette leçon, 

sont synonymes 23 

31. Pronom relatif qui devant est et était, et connaissance des mots 

ailleurs et autre part 23 

32. Impératif. — Substantif abstrait endroit 24 

33. Impératif. — Exercice sur le mot place 25 

34. Impératif. — Exercice sur le mot place (suite) 25 

35. Impératif. — Exercice sur le mot place (suite) 26 

36. Impératif. — Exercice sur le verbe changer et sur le Passé. ... 27 

37. Impératif. — Exercice sur la préposition entre et sur le Passé. . . 27 

38. Impératif. — Exercice sur la préposition parmi et sur le Passé. . . 28 

39. Impératif. »— Exercice sur les prépositions à et de et sur le Passé. . 29 

40. Impératif. — Exercice sur les prépositions depuis , jusqu'à et sur le 

Passé 29 

41. Passage des verbes actifs aux verbes pronominaux 30 

42. Passage des verbes actifs aux verbes pronominaux (suite). ... 31 

43. Passage des verbes actifs aux verbes pronominaux (suite). ... 32 

44. Passage des verbes actifs aux verbes pronominaux (suite). ... 33 

45. Verbes qui peuvent se traduire en un autre verbe accompagné d'un 

substantif qui lui sert de complément direct 34 

CHAPITRE II. 

Exercices sur l'Impératif. — Futur. — Présent. — Passé. — 
Prépositions. —Adverbes 35 

46. Comparaison des verbes pronominaux dont le second pronom est 

régime direct, avec d'autres verbes synonymes dont le second pro- 
nom est régime indirect 35 

47. Comparaison des verbes pronominaux dont le second pronom est 

régime direct, avec d'autres verbes synonymes dont le second pro- 
nom est régime indirect (suite) 36 

48. Impératif. — Présent. — Passé. — Exercice sur que et qui interro- 

ge " 37 

49. Qu'est-ce que. — Qui est-ce qui 38 



TABLE DES MATIÈRES. 291 

50. Impératif. — Présent. —Futur. — Exercice sur qui interrogatif , 

sujet ou régime direct 38 

51. Quiest-ee que , employé comme régime direct 39 

52. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé. — Application du pro- 

nom personnel vous , s'adressant à une personne que l'on doit 

respecter 40 

53. Futur. — Impératif. — Présent. — Passé. — Exercice sur le pro- 

nom personnel vous, se rapportant soit à plusieurs personnes, soit 

à une seule, qu'on doit respecter; et sur le pronom nous. . . 41 

54. Verbes pronominanx. — Impératif. — Présent. — Passé. ... 42 

55. Verbes pronominaux. — Impératif. — Présent. — Passé (suite). . 43 

56. Impératif. 44 

57. Futur. — Impératif. — Passé 45 

58. Exercice sur le mot fois 46 

59. Exercice sur le mot fois (suite) 46 

60. Distinction du nombre ordinal d'avec le nombre cardinal. ... 47 

61. L'adverbe comment et le mot abstrait fois 48 

62. Nombres cardinaux. — Nombres ordinaux 49 

63. Application des nombres cardinaux et ordinaux 49 

64 Nombres cardinaux et ordinaux (suite) 50 

65. L'adverbe ensemble et locutions adverbiales l'un après l'autre. — Les 

uns après les autres. — L'une après l'autre. — Les unes après les 

autres 51 

66. Locutions adverbiales une fois. — Une autre fois. — Encore une autre 

fois. — Deux fois — Deux autres fois, etc 52 

67. L'adjectif autre 53 

68. Locutions adverbiales. — Prépositions 54 

69. Impératif. — Prépositions et adverbes correspondant à ces préposi- 

tions 55 

70. Adverbes enseignés dans la leçon précédente, employés ici par con- 

traste 56 

71. Futur. — Impératif. — Passé 57 

72. Préposition à exprimant la propriété 58 

73. Préposition à exprimant la propriété (suite) 59 

74. Impératif. — Passé 60 

75. Impératif. — Passé (suite) 61 

76. Impératif. — Passé (suite) 62 

77. Impératif. — Passé (suite) 63 

78. Impératif. — Passé (suite) 64 

79. Impératif. — Passé (suite) 65 






292 TABLE DES MATIÈRES. 

80. Impératif. — Passé (suite) 66 

81. Impératif. — Passé (suite) 67 

82. Impératif. — Passé (suite) 68 

83. Impératif. — Passé (suite) 69 

84. Impératif. — Passé (suite) 70 

85. Impératif. — Passé (suite) 71 

86. Impératif. — Passé (suite) 72 

87. Impératif. — Passé (suite) 73 

88. Impératif. — Passé (suite) 74 

89. Demandes 75 

90. Demandes (suite) 75 

91. Prières 76 



CHAPITRE III. 



9-2. 
93. 
94. 

93. 

9G. 

97. 

98. 

99. 
100. 
101. 
102. 
103. 
104. 
105. 
106. 

107. 

108. 



Exercices sur l'Impératif. — Présent. — Passé. — Infinitif.— 

substantifs et adjectifs abstraits. — adverbes 77 

Présent de l'Infinitif. — Impératif. — Présent de l'Indicatif. . . 77 

Verbes au présent de l'Infinitif, changes en Impératif. .... 78 
Verbes à l'Impératif, changés en présent de l'Infinitif. — Emploi du 

verbe conseiller 79 

Verbes à l'Impératif changés en présent de l'Infinitif. — Emploi du 

verbe défendre . 80 

Verbes à l'Impératif changés en présent de l'Infinitif. —Emploi des 

verbes engager, exhorter 81 

Impératif. — Infinitif. — Passé 82 

Exercice synonymique 83 

Impératif. — Infinitif. — Conjonction si 84 

Exercice sur la conjonction comment 84 

Exercice sur les conjonctions si, comment, pourquoi 85 

Exercice sur ce que 86 

Exercice synonymique 86 

Exercice sur les leçons précédentes 87 

Adjectifs employés au comparatif de supériorité ou d'inlériorité. . . 88 
Substantifs abstraits employés au comparatif de supériorité ou d'infé- 
riorité 89 

Adjectifs. — Substantifs abstraits, employés dans les leçons précé- 
dentes 89 

Adjectifs. — Substantifs abstraits, employés au comparatif d'égalité. 90 



TABLE DES MATIÈRES. 293 

109. Adjectifs. — Substantifs abstraits , employés au comparatif de supé- 

riorité 91 

110. Adjectifs. — Substantifs abstraits, employés au comparatif d'infério- 

riorité 91 

111. Adjectifs. — Substantifs abstraits, employés au superlatif. ... 92 

112. Phrases à construire 93 

113. Phrases à construire (suite) 94 

114. Adverbes beaucoup , peu 95 

115. Adverbes beaucoup, peu (suite) 95 

116. Plus de... que. — Moins de... que 96 

117. l'ius de... que. — Moins de... que (suite) 97 

118. Plus de... que. — Moins de... que (suite) 97 

119. Pas autant de... que. — Moins de... que 98 

120. Pas autant de... que. — Moins de... que (suite) 99 

121. Autant de... que. — Autant de... l'un que l'autre 100 



m 



CHAPITRE IV. 



Exercices divers sur les adverbes et les adjectifs. 



101 



122. 
123. 
124. 
123. 
126. 
127. 
128. 
129. 
130. 
131. 
132. 
133. 
134. 
135. 
136. 
137. 
138. 
139. 
140. 
141. 
142. 



Plus de... que de... — Moins de... que de 101 

Plus de... que de...— Moins de... que de... (suite') 102 

Leçon préparatoire. — Autant de... que de , . . . 103 

Autant de... que de 104 

Autant de... que de... (suite) 105 

Leçon préparatoire 106 

Pas autant de... que de 107 

Assez de... — Pas assez de 107 

Trop de... — Trop peu de 109 

Trop de... — Trop peu de... (suite) 110 

Assez, pas assez, trop, avec un adjectif. 110 

Assez, pas assez, trop, avec un adjectif (suite) 111 

Bien, mal, avec un participe passé 112 

Pas aussi bien, moins bien, avec un participe passe 113 

Bien, mieux, avec un participe passé 114 

Parfaitement, pas mieux, avec un participe passé 115 

Bien, mal, très-bien, très-mal, mieux, moins bien, avec un verbe. . 116 

Beaucoup, peu, plus que, moins que, autant que, avec un verbe. . . 117 

Assez, pas assez, avec un verbe 118 

Trop, pas trop, avec un verbe H9 

Plus que, moins que, avec un verbe 119 






2 ^ TABLE DES MATIÈRES. 

143. Autant que, pas autant que, avec un verbe. .... ian 

144. Si... que, avec un adjectif. -Tant... que.., avec un substantif. '. . 121 

145. Exercice synonymique - 99 

146. Si... que, avec un adjectif. - Tant... que.., avec un substantif. '. [ 123 

147. Exercice synonymique 

148. Plus... et plus, d'autant plus, avec un adjectif. 124 

149. Plus... et plus, d'autant plus, avec un substantif. [ 125 

150. Moins... et moins, d'autant moins i 2 i» 

151. Plus... et plus, d'autant plus, davantage 126 

152. Plus... et mieux, d'autant mieux, davantage 126 

153. Moins... et plus, d'autant plus , 27 

154. Adverbes modifiant : 1° un verbe; 2° un adjectif; 3° un autre ad- 

verbe 

127 

155. Changement de l'adverbe : 1» en adjectif; 2° en substantif. ... 128 

156. Exercice synonymique .„„ 

157. Transformation de certains adjectifs en adverbes i 30 

158. Transformation de certains adjectifs en adverbes (suite). . \Zi 

159. Transformation de certains adjectifs en adverbes (suite). . 131 

160. Exercice sur les leçons précédentes 132 

161. Adverbes employés au comparatif de supériorité ou d'infériorité. . 133 

162. Adverbes employés au comparatif d'égalité 133 

163. Adverbes employés au superlatif absolu et au superlatif de supério- 

rité 134 

164. Adverbes employés au superlatif relatif d'infériorité. ... 134 

165. Dérivation de quelques mots .ok 

166. Dérivation de quelques mots (suite) j 35 

167. Dérivation de quelques mots (suite) 13 g 

168. Dérivation de quelques mots (suite) 137 

169. Dérivation de quelques mots (suite) j 37 

170. Dérivation de quelques mots (suite). ..... 138 

171. Dérivation de quelques mots (suite) | 38 

172. Nomenclature d'adjectifs .o q 

173. Explication et développement des adjectifs intelligent, idiot; laborieux, 

fainéant ; savant, ignorant .... 

174. Explications et développements des adjectifs attentif, inattentif; re- 

cueilli, dissipé; tranquille, turbulent ^ 



4 -— — • ^BV 




V^^H H^^P^ 




TABLE DES MATIÈRES. 




295 





CHAPITRE V. 

Adjectifs et substantifs abstraits. — Substantifs généraux. 
— Exercices sur les costumes et les qualités physiques et 
morales des élèves, etc 142 

175. Explications et développements des adjectifs raisonnable, déraisonna- 

ble; soigneux, négligent \ humble , orgueilleux 142 

176. Explications et développements des adjectifs reconnaissant , ingrat ; 

honnête, malhonnête; docile, indocile m 

177. Explications et développements des adjectifs prudent, imprudent; bon, 

méchant ; doux, vindicatif 145 

178. Adjectifs ayant un complément précédé de la préposition à. . 146 

179. Substantifs abstraits ayant un complément précédé de la préposi- 

tion à. . 147 

180. Exercice synonymique J48 

181. Adjectifs et substantifs abstraits ayant un complément précédé de la 

préposition envers 149 

182. Adjectifs et substantifs abstraits ayant un complément précédé de la 

préposition envers 149 

183. Dialogue relatif aux deux leçons précédentes. ....... 150 

181. Adjectifs corrélatifs 151 

185. Adjectifs et substantifs corrélatifs 151 

186. Adjectifs ayant un complément précédé de la préposition par. . . 152 

187. Adjectifs ayant un complément précédé des prépositions dans, en, 

sur • 153 

188. Adjectifs ayant un complément précédé de la préposition de. . . 154 

189. Adjectifs ayant un complément précédé de la préposition de (suite). 155 

190. L'adjectif plein ayant un complément précédé de la préposition de. . 156 

191. L'adjectif plein ayant un complément précédé de la préposition de 

(suite) 157 

192. Exercice sur les deux leçons précédentes 157 

193. Substantifs abstraits ayant un complément précédé de la préposi- 

tion à 158 

194. Substantifs abstraits ayant un complément précédé de la préposition 

pour 159 

195. Substantifs abstraits ayant un complément précédé de la préposition 

contre 160 

196. Exercice sur les costumes des élèves 160 

197. Exercice synonymique 161 






fc 






296 TABLE DES MATIÈRES. 

198. Autre exercice sur le costume des élèves (suite) 163 

199. Autre exercice sur le costume des élèves (suite) 164 

200. Exercice sur le caractère et les qualités des élèves 163 

201. Exercice sur le caractère et les défauts des élèves 166 

202. Exercice sur l'air et les manières des élèves 167 

203. Exercice à l'aide duquel on décrit le corps, la taille, la figure et les 

traits des élèves _ 40g 

204. Exercice à l'aide duquel on décrit le corps, la taille, la figure et les 

traits des élèves (suite) 16<j 

205. Exercice sur l'âge, le pays et les parents des élèves 170 

206. Exercice sur les sciences et les métiers auxquels s'appliquent les élè- 

ves dans l'Institution 171 

207. Exercice sur les divers lieux d'une école de Sourds-Muets 172 

208. Exercice sur ce qu'il y a dans la classe 173 

209. Exercice sur les divers objets nécessaires à un écolier 174 

210. Exercice sur certains substantifs génériques 175 

211. Exercice sur les meubles de la classe 176 

212. Exercice sur certains objets nécessaires à un écolier 177 

213. Exercice sur les substantifs génériques jouets, jeux 178 

214. Exercice sur ce que fait un élève : 1° à l'étude ; 2° à la classe ; 3° au 

réfectoire; 4° à la cour; 5° au dortoir 178 

215. Leçon préparatoire I79 

216. Exercice relatif à la leçon précédente 180 

217. Leçon préparatoire 181 

218. Leçon préparatoire (suite) 182 

219. Dialogue relatif aux deux leçons précédentes. . 182 

220. Dialogue relatif aux deux leçons précédentes (suite) 183 

221. Principaux vêtements d'hommes 184 

CHAPITRE VI. 

Exercices divers. — Mots génériques. — Nombres. .... 185 

222. Exercice sur ce que fait un écolier : 1° quand il se dispose à se con- 

fesser ; 2° quand il va à la Messe 185 

223. Exercice sur ce que fait un écolier : 1" quand il va se promener; 

2° quand il se couche 186 

224. Exercice sur ce que doit être un écolier, et sur ce qu'il ne doit pas 

^ être 188 

225 Exercice sur les qualités qu'un écolier doit avoir , et sur les défauts 

contraires qu'il ne doit pas avoir 189 




fet*l 



TABLE DES MATIÈRES. 297 

226. Exercice sur les fonctionnaires d'une école 190 

227. Exercice sur ce qu'il y a dans le réfectoire 191 

228. Exercice sur ce qu'il y a dans le dortoir 192 

229. Exercice sur ce qu'il y a dans la chapelle 193 

■230. Exercice sur ce qu'il y a dans un salon 194 

231. Exercice sur ce qu'il y a dans une chambre 195 

232. Exercice sur ce qu'il y a dans la cuisine 196 

233. Exercice sur les meubles et sur les ustensiles qu'il y a dans la cuisine. 197 

234. Mots génériques. — Aliments, boissons, friandises 198 

235. Mots génériques. — Plantes, arbrisseaux, arbres 198 

236. Exercice sur les arbres fruitiers 199 

237. Exercice sur les grains . 200 

238. Exercice sur certaines graines 201 

239. Mots génériques. — Minéraux, végétaux, animaux 202 

240. Exercice sur les métaux 203 

241. Mots génériques. — Vêlements, chaussures , coiffures , parures. . . 204 

242. Exercice sur les vêtements. 205 

243. Exercice sur les chaussures 205 

244. Exercice sur certaines chaussures 206 

245. Exercice sur les coiffures 207 

246. Autre exercice sur les coiffures 207 

247. Exercice sur les parures 208 

248. Exercice sur les ouvriers 209 

249. Exercice sur les meubles ' 210 

250. Exercice sur certains objets très-utiles 211 

251. Exercice sur certains instruments et sur certaines armes blanches. 212 

252. Exercice sur les nombres, depuis 1 jusqu'à 20 213 

253. Explication des nombres, depuis 11 jusqu'à 19 213 

254. Explication des nombres 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90 214 

255. Comment on arrive aux nombres 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90. . 215 

256. Explication desnombres 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107,108,109. 216 

257. Comment, du nombre 109, on arrive au nombre 110, et explication 

des nombres suivants 217 

258." Explication des nombres 110, 120, 130, 140, 150, 160, 170, 180, 

190 218 

259. Comment on arrive aux nombres 200, 300, 400, 500, 600, 700, 

800,900,1,000 219 

260. Noms des nombres, depuis 1,000 jusqu'à 200,000,000 219 

261. Comment on arrive aux nombres 2,000, 10,000, 20,000, etc. . . 220 

262. Décomposition des nombres 221 

ENSEIGNEMENT. — P. 20 







I 



298 TABLE DES MATIÈRES. 

263. Conversion des chiffres arabes en chiffres romains 221 

264. Conversion des chiffres arabes en chiffres romains (suite) 222 

265. Conversion des sous en centimes 223 

266. Unités décimales 224 

267. Unités décimales (suite) 224 

268. Unités décimales (suite) 225 

269. Unités décimales. — Leurs multiples 226 

CHAPITRE VII. 

Pronoms conjonctifs. — Pronoms démonstratifs. — Pronoms 

possessifs. — Adjectifs et Pronoms indéfinis. 227 

Pronoms conjonctifs lequel, laquelle, lesquels, lesquelles, qui. . . . 227 

Application de qui seulement 228 

Nouvelle application de qui 230 

Pronoms conjonctifs dont, duquel, de laquelle, desquels desquelles. . 231 

Pronoms conjonctifs auquel, à laquelle, auxquels, auxquelles, à qui. . 233 

Pronom conjonctif que 234 

Accord du participe passé avec le pronom conjonctif que 234 

Pronoms démonstratifs celui, celle, ceux, celles • . 236 

Exercice synonymique 237 

Pronoms démonstratifs. — Celui-ci, celui-làj celle-ci, celle-là, ceux-ci , 

ceux-là , celles-ci, celles-là 239 

Exercice synonymique 240 

Nouvelle application des pronoms démonstratifs celui-ci, celui-là, etc. 241 

Exercice en forme de dialogue sur la leçon 281 242 

Pronoms démonstratifs ceci, cela 243 

Pronoms possessifs le mien , le tien, le sien ; la mienne, la tienne , la 

sienne ; les miens, les tiens, les siens; les miennes , les tiennes, '/es 

siennes 243 

Pronoms possessifs le nôtre , le vôtre, le leur; la nôtre, la vôtre, la 

leur; les nôtres, les vôtres, les leurs 244 

Locutions diverses exprimant l'idée de la propriété 249 

Pronoms démonstratifs celui, celle, ceux, celles, suivis du conjonctif qui. 249 
Pronoms démonstratifs celui, celle, ceux, celles suivis du conjonctif qui 

(suite) 250 

Pronoms démonstratifs celui, celle, ceux , celles, suivis du conjonctif 

qui (suite) 251 

Pronom indéfini on et conjonctif quand 252 

Emploi de l'on au lieu de on après la conjonction si 252 



270. 
271. 
272. 
273. 
274. 
275. 
276. 
277. 
278. 
279. 

280. 
281. 
282. 
283. 
284. 



285. 

286. 
287. 
288. 

289. 

290. 
291. 



TABLE DES MATIÈRES. 299 

292. Leçon préparatoire 253 

293. Emploi de l'on, au lieu de on , après le pronom conjonctif ou. . . 254 

294. Emploi de l'on, au lieu de on, après la conjonction et 254 

295. Emploi de on après la conjonction et, parce que on est suivi d'un des 

pronoms le, la, les etc 255 

296 Adjectif indéfini chaque, pronoms indéfinis chacun, chacune. . . . 256 

297. Adjectif indéfini chaque, pronoms indéfinis chacun, chacune (suite). . 256 

298. Adjectifs indéfinis quelque, quelques, aucun, aucune, et pronoms 

indéfinis quelques-uns , quelques-unes, aucun, aucune 258 

299. Pronoms indéfinis chacun, chacune, aucun, aucune 259 



CHAPITRE VIII. 

Adjectifs et pronoms indéfinis. — Conjugaison de quelques 

verbes aux temps de l'indicatif et de l'infinitif. 259 

300. Adjectifs indéfinis nul , nulle 259 

301. Adjectif indéfini tous ; pronom indéfini nul 260 

302. Le nom commun personne 261 

303. Le mot personne employé comme nom commun ou comme pronom 

indéfini 262 

304. Pronoms indéfinis quelqu'un, personne 263 

305. Pronoms indéfinis quelqiies-uns quelques-unes 263 

306. Des déterminalifs indéfinis tel, tels, telle, telles 264 

307. Adjectifs indéfinis plusieurs, certains, certaines 265 

308. Les mots plusieurs, certains, certaines, employés comme pronoms 

indéfinis 265 

309. Adjectif indéfini autre 266 

310. Pronom indéfini autre 266 

311. Pronoms indéfinis autre, l'autre, les autres 267 

312. Leçon préparatoire. — Classification des quadrupèdes 267 

313. Pronoms indéfinis l'un, l'autre, l'une, l'autre, les uns, les autres, les 

unes, les autres 268 

314. Leçon préparatoire. — Arbres, fruits 269 

315. Autre leçon préparatoire. — Plantes , /leurs 269 

316. Pronoms indéfinis l'un et l'autre, l'une et l'autre, les uns et les autres, 

les unes et les autres 270 

317. Pronoms indéfinis ni l'un ni l'autre, ni l'une ni l'autre, ni les uns ni 

les autres , ni les unes ni les autres 271 

318. Pronoms indéfinis l'un et l'autre, etc. — Pronoms démonstratifs 

celui-ci, celui-là, etc 271 



■n 



■ 



300 

319. 

320. 

321. 

322. 
323. 
324. 

325. 
326. 
327. 
328. 
329. 
330. 

331. 

332. 
333. 



TABLE DES MATIÈRES. 

Pronoms indéfinis. — Pronoms démonstratifs celle-ci, celle-là, etc. . 272 
Leçon préparatoire. — Quadrupèdes. — Naturels. — Instinct. — 

Noms communs. —Pronom interrogatif gae/ 273 

Pronoms indéfinis : l'un Vautre, l'une l'autre, les uns les autres, les 

unes les autres q-„ 

Locution adverbiale la plupart 276 

Récapitulation <,__ 

Conjugaison des verbes aux temps de l'Indicatif et à ceux de l'Infinitif! 

— Le verbe avoir o-o 

Le verbe être 9 _ 

Verbes en er : aimer. . . ao ,. 

v , . AO\J 

Verbes en %r : finir 2 „j 

Verbes en oir : recevoir ■ aoa 

Verbes en re : rendre. . ' . aoo 
Verbes neutres se conjuguant aux temps composés avec le verbe 

avoir. — Dormir 28 . 

Verbes neutres se conjuguant aux temps composés avec le verbe 

être.— Sortir _ 285 

Verbes pronominaux. — Se laver 2 86 

Verbes impersonnels. — Falloir 287 




FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES. 



m 



Poitiers. - Typographie et stéréotypie Oudin, rue de l'Éperon, i. 








19 








^^^^ 


s 

























^--/t ^^ 



^S-v 



I 



3ft> 



?V. 







1s 



m. 



mm 



m 



m 



ï 



tr 



MM 



tiî MSP 

fin 






1** 




4 







.«•"43T 



♦ •iTf 









m* 



JLM*